La création atout du développement durable

100_3844Le festival « Chemins de terre », qui rassemble diverses manifestations identitaires du Créonnais (musiques, cinéma, expositions, lecture, contes…) connait son point d’orgue ce week-end avec la Fête de la Poterie de Sadirac qui regroupe une quarantaine de créateurs venus, non seulement de toute la France, mais aussi d’Allemagne, d’Espagne et de Crête. Ce rendez-vous qui en est à sa 27ème éditon revêt cette année une importance particulière, compte tenu des efforts conjoints de la municipalité locale, de l’Association des Gens et Amis de la Poterie (AGAP), du Conseil général, du Conseil régional et de divers partenaires dont la communauté de Communes du Créonnais, pour placer cette organisation sur un piédestal départemental. Une vitrine du Comité Départemental du Tourisme, cours de l’intendance à Bordeaux, qui a réalisé une promotion intense de l’événement. Diverses actions de presse, planifiées avec l’Agence de Développement Territorial (ADT) du Conseil Général, un soutien médiatique fort de France Bleu Gironde, ont donné en 2009 un excellent positionnement à ce qui se veut globalement un lien entre la créativité et l’économie.

100_3815L’exceptionnelle qualité des œuvres exposées constitue en effet une illustration parfaite d’un savoir faire créatif hexagonal. Dans le contexte de crise actuel, il faut bien convenir que la culture va devenir d’une regrettable inutilité. Le risque est grand, et déjà on sent bien que ratios, statistiques, évaluation, prix de revient, indices… restent les mots clés de la relance. Il faudra admettre que tout ce qui est enrichissement personnel sur le plan strictement culturel ne figure plus, au plan national, dans les préoccupations gouvernementales.  La notion de profit immédiat tue lentement toute initiative  qui ne correspondrait pas à cette nécessité imposée par les circonstances. On ne peut qu’être d’accord avec Oscar Wilde en se promenant dans les allées d’une formidable galerie en plein air Sadiracaise : « On peut pardonner à un homme d’accomplir une oeuvre utile à condition qu’il ne l’admire pas. La seule excuse d’une œuvre inutile, c’est qu’on l’admire intensément. Tout art est complètement inutile. »
100_3821La « céramique » ou la « poterie » restent pourtant à la charnière entre l’art et l’économie, puisque celles et ceux qui font vivre cette tradition séculaire sur Sadirac et ailleurs, tentent de vivre de leurs talents toujours époustouflants. Il faut bien convenir que ces réalisations portent en effet des analyses différentes, des méthodes de fabrication différentes, des approches artistiques différentes, des objectifs différents : jamais cette diversité n’a été, dans le fond, aussi rassurante dans ce monde de la standardisation acceptée. La promenade parmi les stands constitue un régal pour les yeux et une incitation à ne pas céder à cette uniformisation des comportements et des idées, puisque chaque objet porte en lui les symboles forts de l’originalité.

100_3818Sadirac, avec son musée agrémenté d’une exceptionnelle exposition temporaire, mérite un destin régional ou national pour avoir su revenir sur une identité malheureusement oubliée durant les années 80, au moment où les vestiges de ce qui a pourtant fait sa fortune au XVIII° et au XIX° siècle se sont évanouis dans l’indifférence. « Chemins de terre », un exemple réussi du fait que le patrimoine, sous toutes ses formes, constitue véritablement un atout fort de la dynamique territoriale. Il me paraît en effet indispensable, dans un contexte de perte accélérée des repères sociaux, que l’on valorise les spécificités portées parfois par des siècles de vie humaine. Les artisans potiers ou céramistes ne s’inscrivent absolument pas dans la logique d’une imitation stérile du passé, mais dans une extension technique et culturelle des bases données par une histoire forte.

100_3825Je me suis investi depuis des années au plan local, et depuis des mois au plan départemental, pour que soit prise en compte cette spécifité de la création artistique sadiracaise, car je la crois porteuse d’espoirs concrets pour l’Entre Deux Mers. Dans cette optique, j’ai demandé au Comité Départemental du Tourisme de travailler, avec tous les partenaires possibles, afin de concevoir au départ de Bordeaux une itinérance touristique vélo sur le thème « Chemins de Terre » qui reprendrait tous les lieux et les activités exploitant la pierre et justement la terre : musée de Lignan (silex et préhistoire); musée de la céramique de Sadirac; ferme Parc « Oh! Légumes oubliés » de Sadirac (cultures ancestrales); maison du patrimoine naturel du Créonnais (ex-gare de Sadirac); ville bastide de Créon (urbanisme et ville nouvelle); abbaye de La Sauve Majeure, site mondial de l’Unesco (travail de la pierre); carrières de pierre avec la taille (Frontenac); terroir avec un « château viticole » en sauveterrois; fabrication d’une entreprise de carreaux de Gironde à… Gironde sur Dropt. 100_3849Ce projet personnel, que je lancerai dès la rentrée, visera à justement à exploiter économiquement les « atouts patrimoniaux » qui doivent être mis en cohérence et en synergie. La Fête de la Poterie comme « Ouvre la voix », festival itinérant musical, doivent contribuer au développement de ce tourisme actif de proximité de qualité, qui portera le développement économique « doux » dont a besoin le Créonnais dans les pochaines années. La création humaine reste en effet une base considérable de développement durable, pourvu qu’on ose la soutenir.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à La création atout du développement durable

  1. Nouaille Christian dit :

    Bonjour,

    Ce qu’écrit Jean-marie aujourd’hui est essentiel.

    La culture doit être accessible à tous

    A Créon vélo, théâtre, bibliothèque , musique , vidéos , sports, musique, cinéma ..
    Il ne reste plus qu’à changer un peu ses mauvaises habitudes pour oser , et sans bourse délier la plupart du temps, se cultiver ou prendre du plaisir.

    Je ne le fais point toutes les semaines ,mais je sais que j’en ai potentiellement l’invitation,d’autant plus que les informations sont permanentes.

    Le libéralisme ou l’ultra-libéralisme ne peut exister sans du « social ».
    Le partage doit se faire , sans que ce soit de minuscules miettes pour la plupart..

    N.C

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.