La réponse de l'artisan au vicomte

A vouloir absolument s’opposer, on finit par s’isoler et à perdre toute crédibilité. C’est une constante de la vie sociale : il vaut mieux parfois tourner sa plume sept fois dans l’encrier avant de choisir le fiel comme encre. Le leader de « Gironde avenir », qui n’aura désormais que 13 convives à sa table (à condition qu’ils acceptent de manger les uns avec les autres), avait cru réaliser l’affaire du siècle en attaquant Philippe Madrelle sur la méthode de gestion des appels d’offres dans le domaine des constructions, lui reprochant, sans même avoir la moindre vision des réalités, de ne pas effectuer suffisamment d’allotissements réputés favorables aux artisans. Une belle supercherie quand on sait que des dizaines de chantiers ont été retardés car il n’y a pas de candidats (ou à des prix prohibitifs) et que, s’ils le veulent, les grands groupes peuvent rafler ce qu’ils veulent, que ce soit partagé en 5, 10 ou 30 lots ! Ils « tuent » quand ils le veulent artisans et PME, quitte à prendre des chantiers à perte et à prendre ensuite… des sous-traitants qu’ils essorent. C’est ça la réalité du monde du profit, sans rapport avec les marchés publics du Conseil Général. Mais c’est la loi de la concurrence libre et… non faussée.

Depuis maintenant plus de dix ans,  je siège à la commission d’appels d’offres du Service Départemental d’Incendie et de Secours (une trentaine de réunions par an) comme assesseur, et depuis 6 ans comme Président. Une mission ingrate, car délicate à effectuer, puisqu’elle doit conjuguer rigueur, transparence et surtout une volonté de défendre le milieu économique, sans obérer les finances publiques. Facile à écrire, mais très difficile à réaliser, dans une société qui souhaite toujours obtenir au moindre coût des prestations de la meilleure qualité ! L’exercice est périlleux, car c’est parfois faire payer au futur les erreurs de choix du présent.

Yves Ponton d’Amécourt a cru qu’il allait se rallier ces chefs d’entreprises qui lorgnent vers les 220 millions d’euros du plan de relance du département, décidé sans son soutien, pour maintenir un niveau exceptionnel d’investissements.  S’il a réussi à obtenir une belle place dans la presse quotidienne qui lit assidûment son blog, il a raté la marche, en essuyant un tir nourri de la part du syndicat représentatif des artisans qu’il prétendait défendre en jetant l’opprobre sur les méthodes du Conseil Général. Une belle lettre que personne n’a publiée, mais qui constitue une réponse de la « bergère » au vicomte ! En voici les principaux extraits :

« Je tenais par la présente à vous informer que suite à l’article paru dans le quotidien Sud-Ouest le 18 juin 2009, « La grogne des artisans contre le Conseil Général », en ma qualité de Délégué Régional pour l’Aquitaine du syndicat professionnel EGF BTP, j’ai été saisi par de très nombreuses entreprises qui m’ont exprimé leur désarroi et incompréhension face aux propos que vous avez exprimés. EGF BTP est adhérent de la FFB et de la FNTP et regroupe les entreprises générales de la construction, majors et PME. Je ne peux que m’associer à ce sentiment d’injustice et de polémique inutile.

En cette période, où notre activité subit un véritable « séisme » économique, l’opposition entre les petites, moyennes et grandes entreprises me semble d’un autre temps, et n’élève en rien le débat sur le fond. Notre fédération, à l’échelon national, veille à l’équilibre des rapports entre tous les intervenants à l’acte de construire et défend l’ensemble des modes de dévolution des marchés.

Cependant, si l’allotissement est la règle de base dans les marchés publics, il existe bien heureusement d’autres dispositifs légaux qui permettent aux Maîtres d’Ouvrage de choisir des solutions mieux adaptées à certains types d’opérations (marché global, conception- réalisation, PPP, BEA…).Je vous rappelle que les marchés qui sont conclus avec ces nouveaux dispositifs profitent à l’ensemble des entreprises, quelle que soit leur taille. Les entreprises générales n’ont pas le monopole de l’activité. Pour autant, elles font systématiquement travailler plusieurs milliers de  salariés sur des chantiers locaux. Je souhaiterais qu’il en soit ainsi dans d’autres domaines d’activités.

