Il existe aussi des lendemains qui déchantent

A part les gens qui comptent et qui ont bénéficié de ses largesses (mais oui ça a existé), ou qui ont trouvé un intérêt à faire semblant de le respecter, personne ne regrettera la disparition de Mouammar Kadhafi. C’est vrai que quand on revient sur son parcours, le mort de la révolution libyenne n’a pas toujours été exhibé dans les médias dans une position aussi pitoyable. Il avait posé aux côtés des plus grands dirigeants de la planète, il avait reçu sous sa « tente » les grands PDG du monde économique, il avait « arrosé » de pétrodollars des gens qui maintenant se mettent un mouchoir devant le visage pour ne pas sentir l’odeur de putréfaction de la tyrannie. Rien ne saurait excuser la moindre parcelle d’un système autocratique moyenâgeux reposant sur les pires principes, mélangeant le mépris de la valeur d’une vie, les équilibres tribaux, mâtinés d’une bonne dose de religion adaptable! Cette infâme mixture méritait d’être combattue et, comme il ne faut pas regretter que l’on ait pendu Mussolini à un croc de boucher, on doit admettre que « l’assassinat » de Kadhafi appartient à la logique des révolutions qui veut que celui qui sème la haine récolte la haine. Le seul problème, c’est que les lendemains déchantent et ne sont jamais conformes aux espoirs de la veille. Loin s’en faut.
La Libye ce n’était pas que Kadhafi. Il était totalement inutile de vouloir l’expliquer, sous peine d’être mis au ban de la société bien pensante. Peu importent les réalités, puisqu’il fallait exterminer celui qui devenait parfois gênant pour de vieilles connaissances et qui, dans le fond, devient beaucoup moins dangereux mort que vivant pour elles. Peu importe la suite puisque l’objectif est atteint.
Le réveil est brutal car le mot qui fâche a été officiellement prononcé par le Président du CNT : « charia ! » Selon lui, le gouvernement transitoire qui va être mis en place agira selon les règles de la loi islamique. Et le monde des libérateurs le découvre avec étonnement ! Le CNT en avait déjà parlé an août et en septembre, mais, à l’époque, en termes assez vagues. Avec la proclamation officielle de la libération de la Libye, ça se précise, et comme dans quelques jours la coalition de l’OTAN se retirera, on entrera dans un autre monde.
En fait, les observateurs savent fort bien que Le CNT est, par sa composition même – un mélange hétéroclite de transfuges du précédent régime, de représentants des tribus et de la société civile, notamment de Benghazi et de Misrata. La structure est très divisée comme l’a toujours été le pays et tous les « gouvernants » ne veulent pas aller dans le même sens. Comme après toute « libération », il n’y a pas pires démolisseurs du régime que ceux de la résistance de la dernière heure. Tous ceux qui ont servi le régime de Kadhafi deviennent d’autant plus hostiles au passé qu’ils ont besoin d’effacer leur « collaboration » active ou passive !
Le ministre de la justice… « kadhafienne » tente de faire oublier sa cécité antérieure. Il est devenu islamiste, comme le gouverneur militaire de Tripoli venant d’être nommé par le CNT. Il est officiellement le fondateur du GIC, groupe islamiste lié à Al-Qaeda ! Il aurait récupéré des armes et des hommes pour se prémunir de toute contestation de sa fonction. On s’interroge sur la destination des stocks d’armes considérables de Kadhafi qui ne sont absolument pas sécurisés, avec des missiles sol-air. Il ne s’agit absolument pas d’affoler l’Occident, mais de rappeler que le service après vente d’une guerre est aussi important que le conflit lui-même.
Le mot « charia » a donc pris une résonance particulière dans ce contexte, d’autant que durant des décennies, une grande majorité des tribus libyennes ont vécu en cercle fermé, sans ouverture sur le monde et surtout sans accès aux autres cultures. Selon le président du CNT, qui a cité plusieurs exemples, la loi qui, actuellement, interdit la polygamie et autorise le divorce, ne sera ainsi plus en vigueur. Des banques islamiques, un modèle de gestion qui interdit notamment l’usure, vont également être ouvertes. En fait, on ne sait plus du tout comment les « révolutionnaires » vont envisager la suite. En attendant, les protestations arrivent des « soutiens » au CNT. Le département d’État américain a appelé la Libye à respecter les droits des femmes. L’organisation Human Rights Watch (HRW) a affirmé que 53 personnes, a priori des partisans de Mouammar Kadhafi, avaient probablement été exécutées sommairement dans un hôtel de Syrte. Bien entendu, la France n’a pas été en reste, avec les propos d’Alain Juppé, passé à Bordeaux pour lancer le projet de grand stade pour équipe de Ligue 2 potentielle. Il s’est voulu « rassurant » en rappelant que « le président du CNT avait déclaré que sa référence était celle d’un Islam modéré », mais aussi que la charia était appliquée « dans un grand nombre de pays arabes dont certains sont des pays qui respectent les fondements de la démocratie ». Il n’y a donc pas lieu de s’inquiéter que les Libyens aient abandonné une terrible dictature pour passer sous le joug d’une autre, plus idéologique, mais tout aussi brutale et abjecte pour les femmes.
Le philosophe guerrier français Bernard-Henri Lévy, défenseur de la rébellion en Libye depuis ses débuts, a déclaré pour sa part avoir du mal à imaginer «les femmes de Benghazi, les jeunes révolutionnaires internautes, les chebabs (combattants) qui ont sauvé Misrata, les berbères du Djebel Nefoussa (ouest), les défenseurs des droits de l’Homme, accepter la férule d’une conception archaïque de la Loi. Encore moins, après tant de sacrifices, après ces huit mois de combat exemplaire pour la liberté et les libertés, après ces 42 ans de dictature dont ils sortent exsangues mais la tête haute, renoncer à leurs propres conquêtes», a-t-il ajouté. Ce gars là est un visionnaire… les femmes libyennes peuvent avoir confiance en lui. D’ailleurs, il ne s’est rien passé d’aussi inquiétant en Tunisie ou en Egypte !

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Il existe aussi des lendemains qui déchantent

  1. Nadine Stalker dit :

    Eh oui, plus dure sera la chute de nos espoirs.
    Mais qu’espérions-nous en fait ? La venue d’une société à tout point semblable à la nôtre ? Tous les pays à dominante Musulmane intègre peu où prou la charia, soit comme seule règle de justice, comme en Iran ou en Arabie Saoudite, soit mâtinée d’autres points de Droit, comme au Maroc, mais aucun ne saurait exister en tant qu’État musulman sans elle! En fait, cela revient à dire qu’il n’y a pas d’État musulman laïc…
    Doit-on le déplorer ? En tant que femme occidentale, je répondrais oui, bien sûr!
    Mais mes amies Arabes ou Berbères me disent que ce n’est pas si tranché, qu’il y a de bons cotés à la charia, et je suis bien obligée de les écouter…
    La protection du foyer, la transmission des valeurs et de l’héritage, la solidarité inter-générationelle, le fonctionnement des banques et des prêts, la protection contre les rapaces de la finance…
    Une amie m’avait dit un jour: « c’est quoi la liberté de la femme ? Sortir habillée comme une pute, boire, fumer, baiser sans amour, me battre pour aller bosser comme les mecs, ne plus voir mes enfants par manque de temps, courir après le fric, encore et toujours ??? Non merci! »
    Je suis bien obligée de l’écouter…

  2. J.J. dit :

    Situation hélas prévisible et prévue depuis longtemps : Al Quaïda, pêcheur en eau trouble faisait depuis longtemps son marché en Libye, ces braves gens ne vont certainement pas regagner discrètement leurs pénates sans en tirer bénéfice.
    Encore une fois, « l’Occident » s’est laissé abuser, l’appât du gain étant plus fort que la raison et le bon sens.
    L’Afghanistan des Talibans anti soviétiques, l’Iran anti Sha,, l’Irak et ses chiites contre sunnites, et maintenant la Tunisie et la Libye …ça ne leur a pas servi de leçon.
    Pour moi, le terme « république islamique » est un oxymore.
    L’Islam modéré ? A mon avis ça n’existe pas, aucune religion en possession d’un pouvoir ne peut rester modérée, c’est contraire à son essence.

    Tous ces peuples changent malheureusement leurs chevaux borgnes pour des aveugles…

  3. Michel d'Auvergne dit :

    Une démocratie ne se construit pas en quelques mois, ni même en quelques années, surtout sur des terreaux comme ceux-ci, je comprends mal ces déceptions mais très bien les mensonges de nos gouvernants, tel Sarko qui ouvrait un camping bédouin en plein Paris et qui prétend faire du safari façon Robin des bois du coté de Tripoli s’est visiblement laissé berner par d’imbéciles admirateurs pour oser se gausser d’être allé défendre la Liberté ! (A hauteur de 30% de l’engagement, rappelons-le !)
    Défendons donc nos écoles, attaquées par un système beaucoup plus pernicieux que l’OTAN, ce sont elles le fondement de la Démocratie.
    Allez Chalut d’Auvergne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.