Les danseuses de tweet ont causé des désillusions

Un tweet, certes malheureux, mais pas du tout critique envers quiconque, a déchaîné les commentateurs qui adorent l’anecdotique pour bâtir les édifices médiatiques exceptionnels dont raffolent les amoureux de sensationnel. Avec le recul du temps, il faut avoir le courage de simplement remarquer que ce mini texte de soutien à un ami « protecteur » depuis de longues années n’a pas eu d’influence décisive dans le contexte rochelais. Les jeux étaient faits depuis le début, car une série d’erreurs tactiques avaient été commises et, selon un principe aussi vieux que la politique, il ne faut jamais sous-estimer un adversaire surtout quand il a travaillé depuis de longues années sur la proximité. Il est certain que les mots arrivés d’un bureau, de l’un des bureaux de l’Elysée, occupé par une Diane vengeresse, avaient des intentions peu louables, mais de là à les rendre responsables de tout, c’est aller très vite en besogne ! Le contexte local et quelques solides inimitiés expliquent probablement davantage un échec, envisageable dès lors que la rivalité n’avait pas été stoppée à temps. Désormais, le mal est fait et les racines ne seront pas nécessairement connues du grand public, car personne n’osera véritablement les déterrer ! Les milliers de commentaires qui ont fleuri sur ce « tweet » calculateur relèvent cependant de l’exagération dont les médias sont devenus habitués. L’un entraînant l’autre, ils s’emballent dans une valse des mots et des paroles, qui donnent le tournis à l’opinion devenant dominante au gré des soubresauts d’une actualité, uniquement faite de souris transformées en montagnes !

L’autre reine du tweet a mordu la poussière après avoir fait le régal de la « tweetosphère » éberluée. Morano, qui distillait son fiel via des messages incendiaires, a été oubliée dans les urnes par les électrices et les électeurs de sa circonscription. Immédiatement, elle a identifié le coupable, écrivant sur les panneaux électoraux : « Fillon m’a tuer ! » C’est présomptueux, car la liste des victimes dont serait responsable l’ancien « collaborateur » de Sarkozy est beaucoup plus longue. Morano mérite pourtant d’avoir son nom gravé dans le marbre du Monument qu’elle va ériger en faveur des membres de l’UMP morts pour la France facho. Elle aussi règle ses comptes, et bizarrement, elle n’utilise plus des tweets mais elle envoie du bois direct ! Il est vrai qu’elle a matière à vociférer !

Trois jours après la défaite de la droite aux législatives, le bureau politique de l’UMP a été très houleux et marqué par le coup de gueule de Nadine Morano. Et alors là, bizarrement, il n’y aura aucun commentaire sur une série de phrases mortelles pour celui qui est venu spécialement en Gironde… soutenir Garraud et Yves de Ponton d’Amécourt (Garraud figurait parmi les soutiens revendiqués par son voisin de circonscription) pour la seconde fois ! Cette fois, c’était quasiment la Cène tellement il y avait admiration et béatitude à l’égard du grand homme, nullement responsable du saccage de la France par des décisions à contre courant. Son efficacité pour ruiner même les espoirs de son camp devrait être louée par la Gauche. Il soutient et il coule, comme il vient de le faire pour Bertrand à la présidence du groupe UMP de l’Assemblée !

Un vrai bonheur que d’entendre l’ex-députée de la Meurthe et Moselle, Morano, résumer parfaitement la situation : « pendant que certains étaient dans des champs de pâquerettes (NDLR : il y a une centaine de députés sortants qui ont fini aux…pâquerettes!), j’étais sur un champ de mines », a lancé l’ancienne ministre, faisant allusion à celui qui a quitté son ex-fief sarthois pour devenir député de la 2e circonscription de Paris, acquise à une chèvre pourvu qu’elle se promène avec une étiquette de droite ! « Courage Fillon » semble porter la poisse à toutes celles et tous ceux qu’il touche. Il a la « peste « , mais elle semble parfois volontaire.  « Moi je ne tire pas dans la nuque », a poursuivi la grande tweeteuse Morano, jugeant que les critiques de l’ancien premier ministre, l’avait  « précipitée dans le ravin » après qu’elle se soit fait piéger par le canular de Dahan ! Dont acte ! Fillon est donc dangereux pour les gens qu’il approche.
Bien évidemment, comme son compère girondin Garraud, le fait qu’elle ait ouvertement sollicité les électeurs du FN dans l’entre-deux-tours et revendiqué une communauté de valeurs avec l’extrême droite n’a aucun rapport avec sa défaite. Bizarrement, tous deux ont pourtant connu le même sort avec les mêmes comportements ! Là ce n’est donc pas d’un « tweet » qu’est arrivé l’échec mais bel et bien d’une prise de position claire, nette et donc condamnable.

Drôle de monde politique, dans lequel on cherche toujours le coupable ailleurs que dans ses propres erreurs. C’est une constante depuis longtemps. De Villepin avait dissous l’assemblée et donné un boulevard à la Gauche. Même pas mal ! Jospin avait renoncé au socialisme pour se vautrer aux présidentielles. Tous des c…. ! Sarkozy s’est empêtré dans le tue-mouches collant du F.N. Pas un seul en victime expiatoire de son impuissance. Regret ! Bayrou s’est claqué dans un grand écart obsessionnel. Il est incompris ! Juppé se dégonfle et expédie au sacrifice un battu aux cantonales dans la banlieue voisine. C’est une marque de courage ! En fait, les commentateurs oublient tous que la vérité sort des urnes, et que les électrices et les électeurs sont moins cons qu’ils le pensent un peu trop ouvertement ! La preuve, ils ne tweetent pas tous en votant !

3 réflexions au sujet de « Les danseuses de tweet ont causé des désillusions »

  1. Bien vu, Jean Marie.
    Au titre des soutiens foireux, puisque tu abordes le cas rochelais, tu aurais pu citer aussi Jean-Marc Ayrault, Martine Aubry et Cécile Duflot.
    Leur venue à La Rochelle pour soutenir Ségolène, bien loin de lui faire remonter la pente, a été totalement contre-productive. Pour bon nombre de rochelais, c’était une fois de plus -à tort ou à raison – le signe que les parisiens les prenaient pour des ploucs en venant leur dire comment il fallait voter.

  2. Il n’empêche que les scores du FN montrent qu’il y a bien plus de « cons » chez les électeurs que vous ne semblez le penser….
    Surtout dans le Sud-Est!!!!!

Les commentaires sont fermés.