Elu ?…Vous avez dit élu ?

Parfois je me demande ce que je fais dans la vie publique depuis maintenant 43 ans, sans aucune interruption, sans aucun renoncement et surtout sans regretter les années syndicales, mutualistes, associatives, politiques qui se sont succédées ou entremêlées. Et depuis quelques semaines, je rase les murs comme si je me sentais coupable de passer mes journées et une bonne part de mes nuits à me soucier de l’intérêt général. Allez donc dans un repas convivial avec des personnes que vous ne connaissez pas avouer que vous êtes maire et conseiller général, et vous verrez un léger sourire ironique poindre sur les lèvres. Depuis le plus récent sondage, je conçois fort bien que des interlocuteurs intoxiqués par l’opinion dominante aient une attitude ironique. Près de deux Français sur trois (64%) jugent les dirigeants politiques « plutôt corrompus », selon un sondage Viavoice à paraître. A qui la faute ? A qui devons nous cette infamie ? Cherchez un peu…
A la question « de manière générale, diriez-vous que les dirigeants politiques sont… », 64% répondent « plutôt corrompus », 29% « plutôt honnêtes ». 7% des personnes interrogées ne se prononcent pas. Pour le directeur associé de Viavoice, François Miquet-Marty, « ce désaveu majeur est particulièrement prononcé par les Français les plus modestes : 74% des ouvriers et 73% des employés souscrivent à l’idée de « corruption » des dirigeants politiques, contre 54 % des cadres ». C’est un constat terrifiant pour la démocratie en général et plus particulièrement pour le système républicain de la représentation populaire. « Un tel score global (64 %) est particulièrement élevé », il l’est « massivement plus que les données recueillies il y a 30 ans » et il « renoue avec les records enregistrés au début des années 1990, lorsque le Parti socialiste était lui-même dans la tourmente », ajoute le sondeur en chef. En fait, il existe un domaine dans lequel la Droite aura mieux réussi que le PS. Et c’est tout à son déshonneur… Ce résultat, souligne aussi M. Miquet-Marty, « signe l’échec de la promesse du candidat Sarkozy, qui plaidait, lors de la campagne de 2007, en faveur d’une « République irréprochable » ». Je suis désolé pour Martine Aubry : il a fait pire « qu’écorner la République », il l’a lentement empoisonnée avec une surmédiatisation de sa volonté « d’avoir » plutôt que « d’être », et plus encore avec son goût immodéré pour le service d’un clan.
Le responsable de Viavoice rappelle que, depuis les années 1970, la Sofres pose régulièrement une question proche: « Diriez-vous qu’en règle générale, les élus, les dirigeants politiques sont plutôt honnêtes ou plutôt corrompus ? ». Selon ce baromètre, note-t-il, 38% des Français estimaient en 1977 que les « élus » et les « dirigeants » étaient corrompus. Ils étaient 46% à le penser en 1990, 65% en 1991, dans le contexte des « affaires » qui entachaient alors le PS, et 58% en 2002, et le sarkozisme vient de nous conduire direct à 64 % ! En 8 ans de gouvernance exclusive de la droite, on arrive au meilleur niveau en matière de décrédibilisation de la vie publique, que la réforme territoriale vise uniquement à professionnaliser par la création du conseiller territorial. En fait, Eric Woerth sera devenu le héros de l’été 2010, avec son feuilleton « plus belle la vie de Ministre du budget » dont son épouse est l’interprète idéale.
Tous les élus de France devraient signer une pétition pour solliciter du chef de l’Etat français qu’il les défende, qu’il les dissocie de ces avanies gouvernementales permanentes. Les sondés estiment en effet également à 75% que « les mesures de réduction du train de vie de l’Etat et notamment des ministères », annoncées par Nicolas Sarkozy, ne sont « pas suffisantes », 20% les jugeant « suffisantes » et 5% ne se prononçant pas… Un pouvoir qui n’a plus de crédibilité entraîne inévitablement dans sa chute toutes celles et tous ceux qui, de près ou de loin, en détiennent une part. Il ne faut pourtant pas rêver, les rapports entre la « morale » et la « politique » constituent d’excellents sujets du Bac pour philosophes en herbe, mais ils ont bien du mal à cohabiter dans le vie réelle. Machiavel a ses adeptes au quotidien, et ils ne sont pas uniquement chez les politiques mais ils se gardent bien de se réclamer de ses principes et se contentent de les mettre en action.Les diverses affaires qui se succèdent, les comportements de celui qui voulait une République « irréprochable » (financement de ses foucades, augmentation de son salaire, règlement ambigu de ses vacances, liens avec les principales fortunes du pays, apostrophes peu glorieuses, couverture de faits pour le moins discutables…), l’attitude totalement soumise de députés préférant les consignes à leur conscience, tout ressemble à une triste époque. Tout n’est que supercherie et apparences. Par exemple, les je sais-tout qui sévissent sur les ondes de toutes sortes, s’étonnent que seuls Joyandet et Blanc payent l’addition des errements gouvernementaux. La raison n’a rien à voir avec la morale. C’est que, tout simplement, parmi des défénestrables potentiels, ce sont les seuls qui maintiendront leur train de vie, car ils sont payés six mois (vont-ils laisser la somme au Trésor Public ?) mais surtout ils peuvent retrouver leur poste de député… dans un mois ! Qu’adviendrait-il de Rama Yade, ou Fadéla Amara… si elles avaient été priées de revenir à la maison ? Comment peut-on envisager le retour d’Eric Woerth dans le giron d’une assemblée nationale qu’il aura méprisée durant des mois ? Les deux autres pourront pointer tranquillement aux abonnés de l’hémicycle absents sans trop de problèmes. Si par malheur une instruction était lancée, l’ex-ministre du budget ne serait pas préservé par son immunité parlementaire, sauf à admettre que ses « fautes » ont été commises alors qu’il était ministre en exercice. Ces calculs, ces combines, ces dissimulations, finiront pas détourner les Françaises et les Français de la République dans laquelle ils ne croient déjà plus guère « Les grands hommes appellent honte le fait de perdre et non celui de tromper pour gagner » a écrit Machiavel en …1553. C’est un excellent sujet de dissertation pour les adhérents de l’UMP. A Rambouillet dimanche, dans une législative partielle, à peine 26 % des électrices et des électeurs se sont déplacés… Personne ne saurait en être étonné…compte tenu du sondage sur les élus qui n’a jamais été aussi angoissant. Pourvu que mes petits-enfants ne sachent pas trop tôt que j’ai été élu de la République !

