Le discours que j’ai prononcé au nom du conseil départemental à la manifestion (exposition, conférence) qui s’est tenue aux archives départementales de la Gironde à l’occasion des 40 ans du Comité départemental olympiuqe et sportif de la Gisonde
       
« Nous célébrons un nouveau temps fort de cette année de des 40 ans du Comité Départemental Olympique et Sportif de Gironde, dans un des départements les plus sportifs de France. Il y a eu de nombreuses étapes qui démontent le dynamisme de son président actuel ainsi que de l’équipe qui l’entoure d’une opération mémoire lancée en avril dernier à la maison départementale des sports. Aujourd’hui, nous nous retrouvons sous l’angle sport et culture avec cette exposition intitulée « Mémoire du sport en Gironde », la réédition de l’ouvrage « Naissance des Sports en Gironde » et la conférence qui suivra un peu plus tard . Cette soirée porte vraiment les valeurs du mouvement olympique dont jamais il n’a été aussi utile de rappeler la nécessaire pérennité en ce moment où nous sommes les uns et les autres très inquiets sur l’avenir d’un secteur social capital  pour la  liberté, l’égalité et la fraternité.
        Il est donc indispensable à travers cette exposition comme à travers bien d’autres initiatives, le parcours réalisé en gironde, l’un des départements français qui compte le plus de licenciés mais probablement compte-tenu des multiples outils dont dispose le département (pistes cyclables, chemins de randonnées, mer, lacs, installations comme les city-stades, les aires naturelles diverses…) un nombre de pratiquants extrêmement élevé . Cette rétrospective permet justement de vérifier combien sous l’influence des structures sportives le sport élitiste est vraiment devenu un sport pour toutes et pour tous.
        A cet égard je voulais souligner combien le CDOS est un partenaire fidèle du Département, notamment pour le développement de ces pratiques réglementées, pour l’accès à toutes les formes de sport et pour la mixité à laquelle nous sommes très attachés. Je connais personnellement les efforts effectués depuis ces dernières années par Patrick et son équipe pour moderniser, défendre et surtout développer le CDOS. Je voudrais les en remercier car jamais nous n’avons eu autant besoin dans cette période d’exclusion sociale, de développement des communautarismes, de montée des nationalismes de donner tous son sens à l’esprit olympique.
        Cette exposition rappelle  aux passionnés de sport et curieux du passé, l’histoire des activités physiques en Gironde à travers différents documents, objets, trophées, parfois insolites, témoignant de l’évolution des disciplines et des pratiques au fil du temps. Elles ont techniquement évolué ! Elles restent pourtant stables sur les fondements. Réalisée par le CDOS cette rétrospective  rassemble essentiellement des documents issus de collections privées et sont donc présentés au public à titre tout à fait exceptionnel. Des souvenirs certes mais surtout des symboles des vertus de l’effort, du dépassement de soi, de l’engagement citoyen autour de l’action au seul bénéfice du plaisir des autres.
        Ce moment, mettant à l’honneur le sport en Gironde, est aussi l’occasion de rappeler la richesse du réseau d’acteurs associatif qui contribue à la richesse de la vie sportive départementale. J’ai été responsable de la vie associative et du sport en tant que secrétaire général adjoint de l’Association des Maires de France.     J’ai toujours tenté d’expliquer que de lourdes menaces se profilaient, à cause des textes européens contestant le bien-fondé de la loi 1901 au nom du sacro-saint principe de la « concurrence libre et non-faussée ». Elles sont là… et il faudra une action solidaire vigoureuse et cohérente pour infléchir des décisions inquiétantes pour les fondements de la citoyenneté active.
        J’ai alerté depuis longtemps, avec Patrick et les  acteurs associatifs les plus lucides, sur les dangers que représentaient l’évolution des textes officiels. J’ai eu l’impression de donner des conseils dans les vestiaires à une équipe battue d’avance. Maintenant la situation exige un moral de vainqueur pour éviter les désillusions. Comment  ne pas être inquiet sur demain quand l’augmentation d’une année sur l’autre des dépenses de fonctionnement du département et des grandes collectivités, c’est à dire les subventions au monde associatif, sont désormais limitées par un ukase gouvernemental à 1,2 % d’augmentation alors que l’inflation est déjà à 1,7 % ? Qui en subira les conséquences
        Le département a choisi de maintenir le cap et de ne pas céder sur ses valeurs : soutenir le monde associatif et notamment le sport malgré la lourde sanction financière dont ils fera victime avec vous en 2019. Votre dynamique vérifiable à travers les évolutions portées par cette exposition est aujourd’hui très menacée par ces multiples décisions gouvernementales relatives à la gouvernance et au financement direct ou indirect du monde sportif.
        Cette dynamique que nous continuerons à encourager et à développer permet, dans des quartiers dits difficiles, dans les secteurs du croissant de pauvreté girondin, dans les zones rurales  de conserver un lien avec les publics fragiles, de tisser du lien social, d’offrir des activités sportives aux plus jeunes, de permettre l’accès au sport au plus grand nombre.
        Le sport n’est pas un remède miracle ponctuel mais surtout un traitement de fond du mal-être profond qui ronge notre société.
        Dans les clubs, bénévoles, formateurs, dirigeants, pratiquants licenciés ou non, se mobilisent pour permettre à chacune et chacun de poursuivre sa passion, de progresser, de se dépasser . Par les valeurs républicaines qu’il porte et qu’il a toujours porté, le sport constitue à la fois un outil irremplaçable de lien social, de mixité et d’acceptation de l’autre. Il joue un rôle crucial dans l’éducation, la citoyenneté ou encore la santé.
        Le sport est une activité socialement rentable !
        Le sport reste le creuset essentiel des échanges entre générations, entre sexe, entre gens de milieux différents.
        « Donner, recevoir, partager : ces vertus fondamentales du sportif sont de toutes les modes, de toutes les époques. Elles sont le sport. » Ces propos d’Aimé Jacquet, que j’aime personnellement beaucoup pour sa modestie et sa franchise devraient inspirer bien des décideurs !
        Le sport appartient à notre patrimoine humain et social immatériel essentiel à notre vie collective. Il est au moins aussi important que le patrimoine que les bâtisseurs ont figé dans le temps.
        Que vaut un splendide stade sans joueurs ou spectateurs ? Que vaut un bel équipement sans activités ? Que vaut une piscine aux bassins vides ?
        Le vrai patrimoine est celui qu’ont construit depuis des décennies les passionnés de l’action collective depuis des années !
        Le vrai patrimoine personnel ce sont les souvenirs de victoires ou de défaites, de partage heureux ou malheureux, de réussites personnelles ou collectives acquises sur un stade, une piste, une route, un sentier, un parquet ou un plan d’eau! 
        Merci au mouvement sportif olympique d’offrir aux archives départementales cette opportunité de vérifier qu’il ne peut  y avoir d’avenir solide dans le sport comme ailleurs qui ne se réfère pas au passé. Bravo à toutes et à tous ! »