Raminagrobis et les souris querelleuses

En politique comme dans le sport, c’est dans les défaites que l’on voit la véritable grandeur des femmes et des hommes. Les soirs de victoire, les niveaux se nivellent par le fait que personne ne songe un instant à en rechercher les causes et que nombreux, très nombreux, sont celles et ceux qui s’en attribuent le mérite. On assiste à des gonflements de nombrils inquiétants.  Dans le cas contraire, on ne tarde pas à remplacer la quête du mérite par celles beaucoup plus dures des responsabilités. Bien évidemment, ce n’est jamais le fait des plus beaux parleurs, car ils savent fort bien transférer sur les autres ce qui relève de leur part dans l’échec. Si on les avait écouté…. Si on leur avait demandé leur avis… S’ils avaient été à la place du décideur… rien ne serait arrivé. Et eux, ils l’avaient bien dit ! Enfin, si devant eux un « chef » à un genou à terre, ils n’hésitent pas à le bousculer, le piétiner et le reléguer à l’arrière. C’est immuable, et l’UMP en fait les frais et n’a pas encore fini de se déchirer, car personne ne voudra endosser la « responsabilité » de la perte du pouvoir.

« L’entraineur » a été limogé, mais ce ne sont surtout pas les joueurs qui ont perdu le match présidentiel ! Ainsi, depuis ce matin, la guerre est engagée entre François Fillon (il a vite devancé Alain Juppé son « ami » qui ne lui voulait récemment que du bien !) et l’ineffable Jean-François Copé, pour reprendre ce qu’il reste de l’UMP. Celui qui devait ruminer depuis 5 ans le qualificatif de « collaborateur », alors qu’il avait pour mission de gouverner la France, a trop donné pour ne pas espérer prospérer sur les décombres qu’il a laissés derrière lui. En guerre avec Rachida Dati, abandonné par les Chiraquiens orthodoxes, mais adulés par les Sarkozystes récents, il profite des circonstances pour pratiquer le « pousse-toi de là que je m’y mette », alors qu’il ne sait même pas dans quel état il retrouvera le fauteuil ! Effarant quand on sait qu’il a laissé la France en guenilles et en lambeaux et qu’il prétend représenter une alternative crédible à sa reconstruction. C’est le pyromane qui veut devenir chef des pompiers qui ont été incapables d’éteindre les incendies qu’ils ont continuellement collectivement allumés ! Il a des titres de gloire pour revendiquer cette position : c’est lui qui, dès 2007, avait déclaré la France en « faillite », et c’est vrai qu’il s’est surpassé, car il a réussi à augmenter la dette, augmenter le chômage, accroitre le déficit du commerce extérieur, détruire les services publics, bouleverser les équilibres territoriaux historiques, et plus encore, perdre toutes les échéances électorales ! Il est donc légitime pour revendiquer la tête de l’UMP qui l’a suivi avec enthousiasme dans toutes ces entreprises. Même en Gironde, le PS conserve une bonne image de lui, puisqu’il avait utilisé un avion de la République pour se rendre, lors d’une législatives partielle, en 2008, sur la Bassin d’Arcachon, soutenir le maire de la maison de retraite à ciel ouvert d’Aracachon, ce qui avait conduit à une défaitte fracassante de son poulain ! Son apparition dans l’Entre Deux Mers auprès de son ami sarthois émigré vers le Sud avait sauvé la viticulture… puisque quelques semaines plus trad, on apprenait que le Commissaire europen UMP avait soutenu la suppression des Droits de plantation ! Pourvu qu’il y revienne avant les législatives !

Il est vrai que sur le siège que François Fillon a décrété éjectable, il y a l’ineffable Jean-François Copé. Pourvu qu’il résiste et qu’il poursuive son vol plané, car c’est le meilleur allié de la Gauche. Mauvaise foi permanente, goût immodéré pour le côté anecdotique de la vie sociale, faux-cul comme pas un en louant les mérites des gens qu’il assassinerait avec un immense plaisir, déconnecté de la réalité du pays, justificateur de l’injustifiable du moment que ce fut l’oeuvre de son parti… Bref, chaque fois qu’il s’exprime sur un sujet sans intérêt pour le quotidien des Françaises et des Français, il redonne confiance au camp adverse. Pour l’instant, il tente de rassembler les morceaux dispersés de son ex-armée, sans avoir, et il faut le reconnaître, le charisme combattif de celui qu’il a fait semblant de soutenir pour mieux l’abandonner !  L’affrontement interne sera au moins aussi sanglant que le furent quelques congrès socialistes qui avaint tellement réjoui le RPR d’alors !

Il reste le troisième larron, qui parle toujours trop vite. Il a battu en retraite dans  sa circonscription électorale pour éviter un échec (tout l’art médiatique est d’expliquer le contraire et que c’est un geste d’un courage exemplaire !) qui lui permettrait de devenir un recours. Las ! Son ami François Fillon, qui était venu avant les Présidentielles dire une grand messe sarkozyste avec lui à Bordeaux Lac, et qui l’avait couvert d’éloges, connait parfaitement la fable dans laquelle Raminagrobis croque les souris peu méfiantes ! Il a donc pris les devants en se plaçant en position offensive. Alain Juppé s’est fait doubler sur la Droite et une fois encore il va devoir ramer pour revenir dans la bagarre. Bien que d’origine landaise, il a une propension à n’entrer dans les « mêlées » que quand les balles en sont sorties ! En fait, lui qui pensait devenir le recours, redevient Ministre des affaires internes à l’UMP pour tenter de concilier les factions rivales. Rude tâche. Il a tout fait pour éviter une pigne en restant sur la touche, et maintenant il risque d’en prendre de tous les côtés !  Mais pourvu que Copé et Fillon restent en place jusqu’aux législatives… car c’est le plus beau cadeau qu’ils peuvent faire à la Gauche. Après s’ils le veulent, selon la fameuse histoire des Horaces et des Curiaces, quand dans sa fuite, le dernier essouffla son adversaire pour le poignarder, alors que tout semblait perdu. Voter pour l’UMP aux législatives, c’est vraiment une réaction d’arrière-garde !

 

Une réflexion au sujet de « Raminagrobis et les souris querelleuses »

  1. « Réaction » comme « réactionnaire »…
    C’est exactement ça! Il n’y a pas eu de différence écrasante aux Présidentielles!
    Une grosse partie de la France est réactionnaire, voire pire…
    Peut-on changer cela ? Je ne crois pas.
    En tout cas c’est bien drôle de les voir s’écharper sur un cadavre, comme les vautours qu’ils sont!
    C’est bon pour nous ça….

Les commentaires sont fermés.