Le racisme se banalise dans une société n’imaginant même pas un seul instant les conséquences de milliers d’actes quotidiens constituant une mosaïque alarmante. Plus personne ne s’élève vraiment contre ces faits divers paraissant malheureusement « ordinaires » comme si la haine des autres constituait désormais le pain quotidien de la vie sociale. Il faudrait rediffuser dans tous les établissements scolaires le film « Dupont la joie » d’ Yves Boisset sorti en salles il y a exactement 40 ans. Cette œuvre qui avait fait polémique dénonçait le racisme ordinaire et la lâcheté qui associés, peuvent aboutir au meurtre physique. Inutile de compter sur les télévisions puisque l’Audimat nécessite de la femme dévêtue, des crimes élucidés ou des aventures exotiques plus périlleuses que celles consistant à arpenter les rues de France quand on est étranger et notamment originaire d’Afrique du Nord ou du Sud ou d’Europe centrale.
Il ne serait pas inutile que des enseignants lancent comme consigne de faire apprendre dans toutes les classes très vite la chanson « Lily » de Pierre Perret, tellement vraie et belle. Le mal gagne en effet chaque jour davantage de terrain et même les terrifiantes images venant de Charleston n’endiguent pas ce qui devient contagieux. Les réalités d’avant la dernière guerre mondiale surgissent comme autant de signaux angoissants que des pompiers pyromanes exploitent pour leur propre compte.
Une kermesse d’école annulée pour 4 phrases en arabe a suscité une émotion éphémère dans la période actuelle. Elle se transformera en « rassemblement citoyen » mais le mal est fait. Les enfants pris en otages par une poignée d’adultes racistes devenus pour certains des « héros » de « la lutte contre l’islamisation de la Corse », garderont en mémoire que l’on peut détruire le vivre ensemble facilement par des inscriptions ou des propos injurieux. Une autre polémique est partie d’un simple message posté sur les réseaux sociaux vecteurs essentiels du racisme anonyme ordinaire.
À l’occasion du premier jour du ramadan, le site Marmiton.org, qui référence des milliers de recettes de cuisine de toutes origines a en effet osé proposer une liste de plats orientaux.
« Aujourd’hui est le premier jour du ramadan. Voici notre sélection de recettes pour l’occasion. Bon ramadan à tous », pouvait-on lire sur leur page Facebook et sur leur compte Twitter. Sauf qu’en l’espace de quelques heures, de nombreux bien-pensants spécialistes de la cuisine rance ont vivement réagi et se sont mis à poster des commentaires racistes et injurieux… Certains d’entre eux reprochent au site la formule « Bon ramadan à tous », tenant à expliquer qu’eux-mêmes n’étaient pas musulmans et donc pas concernés. Qu’ils se rassurent je ne sens pas plus concernés qu’eux quand on m’incite à confectionner des menus spécifiques pour Noël. « On s’en fout du ramadan, on devrait même pas en parler, on est en France », déclare un courageux . Un autre parle tout simplement de « trahison » de la « tradition culinaire française » qui ont le sait tous n’a aucune inspiration étrangère (sic). Plusieurs d’entre eux ont également reproché au site de faire du « deux poids, deux mesures », en ne proposant pas de recettes pour d’autres fêtes religieuses. Bien évidemment dans les deux situations le racisme ordinaire dramatique se cache, ne se revendique pas, se traduit pas des messages accusatoires à l’égard de celles et ceux qui tentent de mettre la tolérance au cœur de leur action !
Beaucoup de vrais citoyens finissent pas renoncer à agir, à protester, à lutter et plongent dans le pire des maux qui reste l’indifférence. La résignation devient jour après jour le fléau essentiel du monde politique courbant l’échine devant des situations que l’on présente comme marginales ou individuelles. La tache brune s’agrandit insidieusement faute de barrages cohérents comme le fut « Touche pas à mon pote » en 85 avec « SOS racisme » qui n’a jamais eu autant de justification de son existence. On est loin de l’engouement des années 80 !
Les médias complaisants existent et ils se nourrissent du pire des produits de notre temps : la peur de l’autre ! Quel qu’il soit « l’autre » est responsable au mieux et coupable au pire des maux que nous traversons sans savoir les résoudre ! Ils enfoncent chaque jour ou presque un clou dans le cercueil de la fraternité de manière insidieuse. Les élus ne sont pas en reste en sabrant dans le partage culturel, dans les manifestations d’ouverture et en cultivant un élitisme rassurant pour leur électorat. D’autres cristallisent pendant ce temps la haine comme Christiane Taubira victime permanente des injures, des sarcasmes, des insultes de ces parangons du populisme dévastateur. Elle ne va pas tarder à être abandonnée par son camp ! trop dangereuse cette femme convaincue et convaincante !
Est-ce vraiment une erreur matérielle qui a fait oublier aux grands pédagogues du Ministère de l’Éducation nationale la philosophie et l’histoire dans des programmes pour le bac? Ne peut-on pas vraiment douter de la volonté de certains hauts fonctionnaires de se préoccuper de l’essentiel et donc à mettre en place une vraie politique de lutte contre toutes les formes de racisme en passe de gangrener les cours des écoles, des collèges et des lycées ? Les textes du Journal officiel ne changeront rien à l’affaire. Mais l’été est là et il faut penser à autre chose de plus important : bronzer pour ressembler à ces gens qui viennent d’ailleurs !
Jean-Marie Darmian