Un demi-siècle pour une maigre récolte

Un viticulteur d’excellence, titulaire de la légion d’honneur pour avoir mis sa vie en péril pour sauver les autres, recevait en présence d’une cinquantaine d’amis, motivés par la campagne des cantonales, la médaille du parti socialiste pour cinquante années ininterrompues de militantisme. Un demi-siècle à avoir, sans rechigner acquitté sa cotisation, avoir participé sans barguigner à des dizaines de campagnes électorales locales, cantonales, régionales ou nationales, avoir avalé des tonnes de programmes électoraux, avoir consacré des centaines d’heures de son temps libre à des réunions, avoir admis les échecs beaucoup plus nombreux que les victoires au suffrage universel : deux aux présidentielles, deux aux législatives et trois aux cantonales ! Le palmarès est maigre mais le dévouement est grand puisque aucun de ces succès ne l’a concerné personnellement. De cette SFIO combinarde et manquant de solidité idéologique, au nouveau Parti socialiste inventé par François Mitterrand, il a été animé, selon lui, par une seule idée : « ne renoncez jamais ! ». C’est le seul message qu’il a souhaité faire passer après la remise des médailles par le Premier secrétaire fédéral, le Conseiller Général et la Députée. Pas autre chose : « ne renoncez pas ! » et, en supplément, « indignez-vous ! »
Dans le contexte actuel du début de l’appel aux soldes idéologiques du PS, ces simples mots ont suffi à mon bonheur personnel. Ils sont loin, très loin du climat actuel de ce parti dans lequel chacun s’occupe de tuer son camarade avant de s’impliquer dans le seul véritable travail de militant qui compte : convaincre les autres de la justesse des idéaux socialistes. On a même l’impression parfois que ce travail ingrat ne figure même pas dans le manuel du parfait acteur de la vie politique. Le carnage des guerres de religion intestines n’a pas fini d’ouvrir un boulevard au FN, ravi de cette aubaine, mais rien ne l’arrêtera, car elle est inévitable avec le système des « primaires », encore une nouveauté que le récipiendaire du jour connaîtra dans sa carrière militante. Reprenons dans ce contexte l’appel que vient de lancer Michel Vauzelle, dont le comportement tranche avec celui du clan Guerini dans les Bouches du Rhône.
« Tout le monde le dit aujourd’hui : « Ce n’est plus possible ». Or malheureusement si, c’est possible. Nous pouvons vivre en 2012 le cauchemar : cinq ans de plus accordés à Nicolas Sarkozy pour achever de détruire les services publics, de supprimer les acquis sociaux et de démanteler l’autorité de l’Etat, privatisé ou livré à la volonté des plus riches.
Par rapport aux Etats généraux de 1789, si le Clergé s’est fait aujourd’hui discret, la Noblesse, elle, a repris ses privilèges au profit des plus riches. Quant au Tiers Etat il était « tout », il n’est plus grand-chose aujourd’hui. L’Education qui était « Nationale » est rétrécie. La Santé qui était « Publique » est abandonnée. La police qui doit assurer la sécurité est diminuée. La Justice qui doit garantir la liberté est injuriée ou asservie. L’action extérieure de la France et sa diplomatie sont cassées. Des préfets s’associent pour défendre le caractère républicain de leurs fonctions. Des CRS font la grève de la faim pour pouvoir protéger Marseille. Dans le même temps, l’Armée française se bat depuis dix ans en Afghanistan sous l’autorité des Américains. A-t-elle, dans le même temps tous les moyens nécessaires pour assurer la protection de nos ressortissants à l’étranger contre les prises d’otages ?
A ce niveau de dégradation de l’autorité et de l’image de l’Etat, ce n’est plus une affaire de droite ou de gauche, c’est l’affaire de tous les Républicains. Nous devons donc nous rassembler pour ne laisser aucune chance à Nicolas Sarkozy d’être réélu.
Les chefs de l’opposition doivent prendre leurs responsabilités face à un peuple qui les « attend ». Nos catégories les plus défavorisées n’en peuvent plus de souffrances et de peur de l’autre. Tous, nous n’en pouvons plus d’inquiétude. L’injustice sociale a atteint la caricature. Elle reçoit cependant le soutien du Chef de l’Etat qui cautionne et impose la volonté de la nouvelle Noblesse : les très riches personnalités de son « premier cercle » et la toute puissance de la finance mondialisée.
Il faut donc éviter à tout prix de redonner la légitimité du suffrage universel à Nicolas Sarkozy, avec cinq ans de plus pour terminer son travail de démolition des services publics, des acquis sociaux et des libertés.
Aujourd’hui, la République est en danger parce que le peuple n’est plus souverain. C’est l’argent qui est roi et souverain.
Face à cette situation, nous devons faire « notre » révolution grâce aux élections de 2012.
Pour cela, le premier effort doit être fait par le Parti Socialiste. L’idée de primaires importées des Etats-Unis n’avait d’intérêt que si elle conduisait à une candidature unique de la gauche. C’est tout le contraire qui se produit, avec la guerre annoncée des chefs de la gauche et en plus celle des chefs du Parti Socialiste.
Le Parti Socialiste doit donc renoncer le plus tôt possible à des primaires dévastatrices.
Les états-majors des partis de gauche et écologistes doivent se réunir au plus vite. Il leur faut établir les bases d’un programme commun républicain et les modalités du choix d’un candidat unique de la gauche. Il faut rendre possible en 2012 le « nouveau printemps » de la République. Notre peuple veut retrouver la fierté de son histoire, de la richesse de sa diversité et de ses valeurs républicaines. Il veut se reconnaître à nouveau dans une France qui ne sera plus fracturée et divisée par le pouvoir. Le Gouvernement ne doit plus naviguer au hasard des faits divers les plus sordides, qu’il exploite le jour même à la télévision, pour créer la psychose, la peur de l’autre, surtout s’il est jeune ou d’origine maghrébine. Les Français veulent une Nation juste, solidaire, réconciliée avec elle-même et rassemblée. Ce rassemblement, la gauche et les écologistes en sont responsables aujourd’hui devant le peuple » (…) Pour cela, nous devons nous mettre immédiatement au travail pour former un « nouveau Front républicain » et rendre au peuple sa souveraineté, sa liberté et la fraternité ».
J’ai, pour ma part, plus de 35 ans d’adhésion ininterrompue au PS. Je n’ai mérité que deux seules médailles décernées par le suffrage universel : 82 % de voix sur mon nom à Créon aux dernières cantonales (66 % sur le canton) et 82 % des votants aux municipales. Le reste…pour reprendre un refrain célèbre d’une chanson de Brassens « m’indiffère » car « j’ai rendez-vous avec vous… ». En 2012. Et j’ai peur, très peur, mais ce n’est uniquement que l’effet de mon pessimisme naturel.

