Oui, on peut être fidèle à ses engagements en politique !

Face aux enfants de l’émission « France Infos jeunes » (1) j’ai eu un vrai plaisir à répondre à leurs questions car ils acceptaient le principe de la sincérité, celui que notre société médiatique ne connait plus car elle cherche en permanence à transformer ce qui peut être la « vérité » en « stratagème ». C’est insupportable : rien n’échappe à la suspicion et donc à la mise en cause de toute déclaration individuelle ! Je le constate chaque jour davantage avec le développement d’un contexte de défiance surtout à l’égard du moindre élu de la République. Or j’ai la prétention de ne jamais avoir triché avec une prise de position quoi qu’il en découle pour mon avenir. Faut-il rappeler que dès 1977 j’ai été exclus du PS, que j’ai été traduit en commission des conflits à 3 reprises pour des propos jugés « inappropriés » (notamment sur les municipales de 83) et que régulièrement je subis l’ire retenue mais bien réelle de gens réputés infaillibles dans leur appréciation des situations nationales ou locales. C’est ainsi que j’ai toujours été « minoritaire » à l’intérieur d’un parti traversé au début par des courants reposant sur des divergence de valeurs puis par des écuries présidentielles personnalisées… Depuis 40 ans je n’ai jamais renoncé au combat en décidant une bonne fois pour toutes en 2002 d’être fidèle à « mes » idées ! Ce qui me vaut bien des inimitiés ! Pour une fois je vais vous parler de moi ! Ainsi depuis plusieurs semaines les questions que l’on me pose sont toujours les mêmes et c’est laissant de constater que, comme pour les autres, personne ne croit dans la sincérité de mes réponses. Alors je vais « m’interviewer » de telle manière que je puisse enfin me soulager de ce que je pense le plus sincèrement du monde :

Est-ce vrai que vous arrêtez votre mandat de Maire ?

Je l’avais annoncé au Conseil municipal de février 2013 et je l’avais publiquement confirmé il y a un an…le 9 mars. Ma décision n’a jamais varié et je ne suis jamais revenu sur ce choix. Des dizaines de personnes n’ont pas cru dans mon renoncement à poursuivre un mandat qui me rendait heureux. Des responsables politiques en Gironde et à Paris ont cherché quelles en étaient les raisons tactiques en me prêtant… leurs propres manières de « tricher ». On y a vu une préfiguration de la loi sur le non cumul des mandats. On m’a donc annoncé candidat aux sénatoriales. On a inventé une manipulation préparée avec Martine Faure qui me laisserait sa place de Député. On a prédit ma candidature masquée à la Présidence du Conseil général. Or rien de tout cela ne s’est produit ou ne se produira. Je suis sincère, clair et net ! J’ai dit que j’arrêtais car je ne me sentais plus en adéquation avec ma vision du rôle du maire et j’ai simplement été fidèle à ce que j’avais annoncé comme toujours depuis 30 ans. Je me souviens en 2008 quand j’avais averti que je ne cumulerais pas plus de deux mandats électifs locaux et que j’abandonnais la Présidence de l’intercommunalité j’avais déjà ressenti le même doute ! Or j’ai été le seul Maire à ne pas siéger dans une structure intercommunale faisant confiance aux élus en place pour faire avancer les dossiers. Ça m’a été amèrement reproché ! Mais j’ai fait ce que j’avais annoncé durant la campagne électorale : 2 mandats électifs locaux !

 Vous avez influé sur votre succession…

Encore une interprétation erronée. J’ai demandé aux sortants de se réunir entre eux, de faire le point et de désigner leur tête de liste. J’avais annoncé que je soutiendrai leur choix. Je le ferai clairement et objectivement. Je n’ai pas mis le petit doigt dans la composition de la liste… et je demande aux Créonnaises et aux Créonnais de considérer que je n’influerai en aucune manière sur la gestion ultérieure mais que je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour aider loyalement l’équipe élue dans l’intérêt de Créon.

Vous allez vous ennuyer ? Qu’allez vous faire ?

D’abord effacer des milliers d’heures de soucis en donnant enfin un peu plus de temps à mon temps personnel. Ensuite je vais tout donner à mon mandat de Conseiller général qui m’a conduit à assumer de lourdes responsabilités départementales dans le contexte actuel. Enfin je vais m’investir dans le secteur du développement durable (déchets, énergie, citoyenneté…) car c’est essentiel pour l’avenir. Et je vais reprendre l’écriture des livres que j’ai en tête. Il y a une vie après les fonctions électives, je ne suis pas inquiet du tout !

 Vous allez abandonner votre mandat de conseiller général en 2015 ?

Comme pour mon mandat de Maire j’annoncerai ma décision fin octobre 2014 après les sénatoriales. Pas avant ! Je tiendrai compte dans ma réflexion de 3 paramètres : le résultat des municipales et surtout des candidatures potentielles qui en découleront ; la décision que prendra Philippe Madrelle par rapport à la nouvelle donne du découpage « cantonal » et je me souviendrai déclarations intempestives hautaines que je n’ai pas supportées.

 Que regretterez vous ?

Le rôle national que j’avais avec le secrétariat général adjoint de l’Association des Maires de France car j’ai découvert un rôle vraiment politique de haut niveau. J’ai beaucoup travaillé sur la vie associative et le sport. Je regrette qu’en Gironde que l’on n’ait pas compris que je pouvais via ce poste apporter quelque chose de plus à la vie collective. Par exemple l’association des Maires de la Gironde a ostensiblement et volontairement ignoré le seul représentant national qu’elle avait… A ce propos j’ai une profonde blessure personnelle consécutive aux conditions pour le moins obscures dans lesquelles j’avais perdu la présidence de l’AMG. Majoritaire parmi les Maires j’ai été battu par de fausses délibérations des communautés de communes. C’est à ce jour ma seule défaite électorale en 47 ans de vie publique syndicale, mutualiste, associative ou politique. J’ai aussi une pointe de regret en abandonnant le poste important de Président national des Villes et Territoires cyclables.

La conclusion…

Je fais ce que je pense être conforme à mes valeurs quel qu’en soit le risque et les conséquences. Et je demande à être jugé sur ce critère et sur rien d’autre ! .

(1) A retrouver sur le site de France Infos

6 Réponses

  1. OVEJERO Florence

    Egal à toi-même et fidèle à tes convictions! Merci pour tout ce que tu nous as apporté.
    Tu peux partir la tête haute !

    Répondre
  2. LOUIS Pascal

    Des hommes de conviction, qui n’ont pas peur d’aller au bout de leurs desseins, c’est de cela que la société a besoin.
    Grand merci MONSIEUR Darmian

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.