Alain Juppé a cédé à la tentation du…. Palais Royal lui qui avait résisté, malgré un livre ayant alarmé ses fans à celle de Venise(1). Il n’a pas pu ou plus certainement pas voulu, se confronter pour la énième fois au suffrage universel même si tout le monde s’accordait à lui prédire une victoire. Il a cédé aux charentaises dorées du Conseil constitutionnel quand il lui fallait continuellement descendre dans la mouscaille du quotidien d’une ville des extrêmes puisque offrant un visage dynamique, conquérant et accorte quand le corps est rongé par une pauvreté chiffrée à 17,2% soit un niveau nettement supérieur à la moyenne de la France métropolitaine (15,3%), de la région (13,7%) comme à celui de la métropole bordelaise (14,1%). J’avoue humblement que je comprends son choix que j’ai effectué avec émotion, dès 2013 pour l’année suivante, dans un contexte beaucoup moins exigeant que celui dans lequel évoluent tous les maires actuels. Il est symptomatique de la détresse dans laquelle se trouvent les élus(es) locaux(cales) qui ne voient devant eux que soucis, critiques, attaques voire insultes… et plus encore procès, querelles, conflits et violences. C’est devenu du quotidien !

Entouré de milliers de personnes au service de ses politiques, protégé de tout problème sérieux par l’appareil d’Etat, détenteur d’une image lui permettant de résoudre bien des difficultés, jamais confronté directement à l’angoisse individuelle il avoue : « La vie politique c’est un combat, je l’ai fait pendant plus de 40 ans, toujours avec passion. Aujourd’hui, le contexte change. L’esprit public est devenu délétère. La montée de la violence, sous toutes ses formes, verbale et physique, le discrédit des hommes et des femmes politiques, réputés tous pourris, la stigmatisation des élites, dont tout pays a pourtant besoin… » Heureux qu’il le dise mais espérons qu’il ne l’oubliera pas quand il chaussera ses babouches du Palais Royal car bien des textes qu’il aura à examiner ne font que complexifier, abîmer, détériorer voire détruire la confiance qui existe entre les mandataires (électrices et électeurs) et les mandants(élus-es).

C’est le bout du chemin pour une démocratie représentative discréditée par le comportement d’une poignée de ses membres éminents et je maintiens que beaucoup d’autres maires, moins gâtés, moins servis, moins soutenus succomberont à la tentation de la pantoufle devant la télé ou à celle de la chaussure de marche pour arpenter de sentiers moins glorieux que ceux du suffrage universel mais plus aérés. Alain Juppé a la chance extraordinaire de pouvoir oublier une ville qui lui fut offerte en tournant les pages de ce monde politique dans lequel il faut absolument s’endurcir le cuir, accepter l’inacceptable et souvent se satisfaire de très rares moments d’échanges sincères. « Dans ce climat général, infecté de mensonges et de haine que véhiculent les réseaux sociaux, la vie publique est devenue difficile à vivre et lourde à porter. Je tiens à continuer à servir notre République dans un environnement de travail plus serein. Le conseil constitutionnel m’en donne la chance. C’est le garant du respect du texte fondamental qu’est notre constitution. Je mesure l’honneur qui m’ait fait de pouvoir y siéger. »... En effet c’est pour lui, dans le fond, un séjour dans un centre de thalassothérapie où on n’utilise pas la boue pour vous guérir de vos états d’âme mais d’une douce onction permettant d’atténuer les blessures. D’autres n’auront que quelques centaines d’euros octroyés par l’IRCANTEC et des regrets plein la tête.

L’avantage essentiel d’un départ anticipé c’est en effet que vous ne laissez que des regrets derrière vous selon le principe que vous devenez plus grand quand vous êtes absent que quand vous mettez les mains dans le cambouis. Alain Juppé le sait. Il a donné. Il l’a compris depuis longtemps. C’est une constante. On ne devient jamais plus populaire que quand l’on n’agit plus et donc que l’on ne mécontente plus. La vox populi et les médias vous enveloppent dans les louanges. Vos adversaires modèrent leurs critiques. Vos ennemis rengainent leurs armes car ils savent que les balles sont désormais à réserver au successeur. Je suis certain que le futur ex-Maire de Bordeaux n’est pas dupe de cette avalanche de propos réconfortants de ses « thuriféraires » anticipés. Il aurait tort d’oublier que dans les mauvais moments où dans la neige et la température glaciale ressentie au Québec il a découvert que l’isolement peut détruire inexorablement les certitudes sur sa puissance personnelle. On s’habitue vite à l’absence. On s’habitue beaucoup moins vite à l’oubli.

Il sera désormais impossible de dire si Alain Juppé quitte Bordeaux ou si Bordeaux n’aurait pas voulu, un jour, le quitter. En tous cas il l’avoue lui-même pour l’instant que c’est « l’envie » qui l’a abandonné. Oui mais en… 1993 il écrivait pour présenter son livre (1) : «  On comprendra, je l’espère, pourquoi, tout compte fait, ma passion du politique est toujours plus forte que ma tentation de Venise. Bref pourquoi, moi aussi, je continue… » La passion ne suffit plus… elle a été élimée, usée, déchirée par l’usure inexorable du pouvoir. Pour lui certes mais aussi comme pour beaucoup d’autres !

(1) La tentation de Venise Grasset.

9 Réponses

  1. J.J.

    «  »le discrédit des hommes et des femmes politiques, réputés tous pourris » »,

    Il ne manque pas d’audace, le crocodile bordelais !