En matière de coût, rien ne me permet d’affirmer que la prestation travaux coûte plus cher en marché global, qui représente une sécurité pour le maître d’ouvrage. L’objectif d’un Maître d’Ouvrage est d’être livré à la date convenue et au prix convenu. Nous n’avons que trop d’exemples où la solution du « moins-disant » est à l’arrivée une catastrophe sur les plans économique (dépassement du budget) et technique (non-conformité, arrêt de chantier…).

A une époque où le développement durable est un enjeu primordial pour la planète, je ne peux que vous confirmer que notre fédération milite au quotidien pour un partage équitable des ressources au plus près du territoire. L’offre globale auprès des Maîtres d’Ouvrage s’impose de plus en plus désormais avec la montée en puissance de la performance énergétique contractuelle dans les marchés. Nous aurons donc besoin des compétences de toutes les entreprises pour relever ce défi.

L’Artisanat a devant lui de très belles années pour autant que le régime de l’auto-entrepreneur ne prenne le pas, par une concurrence déloyale. Je constate d’ailleurs que les élus restent muets sur le sujet (…)

Bizarre… Bizarre… Vous avez dit bizarre : demandez-vous pourquoi il n’y aura que les citoyens lectrices et lecteurs de ce blog qui connaîtront le contenu d’une mise au point sans ambiguïté. Mais je suis certain que si vous êtes un(e) habituée(e) des lieux vous avez votre petite idée.

Se prendre pour le chevalier blanc du libéralisme n’est pas donné à tout le monde ! Mais dans le fond, c’est mieux ainsi, une opposition qui bâtit son argumentation sur du sable, ne peut que s’effriter scrutin après scrutin. Voir les événements de ce week-end !

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

16 réponses à La réponse de l'artisan au vicomte

  1. E.M dit :

    Imparable ! Enfin, du moins pour celui qui possède une honnêteté intellectuelle… Le Baron en a-t-il une ?

  2. GREL Suzette dit :

    Enfin quelqu’un qui fait une bonne analyse dans un domaine sujet à critiques par méconnaissance!
    Ce n’est pas une réponse idéologique mais une réponse forte de la réalité que nous vivons et sans ambiguïté.

  3. PIETRI Annie dit :

    Il est réconfortant de constater qu’un certain nombre d’acteurs économiques, et pas des moindres, puisqu’il s’agit ici du Délégué Régional pour l’Aquitaine du syndicat professionnel EGF-BTP, savent faire la différence entre ceux qui parlent pour ne rien dire, ou simplement pour s’opposer sans rien connaître du fond des problèmes, et ceux qui agissent efficacement sur le terrain chaque fois que cela leur est possible.
    Mais, comme tu le dis, la presse locale se garde bien de diffuser le genre de réactions ci-dessus …qui resteraient complètement confidentielles si tu ne les diffusais pas!
    Alors, Monsieur le vicomte, suivez les conseils de JMD et, à l’avenir, tournez sept fois votre plume dans l’encrier, avant d’écrire n’importe quoi…Encore que de telles « contre performances » ne puissent que réjouir les élus de gauche et leur être favorable !

  4. E.M dit :

    Ah oui, il n’est pas baron, mais Vicomte ! 😉
    Je m’y perds dans ces conneries…

  5. danye dit :

    Merci Jean Marie .. de savoir remettre les aiguilles de la pendule à la bonne heure en rabaissant le caquet’ des ambitions démesurées que nous connaissons tous !!

    Après ces 2 mois et demi d’absence , je constate que rien n’a rien changé dans cette éternelle mauvaise foi qui semble sincère , si vraie que les pauvres couillons » que nous sommes se laissent abuser à tour de bras en suivant les découvertes …Les bassets qui les entourent ramassent les miettes <ils sont inventeurs , chercheurs ,mise en place …mais cela fonctionne bien , la machine est bien huilée .

    *ESSAYER DE TIRER TOUJOURS LA COUVERTURE UNIQUEMENT POUR SON PETIT EGO Cela s’appelle: La justice, elle arrive tôt ou tard .
    Longue vie à Monsieur Madrelle et à ceux qui l’entourent dans la sincérité .
    MERCI à JM … pour son courage d’oser !

  6. Bonjour Jean-Marie,

    Sur la forme, il est curieux de voir comment, en Gironde, le grand patronat prend la défense de Philippe Madrelle, quand Yves d’Amécourt défend les artisans… Curieux en effet !

    Sur le fond, comme le tribunal administratif a été saisi de cette affaire par le Syndicat National des Entreprises de Second Oeuvre, je ne me prononcerai pas. Nous verrons bien qui de toi, ou de moi, a raison.

