La pire des crises sera celle de la confiance perdue

En fait, quand on examinera les dix premières années du XXIème siècle commencé dans l’euphorie, on constatera que la plus grave crise en France n’a pas été financière, économique ou sociale. Elle aura été « morale ». Plus personne n’a confiance, dans n’importe quel secteur de la vie sociale, en personne… et d’ailleurs, comment pourrait-il en être autrement ? La sincérité et la loyauté n’ont plus aucune valeur puisque, chaque jour ou presque, il faut convenir que la tromperie est partout. Ces phénomènes sont terribles, et constituent des bombes sociales à retardement placées au cœur de l’avenir, et quel que soit le vainqueur de l’élection présidentielle, il aura des efforts colossaux à faire pour replacer la « confiance » dans l’autre au cœur de la République, que l’on nous avait promis « exemplaire », mais qui est pourrie jusqu’au trognon par le fric… depuis longtemps. Pas un jour sans que des pans entiers de certitudes s’effondrent face aux réalités.
Des ex-premiers ministres se révèlent des collaborateurs zélés des vendeurs d’armements, contre des valises réputées contenir le fruit de la vente de tee-shirts à son effigie ! Un rapide calcul permet de sélectionner les « vendeurs » de Balladur, l’homme qui n’avait jamais pris le métro, pour les oscars de la vente, puisqu’ils auraient réalisé des prouesses en plaçant plus de 20 millions de ces vêtements fabriqués en Chine ! Plus de voix que n’en a obtenu le mentor de notre Chef de l’État français actuel ! Des pères de famille, des frères, des collègues de boulot, ont été assassinés à Karachi parce qu’il fallait du fric, puisque le camp adverse avait reçu des dotations africaines en valises en…crocodiles ! Un ministre condamné à de la prison avec sursis pour avoir utilisé ses fonctions électives pour aider son parti… se voit déjà Président de la République, au cas où les valises mettraient celui qui est en poste à la consigne de l’histoire.
Un procureur de la République charismatique est convoqué devant un juge d’instruction, et risque une mise en examen pour des faits qui vaudraient à n’importe quelle personne une condamnation impitoyable. La déontologie n’a plus de raison d’être, puisqu’elle porte tort aux avancements politiques… Ce serait un tremblement de terre si un jour on voyait un DSK de la justice sortir d’un palais de justice avec les menottes pour avoir violé… les lois qu’il est chargé de respecter. Pour la justice, il est donc inutile de vouloir s’extasier, le mal est profond. En revanche, une autre juge est accusée d’avoir fauté en ayant révélé des à-côtés d’une instruction dangereuse pour qui vous savez. Les témoins de la valse des enveloppes magiques « bettancouriennes » se défilent avec, bien entendu, la conscience tranquille.
Les hommes liges de la garde présidentielle passent leur temps dans les bureaux des Officiers de la Police judiciaire pour dire qu’ils n’ont rien dit, rien entendu, rien vu ! Ils nient les évidences avec l’aplomb de ceux qui ont toujours une explication à leurs manquements. La valse des mensonges d’État regroupe des danseurs de haut niveau et elle écœure tous ces couillons qui se font piquer par une pompe à fric « radarisée » ! Plus personne ne croit un instant que les affaires « Bettencourt » et « Karachi »sont des inventions sorties de l’esprit de flics ou de juges. De