Voeux 2009 prononcés à Créon

photo : Sylvia Giral

photo : Sylvia Giral

Il parait que désormais, la forme en matière de vœux, supplante le fond. C’est la rançon d’une nouvelle gouvernance qui veut que l’apparence soit beaucoup plus importante que le contenu, qu’il faille absolument étonner, survoler et fasciner plutôt que convaincre, expliquer, parler vrai, qu’il faille se parer des ors de la République pour devenir immédiatement crédible. Il était donc absolument indispensable, à l’aube d’une vingt-cinquième année de mandat municipal, d’une quatorzième de maire et une première de conseiller général, que je déniche une manière de vous surprendre afin d’améliorer l’impact d’une manifestation qui semble ronronner depuis des années. La force de l’habitude est trop souvent la base de l’indifférence. Remarquez en constatant, ce soir, que vous êtes aussi nombreuses et nombreux, aussi motivés, aussi détendus pour assister à ce qui chaque année n’est qu’un propos un peu long et probablement jamais assez optimiste, je ne peux qu’être rassuré sur la valeur que vous accordez à cette rencontre.

Je vous remercie donc d’abord, au nom de toute l’équipe municipale créonnaise, d’avoir accepté de partager un moment particulier de notre vie locale et de ne pas avoir témoigné la moindre lassitude puisqu’il ne s’agit que de se pencher sur le chemin parcouru ensemble en 2008 et de tenter d’apercevoir l’horizon vers lequel nous conduit celui que nous avons emprunté depuis une semaine.

Je suis fier et heureux de constater que vous avez encore le sens du dialogue serein, de la rencontre amicale et plus que tout celui de la citoyenneté active. Je suis fier et heureux de constater que l’exercice bien qu’inchangé dans la forme ne vous lasse pas.

En définitive j’ai donc décidé de ne rien changer à l’art et la manière de parler du passé et de l’avenir. Pas de bibliothèque historique en arrière plan car je préfère lire les livres en tas sur un bureau ou même les écrire plutôt que de les exposer dans derrière de superbes reliures. Je demeure debout face à vous comme à les années antérieures et nous n’avons pas inventé de générique subsonique pour lancer les vœux. Par contre j’ai le grand plaisir de vous annoncer que nous accueillons pour la première fois la télévision…lors de cette cérémonie. Elle n’a pas l’envergure de celles qui diffusent d’autres discours, qui rendent compte de voyages exotiques ou qui martèlent que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles mais elle applique à la lettre la devise de Créon : « certes petite mais vaillante » et se met désormais au service de la citoyenneté créonnaise. Télé canal créonnais ( se connecter sur www.tecanalcreon.fr que nous aspirons tous solidairement à voir lutter contre le bling-bling médiatique tapageur et l’indifférence de nos concitoyens pour la proximité rendra compte de cette manifestation ce qui constituera ainsi une grande première dans nos habitudes. Grâce aux bénévoles qui en assument en toute indépendance la gestion je me permets de vous assurer que pour nous aussi il y aura donc du neuf en cette année qui ne s’annonce pas pourtant particulièrement bénéfique pour l’innovation.

Je vous remercie aussi, chères et chers amis, maires du Créonnais et du canton, chères et chers amis élus de Créon et du Créonnais, chères et chers compagnons de route au service d’un idéal de progrès de justice et de tolérance d’avoir relevé le défi moderne qui est celui du partage d’une rencontre aussi informelle que possible.

Madame, mademoiselle, monsieur, revenir sur l’année écoulée me conduit à constater combien le temps est devenu relatif et fugace. Je suis convaincu que si nous n’avions pas l’opportunité de revenir sur 2008 nous serions incapables d’évaluer l’avenir. C’est en mesurant le chemin parcouru que nous sommes capables d’estimer celui qu’il nous reste à parcourir.

En 2008 nous aurons eu collectivement, à Créon, de belles satisfactions. D’abord celle d’avoir obtenu, aux élections municipales, la confiance de plus de 55% des Créonnaises et des Créonnais inscrits sur les listes électorales plus de 82 % de celles et ceux qui sont venus voter malgré l’absence d’enjeu, soit une véritable majorité d’adhésion à notre projet, celle aussi plus personnelle d’avoir obtenu, sur mon nom aux cantonales, une large majorité de 82 % des votants à Créon pour entrer au Conseil général et + de 66 % sur l’ensemble du canton.

