Il y a le feu ! Inutile de préciser que l’affaire B…..est devenue au fil des mensonges, des imprécisions, des entourloupes réglementaires, des non-dits, des enfumages ou des fanfaronnades un écheveau juridico-polico-administratif ressemblant à cet amas de fil à pêche que l’on ne parvient jamais à démêler sans couper le nœud ! Elle met en évidence la faiblesse d’une démocratie incapable d’appliquer à certains les règles qu’elle applique férocement à d’autres. Il y a le feu au PAF et dans la presse écrite ! A chaque instant des salarié(e)s perdent dans des entreprises leur travail pour faute professionnelle supposée ou avérée sans soulever des tempêtes médiatiques. Chaque jour des gens peu ordinaires abusent d’un pouvoir qui leur a été accordé ou qu’ils se sont arrogés pour accomplir des actes répréhensibles. Mais bien évidemment tous ne vivent pas dans l’intimité de l’occupant du palais de la monarchie républicaine ce qui leur vaut rapidement des sanctions avérées irrémédiables pour leur situation personnelle et pas un méli-mélo dialectique noyant des faits pourtant avérés.
Cette séquence ne devrait réjouir personne dans la sphère publique car elle décrédibilise des hommes réputés suffisamment responsables et honnêtes pour mériter de gouverner la sixième puissance économique de la planète et des fonctionnaires payés pour mettre en œuvre les lois et règlements édictés au nom du peuple français. Les plaies démocratiques seront longues à cicatriser car il sera longtemps fait référence à ces manquements indiscutables à ce qu plus personne n’ose appeler la morale républicaine car elle s’est évaporée depuis belle lurette. L’incendie laissera des traces.
Les aventures extra-légales de M.B…. ont cependant eu un avantage concret pour le pouvoir en place. Dans l’incapacité avérée de mener à son terme la fameuse réforme constitutionnelle car il n’aurait jamais eu de majorité pour la mener à son terme, le gouvernement en a profité pour la renvoyer aux calendes grecques. Cette dérobade qui arrange tout le monde a été éclipsée au grand bonheur de la majorité présidentielle actuelle. Il est certain que toute attaque contre les modalités de fonctionnement du parlement prendra désormais des allures de provocation et qu’il va être difficile de démontrer que certaines adaptations sont dénuées de toute volonté d’affaiblir les oppositions. Le Président du Sénat; Gérard Larcher en vieux roublard a vite senti qu’une faille venait de s ‘ouvrir dans cette réforme que ses collègues n’aiment guère : « il faudra des adaptations » a-t-il déclaré ! Dès maintenant il faut prévoir des difficultés inévitables sur des sujets qui nécessitent certes des ajustements du texte constitutionnels mais aussi un calendrier de mise en œuvre extrêmement compliqué car liée aux futures échéances électorales. M. B…. aura réussi au-delà des espérances des opposants à paralyser une réforme beaucoup plus dangereuse que son « maître » voulait bien le faire croire. Mieux valait pour LREM éteindre un incendie potentiel
Un autre volet de l’actualité ayant été occulté par cette « pantalonnade » élyséenne devrait normalement affoler la très grande majorité des françaises et des Français.Or il n’en est rien ! De gigantesques incendies se succèdent en Europe provoquant chaque fois d’impressionnants dégâts environnementaux mais aussi régulièrement des centaines de victimes. En Suède, en Finlande, en Grèce ça flambe et l’on se fait des illusions si l’on pense que le Portugal, l’Espagne ou la France seront épargnées au cours de cet été. Plusieurs experts en climatologie prévoient des canicules fréquentes durables et pouvant générer des températures de 50 ° dans l’Est de notre pays en 2050. On a relevé jusqu’à 32 °C dans le cercle polaire le 17 juillet dernier et pluss de 25 000 hectares de forêt ont été détruits  en Scandinavie avec des températures record allant jusqu’à 35 ° en Suède. Une situation épouvantable en Grèce, où près d’une centaine de personnes sont mortes ou disparues dans des incendies sans précédent causés par la sécheresse et la chaleur. Rappelons qu’en 2017 ce sont 64 personnes qui avaient péri e=et plus de 250 avaient été blessées dans un gigantesque incendie de forêt parti le 17 juin au cœur du Portugal. Comme dans les environs d’Athènes une grande partie des victimes meurent dans leurs voitures, piégées par les flammes. Les derniers incendies grecs sont donc les plus lmeurtriers du XXI° siècle ! Sommes nous vraiment exempts sur le sol français de telles tragédies ? Nul ne peut prétendre que non !
L’exceptionnel pourrait en effet devenir banal, estiment plusieurs chercheurs qui imputent ces phénomènes extrêmes au réchauffement climatique mais bien entendu les député(e)s français et les sénateur(trice)s sont occupés à régler des problèmes plus importants pour l’avenir de leurs mandants. Un spécialiste des questions énergétiques et écologiques alerte en révélant que « si nous ne faisons rien pour le changement climatique, nous encourons un réchauffement de 6 °C dans les dizaines d’années à venir ». Avec à la clé des aléas climatiques désastreux… Gageons que les dernières questions de la session posées au Sénat ou au Palais Bourbon ne traiteront pas de ce sujet car il restera à régler bien des questions essentielles sur la cas de M.B…. l’homme qui a mis le feu à l’actualité !