Rendez-vous… porte de Versailles !

Nous sommes à un mois du Congrès des Maires de France et ce sera véritablement, cette année, un grand moment politique, puisqu’il va bien falloir que, d’une manière ou d’une autre, les responsables de la suppression de la taxe professionnelle avec, comme seule compensation potentielle, celle des ménages ou de l’étranglement financier des collectivités territoriales, montent sur scène… Tous les élus se souviennent de la lâcheté de Xavier Darcos, envoyant un Recteur pour le remplacer sur le SMA, et des huées ayant accueilli le premier Ministre, le mardi 25 novembre dernier, au 91econgrès, alors qu’il évoquait le service minimum d’accueil (SMA) dans les écoles, en cas de grève de l’éducation nationale, adopté en juillet. “La loi de la République n’est pas négociable”, avait-il déclaré, sous les sifflets et les huées de l’assistance, estimée à 4 500 personnes…. avant de reculer de manière aussi ridicule. Comme sur la votation de la Poste, ou sur le référendum de Créon, quelques Préfets zélés avaient déféré des maires au tribunal administratif, et avaient ensuite été oubliés par les donneurs d’ordre! Il est certain que, dans le contexte actuel, les volontaires ne seront pas nombreux pour s’exhiber sur l’estrade.

Comme je vous l’avais annoncé sur ce blog, sans jamais avoir été véritablement entendu, le Projet de Loi de Finances 2010 et la réforme de la TP se traduiront par le recul considérable du principe de libre gestion des collectivités territoriales (le seul juge de la gestion c’est le suffrage universel); la perte de l’ autonomie financière (les hausses d’impôts seront indirectement imposées par le biais de la raréfaction des aides de l’État), avec un basculement massif des impôts entreprises (de 51% à 27 %) sur les impôts ménages,(de 49 % à 73 %). Partout, sauf à Sauveterre de Guyenne, ville des révélations divines, puisque c’est là que, tour à tour, Xavier Darcos a découvert son premier pied de vigne, et que les viticulteurs ont entendu des voix : François Fillon les aurait compris, mais ils attendent encore le miracle! C’est là aussi qu’il y aurait, selon la rumeur, un élu rare en Gironde, croyant tellement en son Dieu UMP de Matignon, qu’il assimile les réformes idéologiques du patron de son ami « collaborateur » à des paroles d’évangile. Yves Ponton d’Amécourt, grand maître du véritable  groupuscule « Gironde Avenir » du Conseil Général de la Gironde n’a que de nobles pensées : il est, en effet, pour la suppression de la taxe professionnelle, si j’en crois Sud Ouest de ce jour. Il n’est pas dit dans le papier si, lors de la Cène récente (il peut, paraît-il, leur arriver d’être 13 à table!), les participants étaient tous de son avis, notamment les élus bordelais.

Les conseillers généraux de l’UMP avaient-ils lu la presse qui s’est délectée de l’appréciation portée par leur suzerain du Palais Rohan sur le Bonaparte élyséen ? Le conseiller général Modem connaissait-il les positions acrobatiques de François Bayrou ? Les « absents » permanents avaient-ils donné procuration, alors qu’on ne les voit jamais au Conseil général  ? En fait, en résumé, ils avaient pourtant dû comprendre le message de la voix du « chiraquisme canal historique », comme moi : « Sarkozy n’a pas de c……. sur la réforme des collectivités, car il se dégonfle », et en plus, « il fait une grosse connerie en supprimant la TP. » Les excuses du lendemain ne changent rien au fond… ni à ce constat : « C’est tout de même se foutre du monde. Le président Sarkozy avait promis une compensation euro par euro, mais il avait oublié de dire pendant un an… ». Dixit Juppé via Sud Ouest. Quand on le connait, on sait qu’il le pense. Respect, Monsieur Juppé, pour votre franchise et votre lucidité, mais il va vous falloir aller l’expliquer chez votre vassal Yves Ponton d’Amécourt qui devient la Pythie des finances départementales, car il avait eu une vision divinatoire (il n’y a pas de raison de ne pas croire Sud Ouest) sur le montant de la diminution des droits de mutation… Quel talent ! Encore une révélation ! Encore une déclaration méritant une conférence de presse ! Encore une analyse objective ! Mais qui croire ? Juppé ou d’Amécourt ?

Nous sommes, nous, élus ordinaires, à la veille de la présentation du  projet de réforme des collectivités locales, qui organise un véritable sabordage professionnel de nos collectivités, le retour de la tutelle des Préfets et la fin des avancées de 25 ans de décentralisation… et du haut de la tour des ex-remparts de sa bastide, le « fiston de Fillon » ne voit rien venir ! J’espère qu’Yves Ponton d’Amécourt fera le déplacement pour le Congrès de l’AMF, puisque c’est à la porte de… Versailles. Lui qui est en cour, grâce à ses positions « fillonnesques »,  pourra faire la claque, quand son mentor viendra expliquer que la suppression de la T.P. relève du bienfait. Il se sentira probablement bien seul, car il serait étonnant que les applaudissements soient au rendez-vous. Ensuite, pour son budget 2011, il pourra toujours se rendre en pélerinage à Lourdes !

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Rendez-vous… porte de Versailles !

  1. Bonjour Jean-Marie,

    Et non je n’irai pas à Versailles. Je ne suis pas un courtisan, quoi que tu en penses. Je n’ai pas besoin de béquilles pour marcher, et je ne suis le « nez rouge » de personne ! Ma relation avec le Premier Ministre est tout simplement amicale.

    Quant au projet de réforme, lis le bien et tu verras que les petites communes rurale, en recevant, notamment, la totalité de la taxe d’habitation (part communale, part régionale et part départementale) devraient en sortir renforcées. Je m’appui sur l’étude du projet de réforme qui a été présenté récemment par l’Association des Maires de France.

    Bon voyage à Versailles.

    Yves d’Amécourt

  2. Merci, Yves, de ta réactivité… qui me confirme que l’avenir appartient bien à celles et ceux qui se lèvent tôt. J’ai pris soin, avant de m’exprimer (voir blog antérieur), d’aller durant 7 heures, dans une formation privée indépendante, me former sur la loi de Finances et ses conséquences sur les collectivités locales. Franchement, tu aurais dû venir expliquer ton analyse, car elle aurait fait son effet sur l’assistance! Allez, on en reparlera bientôt, et tu constateras que tes affirmations sur une commune comme Sauveterre relèvent du rêve. Les promesses sur la compensation de la TP (381 000 euros sur Créon) sont du même ordre que… « travailler plus pour gagner plus ! » ou « casse-toi pauvre con! » ou « je vais karchériser les banlieues » : de la publicité mensongère ! Je serai à Versailles, sur mes deniers personnels, car je ne veux pas manquer l’accueil qui sera réservé au premier collaborateur du Président.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.