Le Front National comme tous les partis extrémistes ; à toutes les époques et dans tous les pays, se nourrit sur des subterfuges, des approximations, des usurpations qui ne peuvent prendre qu’avec l’ignorance la plus grande possible. Plus le système éducatif s’affaiblit et plus l’intolérance, la haine, l’exclusion grandissent, c’est une constante. On en arrive même au FN à exploiter des mots symboles afin de les détourner de leur sens ! Par exemple depuis plusieurs jours et l’arrivée dans une douzaine de villes de maires réputés démocrates et républicains Marine Le Pen se gargarise avec la « laïcité »...une valeur qui colle mal aux grandes gueules prudentes du FN mais que les grands partis, par trouille électoraliste, ont laissé en jachère depuis des années. Exploitant le rejet des communautarismes, les Frontistes clament partout que les menus des restaurants scolaires sont des pamphlets contre le repère essentiel du vivre ensemble !

L’égérie bleu marine n’hésite pas uns seul instant sur RTL : « agir pour sauver la laïcité qui est en grande difficulté ». Pourquoi n’entend-on pas cette profession de… foi dans cette Gauche paranoïaque et suicidaire qui galope après sa légitimité morale ? En fait si l’on va plus loin on découvre que pour celle qui se positionne comme le phare de la République le champ de la laïcité est réduit ! Dans les villes conquises elle donne les consignes : «  Nous n’accepterons aucune exigence religieuse dans les menus des écoles. C’est clair. Il n’y a aucune raison pour que le religieux entre dans la sphère publique ». Sauf que ça ne veut absolument rien dire car rares sont celles et ceux qui peuvent décoder cette prise de position fracassante qui se termine en pipi de chat ! La déclaration est en effet immédiatement comprise par les médias comme la fin des menus de substitution offerts quand le porc est au menu… des cantines ! Alors que c’est exactement le contraire.

Revenons quelques décennies en arrière que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître quand sur les menus du vendredi pesait la religion catholique. Jamais par exemple on aurait osé manger de la… viande ce jour là et les vieux savent bien que la « brandade de morue » ; les « pilchards avec patates ; la salade avec œufs durs et choux-fleurs constituaient des « menus de remplacement » pour les enfants des familles catholiques soucieux de l’avenir biblique de leur progéniture. C’était ainsi. Et seuls de rares élus défiaient les règles de la Bible ! Le « vendredi jour de poisson » a survécu, sur des bases religieuses à la grande époque de la séparation de l’église et de l’Etat ! On a même inventé le « pané » pour toujours respecter cette règle absurde et sans aucun fondement éducatif. Et pourtant la France connaissait parfaitement en ces temps immémoriaux, les vertus de l’engagement au service des idées : jamais un directeur d’école ou un directeur de Collège d’enseignement général , souvent gestionnaire de la cantine, rependra des oriflammes, des réalisations vieilles de 3 000 ans ! Offrir la liberté de choix ne constitue pas une entorse à la laïcité bien au contraire !

En fait Marine Le Pen comme elle sait fort bien le faire enfonce une porte ouverte. A Forbach, Florian Philippot, candidat malheureux a promis un menu unique ? « Aucune obligation religieuse ne sera tolérée, notamment concernant le menu dans les cantines qui sera le même pour tous les élèves. L’information et la transparence seront la règle » explique la pourfendeuse des autres. Toutes les communes de France ont déjà, pour la plus part une attitude tolérante avec des enfants… victimes des croyances de leurs familles en préparant des menus de substitution au porc. Il n’en existe pas qui interdisent le cochon. Une très très large majorité proposent à celles et ceux qui le souhaitent des plats alternatifs. Et le FN ne modifiera pas cette disposition, c’est à dire qu’il ne changera rien à ce qui est déjà laïque !

L’essentiel c’est de récupérer le mot laïcité et de justifier un racisme latent, ce qui est proprement scandaleux mais pourtant exploité avec délectation par ces médias sans vergogne. Le Front National se repaît de « mots » et de « symboles » mais se révèle incapable d’avoir une seule idée ! Il exploite les plus bas instincts comme par exemple se venger sur un gosse ou un(e) adolescent(e), en le privant de nourriture, du fait que ses parents lui imposent une religion. Ayons en mémoire la gamine de 12 ans qui inscrivait au menu de la « guenon Taubira » des « bananes » indigestes ! Pensons à ces progénitures traînées dans des manifestations auxquelles ils ne comprenaient pas grand chose au-delà des slogans à ressasser et à hurler dans les rues. Pensons que le mardi 1er avril, à Mantes-la-Ville, les élèves n’ont pas mangé du poisson mais du porc sauce marengo. Le même jour, les cantines du Pontet proposaient une palette de porc à la diable. On retrouvait la même palette à la diable dans les assiettes scolaires au Luc, le jeudi 3 avril, tandis que les élèves de Beaucaire avaient droit à des chipolatas. La veille, les enfants d’Hénin-Beaumont avaient eu un rôti de porc au jus (et du jambon deux jours avant). A Fréjus , c’est sauté de porc sauce colombo. A Cogolin (Var) c’est jambon, tandis ce que Béziers sert partout une macaronade de porc… Bref, l’interdiction du porc contre laquelle Marine Le Pen avec ses disciples s’érige en rempart n’existe dans aucune des villes conquises par le FN, et quasiment nulle part ailleurs. D’ailleurs elle n’est surtout pas un rempart contre la connerie humaine et la démagogie productive !