Il faut bien se rendre à l’évidence : le Hollande bashing avait été orchestré de manière savamment organisée par une bonne partie d’un système médiatique aux mains de groupes d’influence décidés à renforcer leur pouvoir réel sur un pays désarticulé. Un constat objectif s’impose à celles et ceux qui savent dépasser le stade de l’adoration personnalisée aveugle quand ils observent la réalité des résultats actuels. La hausse de la CSG aurait par exemple provoqué des tempêtes avec des titres ravageurs ou des reportages sur ses conséquences désastreuses sur les classes moyennes. On ne peut pas écrire que ce soit le cas ! Et nul ne peut m’accuser d’avoir été un fan inconditionnel du mandat précédent !
C’est pourtant le moment de prendre par exemple une feuille de paye d’un enseignant en janvier et de vérifier si les engagements de compensation ont été tenus… Personne ne moufte alors que la baisse du pouvoir d’achat est patente : une vingtaine d’euros nets en moyenne, de 6 à 50 euros selon le Sgen Cfdt ont disparu avec l’application de cette mesure gouvernementale. Je n’ose imaginer le déchaînement anti-gouvernement qu’aurait provoqué une telle décision si elle avait été appliquée par le pouvoir précédent. Elle contraste en effet avec la situation vécue par tous les salariés du privé qui bénéficient, eux, d’une augmentation équivalente. Pas grave alors que le Ministre de l’Éducation nationale le plus populiste de l’histoire récente déclare dans le même temps le 28 janvier sur France Inter  : «  Il y a une légitimité à vouloir payer plus les professeurs dans le futur. Je ferai mon maximum ». Il a même parlé de la revalorisation salariale des enseignants qu’il espère mener à bien sur le quinquennat « dans le cadre de la situation budgétaire de la France ». C’est commencé avec les vœux de bonne année !
On est dans la même logique avec l’exonération potentielle de la taxe d’habitation qui doit compenser la retenue augmentée de la CSG sur les retraites. Une petite illustration en prenant des faits avérés sur une commune déterminée pourrait aisément prouver qu’il s’agit d’une annonce aux effets très aléatoires pouvant se traduire par une vraie diminution des ressources des pensionnés les plus modestes. Mais à quoi bon ? La démonstration sera faite dans 3 ans que le nombre de perdants sera largement supérieur à celui des gagnants puisque toute une frange de retraité(e)s perd sur la CSG, ne sera pas exonéré de TH (ils auront même à acquitter une augmentation éventuelle de taux) et que d’autres auront un delta négatif. On continue à abreuver l’opinion dominante d’apparences trompeuses alors que de simples additions et soustractions éclaireraient la vraie portée de la mesure.
On est sur la même ligne avec le déficit du commerce extérieur véritable baromètre du redressement d’un pays dans cette mondialisation vantée comme étant la panacée au chômage. Il y a quelques mois c’était « catastrophique ». Qui dire en cette fin d’année 2017 où le miracle n’a pas eu lieu ? Pas une seule sortie hors des frontières de l’Elysée de Jupiter sans que des annonces tonitruantes de contrats soient faites. Or La dégradation de la balance commerciale de la France s’est encore accentuée en 2017.
Elle est même à son plus haut depuis 2012 avec 62,3 milliards d’euros, contre 48,3 milliards un an plus tôt. La fameuse croissance est revenue mais comme l’industrie manufacturière française ne produit plus ce que demande les consommateurs et elle créée une forte croissance des importations, qui creuse le déficit commercial. La progression des importations (+6,5% à 535,509 milliards d’euros) a été supérieure à celle des exportations (+4,5% à 473,345 milliards d’euros). Notre balance commerciale dépend de moins de 1% des entreprises capables d’exporter et qui figurent toutes au CAC 40. Ce sont elles qui profitent de la mondialisation érigée en principe salvateur pour le monde libéral du profit !
Le nombre d’entreprises françaises exportatrices a progressé de seulement 2 % quand dans le même temps les exportations ont augmenté de 16 %, . Ainsi en 2017, les 100 premiers exportateurs réalisent 40% des exportations totales de biens depuis la France. Les 1000 premiers concentrent quant à eux un peu plus de 70% des exportations… On attend un énième plan de relance qui accordera encore des avantages au milieu économique en pure perte puisque la prise de risques que comporte la recherche de marchés à l’étranger n’entre pas dans la culture des PME hexagonale et plus encore dans celle des banques qui devraient les accompagner. Le changement des mentalités ce n’est pas pour maintenant !
Sur la politique migratoire les sondages présentent comme une approbation des mesures du « vieux découvreur du nouveau monde » un niveau de …37 % de soutien ou que deux défaites dans des législatives partielles affreusement boudées par celles et ceux qui s’étaient mis en marche aux élections précédentes sont présentées médiatiquement comme des « succès » on se dit que bon nombre des consciences son enneigées ! Tout va mieux Madame la Marquise !

