Prenez donc un grand bol de particules gratuites !

pict_20070919PHT10499Comment arriver à persuader l’opinion dominante qu’elle cause sa propre perte par individualisme et par pur égoïsme ? Impossible ! Irréaliste ! Le niveau de consommation dans tous les domaines est devenu tel que plus rien n’a de prise. La raison s’efface devant les nécessités du profit laissant loin derrière l’intérêt général. « Il faudrait que les Français suivent les Bretons ! » expliquait un « bonnet rouge » luttant contre l’écotaxe concernant le transport routier. Par exemple la pollution de l’air extérieur a été classé en octobre comme facteur cancérigène « certain » pour l’homme par l’OMS et son agence spécialisée sur le cancer le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC). Outre le cancer, une exposition aux particules peut entraîner de l’asthme, des allergies, des maladies respiratoires ou cardio-vasculaires. Une étude parue récemment indique qu’une exposition même faible augmente les risques d’un faible poids des enfants à la naissance…. mais on continue comme si de rien n’était. On proteste contre les « rythmes scolaires » qui fatiguent les chères têtes blondes et on oublie aisément qu’ils sont tous les jours imprégnés à mort par une circulation effrénée des véhicules diesel ! Leur santé reposerait selon les débats actuels sur les apparences, les épiphénomènes évitant de culpabiliser les parents. Et pourtant le mal est ailleurs.

Les résultats des études suggèrent que des effets néfastes importants se produisent même avec des concentrations aux particules PM 2,5 bien inférieures à la limite fixée par l’UE pour la qualité de l’air, à savoir une concentration moyenne annuelle de 25 microgrammes par mètre cube d’air. Les PM 2,5 sont les plus fines des microparticules, avec un diamètre inférieur à 2,5 microns (soit la taille d’une bactérie). Ce sont celles qui génèrent le plus d’inquiétudes pour la santé car leur taille leur permet de pénétrer plus facilement et profondément dans les poumons. On trouve donc beaucoup de pneumopathies, de bronchites, d’asthme et de cancers du poumon vite attribués au cigarettes. En fait l’étude se base sur les données de 22 enquêtes de type cohortes, conduites dans 13 pays européens qui ont permis de suivre un total de 367.251 personnes sur près de 14 années en moyenne. Il ne s’agit donc pas d’un échantillon que l’on pourrait qualifier de peu représentatif. Il ressort de cette analyse qu’une variation relativement fine de la pollution par PM2,5 entraîne un risque nettement accru pour la santé de ceux qui y sont exposés.

On évalue que pour chaque hausse de 5 microgrammes par mètre cube de la concentration en PM2,5 sur l’année, le risque de mourir d’une cause naturelle s’accroît de 7%. Cette différence de pollution de 5 microgrammes/m3 est celle qui existe entre un axe urbain très fréquenté par les voitures et un endroit situé à l’écart du trafic. Le résultat est extrêmement précis et significatif. Nous mourrons de l’air que nous respirons ! Bien que cela ne semble pas être beaucoup, il faut garder à l’ esprit que tout le monde est exposé à un certain niveau de pollution de l’air et que ce n’est pas une exposition volontaire. L’étude également noté une sur-mortalité chez les hommes par rapport aux femmes en relation avec la pollution par PM2,5

Pour la pollution aux particules, l’indice atmosphérique relevé par Airaq (Association agréée pour la surveillance de la qualité de l’air en Aquitaine) est de 9 à Bordeaux, sur une échelle allant de 1 à 10 (1 étant une très bonne qualité, 10 une très mauvaises). Mais on avale… sur la rocade et autour de la rocade quand on sait que l’endroit le plus pollué reste l’habitacle d’une automobile surtout avec le chauffage ! Aujourd’hui même on a encore atteint un pic sur l’agglomération dont le point le plus pollué reste la Place Gambetta à Bordeaux ! Le phénomène est amplifié par les inserts avec le bois dont la qualité n’est pas toujours idéal (reste de palettes, poteaux, bois traités) en raison des émanations qui augmentent le soir en particulier !

On se contente alors d’avertissements suivis par… personne noyé dans le flot quotidien de l’information. Airaq (organisme de contrôle) « conseille » aux Bordelais d’éviter les activités physiques et sportives intenses qui augmentent de façon importante le volume d’air et les polluants inhalés et met également en garde les personnes sensibles telles que jeunes enfants, personnes asthmatiques ou allergiques, insuffisants respiratoires chroniques, insuffisants cardiaques et personnes âgées. Pour les enfants de moins de six ans il est conseillé de ne pas modifier les déplacements indispensables mais d’éviter les promenades et les activités à l’extérieur… ce que bien entendu tout le monde respecte. Le « petit » va au grand air ou va courir dans la cour de récréation mais c’est ans danger puisque l’éco-taxe est, si l’on en croit, les principaux pollueurs un scandale financier ! 

Ce contenu a été publié dans PARLER ENVIRONNEMENT, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Prenez donc un grand bol de particules gratuites !

  1. Eric Batistin dit :

    Notre vocabulaire est à revoir:
    -un grand bol d’air..
    pollué donc

    -cinq fruits et légumes par jour,
    très chers et génétiquement modifiés

    -il vaut mieux allez chez le boucher que chez le docteur
    quand la viande n’est pas infestée

    – en avril ne te découvre pas d’un fil
    sauf par grande canicule

    et
    -tout vient à point à qui sait attendre
    mais attendre quoi ?

    Il va falloir que l’on prenne le taureau par les cornes !

  2. J.J. dit :

    «  »« Il faudrait que les Français suivent les Bretons ! » expliquait un « bonnet rouge » luttant contre l’écotaxe concernant le transport routier. » »

    Fatale erreur !

    L’écotaxe nous l’attendons avec impatience : nous, nos routes, nos poumons.
    Le quotidien pour certains, serait soulagés de ces files ininterrompues de poids lourds, souvent venus de l’étranger et y retournant.
    Ils ne font que passer mais polluent l’air et usent les revêtements entretenus grâce à nos impôts. Les transports lourds transitent par la nationale 10, gratuite, et évitent ainsi l’autoroute A10 et ses péages.
    L’Alsace subit le même trafic insensé de poids lourds qui circulent du côté français gratuit, contrairement à l’autoroute parallèle sur la rive droite du Rhin qui elle est à péage.

    A chacun sa vérité, avec ou sans bonnet rouge !

  3. J-P REIX dit :

    Ceux qui reçoivent les informations et alertes d’AIRAQ en ont presque tous les jours en ce moment.
    Avec des alertes sévères : dimanche le niveau de pollution 10 maxi (très mauvais) a été atteint sur Bordeaux, et aujourd’hui toujours sur Bordeaux le niveau de concentration de PM10 dépasse les 100 (en µg/m3) !
    http://www.airaq.asso.fr/
    De ma colline je vois une espèce de smog sur toute la plaine de Libourne à Bordeaux !
    C’est de pire en pire, et pendant ce temps là les pollueurs le font à bon compte !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.