La vérité si je mens…

Des salariés d’Intermarché ont été invités à faire de la figuration lors d’une visite du ministre de l’Education nationale, Luc Chatel, dans un magasin du Val-de-Marne, une initiative dont l’enseigne a assumé mercredi l’entière responsabilité… Les médias, avides de ces visites sur le terrain d’un Ministre, accompagné d’un aéropage de fonctionnaires dévoués, ont multiplié les reportages sur une vaste supercherie! Figurants salariés, prix artificiellement baissés pour faire de la pub à Intermarché, interview truqués, commentaires totalement faux… Mais peu importe, le message est passé !

Accompagné du secrétaire d’Etat au Commerce, Hervé Novelli, le Ministre de l’éducation faisait ce jour-là la promotion de l’opération « les essentiels de la rentrée », des fournitures scolaires à bas prix, résultat d’un accord entre le ministère de l’éducation et des enseignes de distribution. Il a réussi son coup au-delà de ses espérances… car le comité d’accueil était à la hauteur de ses espérances.

La direction d’Intermarché a tenu mercredi à affirmer « avoir pris l’initiative d’inviter un certain nombre de (ses) salariés, à l’occasion de la venue des ministres dans l’un de ses magasins à Villeneuve-le-Roi ». Cette mise au point intervenait après plusieurs informations de presse laissant entendre que l’UMP avait pu convier des militants à cette visite, ou au moins que des sympathisants UMP avaient fait de l’excès de zèle. Intermarché avait réalisé le truquage parfait, puisqu’il avait choisi une employée proche de la majorité gouvernementale pour s’extasier sur une baisse du prix des fournitures scolaires qu’aucune association de consommateurs ou de parents ne confirme!

Mercredi, dans des lettres  à trois médias, le Ministre de la République a « condamné fermement » le « procédé » d’Intermarché invitant des salariés à « faire figuration ». « Cette initiative me choque parce qu’elle est à l’opposé de mes convictions et de mes pratiques (…) J’ai effectué de très nombreux déplacements, notamment dans des grandes surfaces, et jamais je n’ai imaginé une mise en scène artificielle de nature à tromper le grand public ou la presse », a-t-il ajouté. Interrogé par l’AFP pour savoir si le ministre avait incité Intermarché à faire le communiqué, son entourage n’a pas souhaité s’exprimer. Tiens donc !

Sur place, l’AFP TV avait interrogé la directrice de la communication des Mousquetaires, dont Intermarché est l’une des enseignes: Marie-Christine Lavaux avait nié tout rôle d’Intermarché dans une éventuelle mise en scène. Réinterrogée, celle-ci a assuré qu’elle n’était alors pas au courant de la présence de ces salariées. Mais elle a expliqué que figurait parmi celles-ci Virginie Meyniel, que M. Chatel a interrogée devant les caméras et qui a assuré connaître et apprécier les « essentiels de la rentrée »… Un pur hasard! Du pipeau intégral!

Interrogée alors par l’AFP TV,  Mme Meyniel avait répondu « non » à la question de savoir si Intermarché lui avait demandé de venir. Or il s’est avéré qu’elle est aussi conseillère municipale à la mairie de droite de Vulaines-sur-Seine (Seine-et-Marne), village situé à une… cinquantaine de kilomètres de l’Intermarché en question. Elle avait fait plus de 100 kilomètres aller-retour pour acheter les fournitures de ses enfants (au fait en a-telle?), ce qui, vous l’avouerez, est extrêmement rentable. Allez, faites un effort, et regardez bien les spectatrices et les spectateurs des visites ministérielles : un public, trié sur le volet, qui ne criera pas, qui ne posera pas de questions gênantes, qui ne protestera pas, mais qui sera enchanté par l’honneur qui lui est fait de passer à la télé.

Dans le fond, c’est probablement de cette manière que le gouvernement conçoit la prise de position des citoyennes, et je comprends mieux qu’une véritable consultation citoyenne puisse faire peur à ses représentants! Vendredi soir, il y a conseil municipal : venez donc faire de la figuration, mais je vous préviens il n’y aura pas de caméras de TF1, France Télévisions, I Télé, BFM Télé…ou d’AFP Télé, et vous découvrirez que même un référendum banal est interdit par l’Etat ! Pas assez de figurants…

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à La vérité si je mens…

  1. Jean dit :

    Plus ça va, plus la France ressemble à un village Potemkine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *