Un "Hameau" nationalement reconnu !

La vie publique est ainsi faite que, même si elle est devenue de plus en plus exigeante, elle offre parfois des satisfactions qui suffisent à encourager l’engagement durable. L’EPHAD de Créon appelé  » Le Hameau de la Pelou » vient d’être consacré nationalement comme une des « maisons de retraite » les plus exemplaires de France.

Ainsi, le classement intitulé  « le guide de la dépendance 2010 : mieux vivre le 4ème âge et le handicap » de David Jacquet et Patrick Lelong vient d’être dévoilé. Le Journal Le Parisien annonce aujourd’hui dans à la une le classement des meilleures maisons de retraites. Sur plus de 8000 établissements, seuls 25 ont obtenu la note de 10 sur 10.

 » Le Hameau de la Pelou » à Créon fait partie de ces 25 rares établissements français distingués, se classant donc 1er de France ex-æquo, et seul établissement girondin.

de ce palmarés reposant sur le prix (l’un des plus faibles de Gironde), la qualité des lieux, les conditions d’accueil. La construction de cet établissement a été subventionné par la CNSA (à l’époque où il avait des fodns du lundi de pentecôte), le Conseil Général de la Gironde qui en assure une part du fonctionnement, l’autofinancement venu des ventes des biens privés de l’EHPAD, les prêts bonifiés obtenus des caisses de retraite et du logement socail. Un montage exceptionnel obtenu par Bernadette Duhem, la Directrice qui a imaginé, conçu et fait vivre ce projet.

Cette distinction doit donner du baume au cœur des équipes qui ont porté cette initiative qui ont travaillé avec motivation et conviction pendant 12 ans, de 1996 à 2008 pour le voir se concrétiser. Ce furent douze années de lutte pour offrir à Créon, modeste bastide de l’Entre-Deux-Mers, un établissement de premier ordre. Douze années pour convaincre des besoins, pour monter financièrement le projet, passées à étudier minutieusement, et à suivre aussi l’aboutissement d’une démarche pensée pour offrir une place durable pour tous dans la cité.p>

J’ai une pensée particulière pour Madame Duhem et toutes les personnes qui ont porté le projet de l’EPHAD de Créon avec force et conviction. Cette récompense, c’est la leur, celle d’équipes qui s’investissent et se battent au quotidien pour le service public local.

Je suis heureux que je sois parvenir à prouver en tant que Président du Conseil d’administration durant 13 ans que le service public pouvait devenir performant, efficace et accessible à tout le monde. L’Unité des soins spécialisés dédéiés à la maldie d’Alzheimer (accueil permanent et temporaire) fonctionne parfaitement malgré le fait que l’Etat n’ait jamais tenus es engagements sur le personnel nécessaire. Il refuse en permanence de nouveaux cas.

A l’heure où les collectivités territoriales, encore porteuses de tels projets, sont accusées de bien des maux, on ne peut que rappeler que ce sont elles qui ont donné vie au  » Hameau de la Pelou »…

Avec 125 place permanentes ce lieu a plusieurs dizaines de demandes en attente et il contitue un pôle capital pour l’avenir d’un territoire. Le seul problème c’est que maintenant qu’il est ouvert et qu’on se chamaille pour y accéder, tout le monde a oublié que dans l’un des pays les plus riches du monde (enfin si on le croit) il faut 12 ans de travail avec un optimisme permanent pour obtenir ce qui est indispensable. La seule certitude que j’ai : en 2009 malgré toutes les promesses, tous les effets d’annonce de plan alzheimer, de plan Cancer, de plans… et de rantanplans une telle initiative est devenue impossible.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

10 réponses à Un "Hameau" nationalement reconnu !

  1. Annie Pietri dit :

    Quelle belle récompense, oh combien méritée! Il est incontestable que « Le Hameau de la Pelou » est un établissement remarquable, et que le mérite en revient à Mme Duhem, mais aussi au Maire et à toute l’équipe municipale qui se sont battus pour ce projet.Moi qui arrive d’une région où les « maisons de retraite » sont légion, je n’en avais jamais vues d’aussi performantes à tous points de vue. Encore bravo!