même, tout le monde triche, contourne, adapte sollicite des dérogations, des passe-droits, échafaude des combines et réclame la sévérité pour les autres. Hortefeux a expliqué qu’il avait eu une « intuition »… en révélant une partie d’une instruction en cours. Il se fout ouvertement de la g….. de ceux qui le regardent, car il se sait protégé par des « fonctionnaires » qu’il a eu…sous ses ordres, ou qui savent qu’aucun cadeau ne leur sera fait s’ils manquent à l’intérêt d’État qui arrive juste derrière le « secret d’État » encore plus protecteur. Tout est faux, truqué, détourné, falsifié et les principes républicains n’existent même plus !
Depuis aujourd’hui, on sait aussi que tout repose sur les apparences : la citrouille policière est extérieurement rutilante et fait du résultat, comme le veut son sinistre Ministre, mais elle est pourrie à l’intérieur ! Un avocat lyonnais, qui a défendu des trafiquants de drogue, a dénoncé « l’hypocrisie » entourant la rémunération des indicateurs de la police, alors qu’un « super-flic » est au cœur d’une affaire de corruption. Il est notamment soupçonné d’avoir détourné du cannabis avant son placement sous scellés ou sa destruction, afin de rémunérer des informateurs, ou pour le revendre. On découvre aujourd’hui que la PJ a un système de renseignement consistant à recourir à des indicateurs, des balances, qui donnent des informations, et ainsi on rémunère des gens qui en dénoncent d’autres, moins chanceux, et qui font les chiffres pour devenir super-flics ! « Tout le monde connaissait sa façon de travailler », « tout le monde le couvrait, y compris la justice », a affirmé l’avocat, avant d’ajouter: « Je pense que c’est toute une institution qui doit rendre des comptes » . Allons-y, creusons un peu et on va découvrir la réalité de la citrouille qui clignote et qui se prend pour un carrosse !
Allez, une dernière pour la route. Celui qui n’est plus que le pseudo Président d’une République décadente reçoit, avec la solennité qui sied aux circonstances les plus graves des surveillants généraux prêt à tancer les mauvais élèves, Papandréou qui paie les dettes accumulées par ses prédécesseurs. Il l’a sûrement sermonné avec l’aplomb qu’on lui connaît, oubliant que la dette publique française au sens de Maastricht – qui couvre l’ensemble des administrations publiques: État, organismes divers d’administration centrale (ODAC), administrations publiques locales et administrations de sécurité sociale – s’est encore creusée à la fin du deuxième trimestre 2011 à 1.692,7 milliards d’euros, en hausse de 46,4 milliards par rapport au trimestre précédent, indique l’INSEE.
« Exprimée en pourcentage du PIB, elle se situe approximativement à 86,2%, en augmentation de 1,7 point par rapport au trimestre précédent », précise encore l’institut national de la statistique. Le creusement de la dette est en grande partie imputable à l’État, sa contribution augmentant de 52,6 milliards d’euros sur la période. « Il s’agit pour l’essentiel de sa dette négociable à long terme (+44,5 milliards) », souligne l’INSEE. A l’inverse, les organismes divers d’administration centrale, administrations publiques locales et administrations de sécurité sociale se désendettent de respectivement 1,2 milliard, 2,7 milliards et 2,3 milliards d’euros. Heureux soient les croyants, le royaume des dupés leur est ouvert !

