La rigueur… mais pas à tous les étages

L’objectif essentiel du contrôle opéré depuis quelques semaines par les autorités diverses sur le fonctionnement des collectivités territoriales reste la démonstration qu’elles sont mal gérées, qu’elles ne respectent pas des ratios déconnectés des réalités du terrain, qu’elles cèdent à la facilité en embauchant… les personnels que l’Etat lui transfère et lui demande de gérer, qu’elles donnent top d’argent pour la culture, la vie associative, l’action sociale, qu’elles empruntent trop pour investir. François Fillon, est d’ailleurs devenu l’apôtre de ces consignes, reprises par ses amis, avides de taper sur le « socialisme gaspilleur ». Il a même récemment lancé une charge « moralisatrice » contre les collectivités locales, accusées d’embaucher toujours plus de fonctionnaires, alors que le gouvernement continue de supprimer de son côté des emplois dans la Fonction publique d’Etat. Un Etat vertueux, qui vire tout le monde ou l’expédie chez les autres, et des collectivités territoriales qui reçoivent les « paquets cadeaux », pour se faire accuser de gabegie sociale !

Le premier collaborateur du Président de la République, parangon de vertu en matière de gestion n’y était pas allé avec le dos de la cuillère. Il avait rappelé sa politique de ne pas remplacer un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, ce qui « n’est pas une décision facile ». Mais dans le même temps, a-t-il dénoncé, « les collectivités recrutent 36.000 fonctionnaires supplémentaires tous les ans (il faudrait en préciser la cause : gestion de la dépendance, du handicap, du RSA, des personnels des collèges, des routes nationales transférées…) « Comment imaginer que ce système puisse continuer?..Plus on va attendre, plus cela va être brutal le jour où il faudra faire les révisions politiques nécessaires… C’est la seule chose que je demande dans ce débat qui s’engage », a indiqué M. Fillon. Alors engageons-le !

Le Premier des Ministres ne se doutait pas que la base de départ pourrait être la suivante, extraite d’un « papier » sur nouvelobs.com. Les personnels des cabinets ministériels ont vu leur rémunération augmenter de 56,8%, et leurs effectifs de 11%, entre 2008 et 2009, a relevé le député socialiste René Dosière. C’est ce qui ressort du document du projet de loi de finances pour 2010 que l’élu de l’Aisne, grand spécialiste des dépenses de l’Elysée, a décortiqué.
Ce qui lui fait dire que « le gouvernement ne connaît pas la crise« . Il met en parallèle « la politique drastique de réduction du nombre des fonctionnaires dans les administrations » et « ces augmentations démesurées », « incompréhensibles dans la période de crise qui frappe durement les Français ».
« Quelle confiance peut-on accorder » à un gouvernement qui « ne cesse d’augmenter son train de vie » et « dont la devise est « faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais ? », interroge le député. Engageons le débat… et allons jusqu’au bout devant les contribuables!
Les effectifs globaux (membres du cabinet plus personnels chargés des fonctions de support) sont passés de 2 949 à 3 277. Ce qui fait une augmentation de 11,1%. Les rémunérations ont, dans le même temps, connu « une progression vertigineuse de 56,8% ». Elles sont passées de 24,6 millions d’euros à 38,6 millions.  S’y ajoute la progression des indemnités de sujétions particulières (ISP), en hausse de 20,6%. Comme le nombre de bénéficiaires a augmenté, le montant moyen des primes par personne a gagné 11,7%.
Pourtant, François Fillon avait fixé, avec le regard noir qu’on lui connaît, à son arrivée à Matignon, un plafond de vingt conseillers par ministre et de quatre conseillers par secrétaire d’Etat. Deux ans et demi plus tard, seul le ministère de la Justice de Michèle Alliot-Marie satisfait aux critères, avec 16 membres dans son cabinet. Le cabinet du Premier ministre a bien essayé de faire un gros effort, en passant de 64 personnes en juillet 2008 à 60 en 2009… Mais, à l’inverse, le ministère de l’Ecologie, de l’énergie, du développement durable et de la mer est passé de 27 à 39 membres. Résultat de l’addition, les effectifs des cabinets sont passés de 537 à 626 membres.  Les secrétaires d’Etat ne font pas exception. Fadela Amara, en charge de la Ville, a augmenté son équipe : elle avait 8 collaborateurs en 2008, ils sont désormais 17. Martin Hirsch, haut-commissaire aux solidarités actives, a grossi son équipe de 10 à 16 personnes.
Hors Matignon, le lauréat du plus gros cabinet est Jean-Louis Borloo (39 membres). Viennent ensuite Roselyne Bachelot à la Santé (34 membres), Christine Lagarde à l’Economie (30 membres), Luc Chatel à l’Eduction (29), Brice Hortefeux à l’intérieur (24). Et c’est sans compter les « personnels supports », qui font ainsi passer les services de François Fillon à 406 membres. Suit Brice Hortefeux (232 salariés), puis Jean-Louis Borloo (223) et Bernard Kouchner (191). Dans le détail, Jean-Louis Borloo utilise… 48 chauffeurs, Bernard Kouchner 40 personnes dans l’intendance. Dommage que les grands médias nationaux n’aient pas eu de place dans leurs éditions pour traiter de ce sujet… Tenez, Derosière au journal de TF1, ça aurait de la gueule pour le gars qui se plaint légitimement de sa feuille d’impôts locaux ! Je suis certain qu’au moment des débats d’orientation budgétaire, dans les collectivités territoriales, en parlant du personnel, ces références seront reprises par les chantres des économies de gestion ! Au fait, qui a parlé des élus locaux trop payés et trop nombreux ? Mais ce n’est probablement qu’une erreur de calcul. La même que pour les indemnités des élus!

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à La rigueur… mais pas à tous les étages

  1. Christian Coulais dit :

    Vous avez oubliés d’aborder les vœux pieux du candidat UMP qui souhaitait un gouvernement resserré autour de lui. Je vous laisse juger de la véracité de ses propos. Le gouvernement est composé de 39 hommes et femmes à (re)découvrir ici :
    http://www.gouvernement.fr/sites/default/files/fichiers_joints/COMPOSITION_DU_GOUVERNEMENT_07-novembre-09.pdf
    Sur le moteur de recherche G…, vous tapez « nombre de ministre en France », 22 400 000 réponses s’affichent en 0,26 secondes ! Hi, hi je vous laisse lire ce billet des jeunes populaires (Vosges) du parti du Président en mars 2007… http://jeunespopulaires88-vosges.over-blog.com/article-6106859.html
    Mort de rire !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.