Dernière réunion officielle de ce mandat municipal, au sein de l’Association des maires de France… avec celle du fameux B 36 qui regroupe les « ténors » de la vie politique nationale ayant un mandat municipal. Sénateurs, députés, anciens ministres de toutes tendances se retrouvent régulièrement pour faire le point sur absolument tous les projets gouvernementaux ayant trait aux « bloc communal » dans une ambiance constructive et surtout très proche des réalités du terrain. J’ai été parachuté là au milieu depuis 2 ans et j’ai avoué, au moment du départ, à ces personnalités de la vie politique française, beaucoup plus discrètes que bien d’autres moins efficaces, que j’avais pris un vrai plaisir à travailler dans un esprit d’ouverture. Chacun à ses valeurs, ses convictions, ses engagements mais chacun vient à l’AMF pour surtout éviter des prises de position gouvernementales et parlementaires absurdes ou en décalage complet avec les besoins du terrain. On trouve vite sa place dans ce groupe qui doit représenter des dizaines de milliers d’élus locaux de toutes les communes... C’est un régal d’apprendre, de comprendre, de s’informer avant de juger ! Je suis toujours rentré plus « intelligent » que quand j’étais parti… et surtout je peux me permettre ensuite de parler en connaissance de causes. Or j’ai eu de la peine pour ce dernier bureau national du mandat pour… les élus municipaux qui vont s’installer dans moins de mois autour des tables avec ce sentiment qu’ils sont brutalement devenus importants. Jamais je n’ai jamais été aussi pessimiste sur la gestion locale et je résumerai dans une simple formule ce qui les attend : « il vaut mieux avoir fait qu’avoir à faire par les temps qui s’annoncent ! ».

La décentralisation est enterrée depuis belle lurette. L’échelon « local » de l’Etat n’a pas encore repris la main mais par contre les « hauts fonctionnaires » nationaux, dans absolument tous les Ministères ont repris le contrôle de la république. Je l’ai maintes fois écrit et dénoncé avec les sentiments de ne pas être lu ou même entendu mais maintenant la cote d’alerte est atteinte. Bercy (et ce ne sont pas les annonces du Président de la République qui me rassurent sur le fameux pacte de responsabilité ») serre lentement mais sûrement le garrot qui va étouffer les communes. C’est indéniable que la tactique n’est pas d’attaquer de front le « bloc communal » mais de tellement l’affaiblir qu’il ne pourra plus survivre en 2016 au moment du nouveau point sur la réforme territoriale. Les indices se multiplient avec une restriction jamais vu de la contribution des dotations de l’Etat, avec la perte constante des ressources annexes liés au milieu économique, avec les annonces de suppression ou de réaffectation de taxes… Ils jouent sur du velours car l’opinion publique dominante crachent sans cesse sur les impôts et les taxes sans se rendre compte que derrière il y a des moyens de contribution à l’action publique locale ! C’est certain qu’en 2015 le nœud coulant va encore se resserrer tant au plan communal, qu’intercommunal et départemental. Bercy fait le forcing pour supprimer autant que faire se peut… des ressources qui ne touchent pas l’Etat. La tactique est simple : annonce permanente de volonté de diminuer la pression fiscale en privant les collectivités de leurs ressources.

Les élus de la prochaine mandature seront pris dans un étau avec d’un coté les revendications permanentes des électrices et des électeurs (trottoirs, routes, crédits, subventions, équipements structurants, logements, éducation, culture, sport…) et de l’autre une restriction rapide et féroce de leurs moyens financiers. Comment satisfaire les demandes de gens qui ne cessent de brailler que les élus ne savant pas gérer, endettent trop, dépensent trop avec des ressources en chute libre ? Ils devront affronter une situation encore jamais rencontrée dans la république. Soit pour compenser les transferts de charges et la perte de leurs recettes ils augmentent les impôts locaux et ils se font écharper par les… contribuables soit ils ne font plus rien et ils essuieront les reproches de leurs… administrés consommateurs ! Le seul gagnant sera Bercy qui pourra ainsi clamer haut et fort qu’il a réduit sur le dos des autres le déficit de la France ! Suppression du reversement de la taxe sur l’ électricité, suppression de la taxe de raccordement au réseau collectif d’assainissement servant à investir dans la collecte et le traitement des eaux usées, suppression des compensations de exonérations de taxe d’habitation, suppression des dotations de bourgs centres… Bref on coupe les vivres aux communes

Déjà les médias s’emparent avant les élections de cette opération et vont matraquer sur les « impôts locaux » avec des classements, des rations, des palmarès, des analyses tape à l’œil… La situation va empirer mais bien évidemment les « tous pourris » qui sont aux manettes, ces sans diplômes, ces incapables fraîchement élus vont se débattre. Celles et ceux qui sont venus avec des valeurs vont vite constater que les lendemains d’élection déchantent plus que les autres !