Aucune gloire personnelle, aucun orgueil mal placé mais la simple satisfaction d’avoir restitué cette reconnaissance à celles et ceux qui m’ont accompagné depuis longtemps sur les sentiers de la vie publique. Toute victoire électorale ne saurait en effet être personnelle et dans cette période de l’individualisme triomphant il serait vain de croire que les autres ne jouent aucun rôle dans un parcours. Nous n’existons comme élu que par les autres, avec les autres, au service des autres et je reste persuadé que l’évolution vers une personnalisation ostentatoire du pouvoir, quel qu’il soit, constitue une dérive monarchique du pouvoir républicain.

2008 aura donc été, outre celles des douleurs provoquées par les disparitions successives de mon père, de ma tante , de mon beau-père l’année de nouvelles responsabilités extrêmement lourdes qui me persuadent chaque jour davantage que j’ai effectué le bon choix en refusant un cumul déraisonnable des mandats. Sauf à renoncer à être à la hauteur de la confiance mise en moi je ne vois pas comment je pourrais m’investir sérieusement et durablement sur les dossiers extrêmement lourds que m’a confiés le Président du Conseil Général en supplément de ceux déjà très pesants de la vie quotidienne municipale.

A l’environnement avec les problématiques préoccupantes de la préservation de la biodiversité, des espaces sensibles naturels, de l’élimination des déchets sont venus s’ajouter partiellement les finances départementales et maintenant en totalité le tourisme. Je vous assure que ce n’est véritablement pas des titres qui dans le contexte actuel de la crise constituent des lignes sur les cartes de visite mais bien des nuits blanches en perspective.

La présidence nationale du Club des villes et territoires cyclables obtenue à l’unanimité représente pour Créon une reconnaissance flatteuse pour l’action des équipes municipales qui ont accepté de relever le dossier des pratiques du vélo. Que Créon préside une structure regroupant près de 1000 villes dont les plus grandes métropoles nationales et même internationales puisque Montréal, Genève et Monaco y figurent démontrent la qualité de l’action menée depuis dix ans.

2008 aura donc été la reconnaissance du travail accompli depuis maintenant plus d’un quart de siècle avec opiniâtreté, solidarité et surtout esprit d’entreprise. Des principes désuets qui nécessitent des prises de risques mais dont les seuls véritables juges sont les électrices et les électeurs. Le problème c’est que comme Sisyphe il faut sans cesse remonter le rocher des responsabilités au sommet de la montagne des besoins. Et c’est épuisant ! La vie publique c’est souvent comme le vélo quand on arrête de pédaler dans les moments difficiles des montées vers l’avenir on chute ou on prend un retard irrémédiable sur le peloton ! En 2008 nous aurons donc pédalé, beaucoup pédalé et même sur un braquet peut-être trop grand.

L’ouverture de la salle intercommunale multisports a déjà été oubliée alors qu’elle aura nécessité un investissement exceptionnel, durant 5 ans, parfois dans l’indifférence manifeste d’acteurs qui en découvrent maintenant l’existence, tant sur le plan financier que sur le plan humain. Elle est là et bien là et elle fonctionne à plein régime pour le plus grand bonheur des jeunes et des moins jeunes engagés dans la vie sociale de leur territoire.

Ouverture aussi de l’Etablissement ultra moderne d’hébergement pour personnes âgées dépendantes après plus de onze années de travail acharné de la part de Madame Duhem, la directrice actuelle pour décrocher probablement l’un des plus beaux établissements publics de France ! Nous souhaitions témoigner qu’il n’y a pas de fatalité pour les services publics et qu’ils peuvent, si on leur en donne les moyens êtres innovants, être des établissments fiables et surtout performants. Nous y sommes parvenus !

Ces deux réalisations de 2008 sur le territoire du Créonnais ont été trop vite absorbées par la machine à broyer le temps. Elles sont même oubliées ce qui témoigne justement de leur intégration réussie dans la société actuelle. C’est la dure loi de notre époque : les effets d’annonce quotidiens jamais suivis des faits détruisent la réalité de la concrétisation des promesses. On passe vite à autre chose !

