Plus rien ne semble étonner une société qui ne s’interroge jamais sur les causes de sa dégénérescence au simple prétexte que ça remettrait en cause les certitudes qui la rassure. Depuis des années par exemple, les actes délictueux sont commis par des enfants ou des adolescent(e)s de plus en plus jeunes. Toutes les structures chargées de la prévention ou de la sécurité le savent parfaitement sans que rien en se fasse, sans que l’on recherche vraiment les racines de cette détérioration réelle d’une situation plus que préoccupante. La montée des incivilités de tous ordres non sanctionnées ou simplement « oubliées » pour ne pas alourdir les statistiques officielles, la détérioration des liens familiaux, la précarité matérielle et culturelle extrême et peut-être une imprégnation constante via la télévision ou les jeux vidéos de comportements violents conduisent à des événements inimaginables.

Ainsi on apprend qu’un adolescent de 13 ans a percuté quatre véhicules la semaine dernière à Lyon, dont l’un appartenait à la police, après avoir refusé d’obtempérer. Il a été repéré au volant du véhicule volé, avec trois complices à ses côtés, dont un seul était majeur. Sur le point d’être interpellé, le jeune contrevenant refuse de s’arrêter face aux forces de l’ordre et prend la fuite avant d’avoir un accident.. Le conducteur et deux autres fuyards sont rapidement arrêtés. Mais le plus vieux, âgé de 18 ans, se montre violent lors de son arrestation par les policiers, jusqu’à en blesser un. Il aurait eu également en sa possession de l’argent en liquide et un sachet d’ecstasy. Quand il y a quelques décennies on rêvait de vélo, de solex ou de mobylette désormais on se dirige vers des ambitions beaucoup plus hautes de manière de se déplacer. Conduire une bagnole de grosse cylindrée appartient au mythe de l’entrée chez les adultes. Encore faut-il pouvoir se la payer et savoir attendre…La réussite n’est plus scolaire, n’est plus artistique, n’est plus sportive elle est purement matérielle. Tout le reste n’étant qu’échecs on existe que par des actes défiant les règles sociales élémentaires.

Dans un autre secteur deux frères ont été mis en examen à Belfort, soupçonnés de viols répétés sur une enfant de 12 ans, le même âge qu’eux. Ce fait violent symbolise bien une évolution réelle que l’on ne sait plus vraiment aborder. L’un des facteurs centraux de ces comportements : l’accès facile en deux clics à la pornographie. L’ordinateur et le smartphone sont les principales portes d’entrées du X . Sachant que 45% des 10-15 ans possèdent un smartphone. Les fenêtres « pop-up » qui envahissent les écrans sans aucune interdiction ou aucun contrôle du destinataire sont désormais une incitation à la violence sexuelle. Un enfant aurait en moyenne 11 ans lorsqu’il est exposé pour la première fois à la pornographie… Imaginons un instant : 11 ans pour une vision de la sexualité reposant sur des images traumatisantes puisque selon un rapport de 2002 du collectif interassociatif « enfance médias », l’impact du porno sur les enfants serait équivalent à celui d’un abus sexuel.

Plus globalement, c’est «la question des relations hommes-femmes qui se pose » dans les jeux vidéo comme dans les films divers et « avariés ». La femme étant généralement « utilisée  » comme un objet soumis par le mâle dominateur, les enfants retiennent cette « image-type  » de l’acte sexuel. Ils construisent leur sexualité en fonction de ce qu’ils voient, aussi déconnectée de la réalité soit-elle. Pour résoudre ces problèmes de fond, nombreux sont ceux qui proposent de sensibiliser les jeunes aux dangers de la pornographie lors de cours d’éducation sexuelle. Mais le sujet est encore rarement abordé en public contrairement à d’autres pays moins pudibonds et surtout actifs dans la prévention. Il faut préserver les petits des réfugiés, des migrants, des étrangers mais surtout pas de son téléphone portable manipulable sans aucune précaution !

L’accès à toutes les formes de violence devient banal. Comment limiter cet approche aisée par les enfants d’un monde réputé inoffensif pour eux dans la mesure où les familles doivent le décoder et le contrôler.  Quel est l’impact du porno, de la violence gratuite sur les adolescents ? Les relations filles-garçons sont-elles modifiées par la vision d’images X ? Quelle image de la femme et de l’homme donne la pornographie aux jeunes ? Comment développer une sexualité saine dans un univers où la pornographie est devenue la norme ? Ces questions comme celle qui veut que le héros c’est celui qui défie les lois, celui qui s’affranchit des règles essentielles au vivre ensemble dans le respect mutuel sont devenues essentielles. Sauf que derrière les films, les images, les jeux il y a des intérêts financiers et l’illusion que tous les adultes ont conscience des enjeux de ces utilisations précoces.

Les mobiles entrent dans les écoles, dans les maternelles même (ils restent dans les cartables) au prétexte qu’il faut des apprentissages précoces et plus encore qu’ils constituent un outil de protection vis à vis… des violences éventuelles. Les tablettes envahissent les cartables sans que l’on se soucie vraiment si les bénéfices pédagogiques (ils restent à démontrer) sont supérieurs aux dangers sociaux ! Mais je sais je suis un vieux con réactionnaire !

6 Réponses

  1. bernadette

    Bonjour,
    Non vous n’etes pas un vieux con mais une personne realiste.
    L’intelligence artificielle va
    tuer l’homme biologique.
    Pour reintroduire l’image de
    la femme vivante c’est a dire
    sans aucune domination dans
    les lieux d’education, he trouverai bien Que l’ordre des sages femmes initie une formation sur la connaissance du corps feminin. Connaitre son corps doit permettre de faire evaluer l’evolution.

    Bien a vous

    Répondre
  2. LAVIGNE Maria

    Combien de fois ai-je entendu « il faut bien vivre avec son temps » . Pour les mêmes raisons je suis une vieille con réactionnaire. Bienvenu au club !

    Répondre
    • bernadette

      J’ai fait une mauvaise manipulation, veuillez m’en excuser (commentaire précédent)

      Répondre
  3. Sanz

    Je m’ajoute au club des vieux et vieilles cons réactionnaires… avec un pâle sourire tant la gravité de ce problème me touche de plein fouet… comme tout le monde, n’est-ce pas ?

    Répondre
    • bernadette

      @Sanz

      Oui c’est grave, voire très grave.
      Il faut faire arrêter toute cette machination qui a pour objectif que le pognon et la développement de la marchandisation des corps sans défense.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.