La plus grande escroquerie institutionnelle

S’il est une attitude qui me révulse, c’est celle qui consiste à prétendre, haut et fort, que les impôts directs sont des institutions désastreuses pour l’économie.La critique de cette contribution institutionnelle à la vie collective a constitué le fonds de commerce de l’UMP pour toutes les élections et continue à rester l’argument essentiel contre toutes les gouvernances actuelles ou futures des socialistes. La Gauche serait une catastrophe pour les contribuables qu’elle soumettrait à une pression comparable à celle que l’on exerce sur les agrumes pour en sortir tout le jus. En fait, s’il faut une réforme fiscale transparente, efficace, juste et cohérente, on ne peut plus continuer éternellement à nier que la République ne peut survivre que par ce principe de la participation équilibrée et solidaire à la vie sociale ! Nicolas Sarkozy a surfé sur le principe démagogique ayant conduit la Grèce à la faillite selon lequel on pouvait se dispenser de verser sa contribution à l’action publique. Il a exploité ce sentiment, ancré dans les esprits, que l’on est toujours une victime plus importante que ne l’est le voisin, et a menti d’un bout à l’autre de son mandat, en tapant sur l’imposition directe et en se déchaînant sur les taxes ! Il va profiter de l’ignorance crasse de l’opinion dominante pour, avec ses affidés, scander que partout où les socialistes passent l’impôt pousse.
En 2007, l’actuel chef de l’État n’avait pas de mots assez durs contre les hausses d’impôts et la fiscalité. Il promettait de réduire les prélèvements obligatoires de… quatre points durant son mandat. Soit, expliquait-il dans un entretien au Monde, « 2 000 euros rendus aux Français, par foyer et par an, y compris aux retraités, et 4 900 euros par foyer, si on s’en tient à la France qui travaille. » Entre 2007 et 2011, selon Bercy, le taux des prélèvements obligatoires sous sa gouvernance aura atteint 43,6 % en 2007 (statisque OCDE) et il atteindra 44,5 % fin 2012 après l’élection présidentielle. En fait de baisse, il faut rappeler que le taux n’était que de 40,12 % en… 2000 ! Il aura donc augmenté les prélèvements de 4 % puisqu’il a été Ministre des finances ! On aurait pu espérer que le mensonge s’arrêterait, et que la hausse serait assumée, en la liant à l’affirmation de Fillon annonçant, dès son entrée en fonction, que la France était « en faillite ». Mais au contraire, le Chef de l’État français s’est obstiné à mentir quand il déclarait qu’il refusait « absolument la perspective d’une augmentation générale des impôts » (discours de Nicolas Sarkozy au Conseil économique, social et environnemental, la 14 janvier 2010 soit il y a moins de deux ans ! Et il a ressassé, accentué ces annonces dénuées de tout fondement mais uniquement destinées à berner les gogos qui pensaient que les impôts disparaîtraient. En fait, tout a été conçu pour renforcer l’inégalité face à cette nécessité, et plus encore pour pomper plus de ressources via… les taxes !
Pour augmenter les rentrées fiscales en laissant croire que les impôts les plus « visibles » et les plus symboliques (sur le revenu, sur les sociétés ou la TVA),seraient réduits, la majorité a rusé, et multiplié au fil des ans les taxes et dispositifs de prélèvements divers et variés, touchant à de très larges domaines.
Le Monde.fr a tenté, à partir de la liste de la commission des finances de l’Assemblée, de dresser une liste des taxes créées depuis le quinquennat. En se limitant aux seules taxes incluses dans les lois de finances (donc sans tenir compte de celles prévues par les finances sociales), et en ne retenant que les taxes encore en vigueur (donc sans tenir compte de taxes supprimées, ni des hausses de taxes existantes), on parvient sans peine à une trentaine de nouveaux prélèvements. Un raz de marée que personne ne mesure véritablement…Voici ce qui vous attend en 2012, si l’on se fie aux discussions en cours, qui travestissent une fois encore la vérité : jamais un gouvernement n’a piqué autant d’argent et de manière aussi injuste à toutes les catégories sociales pour épargner celles et ceux qui auraient pu être directement imposés ! Nicolas Sarkozy est l’empereur de la taxe…
 Taxe supplémentaire exceptionnelle sur les hauts revenus : Cette taxe touchera les ménages les plus riches, en imposant une surtaxe de 3 % sur les revenus de 250 000 à 500 000 euros, et de 4 % au-delà de 500 000, jusqu’à ce que les finances publiques soient à l’équilibre. Demandez-vous la raison pour laquelle on n’a pas changé les tranches d’imposition directe ?
 Taxe sur les sodas et boissons sucrées, dont on sait qu’elle affole Coca Cola et pour laquelle une députée UMP avait eu l’idée géniale de considérer que le vin contenant du sucre devait être taxé !
 Taxe sur les loyers élevés des micro-logements : encore en discussion, cette taxe de 10 % à 40 % sur le loyer touchera les locations de petites surfaces dont le prix dépasse 40 euros du mètre carré. On ne sait même pas combien elle va rapporter !
Ce trio nouveau va s’ajouter à une liste impressionnante déjà votée avec enthousiasme depuis 2007 par les parlementaires UMP, ravis de rentrer chez eux en clamant que « les impôts n’ont pas été augmentés ! ».
Allez! au menu pour 2011 :
 Taxe sur les nuitées d’hôtel supérieures à 200 € : Cette taxe mise en place dans le collectif budgétaire de l’été 2011 a été substituée, grâce à Raffarin, à une taxe sur les parcs à thème, abandonnée sous la pression des lobbies.
 Contribution exceptionnelle sur la provision pour hausse des prix, mise à la charge des entreprises du secteur pétrolier ;
 Imposition des plus-values latentes lors du transfert d’un domicile fiscal à l’étranger. Contribution sur les activités privées de sécurité ;
 Taxe de risque systémique pour les banques ;
 Taxe de droit de timbre pour l’introduction d’une instance dans le cadre de la réforme de l’aide juridictionnelle ;
 Contribution de solidarité territoriale et taxe sur le résultat des entreprises ferroviaires. Contribution financière sur la capitalisation boursière.
 Taxation des sommes placées sur la réserve de capitalisation des entreprises d’assurances..
 Contribution additionnelle à l’imposition forfaitaire sur les entreprises de réseaux applicables à certaines stations radioélectriques :
 Taxe spéciale d’équipement au profit de la société du grand Paris :
 Contribution annuelle au profit de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire due par les exploitants des installations nucléaires de base :
 Taxe exceptionnelle sur les bonus des traders.
 Droit affecté au fonds d’indemnisation de la profession d’avoués près les cours d’appel ;
 Droit de timbre perçu en cas de renouvellement anticipé de la Carte nationale d’identité ;
 Taxe pour la gestion des certificats d’immatriculation des véhicules ;
 Eco-taxe poids lourds ;
 Taxe minière spécifique applicable à la production d’or en Guyane ;
 Taxe annuelle sur la détention de véhicules particuliers polluants ;
 Droit fixe sur chaque rapport de certification des comptes ;
 Taxe additionnelle à la taxe sur les certificats d’immatriculation des véhicules.
Au total, donc, ce sont 24 nouvelles taxes qui auront été lancées et maintenues depuis cinq ans, pour le seul projet de loi de finances, sans comptabiliser les taxes qui permettent de financer la Sécurité sociale et qui sont aussi nombreuses. C’est effarant mais ça marche… surtout en ce moment où les feuilles d’impôts locaux arrivent dans les chaumières. Quelle duperie et quelle démagogie.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à La plus grande escroquerie institutionnelle

  1. J.J. dit :

    Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais !

    Hier soir aux infos régionales (France 3 Poitou Charentes) on pouvait admirer monsieur Bussereau, thuriféraire patenté de notre bien aimé président et détracteur traditionnel de la gauche gaspilleuse, expliquer doctement, et sans qu’il soit envisageable de lui porter contradictions, que le conseil Régional de Charente Maritime, allait augmenter les taxes sur les propriétés bâties.

    A entendre l’ex sous ministre des transports, c’était une évidence et une mesure inéluctable (attention accrochez vous!) du fait de la suppression des aides de l’état aux collectivités publiques !
    Fermez le ban !

  2. Nadine Stalker dit :

    Woahhh, quelle belle liste!!! Pas tout compris, mais bon…
    Certaines taxes me paraissent valables (traders par ex., à taxer encore plus!!!), d’autres inutiles, d’autres encore inégalitaires, s’adressant aux pauvres avant tout.
    Vivement que tout ça soit balayé et remis en ordre!!! J’ose espérer que ce sera l’une des priorités des Socialistes dès leur arrivée au pouvoir…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.