monde

Le 8 mai 1945 une part du monde mettait un terme à la pire des périodes de son Histoire. On sait fort bien qu’il s’agissait d’une course de vitesse puisque les Nazis préparaient des armes de destruction massives qu’ils n’eurent pas le temps de finaliser. Certains de leurs savants étaient très avancés dans le secteur du nucléaire. En temps de guerre tout est permis en matière de culture de l’horreur et d’ailleurs, lorsque tombèrent les bombes sur Hiroshima (6 août 1945) et Nagasaki (9 août 1945) il n’y eut pas beaucoup de voix qui s’élevèrent pour condamner un acte barbare. Les nazis ont été en effet les premiers à avancer dans leurs recherches atomiques. Hitler avait approuvé ce programme qui lui aurait donné une puissance extraordinaire, encore inconnue de l’humanité. Le 2 août 1939 Albert Einstein avait envoyé une lettre au président des Etats-Unis Franklin Roosevelt pour avertir que l’Allemagne nazie était en effet capable de se doter d’une bombe atomique. Franklin Roosevelt a pris acte de l’opinion du physicien génial et le 28 juin 1941 il signait l’ordre exécutif 8807 sur la création du Bureau de recherches et de développement scientifiques. Quand les scientifiques ont confirmé que l’uranium pouvait être utilisé pour la création d’une arme super-puissante le projet Manhattan a donc été lancé aux Etats-Unis en septembre 1943. Il a réuni des chercheurs d’Allemagne, de Grande-Bretagne, d’Europe, du Canada et des Etats-Unis au sein d’une équipe internationale.
L’Allemagne possédait d’importantes réserves d’uranium. Celles-ci sont tombées dans les mains des Etats-Unis. En outre, le programme américain se déroulait mieux que les autres notamment grâce au génie du physicien allemand illustre Werner Heisenberg. Les progrès rapides du projet Manhattan aux étapes initiales témoignent que les Américains possédaient des informations supplémentaires. Ces informations ne pouvaient provenir que de l’Allemagne . Ainsi Hitler n’est pas parvenu à créer le premier l’arme nucléaire et c’est probablement ce qui a été décisif dans le sort de la dernière guerre mondiale. Depuis les capitulations de l’Allemagne et du Japon ces deux pays sont interdits d’armement nucléaire quand partout dans le monde la course aux armes de destruction massive a été continuelle. Mais ailleurs ça prolifère !
Un « traité de non-prolifération » a pourtant bel et bien été signé mais il est contourné par des Etats signataires ou non-signtaires. Chez les « officiels » on trouvait en 2017 : la Russie : environ 4 300 têtes nucléaires dont 1 950 actives ; les États-Unis : environ 4 000 dont 1 800 actives ; la France : environ 290 dont 280 actives ; le Royaume-Uni : 215 dont 120 actives et la République populaire de Chine : environ 270 ! Il y a aussi trois pays, non-signataires du TNP, disposant de l’arme nucléaire comme l’Inde avec stock estimé à 130 têtes nucléaires en 2017 (contre 110 à 120 en 2016) ; le Pakistan : stock officiel à 300 bombes en janvier 2017 (200 à 250 en 2016)  et surtout Israël dont le stock est estimé à environ 80 têtes nucléaires et dont on sait qu’il peut augmenter très vite ce potentiel. Il reste enfin la « fameuse » Corée du Nord qui posséderait à son tour les moyens d’expédier quelques missiles vers les USA mais qui est devenue la « protégée » de Trump depuis que Kim Jong-Il joue au poker menteur pourgagner du temps!
Tous les efforts de la communauté internationale consistaient à éviter que ce rapport de force extrêmement précaire du TNP soit bousculé par de nouveaux arrivants sur certaines zones de la planète et notamment au Moyen-Orient. Or la déclaration de Trump va à l’encontre de ces efforts d’accords internationaux très fragiles qui concernaient l’Iran… alors que l’on sait qu’un accord a été passé entre l’Arabie Saoudite et le Pakistan sur ce sujet et que le Brésil est en mesure de se doter de telles armes. La géopolitique n’est qu’un château de cartes ou un jeu de mikado dans lequel une pièce bougée peut entraîner des mouvements catastrophiques. C’est parti pour…
L’agité du bocal installé à la Maison Blanche a décidé de se retirer d’un accord avec l’Iran représentant un moindre mal, pour des raisons de politique intérieure et surtout pour la haine de ce qu’avait pu faire son prédécesseur. Il a choisi (en est-il conscient?) la date du 8 mai pour effectuer cette annonce ! Un symbole pour toutes celles et tous ceux qui ont érigé cette année encore « Monsieur… Le Pont » en garant de la paix dans le monde. Il y avait en effet peu de gens devant les monuments aux morts afin de rappeler qu’un Hitler avait défié la communauté internationale et tous ses règles sans que cette dernière réagisse autrement que par des déclarations lénifiantes du genre : « on regrette ! » ou « on condamne mais…  » ou « on va voir… » ou  » on va se parler… ».
Une forte « secousse tellurique » vient de se produire dans la région la plus explosive du monde. Elle va secouer fortement l’économie mondiale et notamment européenne (fin des marchés iraniens, montée en fléchche du pétrole, course aux armements). Nous sommes tous concernés et la Paix n’a jamais été aussi précaire. Nul ne connaît encore véritablement les conséquences de cette bravade débile de Trump. Je retiens seulement que le 8 mai 2018 soit 73 ans après une terrible catastrophe pour l’Homme, un nouveau mégalo auquel notre Président a claqué la bise et ouvert ses petits bras musclés nous a mis en danger dans un climat de demi-guerre régionale encore balbutiante. Peut-être que les générations futures commémoreront un autre 8 mai…et n’auront plus de pont !