    Garde ta verve, c’est bien. Mais comme dans le privé tu ne m’appelles pas « Monsieur le Vicomte », continue à m’appeler Yves et tout ira bien !

    Bien cordialement.

    Yves d’Amécourt

    • Aucun problème Yves je ne t’apellerai le Vicomte qu’en… public. Ce n’est qu’une vieille habitude car mes grands-parents ayant été domestiques agricoles immigrés ils m’avaient appris le respect… des titres. Mais je vais m’affranchir de cette habitude. Je t’appellerai donc Yves! Tu évites cependant de le confier dès demain à Sud Ouest!

  7. Merci Jean-Marie. Et pour ce qui est de Sud-Ouest, le « tire-bouchon » est en vacances!

  8. Tu dois t’ennuyer le samedi matin en prenant ton café !

  9. Annette dit :

    Comme c’est pénible ces réflexions de bas étage !
    Qu’est-ce que ça peut faire qu’il soit vicomte ou simple fils d’ouvrier !
    vraiment on sent que les arguments vous manquent un peu pour attaquer sur ce sujet, Monsieur Darmian .
    Courage la bêtise ne tue personne !

  10. Baron ou vicomte , titres dont on se moque qui ne veulent plus tien dire en 2009 ! dit :

    La police privée serait elle de sortie, les cires bottes » sont sur la défense à droite bien évidemment . On risque la convocation entre 2 rangs de vigne pour le prochain duel!
    il faudra effacer les camouflets afin de faire semblant de tenir la situation en mains .
    Continuez Monsieur Darmian , de nous faire connaître,ces vérités qui ne font pas sourire_ tout le monde. Sauveterre OU AILLEURS le soleil n’est pas dans toutes les demeures.les difficultés ,les soucis sont les mêmes!demander aux commerçants le baisse des tiroirs caisse par exemple

  11. Baron ou vicomte , titres dont on se moque qui ne veulent plus tien dire en 2009 ! dit :

    La police privée serait elle de sortie, les cires bottes » sont sur la défense à droite bien évidemment . On risque la convocation entre 2 rangs de vigne pour le prochain duel!
    il faudra effacer les camouflets afin de faire semblant de tenir la situation en mains .
    Continuez Monsieur Darmian , de nous faire connaître,ces vérités qui ne font pas sourire_ tout le monde. Sauveterre OU AILLEURS le soleil n’est pas dans toutes les demeures.les difficultés ,les soucis sont les mêmes!demander aux commerçants le baisse des tiroirs caisse par exemple

  12. ema dit :

    Votre catégorie « Parler vrai » me fait sourire… Les autres catégories seraient-elle de simples défouloirs à l’image de l’article ci-dessus ?

  13. DARMIAN dit :

    Dommage que « ema » qui « parle vrai » n’ait pas eu le courage (comme d’autres) de laisser une adresse mail valide… car bien évidemment son mail est faux. Preuve d’un « vrai » courage exemplaire!
    Parler Vrai c’est forcément avoir déjà le courage de signer ses écrits. C’est ce que je fais !

  14. E.M dit :

    Oui, les blogs ne sont que de simples défouloirs pour la plupart de ceux qui y laissent des commentaires… Et parfois aussi pour les « auteurs » de blogs…
    Peut-être faudrait-il supprimer tous commentaires non « assumés » (anonymes) ! Ils ne valent rien, ils ne représentent rien, ils ne servent à rien…
    Les élus, très souvent critiqués, sont eux obligés, tôt ou tard, d’assumer ce qu’ils disent, ce qu’ils écrivent, ce qu’ils font ! Enfin, sauf si les gens ont également peur de se déplacer pour aller voter ! 😉

  15. vh dit :

    Première erreur : le vrai nom est Vicomte Yves de Ponton d’Amécourt (ne pas oublier de particules à ce cher Monsieur). Pour info, il s’est marié avec Madame Sophie de la Perraudière (on ne mélange pas les torchons et les serviettes SVP).
    Deuxième point : il n’est pas souhaitable de faire du délit de sale nom, mais politiquement, Monsieur Darmian, vous pouvez faire valoir que le Vicomte est bien d’un autre monde que les citoyens qu’il veut représenter. Son pragmatisme et son implication ne sont pas en cause, mais il est quand même mal placé pour représenter le peuple … et ses combines politiques sont incessantes et nauséabondes. Les citoyens ne seront pas dupes !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.