Durant la campagne des présidentielles quand vous sentez, à la droite extrême ou à l’extrême droite, que vos arguments n’ont plus de poids sur l’opinion sous influence médiatique, il vous suffit de sortir les mots magiques qui relancent vos ambitions : « immigration » ou « immigrés » ou « migrants ». il efface vos turpitudes antérieures et attirent à nouveau tous les feux de l’actualité sur vous. Supposons par exemple que vous ayez annoncé pour mobiliser les troupes les plus remontées en votre faveur des suppressions de 500 000 fonctionnaires ou celle de la sécurité sociale et qu’il vous faille battre en retraite vous le faites en agitant l’épouvantail des étrangers venant dans « nos campagnes mugir ces féroces » immigrés qui viennent « égorger nos fils et nos compagnes ». C’est le succès garanti. Et Fillon le sait !

Il est vrai que en mettant aux oubliettes du service public un demi-million des gens qui le font vivre au quotidien vous avez sacrément abusé de la crédulité publique. En se rendant chez les gendarmes ou les policiers vous avez soin de préciser qu’après en avoir éliminé 13 000 comme premier ministre vous vous engagez « croix de bois, croix de fer si je mens je ne vais en enfer » à ne pas taper dans les effectifs chargé de surveiller l’entrée des migrants ! Si par hasard vous parlez de l’école publique vous assurez que vous êtes pour une amélioration des moyens et donc pas pour la suppression de postes. Mais en considérant que l’obligation scolaire est à 5 ans vous accordez des crédits supplémentaires indirects à l’enseignement primaire et vous préparez le déclassement en « jardin d’enfants » du reste des niveaux des maternelles. Pas question de supprimer des juges sauf ceux qui n’aiment pas les politiques… Pas question n’ont plus de diminuer les gens qui travaillent dans les hôpitaux déjà mal en point. Bref on supprime nulle part de front mais on privatise au maximum !

Dans le secteur de la santé une simple épidémie de grippe un tantinet plus virulente que les autres (elles le seront de plus en plus!) démontre que la France est aussitôt en situation de déficit d’accueil des malades en milieu hospitalier. Le bilan de l’épidémie de grippe sera probablement lourd cette année car les urgences sont « sous tension ». 142 hôpitaux sur les 850 établissements publics français sont débordés par la grippe. « Il faut que la ministre reconnaisse, que depuis 30 ans, nous avons mis à mal notre système de santé qui n’est plus capable de répondre chaque année à une épidémie de grippe », a réagi Christophe Prudhomme, le porte-parole de l’association des médecins urgentistes de France. « Notre système de santé est à un seuil de dégradation qui ne lui permet plus de répondre à un événement tout à fait banal qui survient régulièrement », explique-t-il. Allons-y supprimons encore 50 000 postes et tout ira mieux ! Las sécurité et les caisses de retraite seront renflouées. D’autant que l’on prépare une savante distinction entre maladies graves et bénignes pour le bonheur des assurances !

Alors pour noyer ces gros poissons qui ont valu son élection aux primaires «  Courage Fillon » a fait effacer toutes les traces de ses outrances sur son site et il a chargé ses perroquets de répeter sans cesse que rien n’était figé. N’empêche qu’il faut rouler des mécaniques et conserver la mobilisations des extrémistes d’une droite plus très républicaine. Alors on ressort les immigrés comme le druide Panoramix distribuait sa potion magique aux plus faibles ! Le candidat de la vraie droite à l’élection présidentielle, a affirmé que l’immigration devait être « fermement contrôlée et réduite au minimum », mercredi, lors d’un meeting à Nice entouré du trio Wauquiez, Ciotti et Estrosi. « La France doit non seulement lutter contre l’immigration illégale mais elle doit aussi réduire son immigration légale au strict minimum ». Selon l’ex-Premier ministre du roi du Karcher « il ne faut pas céder aux injonctions de la bien-pensance, qui nous adresse toujours le même message, qui se veut angélique et qui est en réalité inconscient : liberté pour les migrants et honte aux frontières. (…) La France est généreuse mais elle n’est pas une mosaïque et un territoire sans limite. C’est une Nation, en droit de choisir qui peut la rejoindre, en droit aussi d’exiger des étrangers qu’ils se plient à ses règles et à ses coutumes. » Çà ne vous rappelle rien ?

On est parti pour trois mois de débat sur ce sujet qui fera oublier tous les autres : la pauvreté, l’échec scolaire puis social, l’inégalité d’accès aux services essentiels de la vie, la dépendance, le contrôle des profits. Autant de thèmes dont bien évidemment on expliquera que ce sont les « migrants » qui sont en responsables… vous savez ces gars qui viennent manger le boulot des français mais qui souvent sont dans les arrières-boutiques des boulangers pour fabriquer leur pain au chocolat ou leur baguette !

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.