Le recyclage des déchets idéologiques

Il faut absolument se persuader que la récupération sera, dans les prochaines années, la pratique sociale la plus répandue. Il arrive que, pour faire mieux, on la baptise « tri sélectif », mais les principes sont les mêmes : exploiter au mieux les déchets des autres, les mettre en valeur de telle manière que l’on puisse attirer l’intérêt du plus grand nombre. C’est devenu un problème d’opportunité et même d’opportunisme. Il faut savoir repérer les bonnes occasions d’exploiter un gisement susceptible de mobiliser l’opinion, en présentant un « produit » conforme à son attente. Les récupérateurs fleurissent dans la vie publique car les médias leur offre toujours une oreille attentive. Ils s’évertuent à se montrer là où il faut et quand il faut. Ils effectuent des effets d’annonce lié à un événement douloureux. Ils commentent, une larme à l’œil, un moment malheureux ou heureux.
Ils s’épanchent devant une caméra, un micro ou un stylo complaisant. Ils récupèrent tout ce qui peut être utile à leur commerce, en se persuadant que l’opinion publique appréciera leur talent de recycleur de l’émotion. C’est surtout vrai en période électorale.Le meilleur récupérateur aura été, en 2009, le dénommé Eric Besson. Lui qui avait déjà été récupéré, dans tous les sens du terme, par le Chef de l’État français, a tenté la plus grande opération d’exploitation du potentiel raciste français. Il a cru que, sur ces rebuts d’une société déboussolée par la casse sociale, il pouvait ajouter un peu de haine supplémentaire, en collant sur un débat sur l’identité nationale. Le racisme est une mine inépuisable, dans laquelle on peut aller quérir des voix, alors pourquoi se priver de cette possibilité facile. Le produit a bien fonctionné, sauf que le brevet appartenait déjà à une famille très habile sur le chantier de la récupération des « déchets idéologiques ».
Le travail de collecte, la mise en œuvre de la publicité mensongère, le repérage des motifs les meilleurs, ont été effectués par le socialiste national Besson et ce sont les Le Pen qui en ont profité ! Ils ont une telle expérience dans le domaine de la récupération que personne ne peut espérer les concurrencer…Même pas Eric Besson, commercial zélé du produit nauséabond qu’est le racisme souterrain. Il est en grande partie responsable de la ruine électorale de son camp, mais comme il était en service commandé, il peut espérer bénéficier d’une indulgence particulière durant encore quelques semaines. Il serait cependant étonnant qu’il ne soit pas, le moment venu, expédié aux poubelles de l’histoire. Depuis mercredi soir, François Fillon est allé à son tour fouiller dans les déchets de notre société. Il en est un qui marche bien, sur les gondoles des idées reçues : l’insécurité! Il suffit de le mettre en évidence, de l’exploiter avec beaucoup de sang, de larmes et de compassion, pour que ce phénomène inhérent à tout système social en crise prenne une place importante dans le vie politique.
Le premier collaborateur du Chef de l’Etat français a dans ce domaine plus de talent que son maître. Devant un parterre conquis, il s’est surpassé en annonçant la mort d’une pauvre policier… qui se remet de mauvais moments connus…dans l’exercice de son métier. Chaque jour, en France, meurent sur les chantiers, des dizaines de salariés victimes d’une autre insécurité, celle imposée par leurs patrons, pour améliorer leurs profits. Ils ne pèsent pas dans les produits recyclables de la même manière que ceux qui frappent l’imagination… populaire, conditionnée par les multiples crimes des séries télévisées. Certes, c’est une erreur de la personne qui lui rédige ses discours, mais elle est tellement révélatrice de ces pratiques politiques consistant à se précipiter au chevet d’un cercueil, d’une famille éplorée aussi vite oubliée, qu’elle a été « exploitée ».
