Qu’il soit âgé ou jeune, le « corps » amstellodamois a nécessairement besoin d’être irrigué par des vaisseaux évacuant à la fois les miasmes du quotidien et apportant les bienfaits de l’air extérieur. Le « cœur » originel ou les appendices « artificiels » d’Amsterdam n’ont jamais pu se passer de ces auxiliaires de vie. Qu’ils soient considérés comme des artères ou des veines, les canaux constituent en effet un réseau essentiel à cette cité pour laquelle l’eau a toujours été le « sang » vital. Impossible de ne pas penser au plat pays de Jacques Brel quand du haut d’un pont on porte le regard au plus loin en suivant le parcours vers la mer du plus vaste d’entre eux. Les habitants ont le même moral que leur ville qui aurait mérité d’adopter la devise de Paris : « fluctuat nec mergitur » Ici aucune de ces sombres voies ne s’est « perdue » ou « pendue » dans un ciel aussi « bas » ou aussi « gris » qu’on le voit car elles ont la joyeuse compagnie le long de leurs flancs de maisons altières ou d’entrepôts fleurant bon les grandes épopées maritimes. L’histoire a même tristement posé le long d’un canal celle d’Anne Franck devant laquelle il est impossible de passer, sans s’incliner et sans avoir honte.
Ces constructions fines et narcissiques avec pignons présomptueux sur rue passent leur temps à se regarder dans le miroir que leur offre un courant légèrement ondulant mais bien paresseux pour aller retrouver la mer. Les guides les disent « dansantes » sous prétexte que leurs fondations manquent singulièrement d’ancrage sécurisé au sol. C’est vrai que certaines se penchent vers les canaux comme si elles voulaient elles-mêmes vérifier leur image et d’autres masquent leur faiblesse en s’appuyant sur des voisines plus solides. En fait elles « dansent » toutes car leur double immatériel ne cesse de frémir sous l’effet d’une onde changeante. La chaland attentif qui longe des rives sans aucune protection particulière découvre donc une nouvelle ville « reflet » que les peintres impressionnistes auraient certainement peinte avec délectation.
Parfaitement régulé par des digues ou des écluses, ces canaux accueillent une multitude de péniches vieillissantes clouées à quai par la rareté de la terre constructible et donc la crise du logement. Elles sont tristes car pour elles l’immobilité utilitaire ressemble étrangement à une léthargie létale. Les occupants étalent leur niveau de vie souvent très chiche sur les ponts que les vents ne balaient plus que rarement. Le linge y sèche. Les plantes manquent de pots. Les meubles d’été attendent des jours meilleurs. Les bâches tentent d’étanchéifier des cabines que l’on ne veut pas de bains. D’autres modestes bateaux au corps mort n’iront jamais plus sur le « dernier terrain vague de la mer du Nord » affronter les « vagues que des vagues de dunes arrêtent ».
Les touristes dans des coques en plexiglas découvrent au ras de l’eau les beautés des immeubles longilignes. Ils s’extasient devant une poule d’eau jamais mouillée par le ressac de leur passage picore les algues des quais ou qu’une outarde attardée joue les starlette en exposant sa tenue sur les pavés disjoints d’un promontoire artificiel. Ils passent sous des ponts de tous âges, de toutes textures et de toutes utilités. Certains font le dos rond uniquement pour relier les quartiers entre eux quand d’autres s’offrent le luxe de jouer l’ouverture afin d’offrir un laisser-passer à des navires ambitieux. Tous sont différents dans leurs usages et leurs styles ce qui donne à Amsterdam une originalité que ne lui confère pas la rectitude de ses voies d’eau. Ils symbolisent ce lien indéfectible entre des habitants sachant les efforts déployés par des générations pour transformer en sol stable ce qui n’était que marais ou même domaine réservé à la mer. Chaque passage d’un îlot à l’autre symbolise en effet cet esprit de conquête ayant permis de construire une ville sur le vide.
Dans la chambre d’hôtel une bouteille raconte que son contenu incolore, inodore et sans saveur peut-être bu sans problème alors qu’il vient du canal que l’on aperçoit depuis la fenêtre. Une vraie réussite écologique quand on regarde simplement le vert profond immobile de l’eau qui ne passe justement pas. En équilibre le niveau en est en effet parfaitement réglé de telle manière que les caprices de la nature n’altère pas l’ouvrage des hommes. Durant des siècles ces derniers ont eu peur de ces flots menaçants que la platitude du pays n’arrêtaient pas. Ils ont parvenu au prix d’une rigueur absolue, d’un travail acharné, de prouesses techniques et avec une grande solidarité à domestiquer ce qui était une menace permanente. Au fil des siècles l’Amstel, rivière au nom de bière blonde a en effet été intégrée à un réseau de canaux qui parsèment la ville alors qu’elle est située à deux mètres au-dessus du niveau de la mer.
« (…)  Avec des cathédrales pour uniques montagnes et de noirs clochers comme mats de cocagne  ou des diables en pierres décrochent les nuages, avec le fil des jours pour unique voyage et des chemins de pluie pour unique bonsoir(…)» Amsterdam, grâce à ses canaux ne manque surtout pas de relief.

