Nous, conseillers départementaux des cantons de la 12ème circonscription de Gironde, souhaitons interroger publiquement le vote de notre députée, Christelle Dubos, membre de la République en Marche, sur le projet de loi asile et immigration.
Puisqu’elle rend compte de son action les 24 et 26 avril aux citoyens de notre circonscription, rencontre à laquelle nous n’avons bien sûr pas été conviés, pourra-t-elle expliquer son vote en faveur de cette loi qui permet la rétention des enfants et transforme en délit le fait de ne pas avoir de papiers ? Ou préférera-t-elle user de démagogie en plaidant le vague assouplissement du délit de solidarité obtenue in extremis par les débats houleux au sein de son propre groupe, sans même être capable d’aller jusqu’à s’aligner sur le droit international.
Comment justifie-t-elle que les députés LREM qui viennent eux-mêmes de l’immigration ou des milieux associatifs se soient abstenus lors du vote ? Se sent-elle à l’aise avec un ministre qui emploie abusivement les termes d’invasion ou de submersion et se soucie bien plus d’éloignement que d’intégration ?
La République en Marche et avec elle notre Députée montrent leur vrai visage sur le vote de ce texte ; notre République à nous n’est définitivement pas construite sur les mêmes valeurs.
Anne-Laure Fabre-Nadler et Jean-Marie Darmian Conseillers départementaux du canton de Créon; Marie-Claude Agullana et Guy Moreno, Conseillers départementaux du Canton Entre-Deux-Mers; Christelle Guionie et Bernard Castagnet Conseillers départementaux du canton Le Réolais et les Bastides

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.