Bien évidemment quand je critiquais les décisions prises par François Hollande (Loi NOTRe, déchéance de la nationalité, CICE notamment…) j’ai vite été attaqué (voir insulté anonymement bien sûr) par ses partisans considérant que tout atteinte aux décisions prises par un élu national devant porter les mêmes idées que moi, était scandaleuse. L’esprit critique dirigé vers tout pouvoir constitue pour beaucoup un dangereux comportement dans une société où l’on cultive la notion « d’opinion dominante » ne supportant pas la contestation, sauf quand elle est utile à son parcours personnel,. Le comportement le plus paisible consiste à colporter des idées toutes faites, de’énoncer des concepts superficiels, de boire les décoctions médiatiques, de se contenter de répéter ce qui rassure… plutôt que ce qui dérange ! Pourtant j’ai bien du mal à entrer dans un moule, dans un militantisme béât ou dans un suivisme réputé utile ! C’est désormais au-dessus de mes forces!
Dans le contexte actuel j’avoue en effet ne pas me reconnaître dans un groupe politique organisé puisqu’ils tournent en rond cherchant à se construire soit dans une opposition systématique, soit dans une approbation idolâtre. Peu d’argumentations construites. Plus aucune « pédagogie » politique. Des affirmations dénuées de tout fondement et un déluge de positions se résumant à des « éléments de langage » ressassés constituent ce que l’on considère comme le débat politique. En fait il suffit d’avoir une grille de lecture reposant sur des valeurs immuables et de simplement se poser la question : cette position concourt-elle à l’égalité, à la fraternité, à la solidarité, à la laïcité ou au maintien de la liberté ? Ensuite je conserve mon droit de juger à partir de mes 50 années ininterrompues d’engagement dans tous les secteurs de la vie collective !
Si on prend un exemple concret de la gouvernance actuelle du pays il est possible de démontrer quelle repose sur la guérilla sociale rapide ouvrant des fronts multiples de telle manière qu’il n’y ait jamais de réponse massive possible. Les citoyens qui ne gobent pas tout peuvent en témoigner s’ils prennent le temps de raisonner globalement et pas seulement sur leur propre sort… Toute la stratégie repose sur une analyse : l’individualisme a gangrené le pays et il rend possible si l’on va vite toutes les attaques. On l’a vu avec la brutalité de la suppression des emplois aidés… Trop tard pour les collectivités, mes associations qui ont été plongées dans l’incertitude sur leur sort durant les vacances !
Les retraités dont on a soigneusement entretenu au préalbale une image de « favorisés » se font ponctionner mais ne réagissent surtout pas collectivement…Ils attendront octobre pour vérifier qu’ils sont provisoirement bénéficiaires après exonération d’une taxe d’habitation au niveau variable d’une commune à l’autre. En effet il sera aisé de démontrer que le même niveau de pension ponctionné via la CSG aura des conséquences dans les zones rurales (TH faible) ou les grandes villes (montant beaucoup plus élevé). Encore une fois les ruraux seront les cocus de l’affaire puisque le prélèvement est forfaitaire et le niveau d’exonération est très variable selon leur lieu de vie ! Electoralement cherchez le plus rentable. L’objectif proclamé : être solidaire des salariés ! Mais pour permettre aux EHPAD de fonctionner à peu près convenablement on va contraindre les salariés à travailler un second jour férié… afin d’alimenter la CNSA !
En baissant le niveau des retraites on rend en plus l’écart entre celles qui sont inférieures à 2 000 € par mois et le tarif des EHPAD beaucoup plus élevé ! Et s’ils ne peuvent pas payer on se retournera sur l’héritage (récupération APA sur les sommes perçues dans la décennie précédente) ou en sollicitant les enfants et même les petits-enfants pour payer ! Inutile de préciser que tous les retraités se pensent à l’abri de la maladie, de l’isolement et de la dépendance et que ces mesures successives ne les concernent pas : le gendre idéal de l’Élysée en jouent ! L’objectif implicite est clair : assurez-vous au plus vite (si vous en avez les moyens) contre les conséquences financières de la dépendance liée à des maladies dégénératives en constante augmentation ! On va dans la suite de ces réformes ajouter très vite une porte ouverte vers la retraite par capitalisation réservée aux classes les plus aisées ! Bien évidemment il s’agirait d’une véritable rupture de l’égalité sociale et le la solidarité humaine mais comme ce ne sont plus des références politiques il ne faut pas tenter de l’expliquer car c’est de l’opposition systématique ou comme dirait François Hollande de la « fronde » !
Il ne s’agit donc pas d’être pour ou contre l’occupant du palais de l’Élysée mais simplement de comprendre en quoi ce type de réformes empilées les unes sur les autres vont à l’encontre de l’intérêt des plus faibles, justement celles et ceux qui ne peuvent pas les contester. Et c’est valable dans bien d’autres secteurs !

