Les Etats-Unis ont été fascinés par une éclipse solaire parcourant leur territoire. Des millions d’habitants se sont mobilisés et une véritable exploitation financière de ce phénomène naturel. Elle é été visible, dans une bande du pays qui va de l’ouest vers l’est des États-Unis. En fait les , touristes et les astronomes amateurs attendaient avec impatience celle que l’on appelait la « Grande éclipse américaine », un événement jamais vu depuis 99 ans dans le pays puisque le dernier remontait en effet, au 8 juin 1918.
Ces « rendez-vous du soleil avec la lune » que chante à merveille Charles Trenet appartiennent aux moments exceptionnels que réservent aux hommes le fonctionnement planétaire. Ils illustrent aussi l’évolution d’une Humanité qui durant des millénaires a été incapable d’expliquer ce qui relevait de calculs mathématiques rationnels. Elle a préféré les interprétations divines aussi absurdes que celles qui guident actuellement une trop grande majorité des habitants de la planète. De tous temps une éclipse soulevait des inquiétudes. A-t-on vraiment évolué quand on constate à quel point nous vivons chaque jour davantage dans une société des croyances exacerbées ?
C’est ainsi qu’il fut une époque lointaine où confrontées à la disparition inattendue du soleil en plein jour, les différentes cultures passées ont cherché à donner un sens à ce phénomène, y voyant l’intervention d’une divinité, d’un démon ou parfois même d’un génie malin. Il a fallu du temps avant que le véritable coupable, c’est à dire la lune ne soit identifié. L’obscurité a fait souvent cause commune avec l’obscurantisme et c’est encore le cas dans ce monde irrationnel !
Pendant longtemps, les éclipses ont été perçues comme des mauvais présages. En Chine, on considérait par exemple que le responsable était un dragon céleste qui dévorait le soleil. On essayait ainsi de faire lâcher prise à l’assaillant mythologique en faisant du bruit, notamment en frappant sur des tambours ou divers objets. Bizarrement l’attitude était la même au Pérou où c’était le signe que la lune était malade. Les Incas craignaient surtout une éclipse totale, qui signifiait selon eux que la lune ne soutiendrait plus le ciel et qu’il s’écraserait alors sur notre planète. Pour empêcher cette terrible prédiction, ils faisaient eux-aussi énormément du bruit avec leurs instruments de musique en émettant des cris terribles. Ils attachaient également les animaux en espérant que leurs lamentations puissent attendrir la lune ! Du côté de la Corée ou des Vikings, on croyait encore que c’étaient des chiens qui tentaient de voler l’astre solaire.
Les indiens ne cuisinent rien pendant une éclipse solaire car la nourriture ainsi préparée est jugée comme impure. Dans la foulée, les femmes enceintes doivent rester calmement chez elles car la période est un mauvais signe pour accoucher. Ceux qui viennent d’assister à une éclipse solaire doivent impérativement prendre de nombreux bains. Il existe une autre alternative celle de se rendre dans la ville sainte de Kurukshetra dans le nord du pays pour se baigner dans des eaux purifiées pendant l’éclipse et ce, afin de libérer son âme. Les Grecs quant à eux ont toujours comparé l’éclipse comme la présence d’un dragon maléfique dans le ciel. L’éclipse solaire est par ailleurs associée à une légende où le Soleil aurait pris la décision de reculer, effrayé, face au festin d’Altrée le père d’Agamemnon et de Ménélas, et le fondateur éponyme de la lignée des Atrides.
Différentes peuplades des régions du monde associent elles-aussi l’origine d’une éclipse, qu’elle soit solaire ou lunaire, à une affaire animale. Chez les Guaranis de l’Orénoque à Venezuela et en Colombie, il s’agit d’un Jaguar qui agressait les astres. Il en est de même en Argentine et en Uruguay. Pour d’autres tribus d’Amérique du Sud, l’éclipse évoque plutôt un chien géant qui dévore la Lune ou le Soleil et en Amazonie, une chauve-souris géante se cache derrière l’éclipse. Les Mayas pointaient du doigt un serpent géant. En Colombie Britannique, les Makkah appréhendaient un terrible requin.
Parmi les millions d’Américains qui ont dépensé parfois de sommes folles pour assister à ce phénomène rare étaient-ils tous conscients que cette rencontre désormais prévue à la seconde près relève de la parfaite organisation d’un système solaire qu l’on a mis de siècles à décoder et à admettre ? Il faudrait répéter à l’envi, dans cette période où tout est n’importe quoi donne lieu à spectacle ou à culte des apparences, les déboires de Galilée contraint de renoncer à ses démonstrations rationnelles parfaites par les menaces d’un tribunal de l’inquisition qui lui signifie son emprisonnement à vie selon le principe (…) « que toi, Galilée, t’es rendu fort suspect d’hérésie, pour avoir tenu cette fausse doctrine du mouvement de la Terre et repos du Soleil. Conséquemment, avec un cœur sincère, il faut que tu abjures et maudisses devant nous ces erreurs et ces hérésies contraires à l’Église (…) ». C’était le 22 juin 1633 ! Il existe encore des « inquisiteurs » capables de remettre en cause la rationalité de la vie et plus que jamais leur influence détruit le monde ! Préférons la chanson de Trénet à toutes leurs sornettes mortifères :
Le soleil a rendez-vous avec la lune
Mais la lune n’est pas là et le soleil l’attend
Ici-bas souvent chacun pour sa chacune
Chacun doit en faire autant
La lune est là, la lune est là
La lune est là, mais le soleil ne la voit pas
Pour la trouver il faut la nuit
Il faut la nuit mais le soleil ne le sait pas et toujours luit
Le soleil a rendez-vous avec la lune
Mais la lune n’est pas là et le soleil l’attend (…)