La sécurité a ainsi fait son grand retour dans la campagne, à trois jours du second tour des élections régionales qui s’annoncent très difficiles pour la droite. L’enjeu pour l’UMP est de grappiller quelques voix au Front national et de mobiliser les abstentionnistes, notamment pour sauver l’Alsace, tenue par la droite…
En effet, le seul véritable enjeu de dimanche soir, c’est l’Alsace, car pour le reste, c’est cuit et recuit. Il faut sauver cette région dans laquelle le centrisme reste la valeur sûre. Comment y parvenir? Facile, en récupérant Simone Veil. Il y a une semaine, il n’était pas question pour le Chef de l’Etat de se déplacer à la cérémonie de réception sous la coupole de cette grande dame, car elle avait commis un crime de lèse majesté, en déclarant ne pas comprendre cette « erreur ». « Je suis restée longtemps au Conseil constitutionnel : nous avons été quelquefois trois, quelquefois deux. Maintenant, il en reste une seule, et je n’arrive pas à comprendre pourquoi on a agi de cette façon », réagissant ainsi à la nomination récente de trois hommes au Conseil constitutionnel, dont l’un à la place d’une femme. Elle ne méritait pas la présence à l’Académie de l’admirateur de la Princesse de Clèves. Sauf que tout bien réfléchi, il valait mieux donner un signe fort aux centristes… en s’associant aux mérites de celle qui a longtemps incarné à la fois le courage, les valeurs républicaines et l’audace sociale.
Un zeste de récupération devant des caméras bienveillantes, et le tour est joué : les Alsaciens seront contents, comme ils peuvent l’être avec la fixation d’une peine plancher bloquée, anti-constitutionnelle, pour les assassins de représentants de l’ordre républicain.
Les meurtres de policiers ou de gendarmes sont déjà passibles de la réclusion à perpétuité, assortie d’une peine de sûreté incompressible de 22 ans. Pour l’instant, la peine de sûreté de trente ans n’est applicable qu’aux auteurs de meurtres d’enfants de moins de 15 ans accompagnés ou suivis de viols, torture, et barbarie. C’est la peine la plus lourde du code pénal. Mais le chef de l’Etat, qui s’est rendu jeudi sur les lieux du drame, a fait savoir qu’il allait travailler avec la ministre de la Justice, Michèle Alliot-Marie, « pour que la peine réellement perpétuelle, je veux dire les 30 ans, puisse s’appliquer systématiquement pour ceux qui attentent à la vie d’un agent en charge de l’autorité publique ».
Encore de la pure récupération, puisque ce n’est que du vent électoral.
« 30 ans de façon systématique, ça n’est pas possible », a rétorqué le représentant de l’Union syndicale des magistrats. Et pour cause, « les peines automatiques en France sont interdites » parce qu’elles vont à l’encontre de l’article VIII de la Déclaration des droits de l’homme et du Citoyen, qui est elle-même incluse dans le préambule de la Constitution : « la loi ne doit établir que des peines strictement et évidemment nécessaires, et nul ne peut être puni qu’en vertu d’une Loi établie et promulguée antérieurement au délit, et légalement appliquée ».
Mais qui s’en soucie… Un débat sur l’identité nationale, un policier enterré au nom de l’intérêt suprême de l’UMP, une cérémonie pour faux-culs en habits pas verts du tout, une annonce contraire à tous les principes républicains: tout ça vaudra bien quelques voix de plus pour éviter le naufrage !