8 Réponses

  1. LAVIGNE Maria

    Jupiter, égal à lui-même, arrogant, méprisant, rappelant qu’il était Jupiter face à ces deux journalistes, je dis bien journalistes et non domestiques. Il n’a pas aimé que E. PLENEL lui rappelle qui est aux commandes de la SNCF, l’énarque PEPY, madame PARLY payée plus de 50 000 € mensuels, madame BORNE, directrice de la stratégie, récompensée en devenant ministre. E. PLENEL ne devait pas jeter en pâture les noms et les salaires, par contre les menus avantages des cheminots, eux doivent être supprimés.
    Non, décidément, il n’y a rien à attendre de cette équipe. Seuls les journalistes qui ont cassé les codes des interviews passées ont fait passer un peu d’air nouveau. Que vive la presse libre !

    Répondre
    • Frindel Michel

      Bonjour Maria.
      Autant je trouve que notre ami JMD a une pensée qui mérite toute attention, autant je trouve votre commentaire sur la prestation de notre Président de la République hier vaut d’autres considérations. Quand vous vous exclamez, en guise conclusion « Vive la presse libre » , j’imagine que vous ignorez de quoi vous parlez . Car BFFMTV est la propriété du groupe Nextradiotv (http://www.nextradiotv.com/fr/), dont le patron n’est autre que Patrick Drahy dont la fortune est estimée à 50 milliards. A lui tout seul, il pourrait presque, éponger la dette de la SNCF ! On le surnomme le « tycon » des télécoms et des médias. Même si il a trop embrassé, et mal étreint. Il connaîtrait en effet quelques inquiétudes.
      Mais là n’est pas seulement, mon propos. Je voudrais vous parler d’Edwy Plenel que vous avez l’air d’apprécier. Certes il quelques références. Cet ex-membre de la Ligue communiste révolutionnaire (nul n’est parfait) est aussi à l’origine de « bons coups ». Il faut le reconnaître. Fort de sa réputation, il a oublié depuis longtemps la modestie. Désormais il joue avec les phrases et les mots avec brio pour se poser en donneur de leçons. Dans cette soirée il a toujours excellé dans son art de faire les réponses dans ses questions. Pour ma part, je trouve cette façon de faire intellectuellement malhonnête. Je ne vous vanterais pas non plus le patron de l’antenne Jean-Jacques Bourdin, le plus populiste de tous les spécialistes de l’interview des matinales. Il est souvent insignifiant. Il a été aussi le faire-valoir de Edwy Plenel, qui l’aura bien aidé à faire de cette soirée un coup minable de deux heures et trente-neuf minutes. Mais ces deux personnages devront reconnaître quand même qu’il y avait du répondant en face d’eux. Car le Président élu des français, a une tête bien faite ! Il connaît tous les dossiers dans le détail. Il a su répondre avec très grande précision sur tous les sujets. Il a du se battre parfois pour le faire. Mais il y est parvenu.
      La preuve celui que vous nommez JUPITER, est sorti content de la bonne soirée qu’il a passée et il s’est déclaré près à revenir dans un an !

      Répondre
      • J.J.

         » Il a su répondre avec très grande précision sur tous les sujets. Il a du se battre parfois pour le faire. Mais il y est parvenu. »

        Il y a des gens qui savent se contenter de peu, c’est signe d’un heureux caractère……quant à la sincérité et à la véracité des déclarations, sans parler d’honnêteté intellectuelle ….

        Enfin si notre Jupiter d’opérette (bien que je préfère celui d’Offenbach) sous influence étasunienne est content de lui, tant mieux, il y aura au moins une personne à qui ce spectacle aura plu.

  2. J.J.

    Il paraît que de naïfs français ont attendu cette année pour réaliser que l’occupant de l’Elysée (à titre provisoire, souhaitons le) menait une politique de droite !
    Le centre est un faux nez pour une droite timorée, hésitante et honteuse.

    Lequel centre pousse ses racines très loin dans ce qui osait se prétendre de gauche, et qui s’est fait hara-kiri par son manque de détermination : en éliminant les « frondeurs », et en pratiquant la politique méprisante et droitière de Valls.

    On ne peut se prétendre être ni de droite ni de gauche, c’est unes escroquerie intellectuelle.
    Un banquier apolitique, ça s’appelle un oxymore.

    Répondre
    • Frindel Michel

      Bonjour
      Il y a des moments où il vaut mieux s’expliquer le dos au mur. C’est là que certains réussissent le mieux.!

      Répondre
  3. bernadette

    Il me semblerait qu’il y a auto destruction de la société dans laquelle nous vivons. La masse salariale s’auto detruit par le haut pour cause de management inadapté aux contraintes de l’emploi français. Le choix de la Ligne à Grande vitesse induit un appauvrissement du nombre de salarié parce que plus il y a rapidité du transport, moins de service au public donc moins de salariés et plus de risques d’accidents.
    Quant à la bagnole, les compteurs de vitesse des moteurs ont été fabriqué pour aller vite et se faire flasher pour payer une amende. (Financement de la crise de la dette oblige). Ah la performance c’est magique !

    Répondre
  4. bernadette

    Comment voulez vous parler retraite lorsqu’il y a plus d’inactifs que d’actifs ?
    Il faut embaucher pour parler retraite.
    Trop de delocalisation et de restructuration d’unités de production ont tué l’emploi et provoqué du chômage partiel et durable.
    Embauchons, embauchons des manuels parce qu’il y en a peu.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.