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

10 réponses à La pire des crises sera celle de la confiance perdue

  1. batistin dit :

    CORRIGÉ 2011
    de la DÉCLARATION DES DROITS DE L’HOMME ET DU CITOYEN DE 1789
    par Batistin artiste

    Article premier

    Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune.

    CORRIGÉ :

    il est utile à la communauté de distinguer emploi fictif et distinction honorifique de payé à rien foutre et bénéficiaire du RSA

    Article II

    Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l’oppression.

    CORRIGÉ :

    L’association des voisins vigilants est le fondement de la vie sociale.

    La liberté d’arroser sa pelouse et son nain de jardin malgré un décret de sècheresse nationale, la propriété de son terrain viabilisé deux heures après l’avoir acheté en terre agricole, la sureté qu’offre son voisin vigilant rémunéré et la résistance que l’on oppose à ceux qui dorment dehors

    Article III

    Le principe de toute Souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d’autorité qui n’en émane expressément.

    CORRIGÉ :

    La Nation est au service des lobbies d’intérêts des grands groupes industriels et de l’autorité de trois ou quatre présidents de directoires

    Article IV

    La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi l’exercice des droits naturels de chaque homme n’a de bornes que celles qui assurent aux autres Membres de la Société, la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la Loi.

    CORRIGÉ :

    Votre avocat échangera votre excès de vitesse et alcoolémie au volant contre une amende substantielle et des excuses au tribunal, si vous n’avez pas d’avocat vous passerez au journal télévisé et subirez la vindicte nationale avant de dormir en prison.

    Article V

    La Loi n’a le droit de défendre que les actions nuisibles à la Société. Tout ce qui n’est pas défendu par la Loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu’elle n’ordonne pas.

    CORRIGÉ :

    il est interdit au juge de faire du zèle dans les affaires de gestion d’entreprises privées mais conseillé fortement au citoyen de déclarer le bénéfice retiré de l’échange d’un kilo de pommes de terre de son potager contre une douzaine d’oeufs de la poule du voisin

    Article VI

    La Loi est l’expression de la volonté générale. Tous les Citoyens ont droit de concourir personnellement, ou par leurs Représentants, à sa formation. Elle doit être la même pour tous, soit qu’elle protège, soit qu’elle punisse. Tous les Citoyens étant égaux à ses yeux, sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leur capacité, et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents.

    CORRIGÉ :

    Tous les textes de loi seront modifiés discrètement par décrets et envoyés pour publication au Journal officiel quand l’imprimerie nationale est en vacances et les candidatures aux postes clés seront envoyés par la Poste en grève, le cachet faisant foi.

    Article VII

    Nul homme ne peut être accusé, arrêté, ni détenu que dans les cas déterminés par la Loi, et selon les formes qu’elle a prescrites. Ceux qui sollicitent, expédient, exécutent ou font exécuter des ordres arbitraires, doivent être punis ; mais tout Citoyen appelé ou saisi en vertu de la Loi doit obéir à l’instant : il se rend coupable par la résistance.

    CORRIGÉ :

    Les prévenus le seront directement à leurs domiciles en dehors des heures légales sous prétexte de terrorisme avéré quand il auront été surpris la veille à manifester leur mécontentement devant un hypermarché vendant du maïs OGM.

    Ceux qui produisent le dit maïs étant punis de fait par l’herbe folle qui résiste, l’accusé sera condamné pour n’avoir pas eu le temps d’enfiler un pantalon.

    Article VIII

    La Loi ne doit établir que des peines strictement et évidemment nécessaires, et nul ne peut être puni qu’en vertu d’une Loi établie et promulguée antérieurement au délit, et légalement appliquée.

    CORRIGÉ :

    La balance de Roberval utile sur les marchés de producteurs de pays est remise en vigueur dans les tribunaux, mais mal adaptée au mains graciles des magistrats on vous jugera « à la louche »

    Article IX

    Tout homme étant présumé innocent jusqu’à ce qu’il ait été déclaré coupable, s’il est jugé indispensable de l’arrêter, toute rigueur qui ne serait pas nécessaire pour s’assurer de sa personne, doit être sévèrement réprimée par la Loi.

    CORRIGÉ :

    Les médias nationaux, au service de la concurrence acharnée qui oppose les marchands de « papiers » et les fabricants de « scoop », seront en charge d’accompagner votre avocat lors de votre première garde au vu et au su de tous .

    Article X

    Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la Loi.

    CORRIGÉ :

    Il est possible lors d’un match de football de célébrer l’invention du gaz, mais peu conseillé de réciter à voix haute un « je vous salue Marie » au beau milieu d’une église ouverte aux quatre vents pour y accueillir le club de peinture amateur du village

    Article XI

    La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté, dans les cas déterminés par la Loi.

