Les bouteilles jetées dans la mer de l'indifférence

C’est désormais un extraordinaire défi qui attend les élus locaux. Jour après jour, il leur faut nager à contre courant, puisqu’il leur est indispensable de répondre aux attentes de leurs mandants, sans que ces derniers veuillent seulement prêter attention à leurs actions. En allant de commune en commune pour les cérémonies traditionnelles des voeux, on constate amèrement que l’affluence est répétitive, et que rares sont les nouveaux visages qui viennent à un rendez-vous de la convivialité. Et celles et ceux qui viennent ne prêtent guère attention au message que leur Maire ou leur Président souhaite leur délivrer. Une fois par an, les gens qu’ils ont mandatés tentent pourtant désespérément de leur présenter les réalisations de l’année écoulée, de rendre compte du contexte dans lequel il leur faut évoluer, de proposer des orientations pour l’année nouvelle… avec un succès mitigé !
En effet, en observant les visages présents, il faut bien se persuader que les discours ne fonctionnent plus…et que la majorité de l’assistance n’a qu’une hâte : boire un coup et manger la galette, quand elle n’aspire pas à s’éclipser le plus vite possible, si elle est là par obligation. Avec le recul du temps, cette tendance s’aggrave, puisqu’il faut bien reconnaître que si l’on fait ce constat vis à vis des présents, on peut s’interroger encore plus sur les…absents. Comment résoudre ce problème qui ronge la démocratie?
Je le vis chaque jour douloureusement, quand je constate le dévouement, la volonté, la vaillance de la très grande majorité des élus locaux. Des efforts permanents, qui sont laminés par l’incapacité matérielle dans laquelle ils se trouvent quand il s’agit de faire comprendre leur action concrète auprès des électrices et des électeurs. Ceux-ci sont devenus indifférents, se contentant d’une vision stéréotypée ou qui plonge dans des approximations rassurantes.
Pas un seul jour sans que le constat soit le même. La « politique » ayant été défigurée, détournée, affaiblie, elle a condamné les élus à accepter l’inacceptable, c’est à dire se retrouver toujours en position d’accusation par des personnes d’autant plus sévères qu’elles ne parlent qu’en leur propre nom (ou presque), ou sans aucun recul sur les sujets abordés. Ils ne viennent jamais s’informer, ne perçoivent que des bribes totalement erratiques, et se replient derrière des mass médias faisant du raccourci un principe de gestion, sous le fallacieux prétexte que la longueur des explications lasse les publics.
Lors des vœux, il faut donc être laudateur ou généraliste et surtout ne pas tenter de faire de la pédagogie citoyenne. C’est une grave erreur que de vouloir parler de la réforme des collectivités territoriales (d’ailleurs bien des Maires font semblant de ne pas la voir ! ) car on « lasse » les braves gens. Tout le monde a oublié que depuis des mois, certains élus se sont opposés, se sont battus, ont tenté de mobiliser en expliquant que les ravages faits dans la démocratie seraient irréparables. D’ailleurs, Internet n’arrange rien puisque l’on peut affirmer en commentaire quelque part, n’importe quelle bêtise, avec l’aplomb de celles et ceux qui ne savent rien, mais qui sont des censeurs impitoyables.
Deux exemples concrets : d’abord la pseudo modification de la carte scolaire d’une commune qui provoque des rumeurs, des contradictions, des propos calomnieux, mais qui sont érigés en langage indigné de révolutionnaire pur et dur, alors qu’ils sont réactionnaires. Personne n’a voulu écouter la raison, la réalité, la logique, pour défendre ce qu’il pensait être ses propres intérêts à court terme … Qui souhaite qu’un élu explique un mécanisme, une situation objective, une liste de garanties, une méthode de concertation ? Sa parole ne pèse rien à côté d’une ligne dans un journal, ou une « information » donnée au portail de l’école. Tout le monde oublie vite le problème réel, dès qu’il a satisfaction, et que l’élu se contente des apparences. Personne n’a le besoin de connaître le travail accompli, et chacun ressasse des approximations. Inutile de tenter en public d’expliquer, ce serait considéré comme de l’outrecuidance et forcément ennuyeux. Il faut donc se contenter de courber l’échine, de sourire et de lever son verre !
Sur les transports collectifs, je constate que c’est pareil, puisque sur Internet, des commentaires d’un article très généraliste permettent encore une fois à de pseudos citoyens anonymes, auxquels on ne peut pas répondre puisqu’ils ne sont jamais présents quand on dialogue, on débat, on travaille, de s’exprimer. Ainsi, sur le territoire du Créonnais, les propositions faites en 2010 l’ont été par mes soins en 1985… avec, par exemple, la création du Comité de sauvegarde et de promotion de l’ex-voie ferrée Bordeaux Espiet fermée en 1976 ! J’ai au moins deux bons kilogrammes d’archives de propositions… refusées, alors que désormais les donneurs de leçons les défendent avec enthousiasme, un quart de siècle plus tard.
Des rencontres ont été organisées sur le sujet… devant un public réduit, au cours duquel les élus ont écouté, imaginé, travaillé. J’ai personnellement depuis toujours défendu les lignes de transports collectifs en site propre. Je me suis battu pour que dans les schémas d’urbanisme, des espaces soient réservés à cet effet, pour préserver les possibilités actuelles. Je me bats encore sur la préservation à usage collectif du tronçon Bordeaux Latresne. J’essuie des quolibets, des commentaires dénués de toute argumentation. J’ai reçu des lettres anonymes, des montages photos, un paquet avec une fausse casquette de chef de gare, mais une demande de rendez-vous pour que j’explique le travail accompli… jamais !
La République part à la dérive, entraînée vers les « rapides », sous le regard indifférent de citoyens seulement préoccupés par leurs intérêts personnels. Cette ronde des vœux me conforte dans cette analyse, que seuls les messages avariés venant de l’Olympe médiatique comptent … Les autres ressemblent à ces bouteilles que l’on jette à la mer, avec l’espoir que quelqu’un viendra briser une solitude de plus en plus grande d’élu local !

