La terre a tremblé en Charente Maritime et en Nord Gironde. L’explication de cet événement exceptionnel n’a rien d’inexplicable pour les sismologues qui parlent de la réouverture d’une « vieille » faille entre deux plaques tectoniques. La France se trouve dans la même situation. Chaque jour qui passe les risques d’une secousse brutale et violente, révolutionnaire, se profilent et la fracture s’élargit entre des pans entiers de la société souterraine. Certes les commentateurs (trices) s’évertuent à faire durer la secousse tellurique de samedi dernier qui leur permet de « vendre » des minutes d’antenne alors qu’il faudrait une analyse plus large de la situation réelle. Ils sont loin, très loin de la vérité.

Ces millions de personnes qui ont voté pour le Président de la République actuel, avec l’espoir qu’en repoussant le Front national et en élisant une personnalité jeune, sans expérience et apparemment dynamique ils ouvriraient les fenêtres de leur quotidien sur le Nouveau Monde sont désormais avec le vide devant eux. Les « cocus » de gauche du premier tour des présidentielles qui ont vu leurs valeurs incapables d’être portées par un seul candidat n’attendent plus rien de la situation parcellaire actuelle. Eux-aussi ont plongé dans la plus grande des désillusions. Toutes celles et tous ceux qui se sont détournés de l’acte démocratique essentiel qu’est le vote, par dépit et par dégoût ne reviendront que pour partiellement témoigner de leur révolte ! La catastrophe menace aux prochaines européennes.

Le niveau d’abstention (+ de 57 %) atteint lors des élections européennes de 2009 sera battu et même pulvérisé dans quelques mois. Bien plus que de se pencher sur les scores de telle ou telle liste potentielle, il ne faut retenir qu’un seul chiffre d’un sondage quotidien Ifop-Fiducial pour Paris Match, CNews et Sud Radio : l’abstention atteindrait 59,5% et ne cesse de progresser à chaque publication des résultats. Imaginons un peu que 6 électrices et électeurs sur 10 resteront devant leur écran, tondront leur gazon ou bricoleront dans leur maison. Le pire c’est parmi les jeunes puisque seul un électeur de moins de 34 ans sur cinq se dit prêt à aller aux urnes dans deux mois… alors que bon nombre d’entre eux sont loués pour leur attitude exemplaire en faveur du réveil de la sensibilité écologique. La France s’enfonce dans les sables mouvants de l’indifférence découragée ou de la colère non maîtrisée selon la position sociale.

Selon un autre sondage IFOP pour Atlantico, il n’est donc pas très étonnant que 39% des Français considèrent que pour changer la situation du pays, il faudrait une… révolution, tandis que 50% d’entre eux considèrent plutôt qu’il faudrait un programme de réformes ! C’est le reflet de cette coupure entre deux pays : l’un excédé, dépité, révulsé par le fait qu’aucune réponse n’est apparue depuis quatre mois à son mal-être et l’autre qui attend des réformes qui ne viennet pas . Elle est angoissante car elle place les Français parmi les Européens les plus « remontés » contre un système dans lequel ils ne croient plus ! La première chose à dire c’est qu’il s’agit d’un chiffre absolument spectaculaire. On observe en effet seulement 28 % de « révolutionnaires potentiels » en Italie, 20 % en Allemagne (tiens donc!), 14 % en Pologne, 13 % en Espagne dans des contextes totalement différents selon les gouvernement en place.

Le Grand débat n’était pas fait pour eux et il s’en moquent comme de leur première chemise puisqu’ils attendent des mesures pouvant les sortir des sables mouvants dans lesquels ils s’enlisent chaque jour un peu plus ! Selon l’analyse pour Atlantico.fr de David Nguyen : « l’adhésion à une logique révolutionnaire chez une grosse minorité des Français indique un niveau de tension politique élevé (…) Ce sondage montre que la colère était encore là et était prête à exploser à la moindre étincelle. C’est ce qui s’est produit lors de ce dernier samedi, probablement avec un effet de contraste avec un président sur les pistes de ski qui n’a pas dû arranger les choses. On voit bien que, malgré un grand débat presque terminé, le niveau de radicalité n’a pas du tout baissé. » Plus le temps passe et plus le malaise s’enkyste, se solidifie, se soude.

