Dans le fond les milliers de soldats morts sur les plages de Normandie n’ont jamais su qu’ils tombaient dans l’eau salée, le sable humide, les prairies verdoyantes, sur les pavés luisants ou les marécages gluants pour un texte secret écrit par des représentants de cette petite partie du peuple de France qui croyait encore aux lendemains qui chanteraient. Depuis déjà plusieurs mois ils travaillaient dans le plus grand secret et en prenant des risques que l’on soigneusement masqués, au programme qui devrait redonner un sens au triptyque républicain. Peu de gens qui paraderont sur les estrades officielles savant qu’il s’est, dès le départ, merveilleusement intitulé « Les Jours heureux par le C.N.R ». Quel beau titre dans une période sombre ! Fait rarissime ce texte avait été adopté à l’unanimité dès… le 15 mars 1944 et a permis d’éviter cette véritable mise sous le boisseau américain que craignait par dessus tout de Gaulle.

Un petit opuscule d’une dizaine de feuillets donnait un sens à la Libération acquise au prix du sacrifice de ces Français, ces Américains, ces Anglais, ces Canadiens, ces soldats qui allaient ouvrir le chemin vers la République. Le 15 mars dernier c’eût été un véritable moment historique si par exemple un Président républicain avait lu le contenu de cette œuvre politique essentielle… 75 ans plus tard! On peut rêver ! Et pourtant c’eût été un acte libératoire essentiel.

Il est constitué de deux parties : un « plan d’action immédiate », l’action « légale » concernant la Résistance intérieure française à mener dans l’immédiat dans la perspective de la Libération, et des « mesures à appliquer dès la Libération du territoire », sorte de programme de gouvernement. Élaboré dans la clandestinité il faisait la synthèse des positions de tout l’éventail politique d’alors ! Un véritable miracle certainement rendu possible par l’urgence de préparer l’ouverture sur la lumière démocratique ! Mais qui connaît actuellement les « clandestins » qui raturèrent, refusèrent, approuvèrent un texte exceptionnel codifiant à la fois le fonctionnement de la résistance et surtout la gouvernance du pays dès que celle-ci aurait réussi son œuvre. Ils ont été oubliés quand bien d’autres ont eu l’hommage que l’on réserve aux héros ! Il est vrai que des « politiques » n’ont jamais mérité que la Nation retiennent leurs mérites.

Depuis le début 1944 des va et vient ont eu lieu entre les représentants secrets des mouvements de la Résistance pour achever une œuvre certes abstraite mais aussi stratégique que les plans de bataille. Qui sait quel rôle essentiel ont joué des hommes comme Pascal Copeau, Claude Bourdet et Antoine Avinin membres des Mouvements unifiés de la Résistance? Où sont leurs noms sur les livres de cette Histoire que l’on enseigne que de manière générale ? Ce sont eux qui ont eu la charge de consulter sans jamais les rencontrer les représentants de « France au combat », « Résistance » et le « Mouvement de libération nationale ». Le comité ne comptera que six personnes qui remaniera le projet dit le « Programme d’action de la Résistance ».

La totalité du CNR devra patiemment l’adopter sans jamais se réunir en formation plénière (trop dangereux) et immédiatement les querelles au sein de la Gauche vont débuter. Si socialistes et communistes sont d’accord sur l’après Libération et sur le programme des mesures à prendre ils se méfient les uns des autres concernant le développement de l’action immédiate qui pouvait conduire à la conquête du pouvoir ! Après une ultime modification du texte dans la première quinzaine de mars par Copeau, Bourdet et Daniel Mayer (celui-ci jouera un r^pole de référence ultérieurement)  l’appel à l’action immédiate est donc modifié et l’aspect social réformateur est accentué ce qui donnera des mesures qui sont en voie de disparition.

Le texte final fut donc considéré coomme adopté par le bureau du CNR le…15 mars 1944 et on voit vraiment très mal les responsables actuels des armées libératrices accepter de célébrer notamment le rétablissement du suffrage universel, les nationalisations ou la sécurité sociale. Entre la fin 44 et octobre 46 l’essentiel des mesures consensuelles seront vite adaptées et adoptées :

  • 26 août et 30 septembre 1944 organisation de la presse, interdiction des concentrations ;
  • 13 décembre 1944, institution des Houillères du bassin du Nord et du Pas-de-Calais ;
  • 18 décembre 1944, contrôle de l’État sur la marine marchande ;
  • 30 décembre 1944, relèvement des cotisations de la sécurité sociale40 ;
  • 16 janvier 1945, nationalisation des Usines Renault avec confiscation des biens de Louis Renault ;
  • 22 février 1945, institution des comités d’entreprise ;
  • 29 mai 1945, transfert à l’État des actions de la société Gnome et Rhône ;
  • 26 juin 1945, transfert à l’État des actions des compagnies Air France et Air Bleu ;
  • 4 octobre 1945, ordonnance de base de la Sécurité sociale ;
  • 17 octobre 1945, statut du fermage et du métayage.
  • 2 décembre 1945, nationalisation de la Banque de France et de quatre grandes banques de dépôt.
  • 18 janvier 1946, dépôt à l’Assemblée de projets de loi sur la nationalisation de l’électricité et du gaz.
  • 21 février 1946, rétablissement de la loi des quarante heures ;
  • 28 mars 1946, vote de la loi sur la nationalisation de l’électricité et du gaz ;
  • 24 avril 1946, nationalisation des grandes compagnies d’assurances ;
  • 25 avril, extension du nombre et des attributions des comités d’entreprises ;
  • 26 avril 1946, généralisation de la Sécurité sociale incluant la Retraite des vieux.
  • 19 octobre 1946 loi sur le statut de la fonction publique.
  • Il est aisé de comprendre pourquoi les « grands » ne parleront pas des 75 ans oubliés de ces quelques feuillets des « jours heureux du CNR »
  • Il est aisé de comprendre pourquoi les « grands » ne parleront pas des 75 ans oubliés de ces quelques feuillets des « jours heureux du CNR »