Nous nous étions engagés au cours du mandat écoulé dans la modernisation globale des équipements communaux. Créon accueille une population avide (nous sommes certainement plus de 4000) de services de qualité. En 2008 nous avions prévu de livrer deux équipements onéreux mais indispensables : l’hôtel de ville et les salles d’arts martiaux. Les délais, si chers à Pierre Greil ont été tenus pour la Mairie enfin conforme aux nécessités de notre époque : confidentialité des démarches, accessibilité aux handicapés, conditions de travail dignes pour le personnel mais pas encore pour le Maire. Elle a été inaugurée dans la bonne humeur 101 ans après sa rénovation due à la générosité d’Antoine Victor Bertal et elle nous apporte que des compliments et des satisfactions. Elle fonctionne et elle vit et j’espère simplement qu’elle durera un siècle !

Le dojo tarde par contre à venir comme si depuis le lancement de sa rénovation un mauvais sort s’acharnait sur lui. Il faudra attendre encore quelques mois pour voir enfin des locaux, conformes aux règles de sécurité et plus spacieux ouverts aux licenciés. Merci aux responsables du judo club de l’avoir compris, merci à mes collègues élus et notamment à Jean Marie Rambaud de nous soutenir dans des moments difficiles.

Bien d’autres réalisations tout aussi importantes dans le domaine de la voirie (chemins de la scierie et de la Douve) de l’environnement (lagunage de la station d’épuration), de l’éducation (rénovation lourde des bâtiments désormais quasiment entièrement neufs, accueil des enfants de Saint Léon et Blésignac ayant nécessité une création de classe à la maternelle-la seule en Gironde à la rentrée) ont été conduites en 2008 mais elles aussi perdent vite leur valeur dans une société impatiente d’oublier ce qu’on lui apporte pour demander ce qui est sensé lui manquer.

En 2008 la commune de Créon aura vu investir par la puissance publique sous toutes ses formes, sur son seul territoire, près de 20 millions d’euros, entièrement restitués par des travaux au monde économique. C’était avant que la crise n’arrive et nous savons que désormais ce serait impossible. Nous avons assumé ces dépenses et en assumerons pleinement les conséquences avec l’intime conviction que si c’était à mettre en œuvre maintenant, ce ne serait plus possible. Nous avons osé agir au détriment de notre sérénité de gestion mais nous saurons je l’espère solidairement faire face à cette situation car elle constitue un atout et non pas un handicap pour notre territoire.

Au risque de vous lasser (je sais que je suis toujours trop long mais à soif d’expliquer est permanente) il me faut vous expliquer ce que tout citoyen doit comprendre et admettre mais que personne n’ose trop avouer par peur d’être assailli par les critiques.

La commune de Créon a avancé et a beaucoup investi pour les générations futures. Contrairement à l’Etat, dont les représentants donnent sans cesse des leçons de gestion aux élus locaux, son endettement actuel n’a jamais été lié aux obligations de fonctionnement. Nous n’avons jamais emprunté comme l’Etat pour payer l’électricité ou l’eau de la maison mais si nous avons emprunté c’est pour réaliser les maisons utiles à plusieurs générations. Nous le savons et nous l’assumons !

Surveillées jaugées, épiées, tancées, accusées ou même parfois jugées les collectivités locales et leurs élus hâtivement présentées comme les responsables de je en sais quelle dérive financière sont dans le collimateur du gouvernement. Les censeurs de l’Etat sont d’autant plus sévères qu’ils ne sont jamais conduits à examiner leur propre gestion or je vous le garantis il y aurait pourtant bien du boulot ! Jamais l’écart entre faites ce que je dis mais surtout pas ce que je fais n’a été aussi béant !