    CORRIGÉ :

    Si votre page Facebook disparait ou que votre carte de journaliste vous est refusée bien que vous soyez directeur d’un petit journal auto-édité et ayant fait pourtant l’objet d’une déclaration à la Bibliothèque Nationale, c’est que vous avez oublié de payer votre redevance à la télévision nationale

    Article XII

    La garantie des droits de l’Homme et du Citoyen nécessite une force publique : cette force est donc instituée pour l’avantage de tous, et non pour l’utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée.

    CORRIGÉ :

    Si vous êtes infirmière surexploitée et marchez tout à fait par hasard sur le trottoir accompagnée de quelques amies ne montez pas dans les autobus noirs avec grand grillage sur le pare brise

    Article XIII

    Pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, une contribution commune est indispensable. Elle doit être également répartie entre tous les Citoyens, en raison de leurs facultés.

    CORRIGÉ :

    Si votre bleu de travail est fatigué, élimé, troué et sale rien ne sert de vous rendre à la Gendarmerie nationale ou à la Police municipale pour y faire votre lessive. Vous pouvez toutefois y faire un esclandre, ce qui vous économisera le carburant pour rentrer dormir.

    Article XIV

    Tous les Citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs Représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d’en suivre l’emploi et d’en déterminer la quotité, l’assiette, le recouvrement et la durée.

    CORRIGÉ :

    Si la TVA sociale (!) vous semble moins efficace que le reversement des péages d’autoroutes aux caisses de retraites, téléphonez à Johnny Hallyday

    Article XV

    La Société a le droit de demander compte à tout Agent public de son administration.

    CORRIGÉ :

    La vitre blindée qui sépare l’Agent public de votre animosité n’est pas la seule responsable de sa surdité. Son incompréhension à votre égard est aussi due au dédain infantiliseur qu’il reçoit comme clé lors de sa formation. Attendez le à la sortie des artistes, vous ne le reconnaitrez pas. Lui si.

    Article XVI

    Toute Société dans laquelle la garantie des Droits n’est pas assurée, ni la séparation des Pouvoirs déterminée, n’a point de Constitution.

    CORRIGÉ :

    La solution proposée est simple et a fait ses preuves, téléphonez à Louis Quatorze pour plus de détails. La ligne directe pour Louis Seize a été momentanément coupée. Mais cela ne saurait durer.

    Article XVII

    La propriété étant un droit inviolable et sacré, nul ne peut en être privé, si ce n’est lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l’exige évidemment, et sous la condition d’une juste et préalable indemnité.

    CORRIGÉ :

    Si le petit champ installé en potager que vous avez acheté trois sous se retrouve au beau milieu d’un terrain de golf, ou vous payez l’impôt sur la fortune ou vous creuser un trou pour y mourir

    PRÉAMBULE DE LA CONSTITUTION DU 27 OCTOBRE 1946

    Au lendemain de la victoire remportée par les peuples libres sur les régimes qui ont tenté d’asservir et de dégrader la personne humaine, le peuple français proclame à nouveau que tout être humain, sans distinction de race, de religion ni de croyance, possède des droits inaliénables et sacrés. Il réaffirme solennellement les droits et les libertés de l’homme et du citoyen consacrés par la Déclaration des Droits de 1789 et les principes fondamentaux reconnus par les lois de la République.

    Il proclame, en outre, comme particulièrement nécessaires à notre temps, les principes politiques, économiques et sociaux ci-après :
    La loi garantit à la femme, dans tous les domaines, des droits égaux à ceux de l’homme.

    CORRIGÉ : l’équité naturelle entre une femme catcheuse et son mari jockey sera portée en supplément de la loi

    Tout homme persécuté en raison de son action en faveur de la liberté a droit d’asile sur les territoires de la République.

    CORRIGÉ : Tout affamé par la politique étrangère des pays dominants fera le voyage allez à pied, le retour entre des barbelés

    Chacun a le devoir de travailler et le droit d’obtenir un emploi. Nul ne peut être lésé, dans son travail ou son emploi, en raison de ses origines, de ses opinions ou de ses croyances.

