Ils pouvaient le faire ! Ils l’ont fait ! Les Américains ont désormais le Président que la majorité des délégués des « États-désunis » ont élu ! Attention ce n’est pas le Peuple qui a largement refusé de lui donner sa confiance mais de grands électeurs porteurs des suffrages exprimés dans un petit nombre d’Etats ! N’empêche que le résultat est là…Et le monde va vivre une nouvelle réalité avec déjà des méthodes et des déclarations qui devraient au minimum interpeller la classe politique française. Nous sommes en effet en route pour la « trumpétisation » de notre élection présidentielle mais comme d’habitude avec une évolution légèrement plus lente et surtout une indifférence désolante. Son discours d’investiture constitue une synthèse parfaite des positions d’une bonne demi-douzaine de candidat(e)s dans notre beau pays. Les thèmes seront au cœur de notre campagne. Les réponses apportées par l’arc de droite ne différeront pas !

D’abord il s’agit chez nous de reprendre sa stratégie exacerbée sur l’identité nationale qui vire lentement au national-libéralisme. « Nous nous sommes réunis aujourd’hui et nous décrétons pour être entendus dans chaque ville, chaque capitale étrangère et dans chaque lieu de pouvoir qu’à compter d’aujourd’hui une nouvelle vision prévaudra dans notre pays : ce sera l’Amérique d’abord et seulement l’Amérique !  L’Amérique d’abord ! L’Amérique d’abord ! Toutes les décisions bénéficieront aux travailleurs américains, aux familles américaines.«  a déclaré le nouveau Président de la supposée première puissance du monde, On a depuis longtemps chez nous et on va retrouver très vite : « La France aux Français… » et « seulement la France », la « préférence nationale »… ce qui aura le même retentissement qu’aux USA dans des populations incultes civiquement et hermétiques à toutes informations ne convenant pas à leur appréciation sommaire et brutale de la situation.

En effet les USA, chantres de la mondialisation qui leur a permis de coloniser économiquement la planète, prétendent vivre désormais en vase clos mais continuer à exporter leur culture au rabais et leurs produits « ogémnisés ». Quand allons nous réagir ? Prenons un exemple girondin concret : Ford ! Le PDG de cette marque d’automobiles vient de répondre aux volontés de Trump de recentrer ses productions sur l’Amérique quand sa filiale française de Blanquefort vit depuis plus d’une décennie sur les aides accordées pour rien puisque les dirigeants européens sont désormais inutiles ! Chez nous le protectionnisme est interdit chez nous car il stériliserait notre capacité à exporter selon le social-libéralisme en vigueur et empêcherait la création d’emplois portés par les investisseurs… étrangers !

Trump va lui-aussi s’appuyer sur les religions comme refuges pour l’espoir. Il avait déjà annoncé la création d’un « comité exécutif évangélique », rassemblé autour de lui. Celui-ci comprend Michele Bachmann, James Dobson et Ralph Reed, autant de représentants de groupes de pression politique chrétiens conservateurs (fondamentalistes catholiques et protestants) et de défenseurs de la famille traditionnelle. Il a ajouté ce qui peut paraître incroyable en France où subsiste encore pour quelque temps une certaine laïcité : « Nous seront toujours protégés par les hommes et les femmes des forces militaires, et encore plus importants nous seront protégés par…Dieu. »   En France on sait fort bien quelle part ont pris les catholiques conservateurs anti-IVG, anti mariage pour tous, anti-statut de la femme dans la désignation de François Fillon et qu’ils seront encore très présents dans les prochaines semaines. Dans son organigramme, dans la case « fiscalité » du « pôle projet », figure un nouveau venu : Dominique Calmels, à la fois directeur financier et prêtre mormon, chargé de la communication en France de l’Église de Jésus-Christ des Saints des derniers jours… c’est à dire les Mormons ! On trouvera bientôt d’autres interférences de ce type et la référence à des appartenances religieuses (« Je suis chrétien », « la France chrétienne » ..) sont de plus en plus présentes. Il faut y ajouter en corollaire la stigmatisation de « l’islam» qui est apparue dans le discours officiel de Trump  et dans ses propositions sur la protection des USA pourtant confiée à Dieu ! 

La troisième similitude repose sur les attaques répétées contre les élites intellectuelles (elles ne connaissent rien au quotidien), médiatiques (discréditées par leurs prises de position démenties par la réalité), scientifiques (elles trichent sur le réchauffement climatique), culturelles (elles sont éloignées des goûts du peuple) en promettant de les éliminer des allées du pouvoir : « Nous transférons le pouvoir de Washington et nous vous le rendons. Pendant trop longtemps, une petite minorité a profité du gouvernement pendant que le peuple en a payé le prix (…) ». En France le même discours sera tenu sur la démocratie représentative et… sur les fonctionnaires qui confisqueraient le pouvoir et surtout une part de la richesse créée par les classes moyennes ou même pour certaines par de « respectueuses » entreprises ! Cette manipulation va traverser toutes les couches sociales en s’appuyant sur les erreurs du quinquennat ! Elle va grandir dans la confusion idéologique actuelle ! d’ailleurs sa première décision aura été de détruire le fragile embryon de securité sociale aux USA… Ca ne vous rapellele rien ? 

