LA CURE DE JOUVENCE

Sun, 18 Sep 2005 00:00:00 +0000

Ce week-end a été celui de ma cure de jouvence. Vous savez, quand on est élu, on est vite atteint par la limite d'âge. On vous pousse, dans le dos, vers la sortie pour laisser la place aux  » plus jeunes  » à celles te ceux qui piaffent dans l'antichambre du pouvoir. L’exemple vient de haut.

Regardez ce pauvre Droopy élyséen, quand il avait bon pied bon ?il, c'était déjà difficile pour lui de résister aux assauts du Roquet de Neuilly. Maintenant, il va lui falloir faire comme moi, qui depuis vendredi soir, me suis rendu dans tous les lieux où les nouvelles générations attendaient une visite de courtoisie.

Je lui conseille de commencer par prendre un bain de crèche. Il y retrouvera les nouveaux parents, ceux qui ont eu le courage de participer solidairement au renouvellement des générations. Ce sont eux qu'il faut choyer quand on sait que,  malgré tous leurs efforts,  nous sommes encore en chute de natalité. La France a le mal de mères ! Alors,  il n'est pas question de mégoter sur les équipements destinés à accueillir les progénitures providentielles. J'y ai rencontré des familles heureuses, car convaincues que le mode d'accueil collectif constituait une chance pour leur enfant. Il est vrai qu'entre 0 et 3 ans tout est fait pour soutenir les familles? Un peu comme pour la technique commerciale des  » têtes de gondole « , les pouvoirs publics attirent la clientèle en renforçant tous le dispositifs (primes accrues, déductions fiscales, congés renforcés, possibilité de ne plus travailler?) afin que les couples entrent dans la boutique des parents. Ensuite on verra ce que l'on peut faire pour eux au moment où ils arriveront à la caisse.

Les élus sont cependant ravis car le sujet est valorisant pour leur image de bâtisseur. Le personnel, ayant eu majoritairement la chance de décrocher un travail sans un secteur où les demandes insatisfaites augmentent, est tout sourire. L'enfant roi se comporte en conquérant dans des espaces qu'il connaît. La cure de jouvence relève du bain dans le  jacuzzi bouillonnant de vie et de convivialité.

Droopy, je te l'assure, ne laisse pas à Bernadette ou au Roquet de Neuilly le soin de visiter les crèches! C'est bon pour le moral, et ton image se construira à l'?il ! Il te  faudra cependant ensuite franchir l'étape supérieure : l’école!

Vendredi soir, il y avait le premier repas  » Quartiers de fêtes  » réservé aux parents des élèves de l'école maternelle. Le bonheur est déjà moins palpable. Les premiers problèmes arrivent. Les élus sont déjà beaucoup moins présents, car les risques d'engueulade sont plus probables. Si l'on arrive dans une école avec la certitude que l'on va y être bien accueilli, il vaut mieux faire demi-tour. Elle cristallise les angoisses familiales naissantes. Séparation  de rentrée, absence d'aide spécifique pour régler les services périscolaires, adaptation du temps de travail aux contraintes scolaires, concept de la réussite à définir? le climat se tend. L'apéro met en évidence que les enfants deviennent, un cran au-dessus, une préoccupation plus forte, plus prégnante. L'ambiance s'en ressent et il faudra beaucoup de persuasion pour mettre les gens à table. L'égoïsme transpire .Il faudra encore de nombreux repas pour créer un climat de confiance, de véritable partage, qu’ils se sentent bien dans l’école. L'élu s'institutionnalise. Il devient celui qui gère, celui qui accepte ou qui refuse, celui qui forcément ne se montre jamais à la hauteur des enjeux éducatifs jugés plus importants que ceux de l'épanouissement social. L'élève a pris le pas sur l'enfant. Le parent heureux se mue souvent en  parent d'élève revendicatif. Il fait son apprentissage à la maternelle.  Il  deviendra un technicien au fil des ans!

Droopy, je te donne un conseil : si tu veux tuer le roquet de Neuilly c'est facile, tu le nommes Ministre de l'Education nationale, et tu es sûr qu'en 2007 il sera cloué au pilori !

Samedi en début d'après-midi, je me suis rendu au forum  » agir dans ma ville « , ouvert pour tous les jeunes adultes. Associations en tous genres, institutions multiples, musique adaptée, stands achalandés? mais absolument personne ! Le désert social. Pour une opération citoyenne de grande envergure, elle ressemblait à une séance de nuit du Sénat quand les huissiers constituent l'auditoire principal. Des débats faméliques, des techniciens dés?uvrés, des ordinateurs inutilisés et au bout du compte,  un seul moment vivant : la rencontre entre une poignée d'élus et une escouade de jeunes plus ou moins réquisitionnés. Objet de cette  » confrontation  » : la politique. Ce n'était ni le grand oral de l'IEP, ni  » Vis ma vie « , ni  » France Europe Express « , ni  » Ca se discute « , ni  » La méthode Cauet  » mais une parcelle de vérité sur leur perception de ce monde des élus qu'ils jugent collectivement  » impuissants « ,  » tous pourris « ,  » loin de leurs préoccupations  » et dont ils ignorent absolument tout du rôle et des pouvoirs. Le moral en prend un coup? On est à cent lieues des chères petites têtes blondes du matin. On approche de l'échec d'une société incapable de mobiliser ses jeunes, incapable, avant de les inciter à agir, de leur donner un minimum de formation citoyenne. Maire, conseiller général, député, ministre : ils vous refilent tout ça dans le même shaker sans se soucier de la couleur et de la saveur, ils secouent et font un cocktail répulsif, susceptible de corroder toute démocratie. Impossible d'en ressortir indemne tant ils sont loin de la réalité de notre pouvoir en matière d’emploi, de logement et de savoir. 

Droopy, si tu veux te débarrasser du Roquet de Neuilly n'hésite pas à  ajouter à l'Education nationale, la formation, la jeunesse et les universités? Et là, il ne tient pas un an ! Je t'assure qu'il prendra des ?ufs sur ses costumes, des boules de neige sur sa tronche, et qu'on brûlera très vite son effigie.

En revanche, tu peux te réserver les crèches à visiter avec Bernadette et David Goliath Douillet? C'est le seul endroit où tu peux rajeunir, car c'est uniquement là, ce week-end, que j'ai trouvé qu'il y  avait encore de l'espoir pour celles et ceux qui le fréquentent !

Mais je délogue?

open
ACTUALITE

Ce contenu a été publié dans ACTUALITE, pARLER SOCIETE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.