Ce contenu a été publié dans pARLER SOCIETE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Un demi-siècle pour une maigre récolte

  1. Annie PIETRI dit :

    Quelle magnifique chronique ! Quelle profession de foi, à laquelle tout « vrai » socialiste ne peut que souscrire. Merci, Jean Marie, et gardons l’espoir en un 2012 selon nos rêves.

  2. danye dit :

    Un retour tardif,après un repas entre amis très apprécié dans une bourgade voisine ne m’empêche pas de lire la chronique de Jean Marie avant d’aller dormir.

    Une petite merveille cette lecture pour les fidèles ou les vrais de vrais !!
    Oui , un grand Merci pour cet espoir!Que nos rêves deviennent un jour prochain «  »enfin «  » réalité.

  3. Cher Jean-Marie D.

    <>

    Que veux-tu que nous ajoutions?
    Si non de serrer les poings, nous rassembler et nous battre tous ensemble!

    Bien à toi,
    Gilbert de Pertuis en Luberon

  4. Suzette GREL dit :

    Merci pour cette page de vérité qui réchauffe nos coeurs de citoyen !
    Rien à ajouter, tout à espérer et continuer à rassembler autour de ces valeurs qui nous guident.

  5. BUGARET Yvon dit :

    Comme Annie et Suzette, j’adhère totalement à ta chronique. Il va falloir se serrer les coudes pour parler et proposer un avenir meilleur à nos concitoyens dans un esprit unitaire exemplaire. il faut absolument empêcher notre casseur de Président d’enfoncer notre pays dans une décadence irréparable. Le dernier sondage plaçant Marine Le Pen en tête du 1er tour de la Présidentielle de 2012 devrait placer nos responsables politiques de gauche, de toutes tendances, devant leur resposablité. Etant optomiste de nature, j’ai confiance en l’avenir mais reconnait que ce sera dûr…

  6. Michel, dit :

    Absolument d’accord avec vous, non aux primaires suicidaires pour la Gauche toute entière .
    oui à l’appel lancé par Michel Vauzelle ..

    Signez la pétition sur: http://www.front republicain.fr.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.