Difficultés croissantes à payer son personnel, destruction délibérée des services rendus à la population, incapacité à juguler sa dette quotidienne qui conduira à faire payer par les générations de 2030 le fonctionnement de 2008, subterfuges permanents pour masquer le désengagement vis-à-vis de ses partenaires, augmentation exponentielle de normes et de règlements dont les retombées sont à financer par les collectivités locales, absence totale de fiabilité dans les versement des aides promises (par exemple la réserve parlementaire accordée pour le dojo de Créon ne sera versée qu’avec deux, trois ou quatre ans de retard ; par exemple la subvention sur les bassins de lagunage de la station d’épuration pourtant exigés par les services de l’Etat ne sera peut-être accordée qu’en 2011 ou au mieux en 2012) : comment ne pas douter des arrières-pensées de certaines démarches et oublier ces réalités vérifiables quand on s’empresse de pondre des ratios totalement artificiels et faux !

Certes vous n’êtes pas tenus de me croire mais par exemple savez-vous que pour artificiellement baisser sa contribution au fonctionnement des collectivité locales l’Etat prendra en 2009 la population communale de 2006…  Pour Créon le manque à gagner ne sera que de 10 % et tous les ratios de gestion n’auront aucune valeur car décalés de 3 ans au moins ! Et tout est ainsi.

Je vous parlerai du transfert vers Créon de la confection prochaine de 5 000 passeports sécurisés en 2009 avec une participation de l’Etat qui ne couvrira pas 30 % de la dépense en personnel mais qui permettra d’annoncer des suppressions de postes de fonctionnaires dans les Préfectures. Actuellement nous assistons l’application du principe simple des vases communicants : ce que l’Etat ne peut plus faire ou ne veut plus faire (social avec le RSA, les remplacements d’enseignants absents pour cause imprévisible, l’environnement avec les obligations de la loi sur l’eau, la sécurité avec les secours aux biens et aux personnes …) il le transfère une fois pour toute aux collectivités et il les laisse ensuite faire face aux exigences de la population en se vantant d’alléger ses charges républicaines nationales pour mieux accuser les collectivités locales de trop alourdir les leurs. Nous sommes dans l’époque des ratios, des coefficients, des analyses. Ce sont des ratios de profit, des coefficients de rentabilité, des analyses financières qui prennent le pas sur la qualité de vie des enfants, des femmes et des hommes. Nous en tant qu’élus de terrain, en tant qu’élus soucieux de l’égalité d’accès aux services, en tant qu’élus redevables de l’amélioration permanente du cadre de vie, en tant qu’élus locaux soucieux de l’égalité, de la fraternité nous en pouvons nous contenter de taux d’excédents ou de déficits car on vu en 2008 où les ratios conduisaient nos sociétés.

Mesdames, mesdemoiselles, messieurs vous entendrez beaucoup parler en 2009 de ces réalités. Mais pas à la télévision car aucun élu local ne peut y expliquer les raisons de ses choix. Alors excusez moi de vider mon sac ce soir car c’est devenu insupportable : supprimons les communes, les départements, fusionnons les régions qui coutent trop chers sans se rendre compte que la seule vertu de la proximité c’est de réconcilier els citoyens avec la démocratie.

J’assumerai donc pleinement mes responsabilités en 2009 et en vous proposant le premier pacte social , citoyen et durable de Gironde à l’échelle communale. Je tenterai de vous convaincre du bien fondé d’une politique municipale tournée vers le progrès, la justice et l’équité d’accès aux services faisant partie intégrante de notre vie collective.

Merci à tout le personnel de la commune pour sa confiance, son dévouement exemplaire et son investissement au service des habitants. Nous avons encore réduits en 2008 en pourcentage les frais de fonctionnement communaux pour nous tourner vers l’investissement. Nous n’irons pas plus loin en 2009 car nous avons conscience qu’une pause est indispensables dans la création d’équipements collectifs. Nous allons sur 2 ou 3 exercices de nous contenter de faire tourner au mieux ce que nous avons créé et nous consacrer au désendettement de la commune pour qu’en 2014 une nouvelle étape soit possible.

L’amélioration des installations collectives non conformes du stade municipal pourra être la seule réalisation programmée en 2009 dans le contexte incertain actuel.