Ce contenu a été publié dans pARLER SOCIETE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

10 réponses à Le recyclage des déchets idéologiques

  1. Marie dit :

    Je me permets de rappeler que le Front National a baissé par rapport aux résultats des Régionales de 2004.

    Il est certes plus facile de n’aborder aucun sujet cher au Front National (insécurité, nationalisme) , mais cela laisse mijoter une vraie bombe à retardement.

    C’est plutôt courageux de mettre sur la table un débat sur ce qu’est la France aujourd’hui. Il y a tellement de jeunes issus de l’immigration, nés en France, qui ne sont pas reconnus comme français (disrimination..) Pour eux , ce débat est, me semble-t-il une chance.

    Réponse JMD : Je suis un jeune issu de l’immigration, et je pense être reconnu comme… Français, comme mon père et mon grand-père. Heureusement qu’à l’époque les pétainistes n’ont pas fait de débat sur l’identité nationale… ils ont agi (allez voir le film sur la rafle et vous verrez ce qu’ont fait les VRAIS Français) car j’aurais été renvoyé d’où ils venaient. Il est vrai qu’ils étaient utiles pour travailler sur une terre ne leur appartenant pas, et que personne d’autre qu’eux ne voulait exploiter. A Créon, 40 % des familles sont de la seconde génération de l’immigration. Sommes-nous des parias? Mon propre fils part travailler au Québec où il vient d’être admis à immigrer. Le débat sur l’identité nationale ? Quelle connerie…

  2. E.M. dit :

    @ Marie

    C’est la misère sociale, provoquée par la droite, qui permet à l’insécurité et au nationalisme d’être des thèmes d’actualité !

  3. Marie dit :

    Misère sociale provoquée par la droite ?

    Qu’a fait la gauche au niveau national ? Qu’a fait la gauche pour éviter que ces thèmes d’acualité ne perdurent ?

    Dois-je vous rappeler les scores du Front National quand M.Jospin était Premier Ministre ? Et quand M.Mitterrand était Président ?

    Réponse JMD : Rendez-vous plus tard sur ce blog pour voir si le Chef de l’Etat français maintiendra Eric Besson à « l’identité nationale » car si votre théorie est bonne il va continuer sans problème son magnifique boulot… conduit en son temps par Adrien Marquet !

  4. E.M. dit :

    « Qu’a fait la gauche au niveau national ? »
    Je ne me souviens même plus depuis quand la gauche n’a pas été au pouvoir… Y-a-t-elle déjà été au moins ???
    De toute manière, rien n’est jamais parfait, mais si vous voulez comparer le degré de misère sociale suivant les périodes de notre histoire, alors vous vous rendrez compte de l’ampleur des dégâts que provoque les politiques de droite qui n’ont pas d’autres objectifs que de rendre les riches de plus en plus riches, et les pauvres, de plus en plus pauvre…
    J’espère au moins que vous faites partie des privilégiés de notre pays, car sinon, votre « engagement » en faveur de la droite est bien stupide…. Ou alors, vous êtes bien naïve !

    Mais non, je suis certain que vous savez déjà tout ça…

  5. Marie dit :

    Monsieur Darmian,
    il faut tirer des leçons de l’histoire, je suis d’accord avec vous.

    Mais les contextes changent, et les solutions choisies hier ne sont pas toujours à adapter à notre époque .

    La vie en France paisible pour tous, a besoin d’une remise à l’heure afin que tout français, quelque soit son origine, puisse être reconnu français, sans préjugé.

    C’est un sujet délicat.
    Rien n’est parfait en ce bas monde, comme le dit E.M., mais ce débat sur l’identité nationale a le mérite d’exister. Sinon, que préconisez-vous ?

    Répone de JMD :
    Je propose que l’éducation redevienne la priorité de la Nation avec une augmentation très sensible des heures de formation civique au collège (classe de 5°)
    Je propose des contrats d’ingération socaile pour les étrangers en situation régulière sur notre territoire
    Je propose que leurs employeurs soient contraints à assurer via une Caisse National spécailié le logement et surtout la Mutuelle pour tout étranger embauché (avec ou sans papier)
    Je propose de rétablir la « domiciliation » afin d’identifier les habiats sauvages indignes (certificat délivré en Mairie pour toutes les formailités adiministratives ou commerciales)
    Je propose qu’au collège pour un certain nombre d’élèves volontaires une des langues vivantes enseignées soit leur langue maternelle.
    Je propose que la différence culturelle soit valorisée afin de prendre en compte le potentiel des immigrés et éviter de les marginaliser.
    Je propose l’autorisation pour toute personne de prendre un noim d’usage différent de celui de l’Etat-Civil
    Je propose bien d’autres mesures concrètes au niveau local (livret citoyen notamment) mpais elles ne vous intéresseront certainement pas!

