Les gars de la Marine ne seront jamais débarqués

C’est à la fois habile et facile. Il suffit d’être un observateur attentif du comportement général de l’opinion dominante pour exploiter aisément les défaillances d’une société des apparences. Contrer Marine Le Pen est selon moi illusoire, car elle se contente d’élargir les failles que nous avons laissé créer dans le tronc des valeurs fondamentales de la république. En brisant, au nom de l’ultra libéralisme les concepts fondamentaux du vivre ensemble, le sarkozisme a ouvert des failles dans une idéologie déjà battue en brèche depuis des années. Il ne pourra pas enrayer la montée du fascisme, qu’il a cru pouvoir concurrencer, par des effets d’annonce non suivi d’effets.
Dans la majorité présidentielle, les observateurs les plus avisés cherchent déjà comment colmater les trous dans la coque. « On doit se poser la question de savoir pourquoi les électeurs du Front national qui ont voté pour l’UMP en 2007 sont presque tous revenus au FN  » explique un secrétaire général adjoint de l’UMP, qui fut adhérent du Front national. En fait, il sait fort bien que, pour avoir promis beaucoup plus qu’il ne pouvait tenir, le Chef de l’Etat français a totalement discrédité des thèmes forts de la qualité de vie. Devant les membres du bureau politique de l’UMP, dont il est le nouveau patron, le nouveau secrétaire général a mis le sujet sur la table, car il sait fort bien que la part du gâteau électoral se partagera entre les convives du fascisme rampant. Nicolas Sarkozy persiste et signe, quand il explique aux députés UMP qui brunchent avec lui : « Il ne faut pas s’interdire de traiter certains sujets, sinon cela laisse une autoroute à ceux qui ne se privent pas d’y aller ». Un haut responsable de la majorité estime, selon Le Monde, que « les députés ne sont pas sur la ligne Copé, qui veut parler de Marine Le Pen ». « Ils sont d’accord pour la contrer sur les idées, mais redoutent de lui faire de la publicité en la citant ». François Fillon, absent de ce bureau politique, avait affirmé dans un discours aux parlementaires, qu’il ne fallait pas « foncer tête baissée dans toutes les provocations ». Et c’est pourtant ce qui sera impossible puisque le système médiatique va exploiter à fond les polémiques qui naissent de cette confrontation potentielle. Qui peut oublier les gants de boxe du duel Le Pen-Tapie ! Sur le fond aussi, les approches varient. Le secrétaire général de l’UMP souhaite relancer le débat sur l’identité nationale… sans Besson, qui s’efforce d’exister dans la provocation perpétuelle. « On a mené ce débat comme si la France était une page blanche qui avait démarré en 1789. La France, c’est toute une histoire, pas seulement la République et la laïcité. C’est aussi la monarchie », estime Hervé Novelli. « Moi, plutôt qu’un débat sur l’identité nationale, je préfère un débat sur la République » tente de plaider un centriste supposé radical. Entre les deux visions de l’importance du débat, on va tanguer, laissant filer devant Marine Le Pen qui expliquera facilement qu’elle sait ce que laïcité (être, selon elle, anti-musulman et pro intégrisme catholique) veut dire. Elle sait qu’en mélangeant pour des raisons électoralistes la chèvre et le chou, elle arrivera à expliquer qu’elle est le cheval blanc d’un principe qu’elle bafoue en permanence !
Les socialistes, de leur côté, tentent de ne pas tomber dans le piège du FN, qui ressemble à celui que l’on tend aux frelons asiatiques avec de la bière. Mais la voie est étroite. Le porte-parole du PS a dans un premier temps qualifié « d’insulte à l’histoire » les propos de Marine le Pen, avant de renvoyer la responsabilité de sa percée sur le Chef de l’Etat français. « Marine Le Pen dit qu’elle a un problème avec les musulmans et surtout avec les étrangers, avait-il affirmé. La conclusion qu’en tire Jean-François Copé, c’est qu’il ne faut pas laisser le débat sur les étrangers au FN, ne pas laisser le « monopole Le Pen » à Marine Le Pen. Cela signifie que la droite n’a qu’un problème électoral avec le FN. Elle se prépare tout simplement à la jonction marginale. N’a-t-on pas vu Alain Juppé se tourner vers l’ennemi Bayrou… sur sa gauche. On verra probablement en 2012 certains UMP se tourner vers leur droite et donc le FN ! Et le PS aura beau crier aux loups, il ne brisera pas la glace de l’indifférence !
Pour le PS, il n’y a aucune autre solution qu’entamer une vaste campagne en faveur de la laïcité et d’organiser une campagne nationale pour en expliquer les fondements et l’intérêt ! Inutile de se voiler la face, Marine Le Pen dit encore une fois tout haut ce que les Françaises et les Français sentent sans oser le formuler. C’est sa force d’oser traduire les non-dits d’une France qui a toujours, depuis des siècles, été un pays de Droite !
En fait, seule une réhabilitation de la pensée et des actes « politiques » permettront de sauver ce qui peut l’être encore ! Malheureusement, la situation est désespérée : avouer que l’on possède des principes politiques, c’est mourir à plus ou moins long terme d’une sorte de maladie génétique incontrôlée. Les « sans étiquette » font la réalité des défaites ou des victoires d’un camp ou d’un autre ! C’est une constante immuable que personne n’ose voir, par intérêt. La Droite possède un ventre mou qui réchauffe la bête immonde, mais tout le monde pense qu’échapper à la fatalité du premier tour des présidentielles constituerait pour un camp ou l’autre une première victoire. Marine Le Pen le sait, et elle attendra patiemment son heure !