Ce contenu a été publié dans pARLER SOCIETE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Les bouteilles jetées dans la mer de l'indifférence

  1. Pas facile d’être Maire et d’avoir des idées des convictions ! Je vous remercie de vous accrocher, continuez, vous faites du bon travail !

  2. J.J. dit :

    Illustration parfaite de ton « papier »du jour : le petit nombre de commentaires, venant de lecteurs convaincus, sur des observations qui sont d’une rare justesse, mais que la plupart s’efforcentde ne pas voir.

    Combien lisent ces propos qui devraient s’afficher à la une des médias pour réveiller le « bon peuple »?

  3. danye dit :

    Pour continuer de se battre contre vents et marées, essayant de ne froisser personne! il faut une satanée dose de conviction et de courage … Pour ceux et celles qui sont qui te lisent régulièrement ..ceux là ils savent fort bien la dose de travail journalière effectuée .
    Un grand merci pour la continuité…avec des voeux de santé pour toutes les semaines à venir .

  4. ERIC BELET dit :

    Blues, ou lucidité, du dimanche soir ? Probablement le caractère répétitif de votre programme de janvier.
    Après l’hiver, viendra le printemps.

    Mais je comprends ces sentiments, les ayant éprouvé à mon échelle plus réduite de conseiller municipal, à la sortie par exemple d’assemblées de lotissements.

    Eric BELET

  5. jean dit :

    j’ai une analyse sur cette situation critique. Ce n’est que mon avis, mais notre époque actuelle fait que les salariés sont de plus en plus pris par leur travail, des activités annexes. Dans le même temps, un nombre pense que les politiques n’ont plus prises sur la situation actuelle ! Ils votent mais ne sont pas ou plus écoutés. On déroule un programme qu’ils ne veulent plus ou pas ! Et on en arrive a en confondre les projets de droite et de gauche dans la rumeur publique !
    Un autre fait, nous assistons a un déploiement excessifs de réformes, le plus souvent incomprises. Des réformes qui en fait ne fait qu’atteindre le monde du travail !
    Alors peut être qu’à force de lutter sans succès, ces personnes sont inhibées !

    Je suis un homme de gauche et je discute avec mes concitoyens souvent ces remarques font jour :
    mais que fait le PS ?
    Il est vrai que par les médias on ne parle du PS que pour le caricaturer, sur les primaires, sur l’évènement de Jarnac, sur des propos des 35 heures tenus par Valls. Je sais qu’il n’est pas facile de convaincre !

    Je ne suis pas élu. Une situation plus facile pour moi, car aucune responsabilité dans la vie publique ! M

  6. jean dit :

    suite…

    Je ne suis pas élu. Une situation plus facile pour moi, car aucune responsabilité dans la vie publique !
    Je suis de prés les activités des députés, députés du Ps. Je vois, au fil des jours, que même pour eux l’exercice de la démocratie n’est pas facile. C’est un combat permanent âpre je n’en doutes pas !
    Mais toujours à mon avis, il me semble que ce soit une erreur d’avoir participe a la réforme constitutionnelle à Versailles, réforme qui en fait ne faisait que renforcer les pouvoirs du président.
    Il me semble que ce soit une erreur d’aller aux voeux de l’année 2011 !
    J’entends déjà les quolibets, vous voyez pour manger la galette et boire le coup sont tous d’accord !
    Enfin c’est mon avis

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.