    Tout homme peut défendre ses droits et ses intérêts par l’action syndicale et adhérer au syndicat de son choix.

    Le droit de grève s’exerce dans le cadre des lois qui le réglementent.

    Tout travailleur participe, par l’intermédiaire de ses délégués, à la détermination collective des conditions de travail ainsi qu’à la gestion des entreprises.

    CORRIGÉ : l’auto entreprise est fortement conseillée en supplément du temps passé à travailler gratuitement à l’usine

    Tout bien, toute entreprise, dont l’exploitation a ou acquiert les caractères d’un service public national ou d’un monopole de fait, doit devenir la propriété de la collectivité.

    CORRIGÉ : Si vous voulez écrire à votre grand-mère, le mieux serait quand-même que vous mettiez votre petit capuchon rouge et fassiez de la confiture. Grand-mère attendra. Si elle ne meurt pas de froid avant, incapable de choisir un contrat de chauffage dont elle comprenne le tarif.

    La Nation assure à l’individu et à la famille les conditions nécessaires à leur développement.

    Elle garantit à tous, notamment à l’enfant, à la mère et aux vieux travailleurs, la protection de la santé, la sécurité matérielle, le repos et les loisirs. Tout être humain qui, en raison de son âge, de son état physique ou mental, de la situation économique, se trouve dans l’incapacité de travailler a le droit d’obtenir de la collectivité des moyens convenables d’existence.
    La Nation proclame la solidarité et l’égalité de tous les Français devant les charges qui résultent des calamités nationales.

    CORRIGÉ : La Nation c’est toi, démerde toi !

    La Nation garantit l’égal accès de l’enfant et de l’adulte à l’instruction, à la formation professionnelle et à la culture. L’organisation de l’enseignement public gratuit et laïque à tous les degrés est un devoir de l’État.

    CORRIGÉ : Rien ne vaut tout de même la dignité retrouvée de ceux qui payent leur livres et choisissent le menu. Cela vous forme des êtres capable de comprendre pourquoi une brouette accrochée au mur du musée est coté dix mille euros. Le prix du travail et de la sueur, monsieur.

    La République française, fidèle à ses traditions, se conforme aux règles du droit public international. Elle n’entreprendra aucune guerre dans des vues de conquête et n’emploiera jamais ses forces contre la liberté d’aucun peuple.

    CORRIGÉ : Sauf évidemment pour cause de recherche d’énergie fossile et besoin vital d’écouler la surproduction d’armements

    Sous réserve de réciprocité, la France consent aux limitations de souveraineté nécessaires à l’organisation et à la défense de la paix.

    CORRIGÉ : L’argent est souverain d’où l’intérêt que l’on porte à ses amis. Supporter la fumée du grand Oncle quand on est non-fumeur fait partie de la bienséance de l’hôtesse.

    La France forme avec les peuples d’outre-mer une Union fondée sur l’égalité des droits et des devoirs, sans distinction de race ni de religion.

    L’Union française est composée de nations et de peuples qui mettent en commun ou coordonnent leurs ressources et leurs efforts pour développer leurs civilisations respectives, accroître leur bien-être et assurer leur sécurité.

    Fidèle à sa mission traditionnelle, la France entend conduire les peuples dont elle a pris la charge à la liberté de s’administrer eux-mêmes et de gérer démocratiquement leurs propres affaires ; écartant tout système de colonisation fondé sur l’arbitraire, elle garantit à tous l’égal accès aux fonctions publiques et l’exercice individuel ou collectif des droits et libertés proclamés ou confirmés ci-dessus.
    CORRIGÉ : La musique d’outre mer aura droit de cité, une fois par an, l’été.

  2. Christian Coulais dit :

    Sieur Batistin, pardon, cher artiste, vous êtes certes un bouffon, un trublion, le fou d’un Roy, et donc de plus en plus prolixe à l’approche de ces élections.