    Ce triste sire n’aurait-il pas été condamné il y a quelques années pour de sombres compromissions, qui ont justement contribué à conforter, initier, généraliser abusivement, ce discrédit attribué au personnel politique ?

    Ne peut on pas être inquiet autant que scandalisé, de voir confier à un personnage pourvu d’un assez coquet casier judiciaire, qui aurait provoqué la révocation de n’importe quel fonctionnaire, (une éventuelle amnistie n’y ferait rien, les faits sont là), après la succession de Michel de Montaigne, et au pays de Montesquieu, le pouvoir de décider de l’Esprit des Lois ?

    Répondre
    • François

      Bonjour !
      @J.J., votre propos est bien la « preuve par neuf » d’un esprit politico-anarco-ringard.
      Dans cette vieille affaire, vous oubliez (sciemment je pense!) que la situation d’alors tendue et … déjà délétère nécessitait la rupture d’un fusible pour que d’autres puisent continuer … plus blancs que blanc ! Même si ce fusible était « le meilleur d’entre-nous » !
      La Justice, dans ce cas précis, a exécuté un travail de prévention beaucoup plus que de condamnation.
      Je n’irai pas jusqu’à vous dire qu’on ne touche pas à Monsieur Alain Juppé mais, quand je vois la kyrielle de louanges prononcées par les personnages irisés qui ont côtoyé son action, je pense humblement que votre diatribe est franchement inadéquate.
      Cordialement

      Répondre
      • J.J.

         »Les français ont la mémoire courte » prétendait le ci devant maréchal Pétain. C’est une de ses rares déclaration de bon sens.
        « Les personnages irisés qui ont cotoyé son action »(sic) ne m’impressionnent pas vraiment, des notables pour lesquelles je n’éprouve pas une admiration sans bornes, pour faire court.
        Monsieur Chirac avait expression un peu cavalière pour exprimer ce que je pense de votre opinion à mon égard (qui a tout d’une attaque « ad hominem »), n’ayant pas, que je sache, sollicité votre avis, ni exprimé le mien àvotre égard.
        Il n’en reste pas moins que l’on est en droit de n’avoir pas plus de considération pour le crocodile girondin que pour n’importe quel délinquant, sans compter, comme dégâts annexes, le tort qu’il a causé à toute la classe politique.
        Que vous le vouliez ou non, monsieur Juppé a été condamné par la justice.
        27 pluviôse 226
        Salut et Fraternité

  2. CRR

    Certes il est difficile d’oeuvrer en politique…mais les politiques ne sont pas tous investis dans le bien public…ils se servent parfois copieusement…et ceux-là desservent tous ceux qui sont engagés dans une franche démarche…

    Répondre
  3. faconjf

    Bonsoir;
    les faits: Le 30 janvier 2004, Alain Juppé, président de l’UMP, est condamné en première instance par le tribunal de Nanterre à dix-huit mois de prison avec sursis et à dix ans d’inéligibilité dans l’affaire des emplois fictifs du RPR et de la Mairie de Paris. Ainsi, en sa double qualité de secrétaire général du RPR et d’adjoint aux Finances à la mairie de Paris, Juppé est reconnu coupable d’avoir employé, pour son parti, sept permanents censés travailler à la ville de Paris. En droit, cela porte un nom: prise illégale d’intérêt.

    L’ancien secrétaire général du parti de Jacques Chirac, voyant sa carrière politique s’effondrer, évoque un « séisme » et décide de faire appel. Le 1er décembre 2004, la cour d’appel de Versailles se montre plus clémente et réduit sa condamnation à quatorze mois de prison avec sursis et à un an d’inéligibilité.
    Une vieille histoire, et la trop fameuse immunité du Président, où fourmillent petites mains et gros bonnets du RPR confrontés à des magistrats pugnaces.

    Donc, je le redis ici, Juppé est maintenant membre du conseil constitutionnel ET a été condamné par la justice.
    Salutations républicaines
    source ; https://www.lexpress.fr/informations/l-affaire-juppe_654940.html

    Répondre
  4. Jouvet Fabienne

    Cet homme a été condamné pour des faits confirmés, (même s’il en partageait la responsabilité avec d’autres) il c’est exilé au Canada.. puis à la fin de son inéligibilité, il est revenu, à repris la mairie (les gens des fois….pfff!) ce môsieur a autant de dédain, que EM pour les « petits » …autant d’empathie qu’une grenouille, et le voilà « garant de nos droits » ???…..ça vous fait pas peur?…moi si.

    Répondre
  5. Eyquem

    Je partage l’avis de François….
    Au regret de constater que le nouvel esprit (?) «  gilets jaunes » alimente la pensée des intervenants de ce blog….
    L’horizon s’éclaircit… l’avenir de notre pays est dans de bonnes mains vertueuses!

    Répondre
      • J.J.

        Parce qu’un individu condamné pour prise illégale d’intérêts, quelles que soient les raisons qui l’on amené à commettre ce délit, invité à siéger au conseil constitutionnel, une des plus hautes instances de l’Etat, ça ne vous choque pas ?

        Vous pensez vraiment que six mois de prison avec sursis lui ont redonné le sens moral ?

        Evidemment quand observe on les contorsions de la justice avec les Balkany, Guéant, Cahuzac, « feu » Dassault, j’en passe et des meilleures, on ne peut plus s’étonner de rien.

        Vous n’avez pas dû être très attentifs pendant les cours de morale, si vous en avez jamais suivi, ou alors la vôtre est très élastique, à l’instar de votre indéfendable idole.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.