Ce contenu a été publié dans pARLER SOCIETE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Les gars de la Marine ne seront jamais débarqués

  1. Ne dit on pas qu’il faut retenir les erreurs du passé ? En vue des élections de 2012, il faudrait peut-être se souvenir de la deuxième élection de Monsieur CHIRAC qui a eu lieu grâce à la bonne technique de la peur du FN . Il serai peut-être bon d’y réfléchir si nous ne voulons pas vivre encore 5 années comme nous venons de les vivre ?

  2. sylvie dit :

    Utiliser le mot « occupation » de la part de M. Le Pen, une autre façon de réveiller les vieux démons qui sommeillent dans ce ventre mou…

  3. giles baillet dit :

    Bonjour,
    le fait de dénoncer les prières publiques comme des atteintes à la laïcité et de demander que les pouvoirs publics municipaux et étatiques fassent respecter la neutralité religieuse de l’espace public, n’a rien de scandaleux. Il est temps que le communautarisme, si commode pour éviter de régler les problèmes sociaux, soit clairement combattu y compris dans les propres rangs de la gauche. Donc pas de concession aux barbus ni d’ailleurs aux crânes rasés qui s’engouffrent effectivement dans une « faille » que l’on a ouverte depuis plusieurs décennies, pour se drapper derrière une laïcité salie et factice parce que tournée exclusivement contre l’Islam. Respect absolu des croyances de chacun dans la vie privée. Combat total contre les religieux et les fascistes de tout poil: revers d’une même médaille antidémocratique et antirépublicaine.
    Mais, le combat sur les principes ne sera productif que si il s’accompagne de la lutte socialiste pour l’égalité!
    Trés cordialement

  4. J.J. dit :

    «  »le fait de dénoncer les prières publiques comme des atteintes à la laïcité et de demander que les pouvoirs publics municipaux et étatiques fassent respecter la neutralité religieuse de l’espace public, n’a rien de scandaleux. » »

    Complétement d’accord, mais il faudrait que l’on dénonce également et mette un frein à toutes les capucinades et démonstrations papistes, plus ou moins teintées d’intégrisme et d’esprit de reconquête, dont nous abreuvent les médias.

    On y retrouve ce bon et charitable esprit du concile de Trente, preuve que cette portion de la population n’a pas beaucoup évolué depuis des siècles…

    L’esprit des Lumières est passé mais ils sont restés dans le noir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.