    Mais je ne comprends pas l’usage que vous faites de ce blog comme votre porte-voix, alors que vous avez votre propre site ! http://www.batistin.com. « Ne confondons pas le style et la répétition », écrivez-vous !

    Mais tel le coucou, vous venez quérir vos lecteurs ici, alors que c’est un blog, site PERSONNEL où l’auteur note ses réflexions personnelles au fur et mesure qu’un sujet lui importe, pour susciter des réactions et des commentaires…Vos propos sont toujours pertinents, voire justes. Mais ne confondons pas la chronique et le hors-sujet.
    Alors laissez-nous le loisir de nous abonner à votre propre blog personnel !

  3. PIETRI Annie dit :

    Oui, tu as raison Christian ! Ce qui intéresse les lecteurs de ce blog, c’est ce qu’écrit Jean Marie, et non pas les facéties d’un certain Batistin, dont le seul but est de trouver une audience qu’il n’a sans doute pas sur son propre blog…..Ses débordements verbaux – et verbeux- polluent le blog que nous aimons, et risquent de faire fuir les lecteurs et commentateurs habituels des textes de Jean Marie.
    Alors, pitié, Monsieur Batistin, n’envahissez pas cet espace, et n’espérez pas que nous lirons vos élucubrations !

  4. batistin dit :

    Chers Coulais et Pietri, qu’est-ce donc qui vous ennui dans mes propos au point que que vous puissiez douter de la flamme républicaine qui m’habite ?
    Vous me dites « hors sujet » « fou du roi » ou « pollueur de blog ».
    Pauvre monsieur Darmian, prêcheur du désert qui s’évertue à trouver un fond et une forme dignes d’une parole socratique pour être entendu par des êtres tout juste capable d’engager une discussion du niveau du courrier des lecteurs d’un mauvais magazine télévisuel.
    La forme artistique de mon langage, par essence puisque je suis artiste, n’est comprise que comme une envie de gloire, ce qui est fort amusant, et va plaire aux éditeurs du dictionnaire Larousse de cotation des artistes où je suis référencé.
    Il est vrai aussi que le « Corrigé 2011 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen » dont je suis l’auteur et cité plus haut est surement hors sujet quand monsieur Darmian parle de la confiance perdue !!!
    Vraiment , et pour finir, nous nous plaignons sans cesse du manque de sens que l’on peut offrir aujourd’hui à nos enfants, des raccourcis textuels des « sms » impliquant une perte du langage, de la pauvreté intellectuelle des débats politiques toujours axés sur l’argent et voilà que les parents sont affolés par un commentaire dépassant les dix lignes..!!
    Alors pour ne pas risquer de heurter ces pauvres Coulais et Pietri, voici un nouveau commentaire plus en accord avec le ton qu’il espèrent, dans le sujet et non pollueur:
    « Vous avez raison monsieur Darmian, je n’ai plus confiance en nos politiques  »
    Bon courage monsieur Darmian pour votre prochain texte.

  5. J.J. dit :

    Rien de nouveau sous le soleil.
    Déjà, il y a 2000 ans (environ), avec son « Usque tandem…. », Cicéron débutait sa plaidoirie contre Catilina. Celui-ci et quelques « collégues » ont fait des adeptes de tout temps depuis l’Antiquité, mais leur nombre actuellement semble battre des records.

    Les valises de billets ont remplacé les sacs de sesterces…

  6. Yvon Bugaret dit :

    Je suis d’accord avec Christian et Annie, l’utilisation du blog de Jean-Marie qu’en fait Batistin est une diversion de plus en plus pénible. Alors Monsieur Batistin, n’attendez pas de recevoir de nombreux commentaires semblables aux notres, arretez vos commentaires qui ne correspondent pas à la démarche de communication de Jean-Marie. Vous avez tout loisir de vous exprimer sur votre site.

