La mise en garde suisse

L’idée d’un débat sur l’identité nationale, ainsi que les récents propos du Président de la République devant ses troupes UMP, engagées depuis belle lurette dans la campagne des Régionales autour de l’immigration, représentent un véritable danger pour la conception historique de la République Française. Par pur électoralisme, Eric Besson, sur ordre de l’Elysée, a ouvert ce qui sera une plaie béante dans une société en crise. Quoiqu’il advienne, ces choix, dans le contexte actuel, vont provoquer la montée de sentiments ressemblant à ceux qui envahirent la vie française il y a un peu plus de 70 ans ! Quand on attise les haines, directement ou plus subtilement, en période de précarité, de décroissance, de misère latente, un effet boomerang devient inéluctable. Il se produira tôt ou tard dans un pays rendu instable par des réformes mettant en cause le socle qui lui a permis de traverser l’Histoire. Les Suisses, pourtant ancrés dans des certitudes, viennent de donner un avertissement douloureux à ces apprentis sorciers de l’identité nationale.

La mosquée de Genève

La mosquée de Genève

Selon l’Agence télégraphique suisse ATS et d’autres médias locaux, 57,5% des votants ont approuvé l’interdiction d’élever des minarets dans leur pays, ce qui constitue une grande surprise politique, et cause quelqu’ embarras au gouvernement. Le « non » aux minarets a été majoritaire dans 24 des 26 cantons suisses, celui de Genève se prononçant contre l’interdiction des minarets dans une proportion de près de 60% des votants.

La « votation » avait été organisée à l’initiative, notamment, de plusieurs dirigeants du Parti populaire suisse (SVP), devenu lors des dernières législatives la première formation du pays. Le gouvernement et le parlement helvétiques avaient rejeté cette initiative, estimant qu’elle violait la constitution, la liberté religieuse et les valeurs de tolérance du pays, et qu’elle ferait « le jeu des milieux extrémistes« . Le Conseil des droits de l’homme des Nations unies, dont le siège est à Genève, avait également fait part de sa préoccupation.

cathedrale-st-pierre-3

La cathédrale Saint Pierre de Genève

Paradoxalement, ce qui peut être présenté comme un « drame » démocratique, va relancer la vigueur de la campagne déployée par le Président de la République français et ses affidés… car ce vote atteste que le sujet est porteur. L’opinion dominante suisse ne serait pas démentie en France, tellement le concept de laïcité a été malmené depuis plusieurs années. De partout montent les oppositions, dès que l’on sort des certitudes portées par les médias dominants, de manière plus ou moins insidieuse. La montée de tous les communautarismes, de tous ordres, sape les fondements même du vivre ensemble, et le pseudo-débat totalement circonstanciel qui est annoncé avec fracas, prépare l’opinion à ce genre de réaction collective. La Suisse vient d’entrer, sur un sujet anecdotique, dans un processus dangereux pour toute l’Europe, alors que les sondages prétendaient le contraire.

Le gouvernement suisse a pris acte du verdict du suffrage universel, et interdira donc la construction de minarets sur les salles de prières réservées aux musulmans, qui sont plus de 300.000 en Suisse, soit 4,0% de la population. Espérons qu’une « votation » sera également organisée sur l’interdiction des « vitrines » de toutes les sectes qui ont pignon sur rue dans ce pays, que l’on sait… peu intéressé par leurs pactoles financiers.

De leur côté, les membres du SVP et de l’Union démocratique fédérale, qui avaient rassemblé assez de signatures pour imposer cette consultation, se sont félicités de leur victoire contre l’«islamisation de la Suisse» (ça ne vous rappelle rien ?). «Nous voulons seulement mettre un terme à une islamisation plus importante de la Suisse, je veux parler de l’islam politique. Les gens peuvent pratiquer leur religion, aucun problème là-dessus», a déclaré à Reuters Walter Wobmann, un des parrains du référendum. «Nous voulons éviter d’autres évolutions, les minarets, l’appel à la prière, la charia», a-t-il ajouté. En tout état de cause, l’appel à la prière était déjà interdit sur le territoire de la Confédération et on est à des années lumière de l’application de la charia ! Mais peu importe. N’importe quel règlement d’urbanisme en France peut simplement et véritablement régler ce problème, sans qu’il devienne une affaire d’Etat. Mais bien évidemment, l’exploitation politique n’aurait pas été la même. En fait, on est en plein dans l’identité et les limites du débat, puisqu’elle débouche sur une guerre des clochers.

En cultivant un électorat de la peur, en confondant volontairement religion et intégrisme, en stigmatisant les uns et en utilisant les autres, en oubliant que des millions de femmes et d’hommes sont morts pour des guerres de religions, on finit par construire la pire des identités, celle de l’intolérance. La « peste brune » revient lentement, et une pandémie de ce type serait beaucoup plus dangereuse que celle qui préoccupe à longueur de journée des gens de toutes religions. Et elle, elle traverse les frontières sans papiers.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

10 réponses à La mise en garde suisse

  1. danye dit :

    Mon beau frère est Suisse … après la deuxième lecture de votre article, je viens de lui envoyer un texto! confirmant que son pays d’origine que j’apprécie beaucoup..vient de donner le signe d’intelligence qui va aider les autres pays à prendre des solutions identiques ..Le sol Français à besoin de retrouver sa culture !
    Petit début qui peut devenir grand .

