Il ne s’agit pas seulement d’une commémoration, même si nous tenons à ce que la date du 9 décembre 1905 demeure présente dans l’Histoire de notre pays et dans l’esprit des citoyens. Ce jour-là, les députés donnaient à la République le socle laïque qui lui assurerait un fonctionnement démocratique fondé sur la liberté de conscience, l’égalité de tous les citoyens devant la loi commune, la fraternité.
Cette manifestation est l’occasion de rappeler :
• que la République est « indivisible, laïque, démocratique et sociale » (ce sont les épithètes qui figurent dans l’article 1er de la Constitution) ;
• que l’article 2 de la loi de 1905 proclame la séparation des Eglises et de l’Etat ;
• que le communautarisme comme organisation de notre société est dangereux pour le « vivre ensemble pacifiquement ». La République faisait oeuvre d’unité nationale en ouvrant l’enseignement gratuitement à tous les enfants sans considération de croyance, de situation sociale….
De plus en plus, la tendance est à la séparation des enfants dans des établissements privés à caractère religieux, régionaliste, linguistique, social, voire politique.
• qu’il n’est pas bon qu’on affaiblisse l’enseignement public (réduction des moyens, fermetures de classes, suppression de la carte scolaire, suppression des RASED….), en même temps que l’on renforce les privilèges des établissements privés et que l’on ouvre la concurrence à leur avantage.
Il faut redire, pour éviter les ambiguïtés et les procès d’intention, que la laïcité n’est ni pour ni contre les religions, qui relèvent de la vie privée. La laïcité est clairement définie dans la loi de 1905 :
• l’article 1er dit que «L’Etat assure la liberté de conscience : chacun est libre de croire ou de ne pas croire. Il garantit la liberté des cultes sous les seules restrictions édictées dans l’intérêt de l’ordre public » Tout croyant peut donc pratiquer sa religion.
• l’article 2 sépare ce qui relève de l’Etat et ce qui relève des Eglises. Il affirme ainsi l’indépendance de l’un et de l’autre. Il exclut donc le cléricalisme qui, comme le définit le dictionnaire, est l’intrusion des clergés dans les affaires publiques.
Malheureusement, on constate des évolutions inquiétantes dans de nombreux pays (pas seulement islamiques) et parfois même en France.
Exemples :
– aux Etats- Unis, la doctrine créationniste, sous couvert d’une relation entre science et croyance, cherche à contrôler la recherche et fait effort pour s’introduire dans les programmes scolaires ;
– en Europe, les Eglises chrétiennes ont obtenu (traité de Lisbonne) qu’une procédure de consultation pré-législative, des sessions de travail régulières et un bureau de liaison leur permettent d’être consultées sur les lois en préparation.
– en France, un décret du Ministre des Affaires Etrangères met en cause le monopole de la délivrance des diplômes universitaires qu’avait l’Etat, depuis une loi de 1880. Si ce décret était validé, des facultés privées délivreraient des
baccalauréats, des doctorats ayant valeur de diplômes d’Etat, c’est-à-dire valeur universelle !
C’est donc pour commémorer cette loi de 1905, fondamentale pour notre démocratie, que nous plantons aujourd’hui cet « arbre de la laïcité » devant l’école publique.
Nous affirmons que démocratie et laïcité sont indissociables et qu’elles exigent l’égalité des droits entre tous les citoyens.
Par ce geste symbolique qui défiera le temps, nous voulons aussi tirer la sonnette d’alarme devant les reculs et les régressions qui menacent et que nous n’accepterons pas.
Cet arbre manifestera notre attachement à la loi de 1905, à la laïcité, qui n’a pas besoin d’épithète et qui demeure une valeur universelle de paix entre les peuples.

Une réponse

  1. Georges

    Merci pour ce rappel, en cette année particulièrement troublée sur Bx avec l’affaire de la collusion entre l’église St Eloi et l’extrême droite.
    Juste une remarque sur l’épithète inutile. En effet, qualifier le mot a tendance à le rendre commun, tout seul, il ne perd rien de sa noblesse .. simplement, même si y accoler l’épithète « républicaine » est sans doute redondant, il me semble qu’il a au moins la vertu de rappeler, de façon immédiate,simple, que la laïcité est un des valeurs fondamentales de la démocratie.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.