  7. Nadine Stalker dit :

    Bien, je vois que « tout le monde » est d’accord… Un chien aboie et la meute suit…
    La seule chose qui m’embête dans cette histoire, c’est que vous ne vous gênez pas pour exprimer votre point de vue sur les commentaires de Batistin sur un blog qui n’est pas le vôtre….
    Seul Mr Darmian, ce me semble, a le droit de dire ce qui le gène ou pas sur son propre blog! Non ???
    Au revoir Jean-Marie, à bientôt sous d’autres cieux; je te bise.
    Nadine Stalker

  8. batistin dit :

    Christian Coulais, PIETRI Annie, Yvon Bugaret, où sont donc vos commentaires à propos du texte de Monsieur Darmian ?
    J’ai beau chercher je ne les vois pas…

    Pour ma part j’en ferai un autre, en respectant comme il se doit les règles imposées :
    Monsieur Darmian, vous dites que la dette de la France « Exprimée en pourcentage du PIB, … se situe approximativement à 86,2% » !!!
    Ce qui signifie si mon esprit malade d’artiste comprend aussi bien que d’autres, que la France produit un euro de valeur marchande pour en devoir 86,2 .
    Ce qui correspond, en langage artistique à …
    recevoir une avance sur une exposition que l’on ne fera jamais !

  9. batistin dit :

    Et puis encore un autre commentaire, plus personnel celui-là.
    Vous dites, monsieur Darmian
    « La sincérité et la loyauté n’ont plus aucune valeur puisque, chaque jour ou presque, il faut convenir que la tromperie est partout.  »
    Cette phrase au fond est bien la plus terrible de votre texte dont la deuxième partie fort documentée n’a pour effet finalement que d’adoucir la portée première.
    « La sincérité et la loyauté n’ont plus aucune valeur… » !!!
    Tout à coup il me vient à l’esprit que vous êtes un élu de la république et donc bien placé pour savoir de quoi vous parlez.
    C’est absolument terrifiant.
    Surtout pour nos enfants.
    Et qu’avons-nous comme réaction, pardon , qu’avez-vous ?
    Mis à part J.J et moi-même, un cortège de paroles haineuses soucieuses d’entretenir le « bon droit » au silence !
    Et comme nos gouvernants voyous savent se cacher derrière des embrouillaminis politicos judiciaires, j’ai ici personnellement à répondre à des courageux anonymes, bien à l’abri derrière leurs écrans de citoyens veules .
    Je suis donc, vous m’excuserez ici fort énervé par ces aboyeurs dont la candidature au poste de voisin vigilant rémunéré ne fera aucun doute.

    Pour éviter à ces braves gens de perdre du temps en invectives et en recherche inutiles sur mon identité de terroriste de blog, voici donc mes coordonnées:
    Eric Caminade dit « Batistin »
    10 mourieras 19170 Bugeat
    -Ancien du deuxième régiment d’infanterie de Marine (2°RIMa)
    Marsouin deuxième classe. Réserviste service défense.
    -Inscrit également à la Marine Marchande
    Cinq années matelot deuxième puis première classe
    sur des unités de pêche en mer (Océan Atlantique)
    -Artiste inscrit à la Maison des artistes
    Voici donc, j’attends tout ce beau monde entre quatre yeux,
    je me ferai un plaisir de leur apprendre à lire… et à penser !

    Avec toutes mes excuses, Monsieur le Maire,
    pour cet intermède peu artistique.
    Quoi que plumer les corbeaux fasse partie de mes convictions de citoyen,
    quand il se montrent évidemment.

  10. Michel d'Auvergne dit :

    Si on avait, comme dit Jean-Marie, un repris de justice, (car en effet, c’en est un) comme président… C’est la République elle-même qui se retrouverait à la consigne de l’Histoire, espérons qu’on évitera cette option (et quelques autres), mais ré-intéresser les citoyens au débat démocratique et par conséquent au vote responsable sera une gageure !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.