Avec la soutien du service Départemental d’Incendie et de secours nous entamerons l’aménagement du dernier équipement collectif qui n’a pas été rénové : le centre de secours. Après l’EHPAD, la salle de sport et la mairie ce sera le quatrième grand chantier de cette décennie ! Créon a en effet beaucoup fait. Nous allons souffler un peu ! J’assume ce choix d’autant plus volontiers qu’il est plus confortable que celui consistant à agir et à bâtir. Il n’y a rien de plus réconfortant que de regarder les autres agir !

2009, mesdames, mesdemoiselles, messieurs s’annonce sombre. Inutile d’être visionnaire pour le prévoir. Même le Président de la République l’a annoncé. Plus d’investissements possibles en raison de la difficulté à emprunter, suppressions massives d’emplois, plus de recrutement de fonctionnaires, attaques en règle contre l’école publique avec une rentrée déjà problématique (et je suis à cet égard, avec l’équipe municipale, totalement solidaire des enseignants que nous devons défendre) , diminution drastique des subsides liés aux droits de mutation en relation avec les transactions immobilières, effondrement de la construction (Créon a été la première et à ce jour la seule commune girondine à accorder des pass-foncier aux primo accédants à la propriété), déficit vertigineux des comptes de l’Etat… Autant de réalités qui me conduisent à vous dire que nous allons traverser une tempête mais que nous sommes à Créon prêts à l’affronter car nous avons une force que les autres n’ont pas : la citoyenneté !

Nous allons en 2009 nous apercevoir de la valeur de l’engagement associatif, de son importance pour maintenir le niveau des services, de son efficacité pour faire vivre la solidarité, la vraie, celle de l’action et surtout pas celle des mots.

Nous allons constater que nous pourrons faire face aux reproches potentiels qui nous attendent avec le sens des responsabilités, une motivation politique forte, une ardente volonté d’être utile aux plus grand nombre certes mais notamment aux plus fragiles, une confiance solide, en ne détruisant pas ce lien social dans l’action qui va devenir essentiel.

Je souhaite simplement mais sincèrement qu’en 2009 vous ayez la force morale et la santé physique d’être encore parmi nous, actrices et acteurs de votre avenir. Si comme beaucoup ici ce soir vous êtes engagés via les administrations, les mandats électifs, les associations vous nous êtes en effet plus que jamais indispensables.

J’espère que vous saurez donc profiter au maximum de ces parcelles de bonheur que nous réserve parfois la vie mais dont nous apprécions la valeur souvent trop tard.

Je vous invite en 2009 à partager, à sans cesse partager avec les autres, à ne jamais renoncer à aller vers les autres car le repli sur soi, l’égoïsme, la concurrence exacerbée, l’absence de doute restent les antidotes du bonheur. Si en cet an neuf nous l’oublions nous serins condamnés à mourir de froid. Créon a les moyens de tenir. Créon a maintenant les outils pour exister et résister. A nous de le comprendre et de les faire vivre

Je vous présente, au nom d’une équipe municipale jeune, dévouée, dynamique et surtout parfaitement solidaire, nos meilleurs vœux de réussite dans vos entreprises individuelles ou collectives. Que les rayons de l’espoir percent sous les noirs nuages de la maladie, de l’ennui, de la précarité et de la misère.

Je vous assure que je serai encore présent jusqu’à la limite de mes forces, avec vous, au service de l’intérêt général. Plus que jamais je suis investi dans la vie de ce territoire où je suis né où j’ai grandi, ou j’ai exercé cette profession tellement malmenée d’enseignant, où je me consacre depuis toujours, nuit et jour au bien commun. Je vous assure que si parfois je ne vous semble pas assez présent ce n’est ni par dédain, ni par renoncement mais très humblement par le fait que les journées n’ont que 24 heures.

Sachez en 2009, quelle que soit votre génération, vous comporter en citoyens lucides mais pas en consommateurs aveugles. Nous ne vivrons mieux qui si nous devenons, à Créon, comme ailleurs porteur de ce projet ambitieux qui sous-tend notre pacte communal social, citoyen et durable.

Je vous invite à entrer avec conviction et ardeur dans l’avenir car il n’appartient qu’à celle et ceux qui ne sont pas désabusés !

Vive Créon ! Vive le canton de Créon ! Vive la Gironde et surtout vive 2009 !

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.