  2. Suzette GREL dit :

    Quelle fierté d’avoir accompagné l’équipe qui a élaboré ce projet réfléchi, chaleureux et beau !
    Tous les acteurs sont à féliciter. Bravo !
    Une mention exceptionnelle à madame Duhem qui s’est battue pour trouver le financement et pour exiger l’excellence dans tous les domaines. Merci à tous et continuons à batailler pour le maintien de la qualité avec les outils nécessaires à cet effet.

  3. CB dit :

    Bravo et merci Madame la Directrice. Quelle reconnaissance pour ce travail acharné et continu que vous avez réalisé.
    Bien sûr, soutenue par Suzette et JMD, cela « facilite » les choses.
    Longue vie à cet établissement et à ses pensionnaires.

  4. DUHEM Bernadette dit :

    Oh oui, quelle joie j’ai ressentie lorsque j’ai appris le résultat de cette enquête inattendue!!
    La vie révèle parfois des surprises extraordinaires, d’autant plus qu’on ne s’y attend pas!
    Oui, j’avoue que c’est une grande satisfaction de voir que ce travail de « fourmi » a révélé sa quintescence, entourée de tous ceux qui m’ont fait confiance dans cette réalisation : administrateurs, financeurs, collaborateurs…

  5. LE GENTIL Cathy dit :

    Bravo !!!
    Félicitations à toutes les personnes qui se battent au quotidien pour nos aînés.

    C’est une très belle récompense hautement méritée.

  6. Christian Coulais dit :

    L’Essonne lance la maison de retraite « low cost »
    publié le 08 février 2010 LOCALTIS.FR
    Fixés par les présidents de conseils généraux dans les établissements conventionnés, les tarifs hébergement des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) sont la partie du coût total la plus souvent acquittée par les personnes accueillies ou par leur famille. Déduction faite des 118.000 personnes âgées bénéficiant d’une prise en charge départementale au titre de l’aide sociale à l’hébergement, ce sont ainsi environ 540.000 personnes âgées ou familles qui acquittent le tarif hébergement. Le tarif soins est en revanche pris en charge par l’assurance maladie et le tarif dépendance est couvert – dans des proportions variables selon les revenus – par l’allocation personnalisée d’autonomie (APA). Aussi le prix de l’hébergement constitue-t-il une récrimination traditionnelle de la part des familles, peu au fait des coûts de fonctionnement des maisons de retraite tant qu’elles n’y sont pas directement confrontées. Ces prix sont particulièrement élevés dans les zones urbaines, sous l’effet des coûts du foncier.
    Conscient de cette situation, le département de l’Essonne a décidé de se lancer dans une démarche originale de maison de retraite « low cost », sans pour autant remettre en cause la qualité des prestations délivrées. La présentation retenue pour cette opération sonne comme un slogan immobilier : la maison de retraite à 59 euros par jour. Cette somme équivaut à un coût mensuel moyen de 1.770 euros. Celui-ci peut sembler élevé, mais il se situe en réalité nettement en dessous des fourchettes observées. La moyenne nationale est en effet de l’ordre de 2.200 euros par mois (à rapprocher d’une retraite moyenne de 1.300 euros). Sur un plan géographique, les tarifs d’hébergement mensuels se situent dans une fourchette allant de 2.750 à 4.600 euros à Paris, de 2.000 à 2.500 euros dans le reste de l’Ile-de-France et de 1.500 à 1.850 euros en province (avec des écarts importants entre les villes et les zones rurales). Les prix annoncés par l’Essonne se situent donc nettement en dessous de ceux de l’Ile-de-France.
    Pour obtenir ce résultat, l’Essonne entend travailler en enveloppe fermée, en affichant un budget global par établissement à construire (13 millions d’euros par opération dans les quatre opérations programmées). A charge pour les architectes et les maîtres d’oeuvre de tenir dans cette enveloppe. Autres sources d’économies : le département demande aux communes de consentir des prix très bas pour le terrain (l’une d’entre elles prévoit même de le mettre gratuitement à disposition) et le projet prévoit de mutualiser plusieurs services généraux (administration, blanchisserie, achats…). Il n’est pas précisé, en revanche, si le conseil général entend majorer le taux de ses subventions, ce qui aurait pour effet de réduire l’impact des frais financiers liés aux emprunts sur le prix de journée. Pour l’instant, quatre Ehpad à 59 euros par jour – offrant une capacité totale de 370 places, dont 50 pour des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer – sont programmés à l’horizon 2014 à Courcouronnes (14.000 hab.), Les Ulis (25.000 hab.), Morangis (11.500 hab.) et Sainte-Geneviève-des-Bois (35.000 hab.). Les dossiers correspondants viennent d’être déposés au comité régional de l’organisation sociale et médicosociale (Crosm), qui doit prochainement rendre son avis.
    Pour Jérôme Guedj, vice-président du conseil général en charge du dossier, « l’idée est de faire en sorte que les classes moyennes puissent accéder aux maisons de retraite ». Bien que l’annonce de ce tarif très bas en zone urbaine suscite un certain scepticisme chez les professionnels, Jérôme Guedj affiche déjà son intention d’aller plus loin. Il envisage en effet de créer en Essonne un « pôle public de la personne âgée », sous la forme d’un établissement départemental qui serait installé aux Ulis et servirait de tête de réseau et de fonction support pour les autres établissements. Celui-ci pourrait notamment intégrer un pôle gérontologique et un centre de formation aux métiers du grand âge.
    Il est vrai que l’intéressé n’est pas vraiment un vice-président de conseil général comme les autres. Sur le plan professionnel, il est en effet membre de l’Inspection générale des affaires sociales. En octobre dernier, il signait ainsi, avec quatre autres membres de l’Igas, un rapport sur… l' »Etat des lieux relatif à la composition des coûts mis à la charge des résidents des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes » (voir notre article ci-contre du 13 octobre 2009).
    Jean-Noël Escudié / PCA