Bien évidemment toutes celles et tous ceux qui auront osé rappeler que l’éloignement des valeurs fondatrices de notre République, le mépris pour la contestation de la loi inexorable du marché, la critique d’une Europe anti-sociale et du profit, les adeptes d’une véritable fraternité internationale seront les seuls responsables de la débâcle qui s’annonce. D’odieux frondeurs ! Les bien-pensants du libéralisme aseptisé ou dopé, eux, n’ont rien vu, rien entendu et rien dit !

5 Réponses

  1. bernadette

    Moi, femme du peuple, suis proletaire Francaise et vois dans le projet economique americain une opportunite.
    Ford est une entreprise americaine qui veut recentrer ses activites aux USA. Que prevoit l’Etat francais comme activites de substitution economiques ?

    Répondre
  2. faconjf

    Bonjour,
    Le Donald à crête ou la Killary qu’est-ce que ça change pour les Français? Le débat est tranché c’est Donald le 45éme président. Alors dans les faits quelle politique sera menée, dans la mesure des possibilités offertes par le système  » démocratique » US ? Donald a prévu une baisse de la fiscalité au profit des classes moyennes . Dans un pays où la TVA n’existe pas et ou la fiscalité bénéficie principalement au 1% les plus riches on imagine le résultat sur le budget. Donald a promis d’investir 1000 milliards de $ dans les infrastructures ( ponts, routes hôpitaux…) qui sont dans un état catastrophique. Même si l’investissement est limité par un système de PPP il se monterait à 350 milliards de $. Les économistes situent le déficit budgétaire entre 5% et 7% du PIB des Etats-Unis. Déficit financé par de la nouvelle dette ( déjà stratosphérique) la présidente de la FED ( équivalent US de notre BCE) Mme Yellen, à déjà laissé entendre qu’elle allait procéder à des hausses de taux d’intérêts en 2017. La question est d’importance, car du taux d’intérêts des Etats-Unis dépend à la fois le taux d’intérêt des autres monnaies.
    Pour nous, cela signifierait une hausse des taux de crédits. Notamment le crédit immobilier qui booste littéralement le marché de la construction hexagonal. On imagine sans peine le résultat catastrophique d’une réduction des investissements, devenant trop chers, sur l’emploi mais pas que. Une politique de taux bas en Europe n’est pas tenable emprunter à zéro % des € à la BCE pour les placer à X% au US, formidable aubaine pour les requins de la finance. Et oui nous sommes dans la m… au plan financier.

    Un mot du protectionnisme de Donald, Le cadre légal des US a toujours été bien plus protectionniste que celui des pays de l’Europe. Rappelons que nous n’avons pas, ni dans le cadre de l’UE ni dans celui de la France, d’équivalent du Buy American Act ou du Small Business Act, qui réserve à des petites entreprises américaines une part des marchés publics. Donald a déclaré son opposition aux grands traités de libre-échange, que ce soit le traité trans-pacifique ou que ce soit le TAFTA. Ce sont les Etats-Unis qui s’avancent sur le chemin du protectionnisme alors que les chinois et les européens se posent, en particulier à la conférence de Davos, en défenseur du libre-échange. L’Allemagne est ici directement visée par Donald Trump. C’est le résultat de sa politique ouvertement mercantiliste, politique qu’elle développe d’ailleurs en symbiose étroite avec la Chine. L’Allemagne cherchera donc à se protéger des US en s’abritant derrière l’Union européenne. Il n’est pas sûr, et c’est le moins que l’on puisse dire, que ce soit l’intérêt des autres pays de l’UE d’accepter cela, et de payer pour une politique dont, eux aussi, ils sont les victimes. Dans un marché ouvert ici et fermé aux US, les marchés perdus là-bas viendrons augmenter le dumping ici.
    L’Allemagne veut a tout prix sauvegarder son colossal excédent budgétaire construit sur deux piliers le libre échange et la valeur dépréciée de la monnaie d’échange ( l’euro) par rapport à ce qu’elle devrait être.
    Ce ne sont pas les trumpet qui vont déferler sur la France mais un tsunami économique pour lequel l’Europe et encore plus la France ne sont pas préparés. Le système capitaliste touche ses limites la falaise va s’ouvrir sous nos pieds et nos hommes politiques feignent de ne rien voir.
    Salutations républicaines

    Répondre
  3. J.J.

    Quelle morgue et quel courte mémoire ont ces étasuniens !

    Ils ont donc oublié qu’en réalité, ils sont tous des immigrés !

    Les vrais américains, ce sont les survivants des quelques tribus indigènes qui n’ont pas encore succombé à la bible et au fusil des envahisseurs, à l’alcool, à la tuberculose, à la syphilis que les européens ont généreusement importé.
    Tous les autres habitants du continent américain (à part les descendants des esclaves importés « à l’insu de leur plein gré ») ne sont que de scandaleux prédateurs, monsieur Trump en tête.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.