Le week-end dramatique auquel la france a échappé !

981683-16016163-640-360Personne, en ce premier week-end de décembre 2013, a conscience véritablement que nous venons en France, d’échapper à une vraie catastrophe. L’une de celles dont le pays ne se serait jamais remis. L’une de celles qui a des conséquences irréparables sur le fonctionnement de la République. L’une de celles qui auraient bien pu faire basculer une frange de l’électorat dans des comportements extrémistes jamais atteints. Insultes, émeutes, dégradations, vandalisme, blessés et des affrontements musclés avec les forces de l’ordre. Bref, l’un de ces moments douloureux historiques pour la République.

Ne pensez surtout pas à la manifestation très citoyenne pour l’avenir de notre monde, des camionneurs… car eux ils ont parfaitement le droit de créer des bouchons artificiels les jours où ils n’ont justement pas le droit de circuler car ils en font quotidiennement sans que ça provoque d’autres réactions que des annonces radiophoniques. Un samedi avec 85 kilomètres d’embouteillages en France ne relève pas de l’événement exceptionnel ! Il y a eu des consommateurs déçus et des chiffres d’affaires des centres commerciaux en baisse. Mais diable ils se rattraperont le week-end prochain. Les chauffeurs sûrement défrayés et syndiqués ainsi que leurs patrons ont tenu à démontrer qu’ils sont contre une nouvelle taxe qui les conduirait à cesser leur boulot de « sillonneurs » de l’Europe en payant sans discuter ailleurs mais en ayant une zone gratuite dans l’hexagone ! Cette grève là n’a pas mis vraiment en péril une société toujours compréhensive à l’égard de ceux qui manifestent pourvu qu’ils ne soient pas… fonctionnaires ou employés d’un service public !

Ce week-end il y a eu aussi le grand rassemblement des « Bretons » désireux de prendre leur destin en mains et de ne plus se voir imposer des diktats venant de Paris. La conjonction de positions politiques diamétralement opposées, d’adeptes de la réconciliation des classes, de victimes de toutes les formes du libéralisme qu’elles ont parfois largement contribué à installer, de syndicalistes réclamant le soutien de l’Europe mais en condamnant ses effets induis… Bref, une coalition hétéroclite qui pourrait remettre véritablement en cause le système social. Mais rien de dramatique car forcément à un moment ou à un autre apparaîtront les contradictions et donc un éparpillement des intérêts. Personne ne met en effet derrière les slogans les mêmes objectifs qui peuvent être économiques, politiciens ou simplement sociaux (les plus compréhensibles) et qui finiront tôt ou tard par se révéler !

Nous avons échappé à une manifestation massive contre le racisme car le thème ne mobilise plus tellement. Où étaient les milliers de lycéennes et de Lycéens ayant déserté les établissements scolaires pour protester contre l’affaire Léonarda ? Où se trouvaient la grande masse des militants soucieux de voir leurs élus respecter en permanence les valeurs républicaines ? En fait c’est probablement une invitation à caractère raciste qui actuellement, peut avoir le plus d’impact… car elle serait dans l’air du temps. En fait protester pour que soit respecté l’un des fondements (la fraternité) de la République n’a aucun caractère exceptionnel et n’a aucune raison de bouleverser l’opinion dominante anesthésiée par l’indifférence que lui conseillent les médias. On n’a donc échappé à aucune catastrophe terrible avec ces moments vrais de citoyenneté puisqu’ils ne sont plus d’actualité comme ce fut le cas il y a 30 ans ! L’habitude tue la révolte !

En fait la France a pourtant échappé ce week-end à la plus terrible de ses protestations. Pire qu’un mai 68 ! Pire qu’une prise de la Bastille ! Pire qu’un défilé de Résistants en pleine occupation ! Elle a évité, grâce à la magnanimité de présidents sociaux eux, se sacrifiant pour l’intérêt général, à la grève des clubs de football professionnels !

Rappelez vous les menaces qui ont pesé sur le pays pour ce week-end : on allait vider les stades déjà désertés ! Les milliardaires du ballon rond devaient refuser de se produire pour une population ayant encore du pain (ça se raréfie) mais qui aurait été privée de jeux ! Imaginons un seul instant les virages des tribunes vides dans lesquels les bagarres, les incivilités, les comportements agressifs n’aient plus lieu d’être durant un week-end. Un drame social…,La France aurait-elle pu résister à la menace de délocalisation de ses « vedettes » qui font rêver par leur talent sur les pelouses françaises ? Comment auraient réagi les sportifs de canapé sans une prestation à 10 millions par match du Paris Saint Germain sur son écran payant ? Qu’auraient fait, à part déambuler dans les rues vides, ces milliers de Bordelais privés d’un exceptionnel « Girondins de Bordeaux-Ajaccio » ? De quoi auriez-vous parlé au bistrot, au boulot ou dans les repas de famille ?

Il est certain que cette grève aurait plongé le pays encore plus dans la dépression, aurait accentué la crise socio-économique et aurait suscité des réactions collectives incontrôlées. L’Etat, incapable de préserver la carrière de plus d’une centaine de bonnets bleu-blanc-rouge du football se voyant imposer un impôt sur ce qui dépasse 1 million de revenus par an, aurait tremblé sur ses bases. Un coup à vous faire prendre le Parc des Princes qatari d’assaut par une foule en colère. La nuit du 29 novembre 2013 aurait alors été celle du rétablissement des privilèges ! Ouf ! La France a eu chaud !

Ce contenu a été publié dans PARLER SOCIETE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Le week-end dramatique auquel la france a échappé !

  1. cortot dit :

    j’ai passé une journée des plus sympa ce dimanche , elle se termine par une lecture des plus agréables …nous sommes passés si près de la grosse catastrophe !!..MERCI,DE NOUS RAPPELER tous ces déplacements devenus habitudes ..Nous souvenir de cette date du 29 Novembre 2013 …la France revient de loin avec la lourde menace de ces gamins capricieux ..

  2. Cubitus dit :

    Très fort !!! Merci de me rafraîchir la mémoire. J’avais complètement oublié cette épée de Damoclès qui risquait de faire chuter la République et de nous faire retourner à l’âge des cavernes.
    Mais qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes ???!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *