Extrait de mon discours de remise de la légion d'honneur (4) : "la famille discrète"

(…) Merci aux militants syndicaux, mutualistes, politiques, associatifs,  démocrates, républicains et progressistes qui ont préféré avec moi les combats pour des valeurs, le seul qui vaille, aux querelles autour des personnes. Qu’ils me pardonnent mes erreurs et qu’ils revendiquent mes réussites car ils en ont été les bâtisseurs. En 40 ans de vie au parti des socialistes, j’ai traversé peu de déserts électoraux et davantage de plaines fécondes, mais la route en politique n’est pas nécessairement dénuée d’embûches, de chausse trappes, de guet-apens, de haine et d’incertitudes. J’y ai toujours trouvé des camarades au vrai sens du terme, des femmes et des hommes protecteurs, motivés, rassurants, pour me guider, me soutenir et me protéger. Je n’ai eu que peu d’ennemis, sauf parfois parmi mes amis. En revanche, j’ai croisé beaucoup d’adversaires respectables et que je respecte. C’est en combattant contre leurs idées, leurs actions, leurs méthodes que je me suis forgé un caractère. Dans le fond, en 45 ans je n’ai été moi-même que dans les batailles. J’adore les batailles d’idées, les joutes de valeurs, et les débats raisonnables, et ils ont contribué à cette légion d’honneur. On n’est soi-même que dans l’adversité, jamais dans la facilité.

Mesdames, messieurs, je voudrais sincèrement que vous ressentiez le plaisir qui est la mien de voir récompensés par le Président de la République non pas ma personne mais :

·       45 ans de militantisme depuis 1966 à vos côtés,

·       45 ans de travail ininterrompu au service du plus grand nombre et notamment des enfants et de la jeunesse,

·         45 ans de préoccupations pour l’intérêt général de Créon, de la Gironde ou même dans certains cas du pays,

·       45 ans de  préférence pour tous les autres, auxquels j’ai tendu la main en toutes circonstances,

·       45 ans de partage de réussites et d’échecs,

·       45 ans de vie publique reconnus par votre présence.

Cette distinction efface les slogans dévastateurs pour notre République sur les élus tous pourris, trop payés, tricheurs, fainéants, malhonnêtes… J’en souffre. Je ne supporte plus. Cette légion d‘honneur est le meilleur antidote contre le poujadisme actuel. Je vous la dédie, vous qui ramez sans avoir ma chance.

Mesdames, messieurs, cette distinction est aussi celle de Créon, ville bastide « certes petite mais vaillante », cité de mes bonheurs d’adolescent, cité que j’aime par-dessus tout, cité qui m’a vu grandir, aimer, agir et qui me manque dès que je m’en éloigne.

Cette légion d’honneur, fruit rouge de l’arbre de la liberté, de l’égalité, de la fraternité est celle de toutes les équipes municipales auxquelles j’ai appartenu depuis 31 ans, avec tous les élus de toutes tendances, de toutes convictions, de toutes options politiques qui méritent ma reconnaissance et mon estime. Elle est surtout celle de Jean-Claude Nouailles et du Dr Bernard Jarry, pour lesquels j’ai une pensée émue.

Certains ont mis du temps à me faire confiance. Je le sais. Je l’admets. C’est logique dans un monde où personne ne veut croire que l’ambition de servir peut être dénuée de calculs, sincère, loyale et simple.

Je ne suis pas brillant, savant, exceptionnel, sachant tout sur tout, donneur de leçons comme certains, mais j’arrive par l’exemple, par le travail, par la force de la conviction, à arracher le respect des autres. C’est mon seul véritable atout : faire ce que je dis, quel qu’en soit le prix !

Cette cérémonie est aussi celle des bénévoles de ce mouvement associatif créonnais, puissant, citoyen, durable, imaginatif, actif et irremplaçable.

C’est encore celle de toutes les Créonnaises et de tous les Créonnais qui m’ont décerné des récompenses enviées : élu au premier tour aux municipales à six reprises, élu par vous conseiller général avec plus de 82 % des suffrages, élu député suppléant avec Martine avec plus de 66 % des voix…et tant d’autres signes de confiance qui constituent mon patrimoine. 

Mes proches, mes amis connus et inconnus, c’est pour beaucoup d’entre vous, Jean-Marie qui vient de recevoir la légion d’honneur.

C’est Jean-Marie qui vous lasse.

