Mais qui fera ses classes aux primaires ?

Le parti des socialistes va se lancer dans une intense préparation de « ses » primaires, présentées depuis des mois comme la solution à tous les maux dont il peut, de temps en temps, souffrir. Il suffit de prononcer le mot « primaires » pour que l’on envisage avec un grand bonheur une issue favorable à une élection présidentielle qui est loin, très loin d’être gagnée ! Mais c’est un peu comme la méthode Coué: si on y croit, ça ne peut faire que du bien. Par exemple, il sera extrêmement intéressant de savoir combien de citoyennes et de citoyens,en dehors de celles et ceux qui soutiendront une personne ou une autre, vont se déplacer pour se prononcer sur des valeurs… J’ai hâte de les examiner dans la ville où je suis installé depuis des décennies et où j’ai, depuis 1974, sans jamais faiblir, défendu les idéaux de la Gauche, ce qui m’a valu une exclusion et trois autres citations à comparaître devant la commission des conflits du PS. Je cherche à identifier les habitants qui se déplaceront pour un vote sans enjeu, alors que beaucoup d’entre eux ne viennent pas pour des scrutins officiels au prétexte que « voter ne sert à rien ! ». Il faut ensuite examiner attentivement la situation, puisque l’objectif serait de rassembler autour d’une ou d’un postulant à l’investiture des non militants du PS. Or jour après jour, le phénomène de 2002 se répète avec une multiplication des personnalités de gauche qui se mettent sur la ligne de départ, rendant vaine l’idée que le rassemblement s’effectuera autour d’un seul nom.
Par exemple, voici Jean Pierre Chevènement de retour « dans l’intérêt du PS ». Que feront ses fans s’il lui en reste ? Viendront-ils voter pour DSK, Aubry, Hamon, Hollande ou Royal ? Qui va les convaincre de renoncer à soutenir leur mentor? pour donner leur voix aux socialistes ? Il a indiqué envisager « sérieusement » d’être candidat à la présidentielle, car, selon lui, il n’y a « personne aujourd’hui entre Nicolas Sarkozy et Dominique Strauss-Kahn » pour incarner « l’alternative ». Il a précisé qu’il prendrait sa décision « avant l’automne ». « Je pense que la gauche peut gagner, mais risque de décevoir, ce que je ne souhaite pas, et je voudrais la mettre au niveau, à la hauteur des défis », a expliqué le sénateur de Belfort.. « Moi, je m’adresse à tous les Français et je reste fidèle à ce que je disais en 2002 : ce qui est nécessaire à la France, c’est un candidat qui soit l’homme de la nation. » Jean-Pierre Chevènement s’était présenté à la présidentielle de 2002 où l’émiettement de la gauche au premier tour avait contribué à l’élimination du candidat du PS, Lionel Jospin, devancé contre toute attente par le président du FN, Jean-Marie Le Pen. Quant à participer aux primaires présidentielles du PS pour 2012, le président d’honneur du Mouvement républicain et citoyen a lancé : « C’est une plaisanterie », car « Mme Aubry attend que M. Dominique Strauss-Kahn se décide, et à partir de là les jeux seront faits ». Donc pas de chevènementistes de retour au bercail.
Jean-Luc Mélenchon piquera une autre part du gâteau déjà réduit par l’inanité de la démarche. Il lui vaudra passer par un scrutin du même type et qui, en 2007, avait été un fiasco complet. Verra-t-on des communistes, des ex-communistes, des ex-socialistes revenir voter devant leurs ex-camarades ? pas grand chose à espérer de la gauche de la gauche d’où vient néanmoins une bonne nouvelle, puisque Olivier Besancenot sera non-partant. Dans l’urne en carton socialiste il y aura probablement des militants du NPA qui, faute de facteur chance, se décideront à participer aux primaires des socio-démocrates…
Il reste les verts Europe écologie, déçus par Nicolas Hulot. Il se murmure que quelques-uns d’entre eux, contrariés de la tournure prise par la bataille inégale entre Eva Joly et le marchand de savon liquide pour douche écolo paradisiaque, auraient annoncé une adhésion au PS ! C’est un espoir et j’attends avec impatience de constater si l’écolo en mission qui s’est présenté contre moi aux élections cantonales viendra témoigner de son attachement au PS en glissant un bulletin dans l’urne… ce serait cocasse, et surtout d’une implacable logique politique. Les Verts qui bouffent quotidiennement du PS comme l’un des 5 légumes que leur impose leur régime, ne bougeront pas, et Europe Ecologie se contentera de soutenir son « champion » des survols de le terre en ballon dirigeable poussé par les vents… favorables !
Les radicaux de gauche auraient un champion. D’ici à ce que Taubira reparte avec Chevènement, pour que le sortant élyséen retrouve le sourire. Comme Arlette est pensionnée pour avoir mené bien des batailles, les fidèles de la secte lutte ouvrière se dévoileront en signant un papier leur donnant un label… socialiste ! Enfin on peut croire en ce que l’on veut !
Il paraît que l’on attend quelques centristes arrivant de nulle part pour finir à droite, qui auraient à cœur de donner un coup de barre à gauche avant de trahir ! Ces gens là sont dans l’inquiétude la plus grande. François Bayrou hésite ! Un drame dans les chaumières et le feu est à l’orange ! Il entretient l’incertitude sur son éventuelle candidature à l’élection présidentielle de 2012, tout en assurant qu’il sera « au rendez-vous ».
« Ma décision définitive mûrit depuis longtemps. Mais je ne veux pas entrer dans le jeu de ces candidatures qui poussent comme des champignons, semaine après semaine », explique le député béarnais qui a même perdu son département. La poignée d’égocentriques qui demeure, devrait rester devant la télé plutôt que de se pencher sur les états d’âme du PS et, comme par exemple, en Gironde, beaucoup d’entre eux ont, aux cantonales, fait cause commune avec les sarkozistes, ils ne voudront pas se marquer dans leur commune avant 2014…
Alors, à part des « consommateurs » de la vie politique qui pourraient être rassemblés par un farouche désir d’avenir, il n’y aura pas grand monde… et même pas tous les militants du PS qui, comme Paul Quilès ou d’autres, refusent cette dilution d’un parti politique dans l’eau de rose !