  2. Le sol français a besoin de retrouver sa culture!
    La définition de la culture par l’UNESCO est la suivante:
    « La culture, dans son sens le plus large, est considérée comme l’ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble, désigne intuitivement une collection d’objets (que l’on appelle éléments…) des traits distinctifs, spirituels et matériels, intellectuels et affectifs, qui caractérisent une société ou un groupe social. Elle englobe, outre les arts et les lettres, les modes de vie, les droits fondamentaux de l’être humain, les systèmes de valeurs, les traditions et les croyances. »
    J’ai une cousine mariée à un viticulteur suisse,et qui plus est protestante.
    Mais cela ne suffit pas à me conforter plus dans un sens ou dans un autre.
    Les religions ont de tout temps étaient les premières influences capables d’hiniber la case libre pensée du cerveau humain.
    Il ne faut pas se tromper de discour.
    La culture, c’est comme les cures dents, cela ne sert qu’à soi même.
    La construction des minarets dans un pays européen c’est pas le même débat.
    Le retour de « la peste brune » exprimée par JMD, évoque une lente intoxication pas un gaz incolore et inodore.
    Comme le gaz utilise l’air comme moyen de transport, il ne présente effectivement ses papiers à la frontière.

  3. danye dit :

    Merci de ses explications qui ne font rien avancer !
    c’est la grande mode pour arriver sur le sol Français : les sans papiers !Les frontières me semblent aussi en voie de disparition …

    En France notre culture passe par une religion que l’on pratique ou pas .les guerres de religion en effet existent depuis la nuit des temps mais elles atteignent des limites dangereuses pour notre liberté.

  4. Annie PIETRI dit :

    Danye, vous écrivez que vous avez lu deux fois l’article de Jean Marie Darmian….et bien, je vous conseille vivement de le lire une troisième fois, car il me semble bien que vous n’avez pas compris ce qu’il a écrit, et que vous en avez tiré une conclusion tout a fait opposée à ce qu’il a pourtant clairement exprimé !
    Vous êtes bien la seule, avec les affidés du Front National, et ceux des UMP qui partagent en grande partie leurs valeurs, à penser que les suisses viennent de « donner le signe d’intelligence qui va aider les autres pays à prendre des solutions identiques »! Pensez-vous vraiment que l’absence de minarets sur le sol français, comme sur le sol suisse d’ailleurs, permettra à ces pays de retrouver leur culture….?
    Non, cette manière de voir, cette intolérance, cette façon on ne peut plus restrictive d’appréhender…l’identité nationale, si chère à Sarkozy, Besson, et consorts, a quelque chose d’odieux et d’effrayant pour un ou une socialiste….
    Les instigateurs du referendum suisse sont d’ailleurs des dirigeants du Parti Populaire suisse, formation bien connue pour défendre des idées de droite….Je n’imaginais pas que vous partagiez leurs idéaux.
    Je me permets de vous rappeler que le minaret est l’équivalent du clocher de « vos » églises…et que, même si nous sommes athées ou agnostiques, il ne nous est jamais venu à l’idée, par souci de laïcité, de demander la destruction des clochers des églises catholiques, des temples ou autres édifices religieux, ou bien d’exiger que les cloches fassent silence !
    Ce qui me paraît le plus alarmant et le plus effrayant dans tout cela, – et votre commentaire en est la preuve flagrante -, c’est de constater que la « propagande » du pouvoir actuel sur l’identité nationale porte ses fruits, même dans des populations qui se prétendent de gauche….Et je ne peux m’empêcher de craindre, avec horreur, que si un referendum identique se déroulait en France demain, il n’aboutisse aux mêmes résultats qu’en Suisse.
    Il ne me reste qu’à espérer que seule votre affection pour votre beau-frère suisse explique votre enthousiasme pour les décisions de ses concitoyens, et que votre perception du « sol français » et de « sa culture » ne se limite pas à ce que vous exprimez aujourd’hui !

  5. Merci à Anne PIETRI, pour le recalage suite au commentaire de danye, mais je me rends compte que si mes explications n’avaient rien fait avancer, et là n’était pas forcément le but, car avancer c’est très bien, encore faut-il savoir avec qui, pourquoi, et dans quel but.
    Or je n’ai pas répondu immédiatement au deuxième commentaire de danye, sentant bien l’inutilité d’expliquer plus avant, ce que des aveugles et des sourds manipulés de toute part, peuvent arriver à croire.
    Je pense qu’Annie PIETRI qui possède plus d’expérience que moi, au niveau de sa plume, vous amènera tout de même à une réflexion plus large sur l’autorisation ou pas de la construction ou pas des fameux minarets !
    Sans rancune tout de même…

  6. danye dit :

    Merci ANNIE ,je vous rassure ..je suis et je reste une femme de gauche ne partageant pas du tout les idéaux du gouvernement actuel.