  7. Belle récompense certes mais la plus belle pour moi c’est de savoir que ma mamie est heureuse au Hameau de la Pelou, que c’est là que mon grand-père s’est éteint doucement avec le réconfort de toute une équipe remarquable.

  8. JMD dit :

    Avis complet de l’étude sur le Hameau de La peloue. Difficile de faire mieux ! Le voici en détail !
    « Dans le service public, tout peut arriver, ici c’est le meilleur. Si son bâtiment n’a pas une architecture originale, ses lignes sont pures et belles, il est de plain-pied et ses concepteurs ont du tenir compte du parc sur lequel il est implanté, à proximité du bourg. Composé de quatre unités, dont une alzheimer pour les personnes désorientées de 14 lits, ses chambres sont toutes individuelles de 21m², équipées de douche privative et d’un carré de jardin. Les lieux de vie sont multiples avec une décoration soignée et de grands espaces. Si l’hébergement est de grande qualité, les autres prestations le sont aussi, avec une équipe de soins comprenant 2 psychologues et un arthérapeute, des baignoires balnéo, une salle de kiné, 2 animatrices et 2 minibus pour les activités ou les sorties. La cuisine est réalisée sur place. Alors quand on annonce un tarif aussi peu élevé (entre 20 et 30€ de moins que dans le privé) il ne faut pas s’étonner d’attendre 18 mois pour espérer y entrer. Félicitations, c’est sûrement l’un des plus beau établissement du département et le meilleur rapport qualité/prix. »

  9. BS dit :

    le jour de l’annonce de la bonne nouvelle pour la maison de retraite ,j’etais en stage .J’y est passée 5 semaines .cela a été 5 semainese de bonheur .Cette maison de retraite est complete où les resients sont bien accompagés et elle a du bon personnel .La premiee fois que je suis venue , je me suis dis que si mes parents devaient venir dans une maison de retraite c’est ici qu’ils viendront .

    félicitations à tout le pesonnel .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.