C’est l’incorrigible Jean-Marie qui discourt sur la diversité de sa vie.

C’est Jean-Marie, l’intarissable qu’il faut subir. Je vous en demande pardon !

Jean-Marie se sent petit face à votre nombre, à l’intensité de votre amitié, à la force de votre estime.

Jean-Marie mesure l’importance que vous avez eue dans son parcours.

Acceptez donc que je puisse avoir envie de partager cet honneur avec vous toutes et vous tous qui m’avez porté par votre confiance.

Acceptez que je porte cette décoration par procuration, en remerciement sincère de votre amitié. Je  vis, j’agis, je pense, je respire de l’amitié à haute dose. Aujourd’hui, j’en prends une dose pour plusieurs mois !

« Les idéaux que nous portons dans notre cœur, nos rêves les plus chers et nos fervents espoirs ne se réaliseront peut-être pas de notre vivant. Mais là n’est pas la question.

Le fait de savoir que durant ta vie tu as fait ton devoir, que tu as été à la hauteur des attentes de tes camarades, est en soi une expérience gratifiante et une réussite superbe.

Ce qui importe, c’est la conscience de ses devoirs et la concentration sur les moyens de les accomplir dans la dignité ».

Nelson Mandela m’offre la conclusion de ce propos trop long et je vous la propose en conclusion de cette cérémonie qui restera indélébile dans ma mémoire et dans celle de ma famille.

Nous allons terminer nos retrouvailles par un petit concert qui illustre tout ce que j’ai pu modestement initier en 45 ans.

Le Jeune orchestre symphonique de l’Entre Deux Mers est, pour moi, la plus belle réussite de mon action publique. Éducation, culture, citoyenneté, solidarité, partage, action : ce sont les valeurs qui les portent et que j’ai toujours mis un point d’honneur à développer. Je les ai toujours eues au cœur et ce sont elles qui m’ont fait avancer.

Mieux que moi, bien mieux que moi, ils vont vous démontrer, après le terrible malheur qui les a frappé, qu’ils sont la vie, le talent collectif, la force de la passion.

Cette matinée me démontre, une fois encore, que le bonheur est une fleur qu’il ne faut absolument pas cueillir, mais qu’il est indispensable d’entretenir, de faire grandir par l’amour des autres, le partage avec les siens et surtout  qu’il faut contempler sereinement en pensant qu’un jour elle flétrira.

Alors, profitez de cette fleur rouge de l’honneur et place à la musique avant la fête !

Ce contenu a été publié dans PARLER SOCIETE, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Extrait de mon discours de remise de la légion d'honneur (4) : "la famille discrète"

  1. Jean-Christophe dit :

    « Certains ont mis du temps à me faire confiance. Je le sais. Je l’admets. C’est logique dans un monde où personne ne veut croire que l’ambition de servir peut être dénuée de calculs, sincère, loyale et simple. Je ne suis pas brillant, savant, exceptionnel, sachant tout sur tout, donneur de leçons comme certains, mais j’arrive par l’exemple, par le travail, par la force de la conviction, à arracher le respect des autres. C’est mon seul véritable atout : faire ce que je dis, quel qu’en soit le prix ! »

    Magnifique et à méditer pour tous en bien des lieux !

  2. cortot dit :

    Je n’avais jamais entendu un discours aussi long. .aussi complet ,rempli d’humilité , de ferveur qui faisait retenir le souffle de toute l’assemblée .L’émotion était palpable du 1er rang jusqu’au dernier sans oublier toutes les personnes qui sont restées debout tellement cette assemblée d’AMIS était nombreuse .

    * 45 ans d’engagements ..c’est une longue route .. nous savons qu’elle n’est pas terminée pour toi . Notre terre Patrie a tellement besoin d’hommes et de femmes aussi précieux que toi.

    Ce parcours de ta vie avec ces élans de sincérité ne sera jamais oublié .il est à garder , à relire , à méditer par de nombreux élus proches ou lointains . Ta famille peut être fière de leur fils , mari et père . ».juste reprendre le regard émerveillé presque stupéfait de ton petit fils à la remise de cette distinction hautement méritée .

    Encore MERCI Jean Marie pour ces heures magnifiques .ce Samedi matin du 12 Octobre 2013 .c’était un grand honneur d’avoir été convié à Créon.

    Longue vie pour toi et tous les tiens .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *