Madame Bettencourt veut rejoindre le clan des agnosiques persécutés

Dans le fond, il ne faut pas toujours avoir confiance dans les médecins chargés des maladies « psychologiques » puisqu’il y a des faits qu’ils ne maîtrisent pas. Qu’ils soient experts ou contre experts, ils doivent admettre une part d’erreur potentielle dans leurs « analyses ». Et c’est certainement ce qui fait leur faiblesse dans un monde des ratios et des certitudes potentielles. Par exemple, si on prend ceux qui ont examiné cette pauvre (au sens moral seulement) Madame Bettencourt, on constate que leurs rapports sont démentis par ses récentes déclarations au JDD.
Dans l’hypothèse où sa fille obtiendrait autorité sur elle, la milliardaire annonce la couleur. « Je pars à l’étranger », prévient-elle. « Si ma fille s’occupe de moi, j’étoufferai. Si c’est elle, je pars », déclare l’héritière de L’Oréal, qui exerce actuellement les droits de vote liés aux 30% de parts du géant mondial des cosmétiques, et dispose, avec environ 17 milliards d’euros, de la troisième fortune de France. L’occasion aussi, pour Liliane Bettencourt, de confier ses appréhensions à l’approche du verdict. « Je tremble ! Il n’y a plus qu’à prier. Vous croyez que la juge peut donner raison à ma fille ? Je ne vais pas bien dormir cette nuit. Je sens que je vais être écrabouillée », lâche-t-elle. En fait, l’enjeu dépasse même sa propre personne aussi importante soit-elle. La milliardaire de 88 ans parle évidemment de « cauchemar », accusant sa fille d’être animée par la « méchanceté ».
« Je l’ai élevée et pourtant elle est le contraire de moi. Je l’étouffe, même morte je l’étoufferai. Elle aurait voulu être comme moi et pourtant, elle est mon exact contraire. Elle ne ressemble pas non plus à son père », explique l’octogénaire pour laquelle « tout cela remonte à loin ». « On peut dire que c’est regrettable, mais on peut dire aussi, à l’extrême, que c’est honteux ». Françoise Meyers-Bettencourt demande le placement de sa mère sous tutelle, alors que depuis 2010 une enquête pénale s’est développée sur une présumée fraude fiscale, un possible financement illicite de l’UMP et de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007, et depuis fin septembre, un éventuel abus de faiblesse…Elle a donc une réaction lucide dans ce contexte, puisqu’elle ne fera que mettre en place la riposte que bien d’autres « grandes » personnalités ont mis concrètement en œuvre, une réponse aux tracasseries que l’on pourrait leur faire dans leur pays d’origine. Si elle part en Suisse, où elle possède une bonne part de ses actifs et une résidence coquette, elle pourra retrouver bon nombre de sportifs bien connus pour ses réceptions.
Elle pourrait, par exemple, inviter des sportifs qui défendent ou ont défendu vaillamment les couleurs de la France comme Jean Alési, Marion Bartoli, Arnaud Boetsch, Arnaud Clément, Nicolas Escudé, Guy Forget (payé par la Fédération Française de Tennis) Richard Gasquet, Jean-Claude Killy, Sébastien Loeb, Gaël Monfils, Amélie Mauresmo, Jean-Wilfried Tsonga, Gilles Simon ! Avouez que déjà, la galérie des persécutés par la tutelle des agents du fisc est impressionnante. Surtout quand on y ajoute d’autres vedettes, pour qu’elle puisse meubler ses journées, avec l’avantage que ces gens là ne passeront pas nécessairement la voir pour récupérer une enveloppe ! Charles Aznavour, Johnny Hallyday et fiston David, Patricia Kass, Marie Laforêt (elle a obtenu la nationalité Suisse) et Alain Delon, ce grand acteur de Droite dure, sont frappés de l’agnosie de la feuille d’impôts. Il lui faudra choisir la Belgique pour recevoir Daniel Auteuil, Emmanuel Béart, José Garcia. .. et tant d’autres, où aller à Jersey pour retrouver Eric Cantona.
Elle aura aussi la possibilité de constituer un club des plus « fortunés » qui lui apporteraient le bénéfice de leur amical soutien. Jacques Badin (Carrefour) est à Bruxelles, Jean Baud (Franprix et Leader Price) est en Suisse, Lofti Belhassine (ex-Président d’Air Liberté) est en Belgique avec la famille Mulliez. Michèle Bleustein Blanchet (Publicis) réside déjà en Suisse, à quelques pas de Paul Dubrule, ancien sénateur maire de Fontainebleau, et elle peut croiser Corinne Bouygues ou le Bordelais Pierre Castel. Elle y trouvera aussi Daniel Hechter, Philippe Jaffré, ex-PDG d’Elf, qui joue au golf avec Antoine Zacharias, ex-PDG de Vinci… La liste est interminable et justifie qu’un secrétaire d’État douillet soit mandaté pour entretenir cette clientèle particulière. Comment accuser Madame Bettencourt de ne pas savoir ce qu’elle fait quand tant de femmes et d’hommes « lucides », « clairvoyants », « bien portants », ont fait le même choix qu’elle ?
En fait, elle est devenue un enjeu politique majeur. Si elle est déclarée « irresponsable » on sera obligé de stopper les enquêtes en cours, puisqu’elle ne sera plus en mesure de répondre aux questions du juge. On pressent qu’elle doit souffrir au moins de cette douloureuse maladie qui s’appelle l’agnosie aiguë, comme tous les autres ! Sa mise sous curatelle ou tutelle officialiserait son incapacité à témoigner d’une manière ou d’une autre, et si elle part, ce sera encore plus difficile pour l’instruction de ce dossier qui pourrait traîner encore durant des années.
Il ne faut cependant pas aller trop loin, car s’il est reconnu qu’elle a manqué de discernement dans un passé récent, toutes celles et tous ceux qui en auraient bénéficié risquent d’être accusés « d’abus de faiblesse », acte matériel qui consiste à abuser de la victime pour l’obliger à un acte ou à une abstention qui lui sont gravement préjudiciables. L’abus de faiblesse est une infraction intentionnelle. Le délit nécessite l’intention de le commettre en toute connaissance de cause. Cette exigence de fraude est incompatible avec l’imprudence ou la négligence. Les peines principales sont de trois ans d’emprisonnement et une amende de 375 000 euros et les peines complémentaires sont : l’interdiction des droits civiques, civils et de famille pendant cinq ans ou l’interdiction d’exercer une fonction publique ou une activité professionnelle ou sociale dans l’exercice ou à l’occasion de l’exercice de laquelle l’infraction a été commise. « Pauvre » Madame Bettencourt, sa générosité finira par perdre celles et ceux qui en ont été les destinataires, alors autant qu’elle aille se plaindre ailleurs, en profitant de l’air pur des montagnes suisses !

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Madame Bettencourt veut rejoindre le clan des agnosiques persécutés

  1. batistin dit :

    N’ayant rien à ajouter à cet inventaire à la Prévert,
    sinon le désespoir d’avoir cru, il y a si longtemps, au sens du mot « Patrie »
    et à la gloire gratuite des joueurs de l’équipe de France de rugby,
    au sens de l’équipe et
    de la modestie d’avoir fièrement tenu son poste,
    je pars !
    Je veux dire, je reste, puisque il suffit de rester pour se retrouver loin de tous !
    Au fond, la France n’est plus qu’une voie autoroutière et ferroviaire empruntée par les compagnies de transports de marchandises,
    faute de transport d’émotions partagées.

    En hommage à Prévert et au travail de monsieur Darmian pour, malgré le risque qu’il encourt de nous démoraliser complètement, sa volonté de ne point mentir,
    un petit poème:
    OXYMORES ( pompier pyromane )
    et Billevesées

    pétrolier humaniste
    forestier déforestier
    bio étiqu-ette

    banquier banqueroutier
    économiste dispendieux
    boursicoteur fricoteur

    dictateur diplomate
    militaire désordonné
    civil uniformisé

    syndicaliste auto-entrepreneur
    partisan partisan
    électeur élitiste

    philosophe politique
    journaliste mensualisé
    anarchiste organisé

    bourgeois paysan
    paysan industriel
    industriel embourbé

    biologiste mécanicien
    théologien artificier
    médecin laborantin

    gouvernant dérivant
    fonctionnaire disfonctionnant
    élu privatisé

    républicain autocratique
    démocrate aristocrate
    citoyen clientéliste

  2. J.J. dit :

    Avec tous ces braves gens, qui tels des armateurs grecs, ont une sainte phobie des impôts (paradoxe, car ce sont ceux là mêmes qui auraient le plus les moyens d’en payer, sans préjudice notable) , qu’attend-on pour envahir la Suisse, la Belgique, Jersey, le Luxembourg et autres paradis afin d’y abolir ces privilèges ?

    Ils iront plus loin, me direz vous….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.