18 Réponses

  1. bernadette

    Amsterdam est la capitale des pays bas ou Hollande.
    400km de lignes de transports en commun pour 820000 habitants. Ces habitants marchent ou se déplacent à vélos. Paris est bien en dessous de tout ça, même si certains élus parisiens augmentent les amendes pour les stationnements interdits
    C’est une ville remarquable amsterdam.

    Répondre
  2. J.J.

    Dificile à Amsterdam, comme à Bruxelles, de ne pas rencontrer le  » Grand Jacques » à chaque coin de rue.

    Sur les canaux d’Amsterdam (au mois de mai), à part les retraités sur les bateaux mouche, sans coque en plexiglass, sous un beau soleil, il y avait surtout des foulques, avec leur petite tache blanche au dessus du bec, en train de couver ou de faire leur nid.

    Certainement une atmosphère moins active, plus paisible que celle des festivités d’hiver. Même le « Quartier chaud » auquel les guides ne permettent pas aux touristes d’échapper n’offrait rien de vraiment d’original, même pas un « étalage » à choquer un intégriste. Ça devait être la morte saison.
    Mon meilleur souvenir : La Ronde de Nuit au Rijksmuseum.

    Répondre
  3. JJ Lalanne

    Sans vouloir jouer au rabat-joie, les Pays-Bas sont quand même dans le groupe des champions de la pollution en CO2…En 2015, selon les chiffres européens, la Hollande, par tête d’ habitant, c’ est 12 tonnes, d’ équivalent CO2 là où en France on ne fait que 7 tonnes, soit pas très loin de la moitié. S’ ils n’ avaient pas de vélos, qu’ est-ce que ça serait! En attendant, j’ espère que, tous, vous n’ y êtes pas allés en avion, au moins? Je PLAISANTE, vous donne l’absolution laïque ( l’ autre n’ est pas dans mes compétences) et en profite pour vous souhaiter à tous une BONNE ANNÉE!!!

    Répondre
    • bernadette

      Je ne sais pas si vous êtes un fervent défenseur du code de l’urbanisme, je puis vous informer que son contenu est une ignominie.

      Répondre
  4. faconjf

    Bonjour,
    welkom en Hollande, ses moulins ses tulipes et ses canaux… Et est aussi premier paradis fiscal des GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon) . Le 6 juillet 2005 fut en effet la date ayant initié les orgies d’évasion fiscale dans un pays – la Hollande – qui voyait son nom supprimé de la loi anti-abus américaine et qui pouvait donc en toute légalité accueillir à bras ouverts les entreprises américaines soudainement soulagées – voire débridées – par le législateur de leur pays.Le système hollandais à cette date autorisait la mise en place de « commanditaire vennootschap », ou «CV», structures qui – contrairement à leurs alter ego allemandes – ne sont pas imposables dans leur pays de domicile, les Pays-Bas.
    En gros comment ça marche? Les entreprises étasuniennes montent des CV Hollandaises car les services fiscaux américains (IRS) partent du principe selon lequel une CV règle ses impôts en Hollande…tandis que les autorités hollandaises n’exigent nul impôt de sa part, estimant qu’elles devraient les payer aux USA. Comme la CV est considérée sous deux angles radicalement différends par les deux pays, elles ne s’acquittent jamais et nulle part de l’impôt, et la Hollande profite donc grassement de ce no-man’s-land fiscal brillamment conçu. Et voila comment les GAFA et aussi Starbucks, Fedex, Nike, Tesla, Pfizer échappent au fisc tant US que de l’UE!! C’est ainsi que des milliards d’euros échappent au fisc des autres nations européennes où travaillent ces géants, sans que nul ne s’en émeuve, elle est pas belle notre Europe . Système aberrant – car légal – qui est hautement nocif à l’ensemble de la communauté occidentale, dont les États-Unis, qui ratent des rentrées fiscales estimées à des centaines de millions de dollars grâce à l’artifice comptable hollandais. La Hollande où ces sociétés – les CV – n’ont même pas besoin de figurer au Registre du Commerce national a drainé à ce jour 500 milliards d’euros soustraits aux fiscalités nationales car la moitié au moins des 500 plus importantes entreprises américaines est l’heureuse propriétaire d’au moins une CV.
    Comment qualifier les Pays Bas, jamais avares de stigmatiser les déficits publics français, italiens ou espagnols et sont également ceux qui – par CV interposés – privent ces même pays accusés d’indiscipline fiscale de milliards qui auraient judicieusement pu être investis pour le bien de la collectivité. Pour ma part, j’ai sous le coude un qualificatif pour ces « Bataves » ( comme on les nommait au XVIII éme siècle) mais il est peu diplomatique et je le garde pour moi. Encore un pays que j’évite soigneusement d’alimenter avec mes deniers.
    Goede reis!

