Le vol qui illustre un débat

article_auschwitzIl y a des faits qui peuvent paraître anecdotiques alors qu’ils ont valeur de symboles. En plein débat sur « l’identité nationale », des « inconnus », probablement très bien informés, ont dérobé l’enseigne, extrêmement précieuse pour les mémoires défaillantes, posée à l’entrée du camp de concentration d’Auschwitz. La célèbre inscription en allemand « Arbeit macht frei » (Le travail rend libre), à l’entrée de l’ancien camp d’extermination nazi d’Auschwitz-Birkenau (sud de la Pologne), a été en effet découpée et emportée par des spécialistes de l’identité nationale vendredi, soulevant une vive émotion. « L’inscription a été volée tôt le matin », a déclaré à l’AFP Jaroslaw Mensfelt, porte-parole du musée de ce camp installé par l’occupant allemand sur le territoire polonais, pendant la Seconde Guerre mondiale. « C’est une profanation de l’endroit où plus d’un million de personnes ont été assassinées. C’est honteux », a dit M. Mensfelt. « Il s’agit du premier cas aussi grave de vol en ce lieu », a-t-il ajouté. Une simple erreur de l’Histoire des nations, expliqueraient les tenants du Front national ou ceux qui cherchent à chasser sur leur terrain favori. Soulignons que l’Allemagne nazie a exterminé de 1940 à 1945, à Auschwitz-Birkenau, environ 1,1 million de personnes, dont un million de Juifs. Les autres victimes de ce camp furent surtout des Polonais non juifs, des Tziganes et des prisonniers soviétiques. Rappelons, en ces circonstances que je considère personnellement comme tragiques pour l’humanité, les propos d’un Ministre de ce qu’il reste de notre République, un dénommé Christian Estrosi qui lui, ne fait pas dans le détail de l’Histoire.

Le « motodidacte » de l’UMP y est allé franchement, cette fois. Et même peut-être un peu trop loin. Il a en effet comparé le débat actuel en France, à l’Allemagne des années 30, lors d’un discours prononcé le 26 novembre pour annoncer le couvre-feu pour les mineurs de moins de 13 ans dans sa ville de Nice. Ainsi, il a estimé devant l’auditoire que si « le peuple allemand avait entrepris de s’interroger sur ce qui fonde réellement l’identité allemande » en 1930, cela aurait permis d’« éviter l’atroce et douloureux naufrage de la civilisation européenne ». En clair, si l’Allemagne de 1930 avait organisé un débat sur l’identité nationale allemande, Hitler ne serait pas arrivé au pouvoir… On pourra trouver relativement choquant qu’un membre de la majorité compare la situation actuelle française avec celle de l’Allemagne des années nazies. Mais cet épisode nous montre surtout jusqu’où les membres de la majorité présidentielle sont prêts à aller pour plaire à Nicolas Sarkozy, et à faire la cour au Roi. En fait, cette devise au-dessus d’un camp aussi symbolique qu’Auschwitz constitue, dans les faits, la vérité sur l’identité nationale des Allemands au moment où ils l’ont posé sur le frontispice de ce lieu de mort et de torture.

Il est certain que dans des débats du genre de ceux qui sont organisés par les fonctionnaires zélés, les Allemands de cette époque auraient réfuté pareils principes. Il suffirait pourtant de quelques « morceaux choisis » rapportés par des médias pour convaincre de l’inanité des considérations de ce pseudo débat. A méditer pour comprendre l’absurdité de ce débat dans un contexte de crise sociale prégnante :

« C’est être fort du patriotisme de nos ainés qui ont refusé l’invasion. C’est vouloir garder notre culture, nos traditions. Refuser de les métisser par l’apport que veut faire une catégorie de personnes en imposant des dogmes religieux […] C’est vouloir que nos enfants grandissent, sans craindre qu’ils soit obligés un jour de porter le voile ou la barbe »

« Arrêt à cette invasion d’immigrés, bientôt la France perdra son identité, l’immigration n’a pas été voulue par le peuple, mais par des politiques inconscients, vivre sur le territoire en harmonie »

« Être français, est-ce être con au point de laisser venir encore plus d’ immigrés économiques […] Subissez, métissez vous, convertissez vous, et abandonnez vous, voila le message des élites, et ce grand débat n’en est plus un ».

« La réciprocité entre pays est indispensable pour les flux migratoires. Comment accepter l’islamisation à marche forcée de l’Europe et que l’apostasie soit punie de mort dans de nombreux pays arabes. Les musulmans ont déjà 54 pays ! »Ou encore,AuschwitzHungarianJews ces citations relevées par Médiapart :

« La nationalité française a été attribuée à tout va. La France est devenue une colonie de l’Afrique de façon irrémédiable ».