Ce contenu a été publié dans pARLER SOCIETE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

8 réponses à Elu ?…Vous avez dit élu ?

  1. Jouvet Fabienne dit :

    C’est la première fois que je répond directement à ta chronique, tu sais, que je te lis et te publie via ma page facebook, je le ferais pour celle ci aussi, je souhaitais juste faire une réflexion, les citoyens élisent des hommes, des femmes, pour les représenter? les citoyens en grande majorité, du moins localement, votent pour un homme, une femme, plutot que pour son étiquette ou le partit qu’il représente, ceci est vrai surtout chez les précaires, il vont voter pour un maire de droite si celui ci est intervenu pour eux, et de même voteront contre un maire de gauche ci celui ci n’a pu intervenir en leur faveur, ils iront jusqu’à lui faire campagne, « vous rendez vous compte mr, madame Machin, à fait ceci, celà, ou refusé ceci celà » personne ne vous apprend la citoyenneté, ou vous aprend « les devoirs » d’un citoyen, pas ses droits, personne pour expliquer en quoi « voter » est important, que le carte de vote donne le pouvoir de changer une société, ce gouvernement a fait entrer la peur dans chaque foyés, pour combatre cette peur il faut expliquer, prendre le temps, dire et dénoncer les abus, dire que oui, c’est anormal, que c’est pas juste ni justifié, et surtout déculpabiliser les gens, non ils ne sont pas de mauvais parents même si leur gamin va pas à l’école, il ne sont pas coupable d’être au chomage ou malade, et que oui, leurs enfants ne devrait pas avoir à souffrir de leur situation…..bref, nous sommes TOUS des politiques, car nous défendons TOUS des idées, non, Jean Marie, s’il te plais, ne doutes pas, car nous avons besoin de toi, de tous, c’est une guerre qui c’est engagée, il nous faut la gagner ou mourir, c’est pas qu’une image, beaucoup d’entre nous malade handicapés, baisse les bras, plus de force, 800€ par mois, ils faut payer un loyer, les charges, se nourrir, assumer ses enfants, et se soigner, alors ….parfois, la priorité ce n’est pas les soins, les mutuelles et la sécu ne suffisent plus, merci les franchises et autres forfaits médicaux !
    Nous pourrions aussi parler du RSA, qu’elle vaste fumisterie !
    Je vais terminer, en te disant, que si mes idées me portent beaucoup plus à gauche que ne l’est le PS, c’est des hommes comme toi, qui redonne au mot « politique » quelque lettre de noblesse.