    Répondre
      • faconjf

        @ Bernadette :La réponse européenne aux scandales fiscaux successifs de ces dernières années ne sera complète que si le très ancien projet d’assiette commune consolidée de l’impôt sur les sociétés (ACCIS) voit le jour. La mesure, décrite par la Commission européenne comme le « juge de paix » de la lutte contre l’évasion fiscale, et ardemment défendue par Pierre Moscovici, commissaire européen en charge des questions fiscales, doit en effet permettre la répartition des recettes issues de l’impôt sur les sociétés en fonction du lieu où les profits ont réellement été réalisés.Hors cette directive risque de ne JAMAIS être adoptée car sauf changement des règles, c’est à l’unanimité que les États membres devront approuver l’ACCIS, normalement avant mi-2019 et le scrutin européen. Je ne vois pas les états comme le Luxembourg ou les Pays bas se priver de leurs rentes de situation. Le passage au vote à la majorité qualifiée est à cet égard rendu possible par l’article 116 du traité de Lisbonne, qui prévoit cette disposition en cas d’entrave majeure au bon fonctionnement du marché unique. Même si l’activation de cet article devrait être effectuée… à l’unanimité. La boucle est bouclée avec ce traité félon dit de Lisbonne signé en 2007 après le rejet du traité de Rome de 2004. Démocratie Européenne à ce que l’on dit !!

  5. JJ Lalanne

    @faconjf: intéressant cette histoire des GAFA. Les vélos hollandais roulent donc avec deux dérailleurs: un à gauche pour planquer la pollution et un à droite pour les détournements fiscaux… La marque de cycles chez eux, c’ est l’ « AMORALE » comme on dit souvent? Je pense plutôt que c’ est la « CYNIQUE ». Comme disaient mes profs dans les années 50-60 où la laïcité n’ était pas de l’ expectative: « l’ enfer est pavé de bonnes intentions ». Modérons nous sinon JM va se faire expulser des Pays-Bas.

    Répondre
    • bernadette

      Pourquoi va t’on voter pour ou contre l’union européenne ?
      L’Europe ne peut pas être une démocratie puisqu’elle s’exprime par des directives que les États doivent faire appliquer. Dans ce sens l’Europe est une dictature.

      Répondre
    • faconjf

      @JJ Lalanne un pays à deux aspects (au moins) un aspect démocratique et tolérant. Héritage des guerres de religion et de la résistance à l’envahisseur Espagnol et sa sanglante inquisition.Le XVII siècle où la liberté de culte qui régnait aux Pays-Bas y attira les personnes les plus diverses, n’ayant en commun que d’être opprimées pour leurs croyances. Ces réfugiés rejoignirent une république en pleine croissance, qui leur offrait travail et liberté d’opinion. Écrivains et érudits s’y établirent pour enseigner et publier en toute liberté ; avec la fondation de l’université de Leyde et le développement des sciences humaines et des sciences naturelles, le pays devint l’un des centres du savoir. Une période sans souverain, sans noblesse et sans clerc, une oligarchie conduite par la haute bourgeoisie protestante (riches marchands, armateurs, banquiers, entrepreneurs, officiers généraux) impulsait une politique commerciale agressive et l’hégémonie maritime.
      C’est sans doute cette politique commerciale qui caractérise le second aspect des Pays Bas. L’aspect commercial mondial de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales une compagnie de commerce créée en 1602. L’aspect bancaire, La Banque de change d’Amsterdam (la première banque centrale au monde et l’une des premières banques européennes à utiliser la monnaie fiduciaire) fut créée en 1609. C’est tout cet héritage qui caractérise la Hollande que nous connaissons libérale et capitaliste et aussi un pays en avance sur toute l’Europe.Un pays progressiste et novateur, en votant l’abolition de la peine de mort en 1878 en autorisant le droit de vote des femmes en 1919, et en décriminalisant relativement tôt l’avortement, la prostitution, l’euthanasie, et certaines drogues.En 2001, le pays devient le premier au monde à rendre possible le mariage homosexuel.
      Un plat pays rempli de contrastes…