« Avant, la France avait des colonies, maintenant elle est colonisée ; le droit du sol et l’invasion essentiellement maghrébine viendront à bout d’un sujet qui ne fera plus l’objet d’un débat dans 1 ou 2 décennies, car notre identité propre aura complètement disparu, il suffit de regarder la sortie des écoles pour s’en rendre compte […] Charles Martel reviens, vite ! »

« Ce qui me peine beaucoup, c’est d’attirer tous ces étrangers qui profitent du social, ces gens là ne travaillent pas !! »

« Pourquoi ne pas organiser un référendum sur la question de l’islamisation rampante de notre société? »

« Les incidents qui se multiplient concernent pratiquement toujours les communautés africaines et musulmanes. »

C’est un florilège qui permet peut-être de comprendre pourquoi certains ne supportent pas la présence de « Arbeit macht frei » sur un camp qui rappelle que l’homme fut durant des années noires un loup pour l’Homme. La « faute » voire le crime seront effacé par une prime de 25 000 euros offerte aux personnes pouvant expliciter le vol d ‘Auschwitz. Dans le fond, la morale n’est qu’une question d’argent !  Combien offririons-nous si, sur les frontispices des mairies, on nous volait  «Liberté, égalité, fraternité» ?

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Le vol qui illustre un débat

  1. JMD dit :

    Les journaux n’ont pas eu le temps encore de réagir à la surprise du Vatican. Annoncée ce samedi 19 décembre au soir, la reprise du processus de béatification en faveur de Pie XII risque pourtant de faire des vagues, peut-être même une tempête, car ce pape, de 1939 à 58, est celui auquel on reproche un silence assourdissant au moment du départ en 1943 d’un train de déportés juifs vers Auschwitz. Pie XII est soupçonné d’avoir eu une attitude passive vis-à-vis des nazis et d’avoir laissé faire l’Holocauste… mais il deviendra saint Pie XII

    Le pape Benoît XVI est en effet d’un autre avis. Pour lui, c’est une légende. Il a pris sa défense à plusieurs reprises depuis qu’il a été élu pape en 2005 . S’appuyant sur des témoignages et des archives encore secrètes, il est persuadé qu’il a sauvé de nombreux juifs pendant la dernière guerre et qu’il se taisait pour ne pas aggraver… la situation. Ah! si Benoît XVI avait pu, dans les années 30, participer au débat sur l’identité nationale dans son pays!

  2. J.J. dit :

    Arbeit macht frei !

    Travail, famille, patrie

    Travailler plus pour gagner plus.

    Tu gagneras ton pain à la sueur de
    ton front.

    Qu’ont-ils donc tous tous ces gens à vouloir nous faire travailler ?

    Ce n’est pas eux que ça fatigue.

    Heureusement, il ya : « Le travail c’est la santé… (Boris Vian, Henri Salvador).

  3. Annie Pietri dit :

    Pie XII, Pétain, Hitler, Le Pen, Sarkozy, Benoît XVI…et aussi Estrosi, même combat! Les camps nazis n’ont pas existé, des milliers de juifs n’y sont pas morts, toutes les descriptions de ceux qui en sont revenus ne sont que des affabulations, n’est-ce pas Madame Weil ? Notre Chanoine de Latran pense que la religion catholique et ses prètres sont plus aptes que l’enseignement public à former les jeunes ! Et comment leur enseigneront-ils l’Histoire? Et comment leur décriront-ils la période 39-45 ?
    Ce n’est pas la première fois que Benoît XVI démontre ses tendances conservatrices et rétrogrades en toutes choses (contraception, mariage des prêtres, messe en latin, etc….). Cette fois, il va béatifier Pie XII ! Et bien, grand bien leur fasse, à ceux qui vont approuver, et même sans doute participer aux cérémonies….Espérons qu’ils contribueront à se décrédibiliser face à l’opinion publique, et aussi à la masse des catholiques qui, espérons le, vont se rebeller.
    Mais quand on lit les commentaires de nos concitoyens à l’occasion du débat sur l’identité nationale, on ne peut être que consterné, et craindre le pire pour l’avenir….
    Que donnerait, en effet, un référendum sur l’identité nationale, en France ? Toutes les craintes sont permises ! Dans une chronique du 11 novembre 2005, que je viens de retrouver, tu écrivais déjà …«que la meute des braves gens demeure la plus redoutable, car elle ne cherche pas à juger, mais qu’elle condamne aveuglément. Elle pourchasse physiquement et moralement. Elle généralise hâtivement. Elle se construit des certitudes sur des éléments ténus qu’elle présente comme des preuves». Quatre ans plus tard, la meute des braves gens est toujours la même et réagit toujours de la même manière !
    P.S.J’avais oublié de sugggérer à Benoît XVI, s’il peut entendre une mécréante telle que moi, de béatifier Maurice Papon….C’est Alain Duhamel qui vient de m’y faire penser !

  4. DURAND Gerard dit :

    Beaucoup de nos ancêtres doivent se retourner dans leurs tombes à entendre ces pauvres rigolos débiles.

  5. DURAND Gerard dit :

    Beaucoup de nos ancêtres doivent se retourner dans leurs tombes à entendre ces pauvres rigolos débiles.

  6. J.J. dit :

    Pie XII sanctifié !

    Honnêtement qu’est-ce que ça peut nous faire ?

    Une occasion pour le Vatican et le Saint Panzer de faire parler d’eux.
    En bien ou en mal, même si c’est provocateur, pourvu qu’on en parle et que l’on voie de « saintes images » ou des « bondieuseries » (selon les spectateurs)à la télé, tel est l’essentiel.
    Tous les prétextes et les occasions sont bons.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.