    Mes réponses décrites ont reçu une mauvaise interprétation.
    j’en conviens après relecture pas assez explicite pour être comprise correctement.

    le signe d’intelligence «  » était contraire..
    Petit début qui peut devenir grand «  »..pour la France comme pour les autres pays , un référendum serait en effet une catastrophe.
    Il faut vérifier la clarté afin d’être comprise.

    Je ne suis pas aveugle , pas sourde non plus et surtout pas manipulée!>
    Sans rancune non plus !

  7. J.J. dit :

    Si les nationalistes ne s’étaient emparé du sujet, je pense que l’on aurait pu, de façon intelligente prouver que ces projets de minarets étaient mal venus.

    La Suisse qui est fière, à bon droit, de la beauté de ses panoramas pittoresques,doit bien posséder dans son code d’urbanisme, le moyen d’empêcher la construction de tout édifice, toute question religieuse mise à part, risquant de détériore le paysage,comme le fait remarquer justement Jean Marie.

    Cela se serait passé sans devenir un sujet national, puis international.

    Il suffit que certains sites remmarquables en France même, soient pollués par des monuments ou la miévrerie le dispute à la morbidité, sans que l’on en rajoute.

    Bien sûr il n’est pas question d’abattre les clochers, mais ça suffit, il n’en est pas besoin d’autres.

    La foi se doit d’être un sentiment intime, or il semble se complaire dans l’exhibition.

    A ce compte, pourquoi les athées n’exigeraient-ils pas que soient érigées sur les places des statues de la Licorne Bleue ou de la Théiere de Russel, illustrations de la pensée subjective ?

    Quant aux cloches, si vous aviez vécu, comme moi, auprès d’un monument qui tous les dimanches matin fracassait les oreille des riverains, avec une installation dont les concepteurs avaient préféré l’intensité des sons à leur harmonie, je pense que vous apprécieriez un peu de discrétion.

    Près de cette église a été bâtie une résidence de grand standing, et, curieusement les sonnailles se sont faites plus discrètes…
    Etonnant, non ?

  8. Jean dit :

    A propos d’intelligence, il y en a qui n’aident pas, chez les musulmans :
    « Les mosquées sont nos casernes, les minarets nos baïonnettes, les dômes nos casques et les croyants nos soldats. »
    (Recep Tayyip Erdogan, 1997. Alors maire d’Istambul, il préside aujourd’hui la Turquie)

  9. Albatros dit :

    La scène remonte à lundi. Elle se déroule à Verdun (Meuse), pour un des premiers débats sur l’identité nationale cher à Eric Besson. Comme le raconte un journaliste de RTL, «la salle est à moitié vide et le public plutôt âgé». Néanmoins, le sous-préfet prend ses précautions et demande aux participants d’«éviter tout anathème, toute insulte, toute expression d’opinion raciste ou xénophobe».

    Sans succès. Plusieurs reporters tendent leur micro à André Valentin, maire UMP de Gussainville (une commune voisine de 40 habitants, selon le dernier recensement). Interrogé sur l’opportunité d’organiser un débat sur l’identité nationale par France 2, l’élu le juge «indispensable». Avant de déraper: «Il est temps qu’on réagisse, parce qu’on va se faire bouffer». «Par qui?» lui demande-t-on. Petit rictus. «Y’en a déjà dix millions», «dix millions que l’on paye à rien foutre», répond-il. A RTL, qui lui demande s’il pense qu’il «y a trop d’immigrés», il précise sa pensée: «sérieusement, je le crois».

    La réaction de Jean-François Copé, président du groupe UMP à l’Assemblée Nationale, interrogé ce mercredi par RTL sur ce dérapage, laisse pantois. «On va libérer la parole. Point. Et moi j’estime que ces sujets, c’est parce qu’on n’en a pas parlé pendant trop longtemps.»

  10. alain. e dit :

    Il faut effectivement inlassablement répéter que la laïcité signifie que la religion ne concerne que l’espace privé.

    il en résulte qu’en principe aucun signe religieux, ni juif ni musulman, puisque ce sont les deux principaux contrevenants, ni voile ni burka ni kippa ni rien, aucun signe religieux ne devrait être visible dans l’espace public.

    Que ce signe soit religieux ou anti-religieux: il serait également insupportable qu’un athée porte un T-shirt sur lequel serait inscrit « je suis athée et je vous emmerde », ce T-shirt serait aussi insupportable que le sont les kippas, les voiles, et autres déguisements destinés à informer au public de votre religion, et par là, procéder à un prosélytisme incessant.

    Tous ces signes visibles dans l’espace public sont contraires à la laïcité, il faudrait les interdire purement et simplement.

    Car « vivre sa religion », pour employer une expression qui revient souvent, n’a rien à voir avec « emmerder l’ensemble du public en voulant à toutes forces lui faire connaître votre orientation religieuse » dont il se contrefout royalement, soit dit en passant.
    je suis en accord avec cette analyse qui n’est pas de moi.
    ras le bol des religions, du politiquement correct,libérons la liberté d’ expression !!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.