Ce contenu a été publié dans pARLER SOCIETE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Mais qui fera ses classes aux primaires ?

  1. baillet Gilles dit :

    Bonjour,
    j’ai bien peur de vous décevoir: on s’en moque des primaires du ps…
    Trés cordialement

  2. BELET dit :

    Bonjour,

    Oui, une partie des VERTS est troublée par la candidature de N HULOT qui ne sera ni fidèle à nos fondamentaux ni efficace électoralement ;
    Non, on ne  » bouffe pas du PS tous les jours « , on a bien d’autres préoccupations ,
    Oui, on s’intéresse aux primaires du PS ( que certains d’entre nous auraient voulu être des primaires de toute la gauche )et on souhaite participer au choix du probable futur chef de l’Etat que l’on souhaite porteur des valeurs de la gauche ,

    Cordialement

    Eric BELET

  3. socialiste écœuré dit :

    Mais pour quel candidat voter lors de ces primaires ?

    DSK, Hollande ou Royal ? On peut écrire bien des choses sur eux mais, une chose est sûre, ils ne sont pas socialistes. Guère plus que Valls qui représente une droite dure…

    On peut regretter le nombre des (potentielles) candidatures de gauche. Mais il y avait 6 candidats de gauche aux premiers tours de 1981 et 1988, ce qui n’a pas empêché Mitterrand de gagner. Alors que parmi seulement quatre candidats de gauche, Jospin n’a pas réussi à se faire élire en 1995.

    En politique, c’est comme au foot, si on perd, ce n’est pas la faute des autres, c’est parce que l’on n’a pas été bon. Si Jospin et Royal ont perdu, ce n’est que parce qu’ils ont été trop mauvais pour gagner. Le reste est discours stérile.

    En 2012 Jean-Luc Mélenchon me paraît être — à moi membre du PS — un bien meilleur socialiste et bien meilleur candidat que nos tristes et fades prétendants. Et cela me désole de voir leur nullité.

    Que pas une célébrité du PS ne s’émeuve avec force des propos de Wauquiez regrettant le pain sec chichement jeté aux miséreux en dit long sur le désert moral où a sombré notre parti. Et long sur la bêtise infinie de gens qui ne pensent même plus en termes électoraux quand HUIT millions de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.