14 Réponses

  1. bernadette

    Mais Jean Marie nous sommes dans une guerre economique. C’est la plus terrible des guerres. Enfin les agriculteurs ont levé leur blocus parce que le Préfet d’Occitanie a classé une commune en zone défavorisée ou plus précisément zone naturelle. C’est vrai que la haute administration n’arrange pas les choses surtout lorsqu’elle classe, declasse et reclasse.
    Alors notre Jupiter que va t’il faire, lui qui veut amener l’Europe dans le droit chemin ?

    Répondre
  2. bernadette

    Si les importations sont superieures aux exportations et bien fait que notre pays est dans la mouise. Notre pays ne vend plus ce qu’il fabrique, notre pays est en récession économique. Peut être l’échange monétaire ?. Un euro trop fort ?.
    Pourtant il faut créer de l’emploi en prenant appui sur les métiers existants.
    A mon avis, les métiers manuels.

    Répondre
  3. Christian GUICHENEY

    Je confirme que ma retraite d’enseignant a été amputée ce mois de Janvier de 40,83 euros par l’augmentation CSG que ce nouveau gouvernement a mise en place.
    De plus ma cotisation mutualiste a été elle aussi passablement augmentée.
    Nous sommes aujourd’hui dans cette logique libérale – si chère à Hollande et ses proches – qui « plume » les classes moyennes pour les « aisés » s’engraissent.

    Répondre
    • bernadette

      Moi aussi. Idem.
      Combien peut coûter un aspirateur de marque Moulinex fabriqué en Chine ? Ici c’est une promo mais en Chine à combien sont vendus à l’export ces aspirateurs ?
      Qui encaisse la différence ?

      Répondre
  4. faconjf

    Bonsoir,
    les nuages s’accumulent à l’horizon et la météo « merdia » continue d’annoncer le beau temps en macronnie!! Pas de chance, les faits sont tétus disait Lénine. Les faits sont sous notre nez, les bourses ont un accès de fièvre. Le CAC 40 a abandonné aujourd’hui 1,98% à 5 151,68 points, portant son repli à 4% depuis le début de la semaine malgré le rebond de 1,8% enregistré hier.Les Bourses continuent de réagir à la hausse des taux. Les pays « cœurs » de la zone euro ne sont pas épargnés par ce regain de tension. Le taux à 10 ans allemand atteignait ce soir 0,79% (+5 points de base en une séance) et le taux français de même échéance, 1,02% (+8 points de base). Et voila où est le danger, le service de la dette est la somme que l’emprunteur doit payer chaque année pour honorer sa dette. Il ne faut pas le confondre avec la charge de la dette, qui ne recouvre que le poids des intérêts seuls.
    Cette somme comprend deux parties :
    les intérêts qui sont calculés en appliquant un taux d’intérêt au capital restant dû (la somme qui n’a pas encore été remboursée). Ce taux d’intérêt a été fixé au moment de l’emprunt.
    le principal, c’est-à-dire le montant du capital emprunté qui est remboursé chaque année (annuité). Ce montant dépend donc de la durée et du montant total de l’emprunt (par exemple on peut rembourser un dixième de la dette pendant dix ans).
    À titre indicatif, le service de la dette de l’État français représentait en 2006 127,2 milliards d’euros, dont 37,3 milliards de charges d’intérêt et 89,9 milliards de remboursement d’emprunts. Il était financé par l’émission de 86,2 milliards d’euros de nouveaux emprunts et par les recettes de l’État. C’est ce que l’on appelle  » rouler la dette » on rembourse les intérêts et on réemprunte le capital à rembourser. depuis 2012 : la charge d’intérêt avait baissé de 11,6 milliards jusqu’à 2016 (-22% sur 4 ans), quand la dette était passée, elle, de 89,5% du PIB à 96,3%. Le maintien à ces niveaux très bas constitue donc un coup de pouce bienvenu pour maintenir le déficit sous la barre des 3% du PIB (2,6% annoncé en 2018) comme l’exécutif l’a promis.
    Que va-t-il se passer si les taux augmentent plus vite que prévu? Avec 96.3% du PIB comment s’endetter encore et encore ? et combien d’intérêts pourront nous supporter? Qui va nous prêter?
    Le bankster en chef doit se poser ces questions. Et qui va payer, surement pas les entreprises compétitivité oblige!!
    Donc,donc attendez vous à savoir ( comme disait Geneviève Tabouis dans ma jeunesse) que le tournevis fiscal et la raboteuse à emploi vont ressortir de la caisse à outils de Bercy.
    Salutations républicaines

    Répondre
    • bernadette

      @ faconjf bonsoir,
      Ce que vous decrivez dans votre message est connu et a été repris à différentes fois par divers élus.
      Vous décrivez une fatalité où il n’y a aucun remède, aucune solution.
      Pourquoi ?
      L’économie française avec tout ce qu’elle comporte est acculée par la finance. Il n’y a plus de production mais du commerce. Entre autre des produits asiatiques, l’image de marque des produits où les coûts salariaux sont extrêmement bas.
      Il devient nécessaire de faire une analyse de terrain.
      Bien cordialement.