  2. Annie PIETRI dit :

    Tu as raison, Jean-Marie, « c’est un constat terrifiant pour la démocratie,en général, et plus particulièrement pour le système républicain de la représentation populaire », mais il me paraît évident que le résultat de ces sondages visent plutôt les élus nationaux que les élus locaux, et plus les ministres que les députés et sénateurs….Quant aux élus locaux, surtout dans les petites communes, leur proximité avec leurs électeurs fait que ceux-ci savent apprécier leur dévouement à la cause publique, et leur désintéressement !
    Alors, ne regrette pas ton engagement dans la vie publique, ne rase pas les murs, continue encore et encore. Le monde politique a besoin d’hommes comme toi, et je ne pense pas qu’il y ait une créonnaise ou un créonnais, quelle que soit sa conviction politique, pour te soupçonner de ce qui est reproché aux hommes de pouvoir actuels.
    Et je suis sûre que tes petits enfants seront fiers de leur grand père autant que l’on peut l’être.

  3. quinquin dit :

    C’est un droit pour tous les hommes, tous les peuples

    Souvent limitée, voire enlevée, toujours par la violence

    Insupportable douleur peu importe notre couleur

    Viol intellectuel, euthanasie programmée

    Lâcheté dans le confort

    Lâcheté à faire chier

    En agonie depuis plus de deux cents ans

    Le chant du cygne perdure à travers notre Langue

    Cernés par nos frontières, trahis de l’intérieur

    Intellos sans idées, cons caves sans pitié

    Apatrides déchaînés

    Patriotes refusant l’agonie

    Bataille de tous les jours, la guerre depuis toujours

    Sur tous les fronts, toutes les frontières même littéraires

    Plus fort, plus haut, partout bâillonnons les lâches, nos ennemis

    En français dans la rue, dans les livres et journaux toutes les secondes

    Cent un, cent quatre, cent sept alouettes!

    No thanks, je reste debout!

    En finir avec les excuses d’exister, c’est assez!

    Fier d’être québécois, je le suis depuis toujours, mort je le serai encore

    Tassez-vous de d’la, je monte aux barricades

    J’ai rêvé de liberté

    Je vais me battre pour notre Liberté!

    Phil novembre 2009©

  4. Suzette GREL dit :

    Ne pas se fier aux apparences….tous pourris oui, mais non pas lui ou pas elle.
    En réalité ce petit peuple tant méprisé, dont je suis, n’est pas totalement dupe et sais apprécier ceux qui font leur boulot de politique. Mais que c’est parfois difficile de garder le moral.
    Merci de continuer à nous éclairer par tes analyses.

  5. Michel d'Auvergne dit :

    Salut à tous,
    Raser les murs, l’image m’a fait sourire, j’imagine Jean-Marie tentant de dissimuler sa grande silhouette le long des murs sous les arcades de la place de la Prévoté… Pour chercher de l’ombre sans doute, je ne vois pas d’autre raison ! Comme il est dit dans un précedent commentaire, c’est plus haut que certains élus oublient qu’ils sont à leur poste pour porter les aspirations de ceux qui les ont placé là, et non pour toiser la populace de haut.
    Ceci étant dit, Sarkozy et son bling-bling, sa main-mise sur une partie de l’audio-visuel pour y médiatiser ses effets de manches, le feuilleton, maintenant journalier des révelations du « Woertgate » l’intrusion, comme jamais, des « pipeoles » dans les campagnes electorales, voir même à soutenir directement la majorité en exercice, (c’est dire toutes les difficultés à argumenter certaines orientations…) (je pense à un français que les belges n’ont pas voulu, mais dont les suisses ont bien voulus abriter les €uros-dollars…)(et tant d’autres !)bref, du rarement vu à cette échelle qui jette un total discrédit sur le monde politique de droite comme de gauche.
    Les élus locaux, tel Jean-Marie, apparaissent comme un rempart face à une société délitée par le profit et le paraître à tout prix.
    On en peut plus de leur suffisance et de leur méppris.
    Après Sarko, ça va être raide ! Il faudra réconcilier les citoyens avec la politique, redonner du crédit à l’état de droit, refonder la démocratie avec l’humain au centre, privilegier l’éducation bien plus payante à long terme que la répression, et puis aussi….
    Allez, amitiés d’Auvergne à vous tous !

  6. gilles baillet dit :

    Bonjour,
    pour la prochaine présidentielle, ça serait bien que le ou la candidat(e) de gauche qui pourra gagner ne soit pas un délégué général des grandes banques.
    Cordialement

  7. Suzette GREL dit :

    Ne pas se fier aux apparences…
    Dans la souffrance la critique est amère et générale mais en réalité l’amalgame ne se fait pas et les élus de proximité honnêtes et courageux sont reconnus.
    Courage cependant.

  8. Suzette GREL dit :

    Les apparences sont parfois trompeuses…
    En colère ou en souffrance on met les élus dans le même sac, mais en réalité on sait reconnaître ceux qui travaillent pour le bien de tous et qui heureusement nous ouvrent les yeux.
    Sois tranquille tu es de ces derniers.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.