LE PATRON BONNE PATE

Heureusement qu’après l’augmentation de 140 % de l’indemnité du Président de la République française cette histoire se passe en Italie. Il a tenu vingt jours. Puis il est resté sans le sou. Enzo Rossi a alors décidé d’augmenter d’un coup tous ses employés de… 200 € mensuels. Basé à Campofilone, dans la région des Marches, ce petit industriel italien de la pâte est désormais regardé avec intérêt par certains de ses collègues, avec beaucoup de méfiance par d’autres. En août, l’entrepreneur à la tête d’une société d’une vingtaine de personnes, a en effet eu l’idée saugrenue de se mettre dans la peau de ses salariés. Plus exactement, de vivre dans les mêmes conditions financières qu’eux.  « C’est simple, je me suis octroyé 1 000 € de salaire et 1 000 € à ma femme qui travaille avec moi, explique Enzo Rossi. 2 000 euros pour une famille de quatre personnes, beaucoup de gens vivent avec moins que cela. » Reste que l’expérience a tourné court.

« Nous avons fait les comptes ; ce que nous devions mettre de côté pour rembourser l’emprunt, l’assurance voiture, les factures. Avec le reste nous devions affronter les dépenses quotidiennes », détaille-t-il. « Nous avons fait attention à tout, mais au bout de vingt jours, plus rien. » Le dernier matin, Enzo Rossi entre dans le bar du village avec son ultime billet de vingt euro en poche : « J’ai eu l’impression d’être sous l’eau, à vingt mètres de profondeur, sans réserve dans la bombonne d’oxygène. » Il remonte finalement à la surface en puisant de l’argent sur son compte, mais surtout en augmentant ses salariés. « Selon les statistiques, le coût de la vie s’est alourdi de 150 € par mois. Pour des gens comme moi, ce n’est rien. Pour les ouvriers, cela représente près de 2 000 € par an », admet Enzo Rossi qui ne se dit « pas de gauche, et encore moins marxiste ». Il explique simplement avoir voulu faire cette expérience pour appréhender la situation réelle de ses collaborateurs et montrer à ses filles « qui n’ont jamais connu de privations » comment vivent la plupart de leurs amies.

« Il faut concilier éthique et profit », lance-t-il en évoquant son père et son grand-père qui inspiraient le respect de leurs employés. « Les ouvriers doivent être sereins pour être efficaces. S’ils ne savent pas comment boucler leurs fins de mois, ils ne seront pas psychologiquement tranquilles, ce qui n’est pas bon pour la productivité. » Foin des manuels d’économie et des théories sur la redistribution de la valeur ajoutée, il dit simplement : « Les profits que je tire de la transformation de la farine et des œufs doivent bénéficier aussi aux paysans qui me fournissent la matière première ainsi qu’aux travailleurs de l’usine. » L’initiative a provoqué des remous. Plusieurs entrepreneurs ont contacté Enzo Rossi pour avoir des informations sur l’aspect fiscal de l’augmentation. Le ministre du Travail, Cesare Daminao, a lui aussi téléphoné à Campofilone pour un rendez-vous. D’autres industriels ont, en revanche, peu apprécié ce qu’ils considèrent comme un mauvais exemple. « Ils attendent que l’attention médiatique retombe pour émettre des commentaires publics, avance Rossi, mais ils me traitent de fou. » Heureusement qu’aucun patron français n’a eu une telle idée saugrenue… et surtout pas Nicolas Sarkozy. Déjà qu’il ne pouvait pas vivre avec 7 500 € nets alors avec 1 000 tous frais payés il tendrait moins d’un jour !

Ce contenu a été publié dans pARLER SOCIETE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.