Quand les enfants deviennent racistes tout est perdu !

5873_10201278623624593_388039264_nTout le monde s’émeut des injures récurrentes vis à vis de Christiane Taubira… avec retard et surtout après des jours de silence des éditorialistes et des intellectuels d’habitude si prompts à réagir… sur des sujets beaucoup moins graves.

Voici la chronique publiée dès le 27 octobre sur « Roue Libre » (rubrique Coup de gueule) qui n’avait pas soulevé beaucoup de soutiens ! Dommage mais il vaut mieux être le premier à s’indigner que le dernier à récupérer !

« Qu’y-a-t-il de pire dans les évolutions de notre société que celle qui consistent à utiliser des enfants ou des adolescents pour régler des comptes politiciens ? C’est abject quand on connaît parfaitement la facilité avec laquelle on peut les manipuler et les faire entrer dans l’outrance. Les jeunesses communistes staliniennes, les jeunesses hitlériennes, les jeunesses de tous les ordres fascistes ou celles que recrutent les armées rebelles pour les conduire à la mort ou au crime… Dans l’Histoire ou dans le monde les enfants sont devenus des pions d’adultes fanatisés ou plus souvent calculateurs. Imaginer que ce phénomène puisse s’accentuer en France relevait il y a quelques années de la peur irraisonnée. Et lentement c’est devenu une triste réalité. Le virage vers l’extrême-droite de l’opinion française a totalement banalisé le racisme et ses expressions les plus bestiales. On a oublié que les enfants s’imprègnent des comportements de leurs parents et plus encore des événements auxquels on les fait participer. Ils absorbent davantage la haine que la tolérance, la violence que le pacifisme, les insultes que la politesse… Jusqu’à présent ce phénomène touchait, si l’on en croit les médias, les familles les plus paupérisées et bien évidemment l’école publique était en première ligne surtout dans ces banlieues où vit la « racaille » décrite par l’UMP sarkozyste. Il faut pourtant se souvenir que du temps des nazis ou des staliniens ce furent les enfants des élites qui ont nourri les légions juvéniles des fanatiques. Depuis un an le virage est pris dans certaines catégories sociales avec une exploitation des enfants au nom de la défense d’une idée réactionnaire de la famille. Aucune des manifestations de cette mutation vers des idéaux abjects appris aux plus jeunes n’est imputable aux « hordes » des zones défavorisées. Bien au contraire : un système scolaire réputé formateur des « meilleurs d’entre tous » et prônant une « morale » intransigeante porte la responsabilité de ces outrances.

Les opposants au Mariage pour tous n’ont-ils pas dit et répété qu’ils savaient manifester dans le calme et la dignité et que leurs propos reposaient sur une vision rigoureuse de la vie de famille ? Or jamais ils n’ont manifesté dans le calme… Toujours ils ont utilisé les enfants comme boucliers et comme cautions de leur vision de la vie sociale ! Ils n’ont jamais rechigné à lancer devant eux, en leur présence, des slogans anti-républicains ou violents mais on vient de vraiment dé franchir un degré supplémentaire à Angers.
Christine Taubira à peine entrée dans le Palais de justice, un groupe de manifestants à fait mouvement vers la rue voisine pour se positionner sous les fenêtres des salons dans lesquels se tenait la réception en l’honneur de la Garde des Sceaux, avec la volonté de perturber la rencontre par les quolibets et les sifflets. Jusque là pas grande nouveauté si ce n’est que la loi étant mise en œuvre sur le mariage pour tous n’a rien révolutionné, n’a pas bouleversé la civilisation occidentale partout où elle a été mis en œuvre et qu’il s’agit donc d’un combat strictement politicien entretenu au bénéfice des mouvements les plus extrêmes. Fidèles (si j’ose dire!) à leurs habitudes, les participants à « la Manif pour tous » avaient amené des ribambelles de gamins selon un journaliste du Courrier de l’Ouest présent, pour démontrer leur esprit de famille et les former à la contestation. Tout à leur honneur sans doute, si ce n’est que ces chères têtes blondes étaient très jeunes ont voulu démontrer que la valeur de l’ignoble n’attendait pas le nombre des années !
« Taubira casse-toi, Taubira dégage, Taubira tu sens mauvais, tes jours sont comptés. Nous sommes le peuple (à peine une centaine d’intégristes était présente!), on ne veut plus de ta loi. Non à la dictature socialiste », criaient les enfants, sans vraiment comprendre la portée de leurs mots, dans des mégaphones presque aussi gros qu’eux, sous le regard amusé de parents fiers de leurs progénitures. Un vrai moment d’éducation populaire et plus encore une parfaite illustration des vrais idéaux qui animent ces groupes vitupérant et éructant contre une élue courageuse et solide. La France devrait avoir honte et tous les éditorialistes qui se respectent, tous les journalistes qui ont un zeste de déontologie devraient dénoncer de tels comportements qui ne cessent de se banaliser sous le regard indifférent des électrices et des électeurs de Brignoles et bientôt d’ailleurs !
L’insupportable est arrivé avec une adolescente qui, du haut de ses dix ou 12 ans brandissait une peau de banane à l’attention de la ministre en criant : « une banane pour la guenon ». Même les CRS qui assuraient le cordon de sécurité n’en sont pas revenus. « Des propos passibles d’une interpellation pour injure à un ministre en exercice », commentait l’un d’eux… mais personne n’a bronché.rien de grave elle ira se confesser et elle communiera avant d’entrer en pénitence! On ne s’attaque pas à ces gens qui font moins de dégâts que ces jeunes en déserrance scolaire sur lesquels on multiplie les reportages à sensations pour effrayer dans les pavillons et les chaumières. Dramatique : sur bien des sujets les enfants sont devenus des « outils » de contestation que l’on expose, que l’on prend à témoin, que l’on utilise, que l’on cite, que l’on manipule avec des arrières-pensées toujours bardées de morale factice.

« Ne fais pas ton instituteur ! » m’a lancé avec mépris lors d’un débat public sur les finances départementales un ardent adversaire UMP de la loi Taubira. Je comprends mieux pourquoi dans sa bouche c’est une insulte !

3 Réponses

  1. J.J.

    Aucun enfant ne naît chrétien, musulman, bouddhiste, raciste etc….
    Il devient ce que son entourage prétend, faire de lui et dans certains cas, ça marche (peut-être certains de ces enfants devenus grands auront-ils honte de leur comportement).

    Avec ce genre de manifestants, nous retrouvons les fiers descendants de la Cagoule, des auteurs du sanglant 6 février et autres joyeusetés ayant pour devise travail, famille patrie.

    En réalité, c’est un leurre car ce genre de déclaration n’est qu’une façade.

    Ces personnages ne respectent en rien le travail du peuple en voulant s’attaquer aux conquêtes sociales, ils exhibent une image ringarde de la famille et font honte à notre Patrie.

    Répondre
  2. Cubitus

    Les enfants racistes ? Non, des enfants de racistes. On m’a toujours dit que les chiens ne faisaient pas des chats.

    Et il faut bien se mettre une chose en tête : de quelque couleur, de quelque origine ou de quelque ethnie qu’on soit, quel que soit le dieu qu’on prie, nos ancêtres sont les mêmes, ils étaient couverts de poils et marchaient à quatre pattes.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.