      Répondre
  6. bernadette

    @faconjf. Avant le scrutin européen, il va bien falloir expliquer l’enjeu de cette élection sans à priori politique.
    Cela fait partie intégrante à la démocratie participative européenne.

    Répondre
  7. bernadette

    @faconjf. Je suis partisan pour que tous les partis politiques siègent équitablement et non pas un seul (toujours le plus fort) pour éviter la guerilla.
    Bon dimanche

    Répondre
  8. JJ Lalanne

    Un plat pays rempli de contrastes…et faux-cul. Quand au mariage homosexuel je suis stupéfait de voir que pour avoir des droits égaux, il faille que tout le monde doive se marier et non de reconnaître des droits égaux pour tous. Je revendique le droit au célibat avec des droits égaux à tous. Beaucoup citent souvent Brassens mais il doit se retourner dans sa tombe en les voyant faire passer le mariage comme une avancée, voire pour certains un acte gauchiste. Que la société cesse de vouloir nous enchaîner, nous contraindre à travers la propriété et laisse nos fesses tranquilles!

    Répondre
    • faconjf

      je vous informe que l’héroïsme n’est toujours pas obligatoire, personne n’est contraint de se marier, ni les hétéros ni les homos. Chacun et chacune est libre de vivre ou non sous le même toit que la personne aimé(e), n’en déplaise aux excités de sens commun. Si les homos veulent singer les hétéros, grand bien leur fasse, je m’en contrebat la paupière droite. Personnellement j’ai toujours pensé que les affaires de c.l des autres sentent toujours la m…e.
      Les pouvoirs feraient mieux d’occuper leur temps et NOTRE argent à poursuivre les bandits en col blanc plutôt qu’a légiférer sur nos comportements dans les alcôves ou ce que nous devons lire et penser.
      Bien à vous

      Répondre
  9. JJ Lalanne

    Bien d’ accord mais les droits successoraux ou la possibilité de maintien, voire d’ usufruit du logement commun sont très punitifs pour ceux qui n’ ont pas voulu se soumettre. Un voisin et son amie qui avaient été fiers d’ avoir été le premier couple pacsé en Gironde avec parution dans le journal Sud-Ouest avec tout le tintouin réalise suite à des problèmes de santé maintenant les lourds problèmes qui les attendent en cas de décès de l’ un ou de l’ autre. Moins de contraintes, beaucoup de félicitations mais bien couillonnés sur les droits. La situation peut être aussi dramatique que pour les célibataires. Des mesures testamentaires peuvent être prises mais la taxation restera maximale pour le survivant. Même dans cette société prétendue laïque on ne rigole pas avec le mariage. Athées,chrétiens, juifs, musulmans ou presque tout ce que l’ on veut, tous unis contre les insoumis (dont je suis) mais je comprends ceux qui cèdent. Je suis bien d’accord que les gouvernants ne devraient pas s’ immiscer dans nos relations intimes mais ils le font et c’ est dommage de voir des gouvernants soi-disants humanistes nous expliquer que le bonheur est dans les chaînes ou que sinon…

    Répondre
    • faconjf

      Bien d’accord avec vous, il reste cependant la solution des initiés consistant à créer une SCI ( à démembrement) pour les biens immobiliers et de transférer les parts de son vivant en conservant tout ou partie de l’usufruit . Une solution que ni le fisc qui perd les droits de succession, ni les notaires qui perdent leurs émoluments ne conseillent jamais … Mais que les « riches propriétaires » maitrisent parfaitement. Lorsque vous vivez, sans titre, avec une autre personne locataire avec une allocation, un salaire ou une pension, alors vous n’êtes RIEN et vous n’avez droit à RIEN et les héritiers en cas de décès peuvent vous mettre à la rue et vous spolier de tout ce qui n’est pas à votre nom en propre!!! Le PACS présente un minimum de garanties du point de vue du logement. Le testament reste la seule possibilité offrant le plus de garanties. Et oui, les autorités n’épargnent pas les plus pauvres qui sont aussi ( souvent) les plus imprévoyants.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.