8 Réponses

  1. faconjf

    Bonjour,
    un rappel historique indispensable pour se souvenir d’où nous venons. Les années obscures de Pétain et Déat l’ex-SFIO fondateur du RNP (Rassemblement National Populaire ) parti politique français fasciste et collaborationniste. Avec ses lois liberticides dictées par les grands patrons kollabos! Et puis la libération avec son terrible cortège « … Avec ceux qui sont morts dans les caves sans avoir parlé, comme toi( Jean Moulin) ; et même, ce qui est peut-être plus atroce, en ayant parlé; avec tous les rayés et tous les tondus des camps de concentration, avec le dernier corps trébuchant des affreuses files de Nuit et Brouillard, enfin tombé sous les crosses; avec les huit mille Françaises qui ne sont pas revenues des bagnes, avec la dernière femme morte à Ravensbrück pour avoir donné asile à l’un des nôtres. »

    Et aujourd’hui, les descendant de l’oligarchie Vichyssoise qui depuis œuvrent dans l’ombre pour jeter aux oubliettes de l’histoire l’ensemble des avancées sociales du CNR.
    « Il s’agit aujourd’hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance ! » Citation d’un article de Denis Kessler* dans la revue Challenges le 4 octobre 2007.
    Salutations républicaines

    * Denis Kessler, né le 25 mars 1952 à Mulhouse, est un économiste, chercheur et dirigeant d’entreprise français. Il a été vice-président du MEDEF. Il est PDG du groupe Scor depuis 2002. Il est membre de l’Institut (Académie des sciences morales et politiques) depuis janvier 2016. le groupe Scor chiffre d’affaires 13,8 milliards d’euros en 2016.

    Répondre
  2. faconjf

    La citation est extraite du discours de Malraux lors de l’entrée de J.Moulin au panthéon. mais vous l’aviez toutes et tous reconnue bien sur!
    bonne journée

    Répondre
  3. Bernadette

    Depuis 1945, il ne s’est rien passé de très avantageux, des pertes colossales dans la gestion de l’assurance maladie. Aujourd’hui la corruption est en marche et l’économie vacille. Le chômage qui grossit et des fermetures de grandes entreprises françaises. Certainement l’économie de marchés et des coûts salariaux jugés trop élevés. Quant au
    Pouvoir d’achat il est pour certains très bas. Personnellement je trouve que les communes ont des budgets un peu lourds et les dettes s’accumulent.

    Répondre
    • Catherine

      75 ans se sont écoulés depuis ! et que signifie « avantageux » ?!!!
      Le programme du PNR pose le socle de valeurs fondamentales, dont les +miséreux de nos gds-parents ont bénéficié, dont nos parents & nous-même avons joui.
      Et que notre génération a laissé se désagréger sans mot dire tant qu’il en était encore temps, par confortable cécité/paresse vis-à-vis de la chose collective…

      Répondre
      • Bernadette

        @catherine,
        Les PNR ce sont les parcs naturels régionaux.
        Politiquement il y a une très grosse crise. Franchement je trouve que depuis 75 ans, il n’y a pas eu d’évolution.
        Bonne soirée Catherine

  4. J.J.

    « Un petit opuscule d’une dizaine de feuillets donnait un sens à la Libération acquise au prix du sacrifice de ces Français, ces Américains, ces Anglais, ces Canadiens, ces soldats qui allaient ouvrir le chemin vers la République. »

    Mais on oublie, dans un assourdissant silence, le sacrifice des millions de soldats soviétiques, la victoire de Léningrad, l’opération Bagration déclenchée par l’Armée Rouge, pour soulager le front de Normandie. Sans cette aide et les actions de la Résistance (plan vert, tortue, rouge etc..), il est fort probable que les alliés auraient été rejetés à la mer.
    A la Libération, et pendant quelques années, le drapeau russe, avec celui des autres alliés, figurait sur tous les monuments pavoisés.

    Et c’est sûr que sans l’entente entre les rédacteurs de ces pages des « Jours Heureux », nous serions devenus une colonie US.
    hélas, ce n’est pas encore gagné, avec le grand blond à l’air c…

    Répondre
  5. J.J.

    Cet élan d’optimisme, avait bien sûr gagné nos écoles. C’était l’époque des grandes fêtes scolaires et des célèbres « Lendits « , qui regroupaient des masses d’écoliers et des foules considérables de spectateurs. Des spectacles parfois un peu mièvres ou naïfs, mais qui avaient le mérite d’exister et de rassembler.

    C’étaient également les « jolies colonies de vacances »qui permettaient aux enfants de prendre l’air de la mer, de la montagne, de la campagne, les camps des Éclaireurs de France etc..
    Oui, tout cela a foutu le camp, ringard, démodé, ….ou réservé aux familles possédant un certain niveau de vie.

    Le Secours Populaire et d’autres associations d’entraide et de solidarité (je n’aime pas le mot caritatif, la charité est un marché : je donne pour gagner ma place dans un hypothétique au delà ) essaient d’offrir aux plus démunis une journée « de plaisir ». C’est bien, mais trop rare, et ça n’en a que plus de valeur.

    Répondre
  6. alain

    malheureusement pas une voix dans aucun parti ,aucun syndicat pour se révolter contre le démontage systématique de ces « jours heureux »

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.