"Instit soit-il" ou les classes d'un hussard

COMMUNIQUE DE PRESSE
Editions « Vents salés »
Une nouvelle rentrée scolaire vient de se dérouler dans les diverses écoles de la République. Elle aura constitué un extraordinaire bond en arrière, ramenant le système éducatif des décennies en arrière. Jusque-là, la République avait privilégié le formation de celles et ceux auxquels elle confiait l’avenir de la nation. C’est terminé !
Plus d’écoles normales, qui furent le creuset dans lequel des générations entières entraient au service des enfants du peuple, et désormais, plus aucune formation pour celles et ceux qui doivent assumer une responsabilité de plus en plus lourde dans un contexte de régression sociale. Les effets des mesures actuelles mises en œuvre ramènent le système public d’éducation à ses balbutiements du XIXème siècle.
Jean-Marie Darmian, dans son nouveau roman « jour de rentrée », revient sur ces années 60 qui furent les dernières du principe voulant que l’école du peuple recrute ses maîtres dans le peuple. Ultimes successeurs des fameux Hussard noirs de la République, les instituteurs construisaient leur vocation sur des valeurs portées par des maîtresses et des maîtres intransigeants.
« Jour de rentrée » retrace les étapes d’un engagement à l’égard d’un métier fort, simple, reconnu pilier d’une école démocratique et porteuse d’espoir d’insertion sociale par le savoir.
Jean-Marie Darmian narre ce long cheminement partant d’une table de collégien à un bureau d’institutrice ou d’instituteur.
Tous les « jours de rentrée » étaient des étages auxquels s’arrêtaient l’ascenseur social. Ce livre est d’une actualité brûlante, car il ramène à une vérité : il ne peut y avoir de transmission réussie du savoir si on ne sait pas ce que le savoir transmis par les autres vous a apporté.
Jean Marie Darmian, avec « Jour de rentrée », signe après « La sauterelle bleue » (Editions Aubéron) un nouveau roman largement autobiographique, reflet d’une époque où les Hussards noirs effectuaient leurs classes avant de faire vivre leurs valeurs.

« Jour de rentrée » Editions « Vents salés »
Parution prochaine

Ce contenu a été publié dans pARLER SOCIETE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à "Instit soit-il" ou les classes d'un hussard

  1. PIETRI Annie dit :

    Oui, oui, vivement qu’il soit en librairie et que tous les enseignants, et les parents d’élèves….et tous les autres bien sûr, se plongent dans sa lecture !!!

  2. sylvie dit :

    38 élèves dans une classe de terminale ! comment faire autrement que de « brader » le bac après ?
    un poste et demi de surveillant pour un collège de 650 élèves !
    etc, etc
    c’est en les perdant qu’on voit où étaient les vraies valeurs de l’école de la république.
    Certains trouveront ils encore le cran d’accuser les enseignants ?
    Je lirai ce livre avec plaisir, même si je suis déjà convaincue

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.