Depuis des décennies les Chinois se préparent à étrangler inexorablement leurs ennemis en utilisant les possibilités que leur offre la loi du marché. Ils achètent patiemment, silencieusement et méthodiquement ce qui constituera à l’avenir un enjeu majeur pour la planète : les gisements de matières premières stratégiques ainsi que les terres arables cultivées ou en jachère ! Ils savent que tôt ou tard l’appétit insatiable de le planète dans ces domaines les mettra en position de force. Ainsi dans la « guerre » économique enclenchée par le « malade » américain actuellement obsédé par la taxation de tout ce qui peut concurrencer les produits de son électorat va mal tourner. Trump va inciter le dragon chinois às e réveiller et à anticiper ce qu’il réservait aux pays occidentaux pour les prochaines décennies. Il va dans un premier temps surtaxer les terres rares américaines qui viennent chez lui pour être traitées et renvoyées dans l’industrie de pointe des pays occidentaux et memacer de réduire ses exportations.

En fait sous l’appellation « terres rares » on classe 17 métaux : le scandium, l’yttrium, et les quinze lanthanides (Lanthane, Cérium, Praséodyme, Néodyme, Prométhium, Samarium, Europium, Gadolinium, Terbium, Dysprosium, Holmium, Erbium, Thulium, Ytterbium, et Lutécium. Leurs propriétés particulières sont utilisées pour satisfaire le boom du numérique et des nouvelles technologies vertes ce qui en fait des matériaux stratégiques dont la découverte est étroitement surveillée. Des conflits armés en Afrique ont pour cause réelle la possession de gisements potentiels mais ils sont camouflés sous des motifs de tous ordres. Il faut dire que si certains métaux sont abondants (le cérium par exemple) d’autres sont en très petites quantités. Or ils sont devenus indispensables dans une période où les industriels de l’automobile tentent par exemple d’imposer les batteries de voitures électriques et hybrides. On les retrouve aussi dans les LED, les puces de smartphone, les écrans d’ordinateurs portables, les panneaux photovoltaïques, les éoliennes… L’industrie de la défense a elle aussi recourt aux terres rares dans la fabrication de capteurs de radars et sonars ou de systèmes d’armes et de ciblage.

La Chine accepte difficilement que l’on tente de museler le développement de Huwaei et elle brandit la menace de restreindre ses exportations des matières premières car elle sait qu’elle maîtrise la quasi-totalité de ce marché. Sur les 170.000 tonnes produites l’an dernier, 71% soit 120.000 tonnes sont chinoises. L’Australie (20.000 tonnes) et États-Unis (15.000) ne peuvent en aucune façon combler une restriction ciblée des ventes effectuée par Pékin. Les États-Unis sont tributaires à près de 80% des importations chinoises qui sont entièrement maîtrisées dans le pays (recherche, extraction, raffinage, commercialisation). La menace est donc très sérieuse avec des dégâts collatéraux potentiels. En 2010 en durcissant ses quotas d’exportation les Chinois avaient provoqué une flambée des prix et mis les autres puissances face à leur dépendance. Un procès à l’Organisation Mondiale du Commerce ont conduit les vendeurs à renoncer à des « quotas » . . En 2015, la politique des quotas de matières premières rares ont ét levés mais dès maintenant une première mesure non condamnable vient d’être décidée à Pékin : relever au 1er juin les taxes sur les terres rares en provenance des États-Unis, les faisant passer de 10% à 25% ce qui aura des incidences sur le prix des produits manufacturés !

​L’affrontement sino-américain commence à sérieusement inquiéter les autres grandes économies. La surenchère sur les droits de douane entre les deux pays va forcément avoir des retombées sur le prix des produits manufacturés. Si en plus l’approvisionnement en matières premières (c’est déjà le cas pour le pétrole suite au conflit potentiel avec l’Iran) se raréfie ou simplement se tend il va générer une nouvelle privation de pouvoir d’achat déjà au cœur des revendications sociales en France. Dans sa folie nationaliste Trump peut même faire encore plus de mal s’il décidait d’enclencher la guerre commerciale directement avec l’Europe.

Le vote aux européennes de 2019 va accentuer la fragilité globale de l’UE puisqu’elle va se tourner vers les mêmes principes que ceux défendus par Trump. Le « chacun pour soi » et le « tous contre les autres » volontairement créés par les influenceurs venus de Moscou ou de Washington contribuera à placer le vieux continent dans une situation intenable. Les prochaines semaines seront à cet égard décisive et les négociations entre Chinois et Américains seront certainement plus décisives pour notre avenir que bien des commentaires sur les performances électorales des uns ou des autres surtout si plus d’un(e) citoyen(ne) sur deux reste devant sa télévision fabriquée avec les terres rares dont il ignore tout !

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.