Les menteurs, le cocu et blanche neige

Allez, vous n’allez pas me croire : nous vivons une époque formidable, avec surtout une sincérité de chaque instant, qui ne peut que vous rassurer sur l’âme humaine. Il est vrai que chaque fait rapporté par des médias concentrés sur ce qu’il y a de fondamental dans notre quotidien, réconcilie avec les valeurs de la République. Prenons-en quelques-uns de cette journée, pour vivre heureux. L’exemplarité devient de plus en plus présente dans un système social basé sur l’hypocrisie généralisée et c’est rassurant.
Ainsi la police, chargée de faire respecter les règles du vivre ensemble mérite un César de l’éthique. Certain ! Brice « Croidefeux » va sanctionner durement ces manquements à ce que l’on pourrait appeler l’obligation de réserve des représentants de l’ordre à commenter des décisions de justice ! « La faute commise est indéniable, (…). Je suis pour autant très étonné de la décision du tribunal », a déclaré le préfet de la Seine-Saint-Denis, Christian Lambert, depuis le commissariat d’Aulnay-sous-Bois où il a rendu visite aux sept policiers condamnés. Le représentant de l’Etat a rappelé que les policiers n’avaient « aucun passé pénal », avant d’ajouter que cette condamnation était « une jurisprudence peu habituelle de ce tribunal ». Sept policiers jugés à Bobigny pour avoir accusé, à tort, un homme ont été condamnés à des peines allant de six mois à un an de prison ferme. Cette peine sera inscrite au casier judiciaire pour cinq d’entre eux : ils seront donc radiés de la police. Le parquet avait formulé des réquisitions réclamant des peines assorties de sursis, trois mois contre trois policiers et six mois contre les quatre autres. Le parquet de Bobigny a d’ores et déjà annoncé qu’il ferait appel pour sauver… des menteurs ayant mis en péril l’honnêteté d’un citoyen auquel ils devaient le respect.
Cette décision de justice a en effet été très mal accueillie du côté des policiers. Une fois connue la condamnation de leurs collègues, une cinquantaine de véhicules de police ont convergé vers le tribunal, toutes sirènes hurlantes. Les syndicats de police ont vivement protesté et organisé une manifestation réunissant prés de 200 personnes, dont de nombreuses en tenue de policier ! A Aulnay-sous-Bois, le 9 septembre dernier, un policier avait été blessé à la jambe, percuté par une voiture après une course-poursuite. Lui et ses collègues avaient alors… menti et accusé, dans leur procès-verbal, le conducteur de la voiture qu’ils poursuivaient. Mais, pendant sa garde à vue pour tentative d’homicide sur fonctionnaire de police, le conducteur avait nié. Et, au fil des heures, les témoignages des policiers s’étaient effondrés : ils ont fini par reconnaître que des collègues d’une seconde voiture étaient à l’origine de l’accident. Même son de cloche chez Brice « Croidefeux ». « Sans naturellement méconnaître la nature des faits qui ont été reprochés aux policiers, ce jugement, dans la mesure où il condamne chacun des sept fonctionnaires à une peine de prison ferme, peut légitimement apparaître, aux yeux des forces de sécurité, comme disproportionné », a jugé le ministre de l’Intérieur. C’est véritablement une honte pour la République. Il ne manque plus que le chef de l’Etat s’exprime, pour que l’on atteigne le summum de la mauvaise foi.
S’exprimant au nom du Parti socialiste, la députée et ex-garde des Sceaux Marylise Lebranchu, a de son côté, condamné « avec fermeté » la manifestation de policiers en uniforme devant le tribunal de Bobigny, en soutien à leurs sept collègues. « Le ministre de l’Intérieur doit prendre des sanctions immédiates contre ceux qui viennent de mettre en cause publiquement la justice, alors qu’ils sont dépositaires de l’autorité publique », a-t-elle estimé dans un communiqué. Franchement, c’est inimaginable dans un Etat de droit respectant l’égalité de tous face à la loi !
On trouve aussi le cocu vengeur. Extraordinaire histoire pour chefs de gare députés ! Le conseil de l’Ordre des médecins de Lorraine devra dire si un médecin de Freyming-Merlebach (Moselle) a rompu son serment d’Hippocrate en séduisant une patiente, épouse du député-maire de la ville. Pierre Lang (UMP) a saisi la chambre disciplinaire du conseil de l’Ordre, siégeant à Nancy, accusant un spécialiste dans la chirurgie maxillo-faciale, d’avoir dérogé au code de déontologie, en ayant une aventure avec son… épouse, a expliqué l’avocate du parlementaire. « A l’occasion d’un contentieux privé, mon client, qui est en train de divorcer, a appris que ce médecin séduisait de façon récurrente ses patientes, en contravention avec le serment d’Hippocrate qu’il a prêté », a-t-elle ajouté. « Il faut que l’Ordre mette fin à ces dérives comportementales », selon elle. En revanche, celle des policiers en tenue n’a rien d’anormal ! Eux n’ont pas prêté de serment.
Dans sa version originale, celui des médecins leur fait obligation de « se préserver de tout méfait volontaire et corrupteur, et surtout de la séduction des femmes et des garçons ». Dans sa version « moderne » datant de 1996, il stipule qu’un médecin, « reçu à l’intérieur des maisons, respectera les secrets des foyers et sa conduite ne servira pas à corrompre les mœurs ». C’est parti : tous les cocus UMP de la planète vont pouvoir déposer plainte contre les « cocufieurs  » ! Là encore, il y a ce sentiment insupportable du pouvoir triomphant et se moquant véritablement de tout. Le député ne se soucie nullement de l’intérêt général, mais de sa vie strictement personnelle pour agir ! Dramatique !
Dans le secteur de la mauvaise foi, François Fillon, mérite un autre César. Une fine couche de neige paralyse la capitale et sa périphérie, en raison de la carence des services de l’Etat (plus du tout de crédits de fonctionnement, transfert des personnels vers les collectivités, suppressions de postes). On ne peut plus acheter les véhicules, le sel et le carburant, alors que le « Parc » de l’ex-DDE a été transféré vers les conseils généraux et qu’il n’y a plus de personnels pour servir en cas de difficultés. Iznogoud Fillon a réagi avec intelligence et vigueur : c’est la faute de ce Météo France semi-privatisé qui n’a pas prévenu assez tôt ! C’est la solution : cassons le thermomètre puisque nous sommes incapables de soigner la fièvre ! Alors, pour peu que le médecin ait séduit une policière sous la neige, on va droit à l’affaire d’Etat !

