L'écharpe blanche du Tibet

-1Une visite étonnante mais tellement réconfortante, ce matin en Mairie, avant d’entamer la ronde des manifestations du week-end. Les représentants de l’association Tashi Delek Bordeaux sont spécialement venus me remettre une écharpe blanche traditionnelle (1) et le drapeau de ce pays, actuellement sous le joug chinois. Une petite cérémonie qui s’est tenue en présence d’une Tibétaine, Kelsang, Présidente d’Honneur,  actuellement domiciliée sur Bordeaux, pour remercier l’équipe municipale de Créon d’avoir accepté de parrainer un prisonnier politique tibétain en une période où, sur le sujet, bien des responsables se contentent de détourner le regard. Une opportunité pour faire le point sur la situation, dans ce qui est devenu une « colonie » chinoise, avec plus de 500 000 militaires, présents en permanence sur son territoire. Un moment d’échange vrai et pudique.

Là-bas, les policiers font la chasse aux paraboles, équipements parfaitement interdits, car susceptibles de faciliter les contacts avec l’extérieur. Cette méthode de répression illustre parfaitement l’importance des médias indépendants dans la vie sociale démocratique. En enfermant un peuple dans la propagande officielle, en l’empêchant à la fois de s’informer et d’informer les autres, on étouffe en fait toute velléité de rébellion. L’opinion publique internationale revêt une telle importance que les régimes totalitaires ne peuvent plus tolérer qu’une autre « vérité » vienne perturber la leur. L’Iran a vite rompu les liens Internet, bloqué la téléphonie mobile et interdit la presse étrangère. La Chine a fait de même durant les jeux Olympiques, et continue à vouloir filtrer le Net !

Actuellement, au Tibet, devant toutes les portes des maisons où sont domiciliées des familles « suspectes », deux policiers attendent les sorties, demandent la destination, et font vérifier que les personnes contrôlées se rendent effectivement sur le lieu annoncé… Dans les temples traditionnels, dès qu’arrivent des touristes, on remplace les moines par des figurants chinois qui font des sourires aux groupes encadrés, qui apportent leurs devises aux Chinois ravis !

L’entrevue aura été extrêmement agréable, et débouchera en 2010 sur une semaine du Tibet à Créon, avec débat, exposition et peut-être spectacle, afin de confirmer qu’il ne faut jamais renoncer à se battre pour les Droits de l’Homme, même si le gouvernement a récemment abandonné ce secteur de la vie internationale, pour éviter de mécontenter les partenaires économiques les plus influents. Il ne s’agit nullement de mettre en cause l’appartenance du Tibet au territoire chinois, mais de lui permettre de conserver les spécificités de sa culture.

L’émotion de cette Tibétaine, ayant trouvé des élus français « mineurs » disposés à l’écouter, à prendre en compte son inquiétude pour une famille dont elle n’a plus de nouvelles depuis deux ans, pour ce qu’elle aimait par-dessus tout, était rafraîchissante. Je dois avouer avoir éprouvé une certaine fierté à constater que le moindre geste en faveur des autres avait parfois un écho aussi humble, mais humainement tellement enrichissant. L’écharpe blanche entrera dans ces « madeleines » qui vous ramènent souvent vers ce que vous devez faire, et que vous ne faites pas toujours, en croyant que c’est inutile.

(1) Parmi toutes les coutumes tibétaines, la plus connue est celle qui consiste à offrir une khatag, ou écharpe blanche, en signe de bienvenue. La khatag est un symbole de bon augure. Elle marque d’une note positive le début d’une action ou d’une relation et souligne les bonnes intentions de la personne qui l’offre.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à L'écharpe blanche du Tibet

  1. PIETRI Annie dit :

    Cette écharpe blanche, symbole du Tibet, ne pouvait pas être remise à quelqu’un qui la mérite plus que toi. Je me réjouis, et je te félicite pour cette distinction, qui récompense le défenseur le plus sincère des droits de l’Homme, où qu’ils soient bafoués, et le soutien indéfectible des opprimés. En te remettant cette écharpe, l’Association France-Tibet honore un des hommes politiques qui en est le plus digne.

  2. SAMENAYRE Jean dit :

    Je m’associe au commentaire d’Annie. Il n’y a rien à rajouter.
    PS : Bises Annie

  3. annick b dit :

    Je sais aussi combien les représentants de cette association apprécient ton accueil, ton soutien, ton écoute de l’autre d’autant que des prises de position comme la tienne sont encore trop rares

  4. PIETRI Annie dit :

    Bravo pour la photo: elle nous manquait vraiment, pour immortaliser cet hommage.

  5. Olivier Bourbon dit :

    bonsoir Jean-Marie,
    J’espère que ton commentaire sur notre rencontre sera lu par beaucoup, car il est très juste… à une petite erreur près, c’est que que notre association s’appelle Tashi Delek Bordeaux (France Tibet est une association nationale). Kelsang, qui t’a offert cette écharpe blanche, en est la présidente d’honneur.
    à bientôt
    Olivier

  6. La Birmane Aung San Suu Kyi, Prix Nobel de la Paix, nous exhorte à nous investir pour la liberté de ceux qui ne l’ont pas – ou plus.
    Vous êtes, Monsieur le Maire, un bel exemple de cet engagement de « citoyen du monde »
    Soyez-en sincèrement remercié.
    Monique Dorizon
    Comité de Soutien au Peuple Tibétain
    Responsable Parrainages de prisonniers

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.