  6. Marie dit :

    Monsieur Darmian,
    Je vous remercie sincèrement de répondre à chacune de mes questions.

    Benji,
    désolée de vous casser les pieds, mais je me sens obligée de vous rappeler que la droite est au pouvoir depuis 13 ans, après 14 ans de pouvoir socialiste, et quelques cohabitations pour la droite et la gauche.

    De plus, on ne peux pas dire que la crise actuelle est due à l’arrivée de Sarkosy. Ce serait vraiment démagogique et dénués de quelques notions d’économie mondiale.

    Vous n’êtes pas démagogique ?

  7. gilles baillet dit :

    D’où vient la « la crise » actuelle?
    On est en « crise » depuis 1973. Les choses ne font que s’amplifier depuis quelques temps parce les crédits pourris et la bulle spéculative générée par eux a explosé. Ce sont ces crédits qui faisaient croire que le Royaume Uni, les Etats-Unis, l’Espagne … avaient une croissance considérable. S’il n’y avait pas eu d’endettement des ménages, ces pays seraient en récession depuis 7 ou 8 ans… parce que les salaires petits et moyens stagnaient dangereusement et que la croissance produite était captée par les plus riches.
    Paradoxalement, la « crise » a touché notre pays au bon moment… puisque Sarkozy s’apprétait à encourager la crédit hypothécaire pour s’engager dans un type de croissance à l’anglo-saxonne: c’était d’ailleurs une de ses promesses de campagne. Ca aurait pu être pire! Finalement c’est notre modèle français « archaïque » qui limite en ce moment la catastrophe. Avec la privatisation de La Poste,un pactole va basculer sur les marchés financiers. Jusqu’à présent cette entreprise risquait partiellement le capital des usagers. Cela va être bientôt le risque total… Alors que va-t-il se passer? D’après vous…
    J’espère que maintenant toute la gauche est convaincue qu’il faut renforcer notre modèle…
    Cordialement

  8. E.M. dit :

    Marie,

    Il est vrai qu’il y a eu officiellement un pouvoir socialiste en France il y a quelques années… Mais ce pouvoir a eu du mal à sortir des sentiers battus et à pratiquer une politique réellement de gauche ! Elle a fait peu plus de social que la droite pour aider les plus « faibles » d’entre nous, mais pas grand chose d’autre… D’ailleurs Jospin et ses privatisations s’en souvient encore… Nous sommes nombreux a souhaiter qu’un vrai gouvernement de gauche tente une vraie politique de gauche, juste et humaniste, dans l’intérêt du plus grand nombre. Sarko n’est certainement pas « LE » responsable de la crise mondiale, mais il fait partie de ceux qui, par leur politique de droite, ont créé cette crise ! Et ça va continuer.

  9. E.M. dit :

    @ Gille
    D’accord avec toi… pour une fois ! 😉

  10. Marie dit :

    Monsieur Baillet,
    un grand merci pour vos réponses qui ouvre un échange plus agréable.

    Je pense, malgré ce que je peux lire sur ce blog, que nous avons des valeurs en commun, des objectifs en commun.

    Notre seule différence est dans la façon d’atteindre ces objectifs (politique de droite, politique de gauche)

    L’emploi, la solidarité, le bien vivre ensemble sont des valeurs communes.

    L’image de gros profiteurs de droite, méprisant envers le peuple qui ressort dans ce blog est regrettable.

    Il y a des profiteurs partout, à droite comme à gauche. C’est dans la nature humaine de certains. Il y a des sectaires à droite comme à gauche, avec lesquels l’échange d’idées n’est pas simple…

    Bon dimanche !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.