      Répondre
      • faconjf

        Je voulais simplement renforcer le fait du déficit grandissant de la balance des paiements de plus de 60 milliards que Jupiter va financer avec de la dette. La solution c’est d’acheter Français, d’économiser l’énergie ( pétrole gaz importés), de recycler au mieux les matières premières (et sur le sol Français), de boycotter les produits badgés avec la pomme ( fiscalité) ou les achat sur am..n, privilégier les produits locaux… Bref un comportement militant.
        bonne journée

  5. Canellas

    Je connais tes obsessions, Jean-Marie ! Veux-tu qu’on revienne à l’élection de Hollande ? Aux accusations permanentes contre les medias et les journalistes qu’on accusait alors d’être tous de gauche ? Dis-moi que la presse n’a pas largement relayé la campagne très droitiste de Sarkozy à cette époque et que les affaires le concernant ont été étouffées par une presse aux mains du grand capital ? Oui le monde de la presse n’est pas parfait, mais entretenir à longueur de commentaires des critiques orientées, laisser les gens traiter globalement la presse de « merdia » et les journalistes de « journalopes » ça devient fatigant ! C’est mieux sans doute un monde où tout peut se dire sur les réseaux sociaux, oû on peut raconter n’importe quoi caché derrière son clavier, pour aboutir à un sondage qui, malgré les réserves, indique que 80% des Français croient à au moins un complot !

    Répondre
    • faconjf

      @Canellas que proposez-vous ??? Vous vous satisfaites sans doute des médias qui ici sur la région Rhône-Alpes ont fait le black-out total sur les manifs paysannes d’occitan? où le JT fait 20 mn sur les intempéries et 5 mn sur la fabication du Comté?
      Vous trouvez normal que sous prétexte de fake-news, les journalopes des merdias s’érigent en police de la vérité tout en étant grassement subventionnés par l’état et par Facebook? Vous trouvez judicieux que les grands médias soient la propriété des milliardaires, dont au moins 1 avionneur dont les activités sont aussi subventionné par NOS impôts. En 2014, Le Figaro devient le titre français le plus subventionné, juste devant Le Monde, avec 16 millions d’euros d’aides directes… C’est NORMAL pour vous ??? Si vous êtes journaliste ou pigiste commencez par balayer devant votre porte. Salutations

      Répondre
  6. Philippe LABANSAT

    Est-ce que notre payd et ses habitants ont définitivement satisfait tous leurs besoins ?
    Je me suis laissé dire qu’il reste quelques millions de personnes mal logées, mal nourries, mal soignées, mal éduquées…
    Est-ce que nous n’aurions pas de multiples richesses à créer et échanger en travaillant déjà à la prospérité des habitants du pays…

    Répondre
    • bernadette

      Bonne idée Philippe mais avant il devient nécessaire de faire une évaluation de ces pauvres par les mairies et c’est aux Mairies d’en rendre compte à la population. Dans ma petite commune, il y avait des permanences d’assistantes sociales et aujourd’hui il n’y a plus rien.

      Répondre
  7. JJ Lalanne

    Les services sociaux je les ai plutôt vus sur convocation pour que la préfecture qui les avait saisis puisse valider mon expulsion du logement par une riche propriétaire pour vente en vide pour la deuxième fois (pour la même raison) après plus de 30 ans d’occupation paisible. Coût de l’ expulsion: 4000 euros (je dis bien quatre mille) saisis sur mon compte bancaire pour l’ huissier et jeter la plupart des biens de toute ma vie à la déchetterie ( et rien là-dedans pour la propriétaire qui avait déjà été largement payée, rien que pour l’ huissier et les sortes de voyous qui officiaient à la vue d’ un commandant de police dépassé). Normal au nom du droit à la sacro-sainte propriété. Je me suis retrouvé à la rue avec juste les vêtements que je portais et ma voiture… Une pensée reconnaissante à Alain Douaud, seule personne qui quelques temps auparavant m’ avait proposé de me dépanner, mais quand ça arrive on reste inerte, dans son coin. Quand aux services sociaux, ils remplissent des papiers aux heures ouvrables, sinon c’ est comme tout le monde, ils s’ en foutent.

    Répondre
    • bernadette

      Bonjour jj lalanne,

      J’ai du héberger un membre de ma famille parce que la Mairie ne me proposait rien dans l’attente de la reconstruction d’ un collectif. J’ai subi un interrogatoire pour hébergement de ma part. Sorte de conventionnement Au préalable aucune information au sujet du delogement pour travaux de la part de la Mairie. Il a fallu aller à la pioche. L’Adil m’a informée que cette personne aurait dû être reloger, c’est une obligation de ta part des propriétaires. C’est ainsi…..

      Répondre
  8. bernadette

    Cette personne a subi un préjudice moral. Elle est actuellement logée dans un petit appartement. Le chauffage est plus ou moins défectueux mais la mairie lui a apporté des radiateurs d’appoint.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.