Ce contenu a été publié dans pARLER SOCIETE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Les menteurs, le cocu et blanche neige

  1. Alain.e dit :

    UMP: unification menteurs patentés
    Voilà enfin révélé le vrai sens du sigle UMP.
    La police au dessus des lois, on verra tout et n’ importe quoi sous le quinquennat de démago 1er.
    bien qu’athée,je suis prêt à bruler un cierge à lourdes pour ne pas supporter ce triste spectacle cinq ans de plus.

  2. Annie PIETRI dit :

    Depuis quand la Justice serait – elle différente lorsqu’elle s’applique à des policiers ? Pourquoi des fonctionnaires de police ne seraient-ils pas des citoyens comme les autres ? Depuis quand est-il légitime que des policiers en tenue s’insurgent en manifestant bruyamment devant un Tribunal alors que leur première mission est de faire respecter la loi….et de l’appliquer ? On croit rêver ! Et la victime, accusée à tort d’un « crime » qu’elle n’avait pas commis, sait-on que le mensonge de ces policiers, leur faux procès verbal, lui faisaient encourir la réclusion criminelle à perpétuité pour « tentative d’homicide à l’encontre d’un représentant de l’autorité »….Et comment croire que ces policiers, capables de mentir avec autant d’aplomb, de rédiger un procès verbal à ce point mensonger, ne sont pas également capables de frapper pour faire avouer, ou de pratiquer des tortures…..Et le Préfet qui les soutient ! Et le Ministre de l’Intérieur qui prend leur défense et approuve l’appel du Parquet, à qui ordre sera inévitablement donné de réduire les peines prononcées en première instance. Comment peut-on espérer que les jeunes – et les moins jeunes – éprouvent le moindre respect pour une police qui a de tels comportements, et pour le Ministre de l’Intérieur qui les absout et les soutient ?
    Quant au « cocu vengeur », heureusement que le ridicule ne tue pas… sinon, il faudrait organiser de toute urgence des élections complémentaires en Moselle ! D’ailleurs, l’histoire ne dit pas si la dame était ou non…consentante…Il est vrai que le chirurgien aurait été plus inspiré de séduire quelqu’un d’autre que l’épouse du député maire…c’était se chercher des ennuis ! Mais, ceci étant, il me semble que le Conseil de l’Ordre doit avoir mieux à faire que de démêler les aventures extra conjugales de ses membres. Par ailleurs, il faudrait aussi prévoir une instance pour s’occuper de la vie privée des élus – comme de beaucoup de représentants de la gent masculine – qui ne sont pas toujours irréprochables, à ce qu’on dit. Mais les gens sont médisants !
    Quant à Fillon…. Je préfère ne pas m’étendre! Toujours est-il qu’il a bien fait rigoler Poutine et les russes avec ses 10 cms de neige !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.