Le sentiment de colère qui est à priori le moteur principal d’un esprit révolutionnaire est bien présent à travers ce sondage puisque d’abord si 36 % des Français se disent déçus on arrive à 32 % en colère et pas moins de 28 % … dégoûtés ! Une France est désormais dans une situation de cocotte-minute sous pression maximale. La soupape a déjà été ouverte avec 10 milliards de dépenses sociales lâchées sans financement possible et un Grand débat national ultra-personnalisé qui ne peut que déboucher sur des mesures (on va taper sur les élus(es)) qui ne changeront pas le sort des « révoltés. L’explosion menace et plus la réponse ne sera que sécuritaire et « culpabilisatrice » plus elle renforcera la haine qui ruisselle dans les milieux en difficulté.

11 Réponses

  1. Bernadette

    Des bruits sourds ont déjà eu lieu en Nord Gironde et Sud Charente. L’information donnée à été un avion à réaction qui a passé le mur du son.

    Répondre
    • Christian Coulais

      Désolé de vous contredire mais un »Bang » sonique qui s’étendrait de Montendre, (épicentre du séisme) à Cénac (près de Bordeaux, ou j’ai bien ressenti les vibrations et un certain bruit sourd), c’est impossible ! +/- 70 kilomètres de distance.
      Quant à la République, entendre les bruits sourds d’une révolution larvée ou les bruits de bottes brunes…alors que le bulletin de vote peut être une arme fatale !

      Répondre
  2. puyo Martine

    Bonjour,
    Déçue, dégoûtée, en colère comme bon nombre de mes concitoyens.
    Maintenant, contre l’avis des responsables militaires, le gouvernement va faire intervenir l’armée pour protéger les bâtiments publics sensibles. l’Elysée et Matignon + quelques autres. C’est vrai que le chef de l’Etat c’est M. E. MACRON. Il a tous les pouvoirs. Alors…………
    Aucun dialogue, mais des annonces pour faire monter la colère : recul de l’âge de la retraite, augmentation des taxes sur les carburants pour financer les aides sociales aux plus démunis, etc……..
    je nous souhaite bien du courage.

    Répondre
    • J.J.

      Je suis bien d’accord, mais ce qui manque aux VRAIS partis de gauche, c’est d’être rassemblés par un intérêt commun, à l’inverse des partis de droite qui communient dans l’adoration de Saint Pognon.
      Mais surtout allez voter, blanc, si vous ne trouvez pas mieux, mais allez voter. S’abstenir fait le jeu du pouvoir.

      Répondre
  3. Mireille Tétrel

    Ce qui m’écoeure quand aux élections européennes, pour moi qui ai toujours voté à gauche c’est l’absence d’ accord entre les différentes listes !D’où , oui, l’envIe de m’abstenir !Sans doute ne le ferai -je pas mais c’est profondément décourageant !

    Répondre
    • Bernadette

      Bonjour MireIlle,
      Je me permets de vous informer que Paul Jorion à lancé une pétition pour qu’il soit intégré comme député européen. Si la description de son appel peut vous convaincre, signez la pétition. Vous trouverez cette pétition sur change.org.
      Bonne fin de journée

      Répondre
      • Bernadette

        Attention de bien lire, vous n’êtes pas obligé de signer.

  4. Philippe LABANSAT

    Je ne demande qu’à être convaincu que le vote du 26 mai va tout changer pour l’Europe, et je ne demande qu’à être convaincu que les prochaines fois que l’on va nous demander de voter, ça va tout changer également.
    Par contre, celui qui veut essayer de me convaincre, il va falloir qu’il s’accroche !
    J’ai une conviction : jeter, de temps en temps, des petits bouts de papier dans une boîte, ce n’est pas la démocratie ! Et il y a une énorme demande de démocratie dans notre pays. Le peuple veut décider, légiférer et gouverner. Il ne veut plus de Prince / despote tout puissant, concentrant tous les pouvoirs…

    Répondre
  5. Bernadette

    Je trouve anormal que la dématérialisation des services publics de l’Etat ait pu intervenir lors de sa restructuration au tout debut. Pourquoi l’Etat n’à t’il pas offert au peuple internet ?
    Pour ma part je dirai qu’internet est un outil de guerre

    Répondre
  6. J.J.

    Que vous votiez pour qui vous plaira ou pour personne n’est pas mon inquiétude.

    Je crains, si le taux d’abstention est élevé, que contrairement à ce que certains pensent, le pouvoir n’en sera pas affaibli : voir les dernières présidentielles.

    Au contraire, ce sera un argument donné au pouvoir qui ne déclarera pas que si les électeurs ne se déplacent pas ce n’est pas qu’ils désavouent les candidats, mais que citoyens irresponsables , ils ne s’intéressent pas à la politique.

    Votez pour qui vous voudrez, votez blanc si aucun candidat ne vous agrée, mais ALLEZ VOTER !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.